AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
La nouvelle version a été installée cute ! Pour découvrir les nouveautés c'est par ici & pour commenter c'est ici
Vous voulez aider à l'intégration des nouveaux ? geek devenez parrain, comité d'accueil ou chercheur de potins ! Infos par lààà
Des envies de diversité ? love Découvrez les ressources diverses de 99!
Vous êtes un peu paumés ? hidebox Rendez vous sur : www.keskispass.com
S'intégrer sur un gros forum, le mode d'emploi excited A découvrir par iciii avec toutes les initiatives mises en place !
Elsie Dimitriev et Gautier Scott recherchent leur deux colocs Alors go-go remplir ce joli appartement ! keur

Partagez
 

 Somewhere over the rainbow feat. Noah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Themis Devereaux
Themis Devereaux

Your rp color :
Teal
To do list rp :
En vue :
Gotha 31 - www
Robin - www
Astrid - www
Tc Voisins www
RHPS www
William www
Thomas www
Gautier

Summary :
Elle est une petite fille de riche qui a vu son nom traîné dans la boue par la faute de ces crimes que son financier de père à commis alors qu'elle n'avait pas même quinze ans. Les enfants paieront pour les crimes de leurs parents hein ? Themis en est la preuve vivante ! Diplômée de l'école du Louvre de Paris, douée dans son domaine elle ne parvient cependant pas à trouver de poste à la hauteur de ses capacités et de ses ambitions. Alors elle s''est résolue, grâce à l'entremise de Thomas son meilleur ami devenu par le bon vouloir de leurs familles sont fiancé, à devenir comédienne. Elle tient désormais le rôle de Magenta au sein de la troupe du RHPS. Enfant de la haute ou de la balle ? Peste sans nom ou douce femme rêveuse ? Themis doit choisir. Ce que sera sa vie ? Oui en ce sens où c'est qui elle est vraiment qu'elle se doit aujourd'hui de déterminer. Vivre entre deux mondes, mentir aux uns comme aux autres, n'est pas gérable sur du long terme ! L'heure du choix est sans doutes venu. Et elle en tremble
Messages :
712
Pseudo :
RedrumEm
Multinick :
Azucena, Hazel, Samara, Siobhan, Sophia
Avatar :
Taylor Lashae by @le staff d amour !
Somewhere over the rainbow feat. Noah Boeh
Age :
26 ans
Status :
Thomas et moi nous retrouvons fiancés malgré nous... j'aurais pu tomber pire vous me direz
Sexuality :
Hétéroromantique qui se nie
Work :
En attendant de pouvoir trouver un poste de commissaire priseur je suis Magenta au sein de la troupe du RHPS
Home adress :
en cours
Longueur rp :
Du court au long je m'adapte à vos envies.
Rythme de rp :
tout dépend de mon IRL et de ma connexion mais aussi régulier et fréquent que je le peux.
Astrological Sign :
Gémeaux
Hogwarts house :
Slytherin
Your rp color : Teal To do list rp : En vue :
Gotha 31 - www
Robin - www
Astrid - www
Tc Voisins www
RHPS www
William www
Thomas www
Gautier

Summary : Elle est une petite fille de riche qui a vu son nom traîné dans la boue par la faute de ces crimes que son financier de père à commis alors qu'elle n'avait pas même quinze ans. Les enfants paieront pour les crimes de leurs parents hein ? Themis en est la preuve vivante ! Diplômée de l'école du Louvre de Paris, douée dans son domaine elle ne parvient cependant pas à trouver de poste à la hauteur de ses capacités et de ses ambitions. Alors elle s''est résolue, grâce à l'entremise de Thomas son meilleur ami devenu par le bon vouloir de leurs familles sont fiancé, à devenir comédienne. Elle tient désormais le rôle de Magenta au sein de la troupe du RHPS. Enfant de la haute ou de la balle ? Peste sans nom ou douce femme rêveuse ? Themis doit choisir. Ce que sera sa vie ? Oui en ce sens où c'est qui elle est vraiment qu'elle se doit aujourd'hui de déterminer. Vivre entre deux mondes, mentir aux uns comme aux autres, n'est pas gérable sur du long terme ! L'heure du choix est sans doutes venu. Et elle en tremble Messages : 712
Pseudo : RedrumEm
Multinick : Azucena, Hazel, Samara, Siobhan, Sophia
Avatar : Taylor Lashae by @le staff d amour !
Somewhere over the rainbow feat. Noah Boeh
Age : 26 ans
Status : Thomas et moi nous retrouvons fiancés malgré nous... j'aurais pu tomber pire vous me direz
Sexuality : Hétéroromantique qui se nie
Work : En attendant de pouvoir trouver un poste de commissaire priseur je suis Magenta au sein de la troupe du RHPS
Home adress : en cours
Longueur rp : Du court au long je m'adapte à vos envies.
Rythme de rp : tout dépend de mon IRL et de ma connexion mais aussi régulier et fréquent que je le peux.
Astrological Sign : Gémeaux
Hogwarts house : Slytherin
Somewhere over the rainbow feat. Noah Empty
Sujet: Somewhere over the rainbow feat. NoahLun 25 Nov - 21:48
3.PM,
Richmond's Center ,

«  Heure du décès : 2.58 PM. »

Sa voix n'avait pas même tremblé alors que, placide et froide, elle énonçait cette donnée. Si peu de mots pour mettre fin à une existence. Une vie. Déjà son regard glissait par-delà ces portes où Dhalia savait que le pire restait encore à venir. Affronter ces instants où il lui faudrait annoncer à une épouse, une mère de trois enfants encore en bas âge, que son amour ne reviendrait pas. Oh, bien sûr, il y aurait ces faits qu'elle énoncerait d'une voix doucereuse mais auxquels la si fraîche veuve n'entendrait rien. Comment le pourrait-elle ? Ce matin son époux avait du l'embrasser, promettre de rentrer vers elle dès son labeur fini. Ce matin, peut-être, s'étaient-ils surpris à encore rêver alors qu'ils parlaient de leurs prochaines vacances, de leurs rêves pour leur progéniture... peut être même avaient-ils évoqué l'envie d'en faire un autre ? Une petite fille cette fois ! Mais tout cela... Tous cette effervescence de vie s'était éteinte au moment même où le tragique accident s'était produit. La femme endeuillée avait-elle réellement besoin de savoir que son amour était mort alors qu'il envoyait un texto plutôt osé à sa maîtresse ? Non. Fallait-il lui dire que son agonie avait été aussi longue que douloureuse ? Non. Et Dhalia devait-elle lui confesser que, de son expérience, elle devrait presque remercier le ciel d'avoir rappelé à lui son époux ? Que s'il avait survécu, amputé de ses deux bras, vivre n'aurait jamais été pour eux que douleur et horreur ? Evidemment qu'elle ne dirait rien de cela !

«  Mrs Connolly ? »

Son toux était doux, son regard et ses gestes l'étaient plus encore. Et, comme souvent en ces tristes occasions, la femme savait, avait compris avant même que la chirurgienne n'ait eu à prononcer le moindre mot. Ils le savaient tous. Alors les larmes avaient jailli. Elle les assécherait. De ses mots, choisis avec soin et énoncés avec précaution. De ces mots qui compatiraient mais, surtout, tenteraient de parler d'avenir, de reconstruction. Des discours si bien rodés que, parfois, ils faisaient mouche. Comme ce jour là où la veuve avant de s'en retourner à ses formalités, lui avait pris les mains et si chaleureusement remerciée que Dhalia en aurait pleuré si seulement elle l'avait pu. La remercier ? De quoi ?! De n'avoir rien pu faire pour sauver ni même soulager son époux ? De lui avoir promis que, un jour, elle se réveillerait et comprendrait que sa vie n'est pas finie ? Que son mari survivait au travers de leurs si beaux fils ? Des phrases toutes faites ! Rien que des poncifs que le plus mauvais des scénarites de teen séries aurait honte d'écrire ! Et, pourtant, c'étaient elles qui avaient, pour un temps, réussi à apaiser celle que Dhalia regarda partir. Quand la silhouette voûtée, écrasée par le deuil eut disparu au bout du couloir alors, et alors seulement, la femme se décida à rejoindre l'extérieur. De l'air... elle avait besoin d'air ! Souriant mollement et saluant de quelques mots creux ceux de ses collègues qu'elle croisa, Dhalia avait sorti son téléphone de la poche et suspendu ses gestes. Elle voulait lui parler. En avait le plus urgent des besoins, même. Pour se rassurer à sa voix, oublier le malheur de la veuve en se raccrochant à leur bonheur à eux deux.

  « Appeler Noah. »
  « Numérotation Noah en cours... »

Déjà les bruits agaçant de son smartphone qui résonnaient, bourdonnaient à ses tympans. Et ses paupières qui s'abaissaient alors qu'elle s'entendait murmurer

«  Raccrocher. »
«  Communication interrompue. »

Pourquoi ? Pourquoi renoncer alors qu'elle savait que, mieux que quiconque, Noah pourrait la comprendre ? Lui qui, tout comme elle, était si souvent confronté à la détresse humaine et à ses parfois bien fatales conséquences ? Et un soupir qui lui échappait alors qu'elle se laissait lourdement choir sur un banc et laissait sa tête, trop pleine, retomber sur sa poitrine. Un téléphone qu'elle ne rangea qu'une fois un laconique texto envoyé à l'homme de ses pensées, de sa vie.

Je pense à toi. Tu me manques. Envie de sortir ce soir, tu es partant ? Je t'embrasse.

Aucune émotion en trop. Pas son genre, pourtant. Sauf quand, comme en cet instant, elle se sentait submergée au point d'en être noyée, par des émotions bien trop vives. Noah comprendrait. Tout ce que ses mots taisaient pour mieux les hurler. Tout ce spleen qui entraînait sa fiancée vers des terres que lui aussi ne connaissait que trop bien. Celles hantées par la culpabilité amère de n'avoir pas pu sauver une vie. Celles où le doute soufflait trop fort. Celles où....

  «  Dhalia ! Un accident entre un us scolaire et un poids lourd. On nous amène les premiers désincarcérés et, non, ce ne sera pas beau à voir . »
  «  J'arrive. »

Pas besoin, ni surtout le temps d'ajouter quoique ce soit. Déjà la chirurgienne se précipitait vers ce sas des urgences où déjà elle entendait les premiers échos de ces propos jetés d'une équipe à une autre. Des informations qu'elles saisissait au vol tandis qu'elle allait trouver son chef lui aussi prêt à intervenir. Un regard entendu qu'ils échangèrent et la tension qui se sentit dans leurs corps à tous. Comme celle qui annonçait encore des instants, sûrement des heures et des heures, d'une intensité rare. Pour soigner qui pourrait l'être, opérer tout ce qui se devait de l'être et, aussi tous y étaient préparés, peut-être encaisser le choc de perdre d'autres patients. C'était ça la vie aux urgences. C'était ça la vie de médecin. C'était ça sa vie !


~***~


10.PM,
L'Outpost,


Son téléphone qui, une fois encore, se remit à vibrer au fond de cette poche où Dhalia ne prit pas même la peine d'aller le repêcher. Pourquoi l'aurait-elle fait alors qu'elle savait pertinemment que c'était lui ? Un soupir, encore un, alors qu'elle faisait un signe à Rhys en poste ce soir là, et lui faisait signe de la resservir. Le barman, la connaissant trop bien pour ne pas s'inquiéter, avait semblé hésiter puis avait fini par acquiescer et par s'exécuter. Mais sans omettre de préciser à son amie que celui-ci serait le dernier, qu'elle ferait bien mieux de prendre un Uber et de rentrer chez elle. Même, mieux, pourquoi n'appelait-elle pas Noah ?

«  Parce que mon si cher fiancé est sans doutes bien trop occupé à s'occuper de votre petite protégée ? Cette gosse horripilante à qui il suffit de battre de ses longs cils pour tous vous rendre dingues ? »
«  Laisse-moi deviner : tu parles de Hazel ? »
«  Non ! De la mère Noël ! Evidemment que je parle de cette môme là... T'en connais d'autres, toi, à qui Noah a passé les clés de notre appartement ? Non parce que si c'est le cas préviens moi ! Parce que là je rentre chez moi et devines sur quoi je tombe ? La nymphe enroulée dans une serviette et qui sortait tout juste de notre douche ! »
«  Au moins il n'était pas en dessous avec elle alors ne te plains pas ! »
«  Manquerait plus que cela tiens ! Noah et son syndrome du sauveur... »

Des verres qu'ils firent trinquer et une gorgée qu'ils descendirent de concert. Puis Dhalia, épuisée et un peu faite, qui continuait à parler tandis que, discrètement, Rhys envoyait un message à Noah.

Dhalia est là. Viens la chercher avant que ça parte en couilles. Elle a besoin de toi man !

«  C'est pas aussi ce qui te plaît en lui ? »

Avait repris le barman, l'air de rien, et en rangeant son smartphone dans la poche arrière de son jean une fois la réponse du pompier reçue.

«  Bien sûr que si … Mais parfois j'aimerais bien qu'il vienne me sauver, moi ! »

Un soupir qui échappait à celle qui, encore, laissait sa tête venir reposer sur le zinc tandis qu'elle murmurait, confessait du bout des lèvres

«  J'ai passé la pire des journées... En une seule journée nous avons perdu pas moins de cinq patients... dont deux sous ma seule responsabilité ! Deux ! »

Un sanglot qu'elle étouffait avant d'ajouter

«  Je voulais juste passer une soirée avec lui... Je voulais juste un peu de douceur... Une soirée paisible avec l'homme que j'aime... Parce que je l'aime tellement Noah... Je me demande parfois s'il s'en rend seulement compte... Rien qu'une soirée à nous deux sans qu'aucun de nos boulots ne vienne nous séparer... Rien qu'une soirée... Sans gamine en danger à protéger... Sans urgences... Rien que nous...  C'était trop demander ? »

Là, juste derrière elle, Noah se tenait. Et, écoutait.
Revenir en haut Aller en bas
Noah Denbrough
Noah Denbrough

Your rp color :
#6699ff
To do list rp :
prénom nom - www





Summary :
Noah, c’est un jeune homme passionné par son métier qui a, durant un temps, perdu l’envie de vivre pleinement. La disparition de son ex-fiancée l’a profondément heurté. Il n’y était pas préparé et, tandis qu’il se prépare à en épouser une autre, il s’interroge. Il se demande si elle n’est pas vivante, là, quelque part. Aurait-il dû aller la chercher ? Aurait-il dû le prendre ce billet d’avion pour la destination précédemment empruntée par Riley ? Fait-il bien de se lier à une autre ? Et, comme réagira-t-il, lui, quand il se rendra compte que la disparue est de retour au pays, mais vidée de la substance du souvenir ?
Messages :
353
Pseudo :
Duma_Key
Multinick :
Isaiah Torrance
Avatar :
C. Hunnam + (c) jenesaispas
Somewhere over the rainbow feat. Noah 1573596497-tumblr-prexhggdzo1ufp323o1-500
Age :
36 ans
Status :
Fiancé.
Sexuality :
Hétérosexuel
Work :
Pompier. Lieutenant de la brigade de secours.
Home adress :
A venir
Longueur rp :
De 500 à no limit ?
Rythme de rp :
Régulier. Je dirais 5/7
Astrological Sign :
Scorpion
Hogwarts house :
Gryffondor
Your rp color : #6699ff To do list rp : prénom nom - www





Summary : Noah, c’est un jeune homme passionné par son métier qui a, durant un temps, perdu l’envie de vivre pleinement. La disparition de son ex-fiancée l’a profondément heurté. Il n’y était pas préparé et, tandis qu’il se prépare à en épouser une autre, il s’interroge. Il se demande si elle n’est pas vivante, là, quelque part. Aurait-il dû aller la chercher ? Aurait-il dû le prendre ce billet d’avion pour la destination précédemment empruntée par Riley ? Fait-il bien de se lier à une autre ? Et, comme réagira-t-il, lui, quand il se rendra compte que la disparue est de retour au pays, mais vidée de la substance du souvenir ? Messages : 353
Pseudo : Duma_Key
Multinick : Isaiah Torrance
Avatar : C. Hunnam + (c) jenesaispas
Somewhere over the rainbow feat. Noah 1573596497-tumblr-prexhggdzo1ufp323o1-500
Age : 36 ans
Status : Fiancé.
Sexuality : Hétérosexuel
Work : Pompier. Lieutenant de la brigade de secours.
Home adress : A venir
Longueur rp : De 500 à no limit ?
Rythme de rp : Régulier. Je dirais 5/7
Astrological Sign : Scorpion
Hogwarts house : Gryffondor
http://99problems.forumactif.com/t1134-je-te-deteste-comme-cette-phrase-qui-dit-c-etait-trop-beau-pour-etre-vrai
Somewhere over the rainbow feat. Noah Empty
Sujet: Re: Somewhere over the rainbow feat. NoahSam 30 Nov - 15:53

I wish I was special
noah & Dhalia
Habituellement, jamais je ne râle d’agacement quand je suis retenu prisonnier entre un point A et un B à cause d’un embouteillage. Ici, à New York, c’est monnaie courante. Nombreux sont ceux qui préfèrent se déplacer en transports en commun afin de gagner un temps précieux. Le mien l’est autant que celui des autres, mais j’avais pris pour parti d’user de ces longues minutes vides pour ordonner mes soucis du quotidien. En général, ils se résolvaient là, dans l’habitacle de ma voiture, sauf celui qui m’agitait depuis mon tête-à-tête avec Riley : son amnésie. Elle ne se rappelle plus rien, de personne, et ça m’agace. Comment l’aborder à présent ? Comme une ex ? Une étrangère ? Une amie ? Et, qu’arrivera-t-il si elle se souvient ? Cherchera-t-elle à revendiquer sa place d’antan ? M’en voudra-t-elle d’avoir souhaité refaire ma vie ? Se sentira-t-elle trahie tant par moi que par sa meilleure amie ? Envisagera-t-elle ma relation avec Dhalia comme une chance pour nous deux ? Peut-être si ses sentiments sont morts et non oubliés. Mais, les miens ? Étaient-ils en sommeil ? Vont-ils s’éveiller maintenant que je serai amené à la fréquenter à nouveau régulièrement, faute à la prescription de sa psychologue ? Vais-je supporter d’être le témoin privilégié de chacune de ses respirations, d’un autre geste tendre, d’un sursaut bref de sa mémoire ? Toutes ces questions m’obsèdent et j’ai beau cherché, je n’entrevois pas l’ombre d’une réponse satisfaisante pour, au minimum, l’une d’entre elles. J’émets bien quelques suppositions, mais elle ne m’apporte rien, pas plus que mon comportement d’ailleurs. Mon silence de couard – et qui ne me ressemble pas vraiment – me plonge dans un bain de honte qui accentue mon impression que ma seule issue est de subir ma mère, ma sœur ou ma fiancée. Tôt ou tard, je serai forcé de les affronter et je n’ai pas grand-chose à gagner d’un tel report d’échéance si ce n’est des reproches frôlant l’injustice et des prises de tête à n’en plus finir. Après tout, je n’ai rien fait de mal. Je m’inquiète pour l’avenir à tort – je n’ai sur lui aucun contrôle –, mais le fond de mes pensées n’appartient qu’à moi. Aussi, estimant que l’heure n’est plus à la puérilité et à la lâcheté, je rallume enfin mon gadget qui, sans surprise, vibre à plusieurs reprises.

Méthodique, je choisis de répondre à mes différents messages dans l’ordre. Je commençai par, Hazel, mon oisillon fragile qui m’informe, en deux temps, qu’elle fait bon usage de mes clés, histoire de prendre une douche et qu’elle est tombée nez à nez avec Dhalia au sortir de la salle de bain, qu’elle en est désolée. Mouais ! ça fait partie du jeu. Je la remercie, la rassure, mais réclame quelques informations complémentaires quant au contenu de leur échange. Mia, mes collègues et ma mère me harcelèrent à propos de Riley. Je me contentai de leur adresser une réponse brève : elle va bien et les détails suivront. Les derniers, que je jugeai plus importants que les autres, venaient de ma fiancée. Ce soir, elle espérait sortir et je m’en voulus aussitôt d’avoir ignoré ses appels à l’aide. Quoique Tom puisse en penser, la chirurgienne est une femme forte et solide. Son métier n’est pas facile, mais elle l’aborde avec optimisme, sans cesser de croire que guérir ou sauver est impossible. Certes, elle vit mal certains décès, mais elle ne s’apitoie jamais sur son sort. En général, elle laisse ses déceptions derrière le pas de notre porte. Cette fois, la journée avait dû être compliquée pour qu’elle réclame mon soutien et moi, j’étais avec une autre, la seule qui, avant elle, était à l’origine de projets à bâtir à deux. Mal à l’aise, faute à la culpabilité, je rédige à la hâte un texto gentil, je lui demande où elle est, ce qu’elle fait, si je peux la rejoindre maintenant que le trafic est plus fluide. Pas de réponse. Je m’engage dans un carrefour vers notre nid sans grande conviction, que ferait-elle à la maison si elle est frustrée, vidée, fâchée ? Au bar ? Celui où les pompiers, les flics et les médecins du quartier ont tendance à se retrouver ? Ce qui n’était au départ qu’une intuition se vérifia grâce Rhys, le barman. Elle était là-bas, mal dans sa peau vraisemblablement et j’ai songeai : tu m’étonnes !

Je la reconnus d’emblée à ses boucles échevelées. Assise sur un tabouret derrière le zinc, elle était sur elle-même, mais sans perdre en élégance… parce qu’elle est belle, Dhalia. Les têtes se tournent sur son passage et l’œil lubrique du type à moins d’un mètre d’elle le confirmait. Un vent de jalousie chassa ma culpabilité un instant et souffla dans mon dos. Je cheminai donc vers elle pour mieux m’arrêter, couper dans mon élan alors que ces révélations me chatouillaient les tympans. Elle est malheureuse, par ma faute et j’entends qu’elle ne reste que par amour pour l’être imparfait que je suis, celui qui la délaisse au profit d’autres âmes en peine déposées sur ma route par mon boulot ou le destin. Mais qu’est-ce qu’elle s’imagine ? Que je l’oublie sciemment ? Que je force le trait de mes qualités pour la blesser ? Et depuis quand l’altruisme est-il un défaut ? N’est-elle pas autant responsable que moi si je suis absent quand elle me sonne ? Elle transforme ses états d’âme en secret honteux en général. Elle prend soin de moi, de nous, sans jamais m’accorder l’espace utile à lui rendre la pareille. La preuve en est : j’ignore toujours les raisons da prochaine visite chez le médecin. Est-ce mon rôle de jouer des coudes pour qu’elle s’appuie sur mon épaule dès lors qu’un caillou dans son soulier l’empêche d’avancer ? Ma mauvaise foi se vexe d’entendre ces aveux chuchotés à l’adresse d’un autre. Mais, je me tais parce qu’elle est à moitié ronde et que discuter ne servirait qu’à envenimer son sentiment. Je me tais parce qu’une petite voix me répète comme un péan qu’elle a raison en partie et que je me cherche des excuses pour ne pas assumer mon échec.

L’échec. À cette simple évocation, j’ai les mains moites et, d’un geste machinal, je les essuie sur mes jans délavés et trop larges avant de l’entourer, finalement, de mes bras que j’espère rassurants. « Moi aussi, je t’aime, Dhalia. » déclarais-je presque solennellement au creux de son oreille. Je n’avais rien perdu de sa discussion, pourquoi le lui cacher ? « J’aurais adoré qu’on se fasse un resto en tête-à-tête, ce soir. J’ai juste vu ton texto il y a pas très longtemps. » Qu’ajouter ? Un mensonge du genre : je n’avais plus de batteries ? Un non-dit qui ressemblerait à : je voulais éviter ma mère à tout prix ? Mauvaise idée, le retour de manivelle serait trop violent. « Mais, il n’est pas trop tard. » Je jetai un œil distrait sur l’immense horloge derrière Rhys en m’installant sur le tabouret vide à ses côtés.  « On est à New York, la ville qui ne dort jamais. On se trouve un traiteur, on se commande un truc qui nous fait envie à tous les deux. » Autrement dit, un plat réconfortant qui nous bercerait de l’illusion que, dans le fond, ça ne va pas si mal. « On rentre, je te fais couler un bain, je dresse la table et on ferme les volets et nos portables jusqu’à demain midi. » proposais-je en dépit de cause, certes, mais souffrant moi aussi d’un cruel besoin de la retrouver. J’avais gardé sa main dans la mienne et, la caressant du pouce, j’appréhendais un mouvement de recul de sa part quand le serveur déposa devant moi un shot de tequila. Je n’avais pas eu le temps de le commander. J’en déduis que j’avais une mine à faire peur. Je le remerciai doublement d’un signe de la main et de la tête. « Alors ? Qu’est-ce que tu en dis ? On pourrait passer la soirée à fouiller Pinterest en quête d’inspiration pour la décoration du mariage. » Elle me tannait avec ce détail de taille depuis des jours. J’espérais me racheter en lui démontrant mon implication dans notre union, mais je doutais que ça soit suffisant. « Je le fais pas exprès, Dhalia. Je ne savais pas que ça te blessait, je… je sais pas… je suis comme ça. Mais, ça ne veut pas dire que tu ne comptes pas ou que ça ne m’intéresse pas, ce que tu ressens. Je suis toujours parti du principe que c’était toi la plus forte de nous deux. » Je finis par me lever, d’instinct, et, lui chuchotant que j’étais désolée, je posai sur ses lèvres un baiser qui hurle : excuse-moi. Un baiser sincère et prometteur si tant est qu’elle ne soit pas à bout de nerfs ou déjà trop - ou pas assez -  ivre pour s’offusquer que je tienne pour acquis qu’elle ne m’en veut pas – déjà plus ? – parce que je suis là et, dès lors, tout pardonné.

code by bat'phanie

_________________
S.O.S
Revenir en haut Aller en bas
Themis Devereaux
Themis Devereaux

Your rp color :
Teal
To do list rp :
En vue :
Gotha 31 - www
Robin - www
Astrid - www
Tc Voisins www
RHPS www
William www
Thomas www
Gautier

Summary :
Elle est une petite fille de riche qui a vu son nom traîné dans la boue par la faute de ces crimes que son financier de père à commis alors qu'elle n'avait pas même quinze ans. Les enfants paieront pour les crimes de leurs parents hein ? Themis en est la preuve vivante ! Diplômée de l'école du Louvre de Paris, douée dans son domaine elle ne parvient cependant pas à trouver de poste à la hauteur de ses capacités et de ses ambitions. Alors elle s''est résolue, grâce à l'entremise de Thomas son meilleur ami devenu par le bon vouloir de leurs familles sont fiancé, à devenir comédienne. Elle tient désormais le rôle de Magenta au sein de la troupe du RHPS. Enfant de la haute ou de la balle ? Peste sans nom ou douce femme rêveuse ? Themis doit choisir. Ce que sera sa vie ? Oui en ce sens où c'est qui elle est vraiment qu'elle se doit aujourd'hui de déterminer. Vivre entre deux mondes, mentir aux uns comme aux autres, n'est pas gérable sur du long terme ! L'heure du choix est sans doutes venu. Et elle en tremble
Messages :
712
Pseudo :
RedrumEm
Multinick :
Azucena, Hazel, Samara, Siobhan, Sophia
Avatar :
Taylor Lashae by @le staff d amour !
Somewhere over the rainbow feat. Noah Boeh
Age :
26 ans
Status :
Thomas et moi nous retrouvons fiancés malgré nous... j'aurais pu tomber pire vous me direz
Sexuality :
Hétéroromantique qui se nie
Work :
En attendant de pouvoir trouver un poste de commissaire priseur je suis Magenta au sein de la troupe du RHPS
Home adress :
en cours
Longueur rp :
Du court au long je m'adapte à vos envies.
Rythme de rp :
tout dépend de mon IRL et de ma connexion mais aussi régulier et fréquent que je le peux.
Astrological Sign :
Gémeaux
Hogwarts house :
Slytherin
Your rp color : Teal To do list rp : En vue :
Gotha 31 - www
Robin - www
Astrid - www
Tc Voisins www
RHPS www
William www
Thomas www
Gautier

Summary : Elle est une petite fille de riche qui a vu son nom traîné dans la boue par la faute de ces crimes que son financier de père à commis alors qu'elle n'avait pas même quinze ans. Les enfants paieront pour les crimes de leurs parents hein ? Themis en est la preuve vivante ! Diplômée de l'école du Louvre de Paris, douée dans son domaine elle ne parvient cependant pas à trouver de poste à la hauteur de ses capacités et de ses ambitions. Alors elle s''est résolue, grâce à l'entremise de Thomas son meilleur ami devenu par le bon vouloir de leurs familles sont fiancé, à devenir comédienne. Elle tient désormais le rôle de Magenta au sein de la troupe du RHPS. Enfant de la haute ou de la balle ? Peste sans nom ou douce femme rêveuse ? Themis doit choisir. Ce que sera sa vie ? Oui en ce sens où c'est qui elle est vraiment qu'elle se doit aujourd'hui de déterminer. Vivre entre deux mondes, mentir aux uns comme aux autres, n'est pas gérable sur du long terme ! L'heure du choix est sans doutes venu. Et elle en tremble Messages : 712
Pseudo : RedrumEm
Multinick : Azucena, Hazel, Samara, Siobhan, Sophia
Avatar : Taylor Lashae by @le staff d amour !
Somewhere over the rainbow feat. Noah Boeh
Age : 26 ans
Status : Thomas et moi nous retrouvons fiancés malgré nous... j'aurais pu tomber pire vous me direz
Sexuality : Hétéroromantique qui se nie
Work : En attendant de pouvoir trouver un poste de commissaire priseur je suis Magenta au sein de la troupe du RHPS
Home adress : en cours
Longueur rp : Du court au long je m'adapte à vos envies.
Rythme de rp : tout dépend de mon IRL et de ma connexion mais aussi régulier et fréquent que je le peux.
Astrological Sign : Gémeaux
Hogwarts house : Slytherin
Somewhere over the rainbow feat. Noah Empty
Sujet: Re: Somewhere over the rainbow feat. NoahSam 7 Déc - 16:20
Quelques années plus tôt,

Pendant des heures, elle avait erré dans son appartement, tentant mais toujours en vain de chasser ce sentiment de culpabilité qui ne cessait de la ronger à lui en faire mal. A un moment, elle sentait ses lèvres s'étirer en un sourire bien trop radieux, ses pensées virevoltant jusqu'à ce placard où, presque fébrile, elle s'imaginait déjà choisir cette tenue qui, elle l'espérait, saurait lui plaire. Puis, l'instant suivant, son regard venait se poser sur ce pêle-mêle de photos trônant sur sa commode et où, un pincement au cœur, elle les revoyait Riley et elle. Depuis ces années en faculté de médecine qui avaient permis à leurs routes de se croiser pour mieux se confondre, en passant par tous ces moments si joyeux qui avaient ensuite illuminé leurs vies, renfoncer leur amitié si inébranlable. Pour finir sur ce cliché de la disparue... Ce portrait que Dhalia ne put, ce soir là aussi, caresser tendrement du bout de ses doigts alors tremblants. Riley... Elle lui manquait tellement ! Elle était la seule à jamais l'avoir réellement comprise, acceptée avec toutes ses failles et ses doutes. Avec son mauvais caractère aussi... Des amies, elles ? Les meilleures qui aient jamais pu être même ! Mieux, des sœurs... Et c'était bien là que le bât blessait... Comment pouvait-elle ainsi insulter la mémoire de sa sœur de cœur ?

Déjà ses mains s'emparaient de son téléphone, scrollant nerveusement les messages que Noah et elle s'étaient échangés les jours derniers. S'arrêtant sur ce dernier où il lui proposait de se retrouver après leurs gardes respectives à l'Outpost, de prendre un verre pour, ensuite, aller dîner. Un soupir qui échappait au médecin alors qu'elle écrivait pour mieux l'effacer et le réécrire un message pour annuler. Ils ne pouvaient pas faire cela. C'était mal... non ? Non ! Ca ne l'était pas ! Dhalia savait que ni Noah ni elle n'avaient prévu ce qui, pourtant, était en train d'arriver entre eux... Eux... Ce pluriel qui soudainement la terrifiait quand, seulement quelques minutes plus tôt, elle se surprenait à en rêver. Le pompier était un homme auquel elle ne s'attendait réellement pas. Lui et elle venaient de milieux, de cultures différentes et si elle se montrait honnête, Dhalia savait que sans Riley pour les avoir présentés il était peu probable que leurs routes se soient croisées en dehors de ces entrevues éclairs aux urgences du Richmond's ! Et quand Riley lui avait annoncé leurs fiançailles alors Dhalia en avait la plus heureuse pour eux ! Ils se complétaient si bien ! Ils semblaient faits l'un pour l'autre ! C'est ce qu'elle s'était dit à l'époque. Comme, en répondant à l'invitation pour mieux la confirmer et glisser au passage son impatience de le retrouver, elle s'était dit que Noah et elle étaient faits eux aussi pour se trouver ! Cela n'avait plus logique ni sens... Cela se ressentait. Dans ce cœur qui palpitait à tout rompre rien qu'à imaginer le sourire parfois si désarmant de l'homme. Dans ces sourires qu'elle commençait à n'avoir que pour lui quand, comme personne, il parvenait si bien à lire dans ses silences. Ceux qu'il apaisait toujours d'un mot, d'une main tendue... Alors, non, Dhalia ne savait pas le moins du monde où tout cela pourrait bien les mener mais elle le savait : si elle ne saisissait pas sa chance là et maintenant elle le regretterait !

«  Salut c'est Dhalia ! Je... Je voulais juste te dire... Et si, pour ce soir, on oubliait le restaurant ? Je pourrais nous préparer à dîner ? Laisse-moi un message pour te dire ce que tu préfères d'accord ? Je t'embrasse à toute ! »

Puis elle avait raccroché, le souffle court et son cœur battant la chamade. Puis, elle s'était levée, rejoignant sa douche. Le temps filait et, peu importait bien ce que Noah déciderait, l'heure viendrait pour eux de se retrouver. Dhalia ne put s'empêcher de penser que cette soirée marquerait un tournant. Dans leur relation. Dans sa vie entière. Elle ne se l'expliquait pas mais le sentait dans chacune des fibres de son corps : il suffit de si peu pour que tout bascule. Dans leur cas, il aura suffi d'un message laissé sur un répondeur.


~***~


Là, entre les murs de cet établissement où, comme souvent, elle était venue s'échouer Dhalia observait la vie qui n'en finissait plus de palpiter, de bruisser de toutes parts. Là, à quelques tabourets seulement de celui où elle s'était posée, elle regarda un instant et non sans un brin de nostalgie, un couple de jeunes amoureux. Leurs regards fondus l'un dans l'autre, leurs doigts noués dans une infinie tendresse et des mots doux, des promesses et serments peut-être bien, qu'ils se murmuraient tout bas. Comme un secret qu'ils voulaient n'appartenir qu'à eux. Un sourire, triste, qui vint affleurer aux lèvres de la chirurgienne. Noah et elle aussi avaient été ainsi. A refaire le monde autour d'un verre et entre deux baisers échangés avec un empressement proche de la passion. Ils se désiraient, s'aimaient et savaient comme personne réinventer, jour après jour, leur histoire. Puis... puis quoi ? La routine les avait-elle donc si bien touchés que leur amour s'était érodé ? Ou ne serait-ce pas plutôt elle qui, sentant la date du mariage se rapprocher, trouvait toujours mille et une excuses pour mieux laisser exploser une colère jamais justifiée ? Peut-être bien en effet. Comme si, subitement, sa culpabilité revenait la tarauder, lui rappelant sans cesse que ce bonheur qu'elle avait et qu'elle entendait célébrer en devenant aux yeux du monde Madame Denbrough, elle l'avait volé à une autre ?

«  Redis-le moi encore... Redis-le moi Noah... »

Avait-elle dit tout en s'abandonnant à ces bras qui venaient de l'entourer sans même qu'elle en sursaute tant elle en avait immédiatement reconnu la chaleur et la force. Fermant un instant les paupières, se réchauffant le cœur au corps de son fiancé, elle les avait rouverts se retournant pour mieux faire face à celui qui prenait place à ses côtés. Elle aurait voulu dire quelque chose pour dissiper comme cette brume de gêne qui semblait s'être instaurée entre eux sans qu'elle ne cherche plus même à en saisir la cause. Noah était là, enfin ! Dhalia savait que, en d'autres circonstances, elle lui aurait probablement reproché de n'avoir pas même pris la peine de lire ses messages avant très récemment comme il le lui expliquait sans fard. Sans doutes, même, se serait-elle emportée et plainte, allant jusqu'à faire une scène qui n'aurait fait que gagner en vigueur quand ils auraient fini par s'éclipser. Mais, ce soir, elle était trop lasse et trop malheureuse pour maintenir la moindre de ses lignes de défenses aussi idiotes qu'inconscientes. Il était là,  lui susurrait son amour et faisait une nouvelle fois ce pas vers elle. Celui que la chirurgienne savait, en revanche, ne faire que trop peu. Alors, laissant son fiancé parler, énoncer tous ces mots qui l'apaisaient et faisaient peu à peu refleurir son sourire, elle avait levé sa main, effleurant d'une tendre caresse la joue du pompier.

Noah faisait des efforts. Tellement d'efforts même ! Il redoublait d'ardeur dans ses propositions, lui offrant très précisément ce dont elle savait avoir tant besoin. Ce dont, leur couple, avait besoin. Et elle se sentit honteuse d'avoir ainsi pu se sentir délaissée, presque abandonnée... De leur couple, et comme le soulignait fort à propos Noah, elle avait toujours été l'élément réputé fort. Et bien que cela soit en grande partie vraie Dhalia réalisait ce soir que ce n'était qu'une partie de leur vérité. Sa force à elle était brute, parfois violente. De celles qui permettent de tenir pendant les orages. Celle de Noah résidait dans sa capacité à apaiser des situations que la chirurgienne, elle, avait trop souvent tendance à porter jusqu'à l'embrasement le plus total. Noah était fort parce qu'il savait se montrer tendre quand, comme ce soir, elle n'était que perdition. Parce que, surtout, il savait la ramener à l'essentiel : eux. Ce « nous » qui avait si longtemps fait peur à la métisse qu'elle en venait trop souvent à en oublier la saveur sucrée. Mais, là et maintenant, elle se souvenait. Repoussant doucement le shot que lui proposait Rhys elle avait souri au barman

«  Amènes-nous plutôt deux flûtes s'il-te-plaît... » puis, une main toujours si volontairement abandonnée à celle de son fiancé elle avait regardé celui-ci et s'était offerte à ce baiser qu'il lui volait autant que lui offrait. En savourant la douceur et l'empressement. Un baiser comme ils aimaient à s'en chaparder. Un baiser comme un serment qu'il y en aurait tant d'autres à partager jusqu'à la fin de leur vie qu'ils avaient décidé de rendre parfaitement commune. Et tant pis si cette scène de ce soir continuait à se patiner d'une aigreur insidieuse. Tant pis si, quelque part et aussi sincères qu'ils puissent être en cet instant, ils se leurraient et repoussaient une fois de plus de voir en face la réalité. Leur réalité. Celle qui leur aurait rappelé que, non, leur couple aussi soudé puisse-t-il au fond être, n'en avait pas fini d'essuyer les pires des tempêtes. Que ces fondations branlantes sur lesquelles leur histoire s'était construire auraient besoin de bien plus d'une soirée, d'une nuit et d'une matinée pour se solidifier. Dhalia voulait oublier pour mieux croire en eux. Elle voulait offrir à Noah une bulle de légèreté où, comme elle l'avait si bien confessé elle-même, il n'y aurait eu qu'eux. Un doigt aux lèvres de son absolu et les mots qui s'écoulaient des lèvres de Dhalia.

«  Merci. D'être venu dès que tu l'as pu. D'avoir su, comme toujours, trouver les mots pour mieux rassurer la furie que je ne suis encore que trop souvent. Merci de faire autant d'efforts pour moi qui me déteste parfois d'en faire si peu. »

Son sourire qui ne s'étirait que pour mieux se faire tendre et son doigt qui ne quitta les lèvres de son fiancé que pour mieux se perdre dans ses mèches blondes.

«  Et si quelqu'un, ici, doit présenter des excuses je pense que c'est moi. Je te demande pardon Noah. De si souvent oublier que nous avons tous les deux choisis des professions qui exigent et nous bouffent notre temps. Des métiers où les autres passeront toujours un peu avant notre couple mais que cela ne signifie en rien que tu ne m'aimes pas... Pardon, surtout, d'oublier que  je suis la plus chanceuse des femmes de t'avoir pour confident, complice et amour. »

Un baiser qu'elle lui chaparda, mutine, avant que de saisir ces flûtes que leur barman préféré venait de leur servir. L'une qu'elle tendit à Noah et l'autre qu'elle ne leva que pour mieux porter un toast

«  Je bois à toi Noah Denbrough ! Toi que j'aime pour tout ce que tu es et tout ce que tu me fais l'honneur de partager avec moi. Et je bois à ce mariage qui fera de moi non seulement ta femme mais aussi la plus heureuse d'entre toutes ! »

Puis, détendue sans doutes aussi par les bulles qui coulaient si doucement à sa gorge, elle avait finit par hausser un sourcil et taquiné

«  Pinterest, vraiment ? Si je ne savais pas que tu me proposes cela parce que tu sais que j'adorerais cela je te soupçonnerais presque d'avoir quelque chose à te faire pardonner ! »

Puis, sa flûte finie, elle s'était relevée et faisant signe à Rhys  d'encaisser en débitant sa cb elle avait doucement tiré sur la main de celui contre qui elle se lovait pour mieux murmurer au creux de son oreille

«  Va pour le traiteur et le bain. Mais oublie Pinterest... Je pense que toi et moi saurons trouver une bien meilleure façon de nous épuiser pour mieux dormir jusqu'à midi demain. J'ai envie de toi Noah. Tellement envie même... »
Revenir en haut Aller en bas
Noah Denbrough
Noah Denbrough

Your rp color :
#6699ff
To do list rp :
prénom nom - www





Summary :
Noah, c’est un jeune homme passionné par son métier qui a, durant un temps, perdu l’envie de vivre pleinement. La disparition de son ex-fiancée l’a profondément heurté. Il n’y était pas préparé et, tandis qu’il se prépare à en épouser une autre, il s’interroge. Il se demande si elle n’est pas vivante, là, quelque part. Aurait-il dû aller la chercher ? Aurait-il dû le prendre ce billet d’avion pour la destination précédemment empruntée par Riley ? Fait-il bien de se lier à une autre ? Et, comme réagira-t-il, lui, quand il se rendra compte que la disparue est de retour au pays, mais vidée de la substance du souvenir ?
Messages :
353
Pseudo :
Duma_Key
Multinick :
Isaiah Torrance
Avatar :
C. Hunnam + (c) jenesaispas
Somewhere over the rainbow feat. Noah 1573596497-tumblr-prexhggdzo1ufp323o1-500
Age :
36 ans
Status :
Fiancé.
Sexuality :
Hétérosexuel
Work :
Pompier. Lieutenant de la brigade de secours.
Home adress :
A venir
Longueur rp :
De 500 à no limit ?
Rythme de rp :
Régulier. Je dirais 5/7
Astrological Sign :
Scorpion
Hogwarts house :
Gryffondor
Your rp color : #6699ff To do list rp : prénom nom - www





Summary : Noah, c’est un jeune homme passionné par son métier qui a, durant un temps, perdu l’envie de vivre pleinement. La disparition de son ex-fiancée l’a profondément heurté. Il n’y était pas préparé et, tandis qu’il se prépare à en épouser une autre, il s’interroge. Il se demande si elle n’est pas vivante, là, quelque part. Aurait-il dû aller la chercher ? Aurait-il dû le prendre ce billet d’avion pour la destination précédemment empruntée par Riley ? Fait-il bien de se lier à une autre ? Et, comme réagira-t-il, lui, quand il se rendra compte que la disparue est de retour au pays, mais vidée de la substance du souvenir ? Messages : 353
Pseudo : Duma_Key
Multinick : Isaiah Torrance
Avatar : C. Hunnam + (c) jenesaispas
Somewhere over the rainbow feat. Noah 1573596497-tumblr-prexhggdzo1ufp323o1-500
Age : 36 ans
Status : Fiancé.
Sexuality : Hétérosexuel
Work : Pompier. Lieutenant de la brigade de secours.
Home adress : A venir
Longueur rp : De 500 à no limit ?
Rythme de rp : Régulier. Je dirais 5/7
Astrological Sign : Scorpion
Hogwarts house : Gryffondor
http://99problems.forumactif.com/t1134-je-te-deteste-comme-cette-phrase-qui-dit-c-etait-trop-beau-pour-etre-vrai
Somewhere over the rainbow feat. Noah Empty
Sujet: Re: Somewhere over the rainbow feat. NoahSam 14 Déc - 20:57

I wish I was special
noah & Dhalia
Lui déclamer encore et encore combien je l’aime n’a rien d’un problème normalement. J’ai fait fi de ma pudeur envers de Dhalia depuis longtemps. Elle sait toutes les facettes de ma personnalité, de ma sensibilité en passant par mon côté renfrogné. A une époque, j’ai pleuré sur son épaule quand je ne lui proposais pas la mienne. Alors, non, je ne ressens aucune gêne particulière à lui rappeler par envie ou par besoin qu’elle compte, amoureusement, assurément. Cette fois, pourtant, sa supplique me mettrait presque mal à l’aise, faute à cette conversation que j’ai interceptée malgré moi. Tout ce qu’elle réclame est voué à l'apaiser et, si je peux l’entendre, je m’inquiète pour notre avenir proche. Sur l’heure, elle ignore encore le retour de Riley et sa fragilité est palpable. Que deviendra-t-elle dès lors qu’elle serait au fait de cette grande nouvelle ? Tremblera-t-elle chaque jour que Dieu fait dans l’attente d’une catastrophe qui ne surviendra peut-être jamais ? Sans doute, même. Je n’ai pas l’intention de rompre mes fiançailles avec la métisse à cause d’un fantôme. Je suis troublé, certes, mais j’ai juste besoin de temps pour appréhender mes émotions. Elles sont le reflet de la surprise, pas celui du doute. Arriverais-je seulement à l’en convaincre ? Je nous le souhaite, mais je suis inquiet. Elle est si têtue, parfois, Dhalia. Elle écoute, oui, mais elle ne saisit pas toujours ou uniquement le fruit de ses peurs, devinant plus qu’elle n’entend. « Je t’aime. » articulais-je à nouveau, néanmoins soucieux de rattraper le coup, d’être là, tout entier et non en partie. J’interdis mes pensées de vagabonder vers mon ex ou mon boulot. Ça ne fonctionne pas trop mal, mais ce pressentiment que tout m’explosera bientôt au visage est si intense que mes traits sont crispés. Je me contracte sur le tabouret. J’aimerais lui conseiller de ne pas commander une goutte d’alcool supplémentaire, mais les événements s’enchaînent trop vite pour que j’aie le temps de réagir. J’ai tant à lui dire également, tant à me faire pardonner malgré qu’il me soit pénible d’assumer qu’elle préfère se confier à d’autre plutôt qu’à moi. Je me lance donc des explications qui, d’après moi, seront plus utiles qu’un je t’aime, des justifications teintées de non-dit qui trahisse avec plus ou moins de justesse mon état d’esprit.

Avais-je imaginé qu’elle se flagellerait d’erreur à peine existante ? Que du contraire. Je m’attendais à une salve de reproches, une tête de six pieds de long, de l’indifférence peut-être. Je gagne cependant une déclaration qui m’arrache un sourire mi-figue mi-raisin. Il oscille entre la bienveillance émue et la méfiance. « Ne t’excuse pas. Tu n’as pas de raison de le faire. Surtout que je n’ai rien dit. » Ma main saisit la sienne et je lui rends son baiser tandis que, de l'autre, je ramasse la flûte abandonnée sur le zinc par un Rhys amusé. De cette expression non plus, je ne sais que penser. Je lui en dois une de m’avoir indiqué la route vers ma bien-aimée. J’ignore cependant quel regard il pose sur notre relation et, bien qu'il soit de bon ton de m’en moquer éperdument, je supporte mal d’être jugé par un congénère, un qui n’est peut-être pas meilleur que moi, mais qui songera que lui, à ma place, il n’aurait pas déserté, loin de là. « Alors, buvons à ce mariage. Notre mariage. » conclus-je en avalant une gorgée de champagne. Il était bon. Il me réchauffa l’œsophage. Son amertume camoufla celle abandonnée par les récents pieds de nez du destin et, mêlé au shoot de Tequila que j’ingurgitai plus tôt, je me détendis en partie. Bien sûr, je ne l’étais pas entièrement. Il m’en aurait fallu plus pour atteindre le même état de plénitude qui semblait gagner ma compagne. Mais, qu’importe, j’étais dispos à plaisanter moi aussi. « Je n’ai rien à confesser, future madame Denbrough. » Je montrai patte blanche, la main levée pour prêter serment. « C’est juste que ça approche et que j’ai l’impression que, au-delà du fait que ça te plairait bien de fouiller le web, tu as aussi besoin… » aujourd’hui, plus que jamais, me gardais-je d’ajouter. « … de rendre cet aspect-là, de la cérémonie, beaucoup plus concret. » En matérialisant à travers les photos d’autres jeunes mariés, ce qu’elle imagine depuis des années, peut-être même depuis son enfance. « Maintenant, on peut aussi regarder au plan de table, mais ça, c’est l’enfer. Et j’ai pas envie de ça ce soir. » ponctuais-je d’un clin d’œil, riant de concert avec mon interlocutrice, gagné par son hilarité (merci l’alcool) et mû par son souhait de s’éclipser. Elle était déjà debout, dressée sur la pointe des pieds afin que ses propositions, musées du bout des lèvres, n’atteignent mes tympans et l’hémisphère le plus trivial de mon cerveau. « J’ai mille idées qui me viennent en tête. Et, comme je sens l’urgence, il vaut mieux commander pour éviter les détours. » Je récupérai la carte de Dhalia, je saluai et remerciai Rhys et je nous guidai vers ma voiture, chuchotant à l’oreille de ma jolie fleur toute l’étendue de ma créativité sexuelle. Il y avait des envies qu’il était bon d’entretenir. Au Diable donc nos soucis de couple pour ce soir. J’oublie leur récurrence. Je roule vite, peut-être un peu trop et, dans le hall de notre appartement, je fus incapable de ne pas l’embrasser avec la fougue d’un repris de justice libéré sous condition ou d’un militaire en permission. Les temps les plus durs arriveraient bien assez tôt. En attendant, je l’effeuille déjà, un vêtement après l’autre. Je la guide vers la salle de bain et, en chemin, je lui murmure que la douche italienne est bien assez grande pour nous deux.  

***

Ma journée n’avait été qu’une lamentable succession de contrariétés, mais elles n’étaient que peccadilles face à mes frustrations du soir. Pour moi, qui avais souhaité retrouver une quiétude bien méritée dans le confort de mon appartement, la visite de Tom signa la fin de mes espoirs un peu fous. Ses accusations me bouleversèrent, me vexèrent et brisèrent la confiance aveugle que j’avais en lui. Quant à Dhalia, que je pensais à ma cause acquise, elle ajouta de l’huile sur le feu en m’ignorant pour mieux se concentrer sur le flic. Certes, il avait la mâchoire cassée, mais je souffrais moralement, mon ego blessé par les couteaux tirés par mon supposé meilleur ami. Fallait-il qu’elle soit visible aux yeux de tous pour exister ? Pour être légitime ? Je trouvais la situation tellement injuste que je m’isolai à l’instant même où il s’enfuit. Après avoir appuyé sur le détonateur d’une bombe qui abîmerait ma relation avec ma fiancée, après m’avoir ôté du droit d’annoncer le retour de Riley à ma meilleure amie, il avait rebroussé chemin sans jeter un regard en arrière, lâchement. Je fulminais et, fou de rage, j’estimai qu’il n’était pas utile de discuter de cet événement avec ma compagne sur-le-champ. Je ne lui opposerais que des horreurs, vu qu’elle semblait avoir scellé à ma place les conséquences de la survie de Riley, parce qu’elle pensait pour moi et s’exprimait à ma place. Évidemment, d’aucuns jugeraient ma réaction de purement égoïste. Peut-être même auraient-ils raison. Moi, je considérais que reporter le moment fatidique où il conviendrait de trancher dans le vif du sujet au lendemain matin nous éviterait l’excessivité provoquée par la surprise de l’une et l’adrénaline de la bagarre pour l’autre. Je m’endormis dans le bureau que j’avais soigneusement fermé à clé. Au petit matin – le soleil se levait à peine – j’étais brisé. Mon corps tout entier me faisait mal. Mon œil me brûlait toujours et j’étais victime d’une forte migraine. Néanmoins, conscient qu’il serait cavalier de m’engoncer dans un manteau d’indifférence, je préparai du café et je grillai des tartines. Je pris également l’initiative de presser du jus d’orange frais avant de m’affairer, dans la salle de bain, à un brin de toilette. Je terminais de me brosser les dents quand le pas léger de ma fiancée fit grincer le parquet flottant de la chambre à coucher. Elle était réveillée et une angoisse sourde m’envahit. Pourtant, mû par la volonté de vider mon sac et d’aplanir les angles, j’ouvris la porte délicatement. « J’ai préparé le petit déjeuner. » lançais-je depuis l’embrasure contre laquelle j’étais appuyée. « Je ne sais pas ce que tu as prévu pour aujourd’hui. » J’avais personnellement quelques rendez-vous importants. « Mais, je me dis qu’avant de partir, ce serait bien qu’on reparle de ce qui s’est passé hier. Avec Tom, Riley et toi aussi… » Sa préférence notoire pour l’enfoiré qui m’agressa verbalement, chez moi, jusqu’à me faire perdre le contrôle. Cette inclination qui réveillait en moi un sentiment de jalousie d’une intensité jusqu’ici inconnue « Toi et Tom… ou toi et Rhys… accessoirement. » Bien qu’en ce qui le concernait, je ne me sentais pas réellement menacé, juste diminué dans ma vanité…  




code by bat'phanie

_________________
S.O.S
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Somewhere over the rainbow feat. Noah Empty
Sujet: Re: Somewhere over the rainbow feat. Noah
Revenir en haut Aller en bas
 

Somewhere over the rainbow feat. Noah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I've got 99 problems :: Empty chairs at empty tables :: archives :: random-