AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Un peu de publicité pour notre jolie Leela qui recherche ses colocataires par ici ! Apparement Arco Ortaloni trouve Gabrielle de Musset très belle t’as les yeux trop froids pour moi ☾Pace 3697710961

Partagez
 

 t’as les yeux trop froids pour moi ☾Pace

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Engel Montgomery
Engel Montgomery

Messages :
21
Your rp color :
#336699 / #6a95cd
To do list rp :
pace - www
gaia - www
luis - www
Summary :
Résumé COURT de votre personnage.
Pseudo :
cosmogyral
Multinick :
none.
Avatar :
kim ( king ) taehyung - pace my love ♥
t’as les yeux trop froids pour moi ☾Pace W74x8lm
Age :
vingt-cinq ans, heure dépassée, débordée, pores explosés sous l'enfance s'étant trop vite envolée. enfant-phare désœuvré.
Status :
lèvres empoissonnées, statut mensonger, célibataire aux sentiments brouillons, amoureux non aimé, libre d'atrophier d'autres âmes tout aussi hantées et de les stranguler avant de finir asphyxié. mais devant le paternel, le mensonge l'incombe encore et il joue le théâtre, promet à gaïa l'éternité ne durant qu'une simple seconde, en réalité.
Work :
étudiant en médecine, le cathéter devrait pourtant être posé en ses artères afin de le gonfler de passion et lorsque le regard bascule vers un possible patient, la tête elle est plongée dans les étoiles. études parfaites mais non captivantes pour l'être charmé par les mystères astraux.
Sexuality :
détraqué honteux, son propre reflet est haineux de ses attirances malsaines. homoflexible qui se flagelle, car il n'y devrait y avoir qu'elles qui l’envoûtent et ainsi il se dépèce, le regard s'ébranlant des courbes trop fermes et des mâchoires carrées.
Hogwarts house :
slytherin.
MBTI :
Avocat INFJ-A / INFJ-T
Rythme de rp :
3 réponses par semaine, normalement.
Longueur rp :
500 à 1000 mots.
Messages : 21 Your rp color : #336699 / #6a95cd To do list rp : pace - www
gaia - www
luis - www
Summary : Résumé COURT de votre personnage. Pseudo : cosmogyral Multinick : none. Avatar : kim ( king ) taehyung - pace my love ♥
t’as les yeux trop froids pour moi ☾Pace W74x8lm
Age : vingt-cinq ans, heure dépassée, débordée, pores explosés sous l'enfance s'étant trop vite envolée. enfant-phare désœuvré. Status : lèvres empoissonnées, statut mensonger, célibataire aux sentiments brouillons, amoureux non aimé, libre d'atrophier d'autres âmes tout aussi hantées et de les stranguler avant de finir asphyxié. mais devant le paternel, le mensonge l'incombe encore et il joue le théâtre, promet à gaïa l'éternité ne durant qu'une simple seconde, en réalité. Work : étudiant en médecine, le cathéter devrait pourtant être posé en ses artères afin de le gonfler de passion et lorsque le regard bascule vers un possible patient, la tête elle est plongée dans les étoiles. études parfaites mais non captivantes pour l'être charmé par les mystères astraux. Sexuality : détraqué honteux, son propre reflet est haineux de ses attirances malsaines. homoflexible qui se flagelle, car il n'y devrait y avoir qu'elles qui l’envoûtent et ainsi il se dépèce, le regard s'ébranlant des courbes trop fermes et des mâchoires carrées. Hogwarts house : slytherin. MBTI : Avocat INFJ-A / INFJ-T Rythme de rp : 3 réponses par semaine, normalement. Longueur rp : 500 à 1000 mots.
http://99problems.forumactif.com/t1047-catharsis-engel http://99problems.forumactif.com/t1163-instagram-archengel
t’as les yeux trop froids pour moi ☾Pace Empty
MessageSujet: t’as les yeux trop froids pour moi ☾Pace   t’as les yeux trop froids pour moi ☾Pace EmptyMer 13 Nov - 12:08


|
t'as les yeux trop froids pour moi ;
pace & engel


Abreuvé de paradoxes, l’errance solitaire étant synonyme de son nom, grande ironie pour l’être porteur du prénom des lumières, ange céleste. Engel et les scarifications saupoudrées de désespoir, mésaventures faussement racontées afin de lui donner le rôle de père de tous les péchés, combien même il n’en existait aucun dont il fuyait les formes qui serait impardonnable. Les idées furent enfoncées dans le crâne fragilisé de l’homme-enfant, distillées dans son sang, tracées et gravées dans les os malgré leur craquement, l’idée même de son existence avec de telles attirances était ridiculement révoltante. Cependant les mensonges devinrent monnaie courante auprès des lèvres mièvres, rictus courroucé, puis aussitôt traits forcés pour être appréciés ou détestés, il avait marqué les esprits par la violence, accomplissant un acte bien plus barbare que de rêvasser devant des courbes moins sveltes et plus denses. Mais l’enfant était hanté, tétanisé à l’idée d’être mis à nu, davantage plus horripilé à l’idée d’accepter ses mêmes névroses — et des doigts longilignes trop longs, il ramait dans une mer engluée de suie, contrastant avec sa laideur ; il persévérait dans une réalité fracturée et commandité par le duc armé de jugements stéréotypés.

minable et navrant ; terrible insolent ;
enfant arrogant ; homme décevant.


Reproches infinis qui heurtaient de derme trop affiné, le diable courbait l’échine et préférait hausser la tête, ancrer dans le regard de celui de ses gènes sans y distinguer un réel amour. Père était parti, l’état s’aggravait et de nombreuses fois se perdait-il à le voir en tant qu’enfant misérable. Ce même enfant qu’il avait piétiné plus jeune, le même forgé d’insécurités par les remarques visant à le casser tout entier. La voix grave se haussa toutefois il ne frémit pas, plus, trop occupé à réarranger les objets déréglés, l’installer à nouveau sur le lit alors que l’homme se débattait, mais trop faible mourrait entre les phalanges. Il était si fragile, si infime, Isaac Montgomery bourreau ancien désormais plus qu’un tas de souffre qu’il réarrangeait dans l’espoir de le sauver un tant soit peu. Isaac si frêle, ayant perdu sa carrure comme lui avait pu la perdre lors de son anorexie, retrouvée puis perdue à nouveau, désormais recherchée. En un simple geste il pourrait le briser, le châtier pour tous les maux causés, tous les bleus imposés de force alors qu’il n’avait été rien de plus qu’un gosse, bambin humain ayant besoin d’apprendre pour se perfectionner. Aurait-il lui imposer toutes ses souffrances, retrouver un tant soit peu le goût de vengeance, se repaitre des quelques gémissements brisés par la douleur de celui qui l’avait transformé en monstre à force de trop tenter de le déshumaniser. Toutefois les gestes demeuraient excessivement tendres, terriblement tristes, mélancoliques devant la perte prochaine d’un être l’ayant toujours connu.

Père s’agita et on le mît dehors le temps de stabiliser sa crise, enfant délaissé les mains dans les poches, crinière azur captant le blanc des lumières donnant les couleurs. Engel s’arracha alors de la scène, la main derrière la nuque, l’attention volubile ailleurs, ramassant les morceaux de conscience afin de se chercher une bouteille d’eau ; prendre l’air. Là où il était il asphyxiait. Les escaliers furent parcourus plutôt que les ascenseurs trop bondés, l’homme s’évanouit en frôlant les murs de ses doigts, le chemin trop longtemps connu pour les mêmes répétitions qui ne soulageaient plus, bien au contraire. Les événements se succédait jusqu’à la collision de deux lunes.

Jusqu’à ce que le regard s’enfonce dans une silhouette aux bordures inconnues, mais dont l’essence était reconnue comme dangereuse.
Empoissonnée.
Vénéneuse.

p a c e.
Pace et tout lui revint à la gueule, concerto d’émotions mauvaises, malsaines, non vouées à être vécues et créées pour être achevées et tuées dans l’œuf.
(( pace )) et la carrure d’homme amoché qui s’exhiba devant les traits outrés, surprise destructrice et néanmoins bénie par celui qui ne vivait que de contradictions.
il était en vie,
non tué par lui, non assassiné par la vie.
gamin tourmenté ayant murit en une statue de marbre,
saignant des tempêtes qu’il avait pu affronter.
néanmoins en vie.


(( pace ; pace ; pace. ))

p a c e
et tout ce qui pourrait être beau mourrait en un instant, le délaissant misérable abandonné, amertume auprès de la langue, hargne grattant le palais usé. Le poing se resserra lorsque les traits furent marqués, au préalable par la surprise assassine, puis par la haine du flot de sensations, achevée par le mépris des rôles qui lui revinrent. Aurait-il pu faire semblant d’être différent, les blessures inquiétant celui qui n’avait pourtant jamais hésité un seul instant à le scarifier, le souiller pour tenter de se purifier. La raison idiote d’un jeune en voie d’auto-destruction n’acceptant pas une vérité injuste et injustifiée : Il l’avait aimé. Jadis. Un jour. Avant. Il y a une éternité. « Toi. » Il démarra malgré lui sans parvenir à se contenir, la voix terriblement rauque, carnassière mais transformée de sorte à être elle aussi mensongère. Rien n’avait été honnête, aucun mot n’avait pu être sincère et pourtant les paroles qu’il avait pu lui lancer, la violence perpétrée avait pris le rôle de confidences d’une barbarie qu’il ne désirait pas employer. « On m’a dit que tu étais mort. » Mensonge à demi teint de vérité, les suppositions avaient été faites, analysées, validées et lui c’était noyé dans un océan de culpabilité.


(c) SIAL ; icon kawaiinekoj

Revenir en haut Aller en bas
Pace Simoes
Pace Simoes

Messages :
175
Your rp color :
je lui dirai les mots bleus les mots qu'on dit avec les yeux / #5381c7
To do list rp :
t’as les yeux trop froids pour moi ☾Pace 1573860323-pacodile2
Summary :
pace a grandi dans un monde avec beaucoup trop d'insécurité pour le gamin sans défense qu'il était. pour faire face aux violences de son père, et à celles de son quartier, il a appris à se battre et à user de ses poings, sans parvenir à gérer la colère qui l'anime. abîmé par des émotions qui le dépassent et une vie vide de sens, remplie de galères, il participe à des combats de rue et dérape parfois jusqu'à prendre son entourage pour un sac de frappe. mais pace, c'est pas un mauvais garçon au fond, ça ne l'a jamais été. il n'est que le fruit de manipulations répétées, d'abandons et de mauvaises rencontres.
Pseudo :
caravelle. creature.
Multinick :
detective officer alves
Avatar :
theuerkorn, zenith (ava)
t’as les yeux trop froids pour moi ☾Pace Birds-png-tumblr-7
Age :
vingt-six galères alcoolisées et verres brisés.
Status :
le célibat qui revient sans arrêt, un livio isolé sur fond d'appartement.
Work :
la nuit dans les courants d'air, cariste à s'fendre les muscles de toutes ces misères. combattant de rue, le sang comme véritable rentrée d'argent.
Home adress :
le bronx sauvage.

Sexuality :
les genres et les sexes en perdition, être pan pour mieux apprécier.
Hogwarts house :
durmstrang, à n'en pas douter. mais à poudlard, il aurait revêtu l'écusson de jade des slytherin.
MBTI :
ESFP-T
Rythme de rp :
aléatoire.
Longueur rp :
variable.
Messages : 175 Your rp color : je lui dirai les mots bleus les mots qu'on dit avec les yeux / #5381c7 To do list rp :
t’as les yeux trop froids pour moi ☾Pace 1573860323-pacodile2
Summary : pace a grandi dans un monde avec beaucoup trop d'insécurité pour le gamin sans défense qu'il était. pour faire face aux violences de son père, et à celles de son quartier, il a appris à se battre et à user de ses poings, sans parvenir à gérer la colère qui l'anime. abîmé par des émotions qui le dépassent et une vie vide de sens, remplie de galères, il participe à des combats de rue et dérape parfois jusqu'à prendre son entourage pour un sac de frappe. mais pace, c'est pas un mauvais garçon au fond, ça ne l'a jamais été. il n'est que le fruit de manipulations répétées, d'abandons et de mauvaises rencontres. Pseudo : caravelle. creature. Multinick : detective officer alves Avatar : theuerkorn, zenith (ava)
t’as les yeux trop froids pour moi ☾Pace Birds-png-tumblr-7
Age : vingt-six galères alcoolisées et verres brisés. Status : le célibat qui revient sans arrêt, un livio isolé sur fond d'appartement. Work : la nuit dans les courants d'air, cariste à s'fendre les muscles de toutes ces misères. combattant de rue, le sang comme véritable rentrée d'argent. Home adress : le bronx sauvage.

Sexuality : les genres et les sexes en perdition, être pan pour mieux apprécier. Hogwarts house : durmstrang, à n'en pas douter. mais à poudlard, il aurait revêtu l'écusson de jade des slytherin. MBTI : ESFP-T Rythme de rp : aléatoire. Longueur rp : variable.
http://99problems.forumactif.com/t459-coeur-immortel-pace http://99problems.forumactif.com/t761-les-marees-pace http://99problems.forumactif.com/t644-pace-s-phone
t’as les yeux trop froids pour moi ☾Pace Empty
MessageSujet: Re: t’as les yeux trop froids pour moi ☾Pace   t’as les yeux trop froids pour moi ☾Pace EmptyAujourd'hui à 1:36
t'as les yeux trop froids pour moi
@engel montgomery

la tête qui tape le carrelage. une fois. deux fois. trois fois. le regard qui se relève, qui scrute le couloir, qui cherche, sans émotion en son sein, la moindre once de sympathie, le moindre éclat de chaleur humaine. mais tout est aseptisé. blanc. froid. la tête qui tape le carrelage. une fois. deux fois. trois fois. les paupières lourdement retombées, yeux clos, hermétiques au mouvement, hermétiques au chaos ambiant. les voix, les cris, les silences pèsent sur toi, de tout leur poids. lourds, lourds. trop lourds pour ta maigre carapace (au bord de la rupture). tu les ignores. ils glissent sur ton corps, sur ton buste, sur tes doigts entremêlés, sur ta structure avachie, esseulée. fatigué de voir passer devant toi des brancards par dizaine, dans les couloirs souillés de ces urgences en perdition. peut-être pour ça, que tu n'es pas resté dans la salle d'attente. que ta gueule fracassée est allée se réfugier un peu en retrait. là où tu pourras souffler, espérant le croiser, lui. ce type qui acceptait de te recoudre sans poser de question. ce médecin qui brisait ses serments en s'occupant d'un cas comme le tien. mais il n'est pas là. a b s e n t. et comme un con, oui comme un con, tu restes figé, muré dans ton silence. comme si tu espérais encore le voir apparaître. comme s'il était encore question de l'attendre. comme si tu t'accordais le temps de la réflexion. rester. rentrer.

r e s t e r

lèvre fendue, arcade aussi, la main grossièrement enroulée dans une bande ensanglantée, tu ne peux pas prendre le risque de laisser tout ça s'aggraver. tu pourrais te recoudre, mais tu préfères vérifier qu'à ta main, rien n'est gravement touché. le combat a dérapé, tu t'es blessé sur cette foutue cage rouillée. prisonnier entouré de barbelés. ronde de sang et d'angoisse dans laquelle tu vas joyeusement, cœur battant. fleur au fusil d'un soldat au massacre. mais les coups reçus, les plaies sur ton visage, en soulignent toute la hargne. tatouage semi-permanent, le vermeille est une partie de toi si présente, que l'hémoglobine qui a glissé le long de ta tempe et qui flirte avec ton arcade, te fait comme une larme. et quand tu prends la peine d'ouvrir les paupières, c'est pour que le bleu de tes yeux tranche plus encore avec ton sang. mais pour l'heure, dans ton coin, obscurité rassurante, tu te fais oublier, concentré sur ton souffle, sur les minutes qui s'écoulent, les secondes plus lentes encore. tic, tac

une femme passe, te dit d'attendre
elle reviendra (pour toi)
tu ne la crois pas

mais étrangement, cela ne te dérange pas, d'attendre. bien sûr, tu préférerais être chez toi, n'importe où, ailleurs qu'ici, mais c'est le lieu qui t'angoisse et étreint ta gorge plus que ton impatience. et en cela, les yeux clos, tu parviens à rester serein dans ta détresse. douleur anesthésiée, souffrance endormie. comme si l'odeur d'antiseptique suffisait à apaiser les maux de ton esprit. et tu ne sens pas. tu ne sens pas qu'au bout de ce couleur, il y a son regard qui effleure ton profil. son regard qui se pose sur toi et qui te redessine à la plume de ses pupilles. la malveillance qui t'arrachait des frissons de haine, la colère qui piétinait ta peine. l'artiste sculpteur qui le premier a modelé toute ta fureur, avide de combats acharnés et gagnés d'avance. et sa voix qui résonne soudainement. trois lettres étouffée par les hurlements d'un couloirs tout à coup trop vide, trop grand. et si tu ne la remets pas immédiatement, cette voix, tu sais qu'elle t'es adressée. tu dodelines de la tête, faisant craquer ton cou et ouvres enfin tes yeux clairs.

c o l l i s i o n
les siens sont désespérément noirs

engel. E N G E L. l'ange déchu, le diable au corps. bourreau sans cœur, insatiable assassin. engel et tout te revient à la gueule. cette haine qu'il a su t'offrir, cet amour malsain, cette colère bien trop vive pour vos si petits corps. combien d'années, combien de souffles et de larmes versées depuis ? la surprise se dessine sur ton visage, mais laisse bientôt place à une expression terriblement plus neutre. masque que tu positionnes doucement, lentement, pour cadenasser ton âme et l'organe vibrant au creux de ta poitrine. engel et son air poupin, figé dans le marbre, quoique fatigué. perfection entachée par des vices qu'il n'a pas su dissimuler. la hargne sourde sur son visage, celle qui bouillonne sous sa peau pâle, contraste avec l'aplomb que tu mets à rester v i d e. vide d'émotion et de cœur. vide ce qu'il n'a jamais mérité de voir. et dans ton ignominie, tu as l'audace de prendre un instant pour le dévisager. pour laisser tes yeux rencontrer sa silhouette de (gamin), son poing serré, sa pomme d'adam, au creux de son cou insolent.

et dans sa rage inexpliquée
le voilà qui avoue à demi-mot
M O R T ?

et pace. pace, pace, pace. sur tes lèvres délicates et ensanglantées se dessine un sourire. il creuse ta joue, faciès tout à coup illuminé, un peu (trop) vivant. cela ne dure qu'une seconde. une seconde ironique, moqueuse. mais une éternité pour quiconque (ré)apprend à le découvrir. — tout comme. que tu t'entends répondre. elle te rattrape, cette rage canine en sommeil, celle grogne dans ta gorge, dans ta voix qui a mûri, mué depuis tout ce temps. qui a eu le temps de s'user et de se briser, un peu plus à chaque instant. la langue sifflante, amère, suave tout à la fois. pour le frustrer de ne pas avoir su te tuer un peu plus. pour l'effrayer, de te voir si abouti. si entier. si (amoché par la vie). les sensations endormies se réveillent, le poids de son poing sur ton visage d'enfant. et comme pour palier à ce sentiment naissant, tu te redresses dans ta chaise, et ta silhouette au torse tombé et aux épaules trop crispées, s'étend jusqu'à tirer ta carcasse vers le ciel. d'un mouvement fluide, silencieux, tu te lèves, pour lui faire face.

(t'as fini par le dépasser)
à dix ans, on n'est pas fini
à douze ans, on n'est pas fini
à seize ans, on n'est pas fini
à vingt-six ans, on (en) n'a pas fini
o n . r è g l e . s e s . c o m p t e s

tu le surplombes, juste assez pour que ça soit remarqu(able)é. juste assez pour que le rapport de force soit soudainement inversé. en silence. agonisant par la force tranquille des choses. et tes yeux, tes yeux aux iris tempétueux, océan en colère, n'ont de cesse de le toiser. de le j a u g e r, comme si tu attendais une menace qui ne vient pas. (que tu ne retrouves pas) parce que l'enfant est bien M O R T. et que l'ange ne te fait plus peur. dans son dos, une infirmière au pas précipité. tu esquisses un regard en sa direction, un mouvement avorté, balayé d'un je reviens étouffé. elle ne s'arrête pas. alors, tu adresses un dernier regard au visage poupin de ton bourreau et tu te laisses glisser à nouveau sur l'assise inconfortable. soupir étouffé, œil qui dérobe un peu de son attention, en coin, comme une amourette d'adolescent. et la voix qui devrait être tremblante, chargée de défiance, carnassière à l'excès, est suintante de mépris.

— mais tu vois,
personne n'a jamais réussi
à taper assez
fort.



Revenir en haut Aller en bas
 

t’as les yeux trop froids pour moi ☾Pace

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I've got 99 problems :: neighborhoods :: staten island :: Richmond Medical Center-