AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
La nouvelle version a été installée cute ! Pour découvrir les nouveautés c'est par ici & pour commenter c'est ici
Vous voulez aider à l'intégration des nouveaux ? geek devenez parrain, comité d'accueil ou chercheur de potins ! Infos par lààà
Des envies de diversité ? love Découvrez les ressources diverses de 99!
Vous êtes un peu paumés ? hidebox Rendez vous sur : www.keskispass.com
S'intégrer sur un gros forum, le mode d'emploi excited A découvrir par iciii avec toutes les initiatives mises en place !
Elsie Dimitriev et Gautier Scott recherchent leur deux colocs Alors go-go remplir ce joli appartement ! keur

Partagez
 

 All of my doubt, suddenly goes away somehow.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alejandro Estrella
Alejandro Estrella
JOJONATOR
Your rp color :
#983535
To do list rp :
Jill - www
Hawa- www
Alej & Aran - www
Hyorin- www
Alej - www
Azucena - www
Marcus - www
Antek - www
Noah - www
Aran - www
Sirius - www
TC - www
Leone - www
Malina - www
TERMINÉS

Lizzie - www
Leone - www
Aran - www / www
Esteban - www
Livio - www
Oscar - www
Summary :
arrivé à NYC il y a 8ans, soleil ambulant qui est tout aussi solitaire que l'astre du jour. Profondément bon, un lourd traumatisme ne cesse de rendre sa vie quotidienne compliquée.

#éducation
Messages :
1866
Pseudo :
jenesaispas + jojo
Multinick :
Levi Boyle + Sheru Kapoor + Jonas Irvine + Ornella Sciarra
Avatar :
Diego Luna
All of my doubt, suddenly goes away somehow. 306d02b23f603aaadf7e64a726892231005e5f0d
Age :
40ans
Status :
en couple
Sexuality :
homosexuel
Work :
président de El Halito + saxophoniste dans les bars
Home adress :
Le Bronx (Miranda Height)
Longueur rp :
de 400 à 1200 mots
Rythme de rp :
multi/semaine
Astrological Sign :
Lion
Hogwarts house :
Gryffindor
MBTI :
ENFJ-A + Protagoniste
Your rp color : #983535 To do list rp : Jill - www
Hawa- www
Alej & Aran - www
Hyorin- www
Alej - www
Azucena - www
Marcus - www
Antek - www
Noah - www
Aran - www
Sirius - www
TC - www
Leone - www
Malina - www
TERMINÉS

Lizzie - www
Leone - www
Aran - www / www
Esteban - www
Livio - www
Oscar - www
Summary : arrivé à NYC il y a 8ans, soleil ambulant qui est tout aussi solitaire que l'astre du jour. Profondément bon, un lourd traumatisme ne cesse de rendre sa vie quotidienne compliquée.

#éducation
Messages : 1866
Pseudo : jenesaispas + jojo
Multinick : Levi Boyle + Sheru Kapoor + Jonas Irvine + Ornella Sciarra
Avatar : Diego Luna
All of my doubt, suddenly goes away somehow. 306d02b23f603aaadf7e64a726892231005e5f0d
Age : 40ans
Status : en couple
Sexuality : homosexuel
Work : président de El Halito + saxophoniste dans les bars
Home adress : Le Bronx (Miranda Height)
Longueur rp : de 400 à 1200 mots
Rythme de rp : multi/semaine
Astrological Sign : Lion
Hogwarts house : Gryffindor
MBTI : ENFJ-A + Protagoniste
http://99problems.forumactif.com/t235-fearless-child-broken-boy-tell-me-what-it-s-like-to-burn http://99problems.forumactif.com/t805-the-sun-alejandro-estrella
All of my doubt, suddenly goes away somehow. Empty
Sujet: All of my doubt, suddenly goes away somehow.Sam 11 Jan - 9:06


Heart beats fast, colors and promises, how to be brave.
How can I love when I'm afraid to fall but watching you stand alone.
All of my doubt, suddenly goes away somehow

feat @Leone Castelli

Il ne savait pas trop comment reprendre contact avec Leone. Leurs derniers sms remontaient à quelques temps déjà, sa proposition de se voir pour s’expliquer aussi. Puis il y eut la chorale d’hiver qui, plus que gênante, les avait aussi obligé à se revoir. Les discussions avaient beau être teinté de malaise, ils ont réussi à reparler. Ce qui était déjà beaucoup quand on connaissait leur passif. C’était il y a des mois maintenant et Jan s’en voulait toujours autant malgré sa progression en terme de relations humaines. Intérieurement, il était certain que ce qui c’était passé avec Leone avait été à la base d’une prise de conscience qui l’aidait aujourd’hui. Surement même qui lui avait permis d’aller vers Aran et de se laisser séduire. Non, Jan n’irait pas jusqu'à remercier Leone pour lui avoir permis de se foutre un coup de pied au cul, ça serait mal venu et quelque peu irrespectueux envers le chirurgien. Surtout que le vénézuélien et lui n’avaient pas dépassé la barrière des baisers et les corps ne s’étaient pas encore découvert ce qui faisait encore paniquer le mexicain. Mais ça, c’était autre chose. D’abord, il devait parler à Leone, lui expliquer, s’excuser aussi surement et espérer être pardonné. Son amitié avec le chirurgien lui manquait terriblement.

Il était plus de 20h quand El Halito ferma ses portes. Jan avait donné rendez-vous à Leone à 20h15, ce dernier finissant apparement son service vers les 19h30. Le mexicain avait prévu le diner pour éviter une fringale au chirurgien qui était surement épuisé. Lui l’était en tout cas, après une journée d’ateliers avec une association d’ouverture à l’emploi ! Les jeunes avaient adoré, malgré quelques mises en lumière de manque de confiance chez certains. Jan s'était noté d'y travailler avec des bénévoles plus tard.
Habillé d’un jean simple, d’une chemise grise ouverte, froissée naturellement et d’un t-shirt clair, le directeur savait que ce qu’il allait devoir faire serait compliqué pour lui et tout aussi difficile à appréhender pour Leone mais c'était le seul moyen de lui faire comprendre sans tourner autour du pot. L'italien méritait au moins une vraie explication.
Buvant un verre de jus de fruits concocté par Hawa, Jan essayait d’arrêter le mezcal et la tequila depuis qu’il avait pris conscience du nombre de verre ingurgités dès qu’il se sentait mal ou en manque de confiance. C’était difficile clairement, il n’en avait pas parlé autour, sauf à Alej et Aran pour qu’ils évitent de lui proposer un coup à boire quand ils se voyaient. Le goût de l’alcool d’agave lui manquait, ainsi que son effet mais en discuter avec un psy l’aidait beaucoup.

Légèrement stressé, les mains moites, Jan se sentait un peu bête d’attendre  son ami avec une telle appréhension. Ça ne pouvait pas mal se passer même s’il ne lui demanderait pas de lui pardonner directement. Mais le mexicain savait ce qu’impliquait cette conversation. Plus que s’excuser, c’était aussi accepté cette partie de lui qui lui bouffait l’existence depuis 8ans maintenant, tout en réveillant à chaque fois, d’horribles souvenirs.

_________________

--- Si puedes perdonar
A todos los que un dia te vinieron a matar, sufriste la injusticia de otros tantos como tu, te ofresco mis disculpas, respeto y gratitud.

Revenir en haut Aller en bas
Leone Castelli
Leone Castelli

Your rp color :
#
To do list rp :
prénom nom - www
Summary :
Résumé COURT de votre personnage.
Messages :
391
Multinick :
Zivia Edelman
Avatar :
Richard Madden + Jojo
Age :
34 ans
Status :
Célibataire, grand romantique qui ne sait pas se consacrer à ceux qui tentent de partager sa vie.
Sexuality :
Homosexuel
Work :
Chirurgien titulaire en gynécologie/obstétrique et chirurgie néonatale, animateur et bénévole dans plusieurs associations (Act Up, aide aux femmes défavorisés, Planned Parenthood)
Home adress :
Bronx, Little Italy, l'endroit où son accent chantant fait partie du paysage.
Longueur rp :
Je descends rarement sous les 600 mots, mais si j'aime les posts longs, je sais aussi m'adapter aux préférences de mes partenaires.
Rythme de rp :
1 réponse toutes les deux semaines en ce moment, parfois beaucoup moins si le temps et l'inspiration sont là.
Astrological Sign :
Capricorne
Your rp color : # To do list rp : prénom nom - www Summary : Résumé COURT de votre personnage. Messages : 391
Multinick : Zivia Edelman
Avatar : Richard Madden + Jojo
Age : 34 ans
Status : Célibataire, grand romantique qui ne sait pas se consacrer à ceux qui tentent de partager sa vie.
Sexuality : Homosexuel
Work : Chirurgien titulaire en gynécologie/obstétrique et chirurgie néonatale, animateur et bénévole dans plusieurs associations (Act Up, aide aux femmes défavorisés, Planned Parenthood)
Home adress : Bronx, Little Italy, l'endroit où son accent chantant fait partie du paysage.
Longueur rp : Je descends rarement sous les 600 mots, mais si j'aime les posts longs, je sais aussi m'adapter aux préférences de mes partenaires.
Rythme de rp : 1 réponse toutes les deux semaines en ce moment, parfois beaucoup moins si le temps et l'inspiration sont là.
Astrological Sign : Capricorne
All of my doubt, suddenly goes away somehow. Empty
Sujet: Re: All of my doubt, suddenly goes away somehow.Lun 13 Jan - 22:01
Un bref instant, alors que Leone arrivait en vue du bâtiment qui abritait El Halito, son pouce s’aggripa au bouton de déverrouillage de son téléphone, comme s’il mourrait d’envie de l’utiliser et d’envoyer un message avec une excuse inventée de toute pièce à propos d’une urgence à l’hôpital afin d’annuler ce rendez-vous et de repartir vers chez lui pour passer une soirée infiniment plus facile sous un plaid, devant sa télévision, à regarder une émission idiote après avoir commandé du chinois. La tentation manqua l’emporter, cependant, pendant que son regard se perdait vers les immeubles, sa mâchoire se ressera, et il contraignit son corps à continuer sa marche. C’eut été lâche, de fuir ainsi, et si l’on pouvait qualifier l’italien de beaucoup de choses, couard n’était certainement pas un terme ordinairement usité pour parler de lui. Il n’avait pas l’habitude de tourner casque devant les difficultés. Il avait toujours choisi de les affronter, peu importe leur teneur. Certes, parfois, cela lui prenait du temps pour réagir et se battre. Cependant, il avait toujours considéré pour acquis le fait qu’il n’était pas le genre d’homme à renoncer, à reculer. Par conséquent, ce soir, sa résolution ne faiblirait pas. Il en était capable. Il était temps qu’il arrête de se terrer dans le travail pour affronter une réalité déplaisante, et surtout, qu’il ne comprenait. Au fond, depuis sa conversation Sirius, il ne cessait de se repasser chaque minute en boucle pour essayer de mettre le doigt sur ce malaise qu’il ressentait, comme si quelque chose lui avait échappé. Mais il n’avait pas été prêt à se confronter à Jan avant, parce qu’il fallait digérer, et aussi être certain de ne pas rebrousser chemin, comme il avait été tenté de le faire deux secondes auparavant. Il devait être certain d’être passé à autre chose, d’accueillir les explications que le mexicain avait promises avec au mieux de l’intérêt, au pire une indifférence polie qui leur permettrait de passer à autre chose chacun de leur côté, quitte à ce que ce soit des côtés opposés, de façon apaisée.

C’est pour cela qu’il avait décidé de faire passer un peu de temps. D’abord, il était débordé, ça, c’était vrai. Mais il fallait admettre que ça ne le changeait pas beaucoup de son rythme ordinaire. Il avait simplement préféré lécher ses plaies et réparer la blessure à son amour-propre, se concentrer sur ses amitiés pour voir à nouveau la vie en rose, retrouver son calme proverbial et sa bonne humeur. Et il avait plutôt bien réussi, de son point de vue, retrouvant le cours de son existence en se noyant dans toutes ses activités, dans les soirées chez ses différents amis, pour éloigner le spectre du rejet qui le hantait encore, quelquefois, au détour de la vision d’un couple amoureux. Puis il chassait ses mauvaises pensées, et continuait à marcher tranquillement, plutôt que de s’arrêter, soudainement mélancolique, à se demander si quelque chose n’allait pas avec lui, ou à regretter. C’était passé, il fallait se concentrer sur l’avenir. Ainsi, il avait été capable d’entretenir, de son point de vue, des conversations parfaitement civiles avec Jan pour la préparation des fêtes de fin d’année à El Halito – parce qu’un chœur avec des chants, pour Leone, c’était impossible à rater, malaise dans l’air ou pas. Le chant aurait toujours la priorité, surtout s’il était aussi enthousiaste que faux. Alors bien sûr, comparé à leur proximité ordinaire, certains avaient dû remarquer une distance. Mais enfin, ils avaient donné le change, c’était déjà un sacré progrès non ?

En cette nouvelle année, donc, il se retrouvait avec une bonne résolution à remplir, aidé comme souvent par sa grand-mère, qui lui avait dit avec toute sa subtilité qu’il était temps qu’il règle ses affaires en souffrance, au cas où il y en avait, parce que la nouvelle année s’annonçait emplie de jolies choses. Et il était certain qu’elle avait des idées derrière la tête. Peut-être même qu’elle savait, qu’elle avait deviné, au moins un bout de l’affaire. Elle avait raison, qui plus est, Mamie Castelli, à le secouer de la sorte. Il était prêt à affronter des paroles qu’il n’avait peut-être pas envie d’entendre. Ou pas, d’après ce qu’il avait cru comprendre de son bref échange avec Jan. Pour autant, il ne pouvait nier que le conflit continuait à faire rage dans son cœur, et qu’une part de son ego blessé aurait adoré ne pas faire cet effort. Sauf que cela ne lui aurait pas correspondu. Que plus tard, sans doute, il aurait eu honte de s’être comporté de la sorte. Donc voilà, il y allait, et advienne que pourra. Bientôt, il fut devant l’entrée, toqua, entra. Les lieux, familiers, sentaient presque le parfum de l’excitation des mômes et parfois, honnêtement de leurs éducateurs. A moins qu’il ne s’imagine cela aussi, parce qu’il avait envie de se dire qu’il était en terrain neutre, connu, presque familier sans que ce ne soit trop le cas, bref, un lieu qu’il pouvait quitter vite pour ne plus se retourner, ou se réapproprier.

Quand son regard se posa sur Jan, son souffle se coupa, sans qu’il ne sache si c’était d’angoisse ou de regret. Parce qu’il était beau, dans sa tenue simple, et qu’il se trouvait stupide de sentir encore quelques minces tiraillements dans sa gorge. Il était passé à la suite, il en était certain. Mais … c’était plus facile de le décider que d’avoir tout qui suivait, et surtout son cœur. Des jurons eurent envie de passer ses lèvres, et y mourir. A quoi bon ? C’était ainsi. C’était déjà moins qu’avant, beaucoup moins. Donc ça partirait complètement, un beau monde, et il aurait envie de peupler à nouveau son estomac de papillons qui eux seraient véritablement libres de batifoler.

« Salut. Je suis en retard, il y avait plus de trafic que prévu, désolé. »


Il n’ajouta rien. Il ne voyait pas vraiment quoi dire de plus. Ou plutôt, il valait mieux qu’il ne dise rien de plus. Et qu’il écoute. Il était là pour ça, après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Alejandro Estrella
Alejandro Estrella
JOJONATOR
Your rp color :
#983535
To do list rp :
Jill - www
Hawa- www
Alej & Aran - www
Hyorin- www
Alej - www
Azucena - www
Marcus - www
Antek - www
Noah - www
Aran - www
Sirius - www
TC - www
Leone - www
Malina - www
TERMINÉS

Lizzie - www
Leone - www
Aran - www / www
Esteban - www
Livio - www
Oscar - www
Summary :
arrivé à NYC il y a 8ans, soleil ambulant qui est tout aussi solitaire que l'astre du jour. Profondément bon, un lourd traumatisme ne cesse de rendre sa vie quotidienne compliquée.

#éducation
Messages :
1866
Pseudo :
jenesaispas + jojo
Multinick :
Levi Boyle + Sheru Kapoor + Jonas Irvine + Ornella Sciarra
Avatar :
Diego Luna
All of my doubt, suddenly goes away somehow. 306d02b23f603aaadf7e64a726892231005e5f0d
Age :
40ans
Status :
en couple
Sexuality :
homosexuel
Work :
président de El Halito + saxophoniste dans les bars
Home adress :
Le Bronx (Miranda Height)
Longueur rp :
de 400 à 1200 mots
Rythme de rp :
multi/semaine
Astrological Sign :
Lion
Hogwarts house :
Gryffindor
MBTI :
ENFJ-A + Protagoniste
Your rp color : #983535 To do list rp : Jill - www
Hawa- www
Alej & Aran - www
Hyorin- www
Alej - www
Azucena - www
Marcus - www
Antek - www
Noah - www
Aran - www
Sirius - www
TC - www
Leone - www
Malina - www
TERMINÉS

Lizzie - www
Leone - www
Aran - www / www
Esteban - www
Livio - www
Oscar - www
Summary : arrivé à NYC il y a 8ans, soleil ambulant qui est tout aussi solitaire que l'astre du jour. Profondément bon, un lourd traumatisme ne cesse de rendre sa vie quotidienne compliquée.

#éducation
Messages : 1866
Pseudo : jenesaispas + jojo
Multinick : Levi Boyle + Sheru Kapoor + Jonas Irvine + Ornella Sciarra
Avatar : Diego Luna
All of my doubt, suddenly goes away somehow. 306d02b23f603aaadf7e64a726892231005e5f0d
Age : 40ans
Status : en couple
Sexuality : homosexuel
Work : président de El Halito + saxophoniste dans les bars
Home adress : Le Bronx (Miranda Height)
Longueur rp : de 400 à 1200 mots
Rythme de rp : multi/semaine
Astrological Sign : Lion
Hogwarts house : Gryffindor
MBTI : ENFJ-A + Protagoniste
http://99problems.forumactif.com/t235-fearless-child-broken-boy-tell-me-what-it-s-like-to-burn http://99problems.forumactif.com/t805-the-sun-alejandro-estrella
All of my doubt, suddenly goes away somehow. Empty
Sujet: Re: All of my doubt, suddenly goes away somehow.Mer 15 Jan - 11:53


Heart beats fast, colors and promises, how to be brave.
How can I love when I'm afraid to fall but watching you stand alone.
All of my doubt, suddenly goes away somehow

feat @Leone Castelli

Le voir là, dans l?entrebâillement de la porte, l?air fatigué et les mots un peu froids lui fit baisser les yeux directement. Il savait que ça allait être difficile, que malgré les mois passés, le travail engagé sur lui-même avec le psychiatre, la relation avec Aran et tout ce qu?il avait mis en place, les retrouvailles ne seraint pas souriantes et pleines de rires. Non, ils allaient devoir passer par une discussion compliquée, voir agacée aussi, en fonction de ce que Leone ressentait à son égard. Jan comprendrait aisément qu'il le déteste, qu'il ne veuille le voir que pour lui avouer que ce que le mexicain avait fait n'était ni correct ni respectueux. Il pouvait aisément comprendre qu'après ça, l'italien ne voudrait plus le voir, que les maigres conversations eut pour la chorale ou le boulot, étaient juste là pour éviter d'inquiéter les autres. Il pouvait aisément comprendre toutes les décisions de Leone castelli mais de là à les accepter et à y faire face, Jan n'en était pas certain.

- Aucun soucis, j?aurais du penser au trafic.

Il releva la tête mais pas le coeur qui, lui, était toujours au sol, honteux d?avoir été si horrible avec cet homme. Il aurait pu faire autrement, lui expliquer directement au lieu de lui faire mal ainsi. Il lui avait donné cette impression horrible que de le voir à demi nu avait été le déclencheur de quelque chose. C?était le cas à vrai dire mais pas comme Leone l?imaginait. S?il avait pu se repousser lui-même, Jan l?aurait fait mais à la place, il s?était servi de Leone Castelli comme d?un miroir qu?on rejette. Montrant de sa main la petite table dressée et les assiettes mises, ses yeux se plissèrent sous un sourire gêné.

- Je me suis dis que tu aurais faim peut-être et? Enfin, je peux aussi ne pas tourner autour du pot en faisant comme si tout allait bien.

Oui, ça donnait cette impression surement, ça n'était pas son style de se cacher ainsi.
Faisant quelques pas vers l?homme, il avait imaginé ce moment des centaines de fois mais sans au final parvenir à une idée précise de ce qu'il devait faire ou dire. En plus, la réalité était bien plus difficile que ses pensées dont tous les scénarios ne menaient à rien. Dans chaque idée, Jan n?avait pas réussi à s?expliquer correctement et la honte était revenue au galop. Oui, parfois, ses pensées étaient aussi chaotiques que ses cauchemars sauf que dans le premier cas, le monstre c?était lui, et pas les los zetas.

- Je suis content que tu aies accepté. Sincèrement.

Pas de sourire gêné cette fois-ci, pas de yeux baissés. Juste un regard vrai, apeuré. Prêt à tout avouer.

_________________

--- Si puedes perdonar
A todos los que un dia te vinieron a matar, sufriste la injusticia de otros tantos como tu, te ofresco mis disculpas, respeto y gratitud.

Revenir en haut Aller en bas
Leone Castelli
Leone Castelli

Your rp color :
#
To do list rp :
prénom nom - www
Summary :
Résumé COURT de votre personnage.
Messages :
391
Multinick :
Zivia Edelman
Avatar :
Richard Madden + Jojo
Age :
34 ans
Status :
Célibataire, grand romantique qui ne sait pas se consacrer à ceux qui tentent de partager sa vie.
Sexuality :
Homosexuel
Work :
Chirurgien titulaire en gynécologie/obstétrique et chirurgie néonatale, animateur et bénévole dans plusieurs associations (Act Up, aide aux femmes défavorisés, Planned Parenthood)
Home adress :
Bronx, Little Italy, l'endroit où son accent chantant fait partie du paysage.
Longueur rp :
Je descends rarement sous les 600 mots, mais si j'aime les posts longs, je sais aussi m'adapter aux préférences de mes partenaires.
Rythme de rp :
1 réponse toutes les deux semaines en ce moment, parfois beaucoup moins si le temps et l'inspiration sont là.
Astrological Sign :
Capricorne
Your rp color : # To do list rp : prénom nom - www Summary : Résumé COURT de votre personnage. Messages : 391
Multinick : Zivia Edelman
Avatar : Richard Madden + Jojo
Age : 34 ans
Status : Célibataire, grand romantique qui ne sait pas se consacrer à ceux qui tentent de partager sa vie.
Sexuality : Homosexuel
Work : Chirurgien titulaire en gynécologie/obstétrique et chirurgie néonatale, animateur et bénévole dans plusieurs associations (Act Up, aide aux femmes défavorisés, Planned Parenthood)
Home adress : Bronx, Little Italy, l'endroit où son accent chantant fait partie du paysage.
Longueur rp : Je descends rarement sous les 600 mots, mais si j'aime les posts longs, je sais aussi m'adapter aux préférences de mes partenaires.
Rythme de rp : 1 réponse toutes les deux semaines en ce moment, parfois beaucoup moins si le temps et l'inspiration sont là.
Astrological Sign : Capricorne
All of my doubt, suddenly goes away somehow. Empty
Sujet: Re: All of my doubt, suddenly goes away somehow.Lun 27 Jan - 17:45
La voix de Jan qui résonnait alors qu’ils se trouvaient en tête à tête pour la première fois réellement depuis … ce jour-là tira quelques sueurs froides à Leone, qui s’en voulut presque instantanément de ressentir confusément cette peur arbitraire. Ils avaient pourtant discuté, depuis, cependant il y avait des gens autour d’eux, ou pas très loin, et il avait réussi à chaque fois à clôre le tout en quelques minutes, tout en ayant l’air très affairé à autre chose. Ou en se focalisant sur une question technique qui n’appelait qu’une validation ou infirmation simple, bref de quoi tenir à distance les mauvais souvenirs. Là, ce n’était pas le cas : il savait pourquoi il était présent, enfin, il n’avait aucune idée de ce que Jan voulait expliquer, mais il avait conscience que la discussion porterait sur cette relation avortée, ou tout autre mot utilisable pour qualifier ce fiasco mort-né. Et, sans qu’il ne sache pourquoi, c’était différent, soudainement, dans sa tête. Parce qu’il avait davantage de mal à tenir à distance les images, et le film repassait brutalement en lui, avec toujours la même sensation de malaise. En fait, avec un léger temps de retard, l’italien comprit en sentant les poils de son échine et de ses bras se soulever qu’il ne se sentait pas en sécurité, tout bêtement, et que son inconscient semblait vouloir passer à tout prix en mode défensif. Inutile de préciser que ce constat acheva d’aggraver son envie de partir en courant. Il avait horreur de cette sensation, de ne pas contrôler entièrement ses émotions, et plus que tout, de se retrouver à être à moitié effrayé par quelqu’un qu’il connaissait depuis longtemps. Enfin, ils étaient tous les deux les parrains des enfants de Nate et Alej ! Ils s’étaient croisés à de nombreuses occasions avant de réellement se rapprocher quand ils avaient mené des projets communs entre Act Up et El Halito, puis entre le Planned Parenthood et El Halito chapeautés de son côté par Leone. Débarrassé du cadre amical-familial qui avait prévalu essentiellement dans leur interaction, il avait découvert une autre facette du mexicain, l’avait vu sous un autre jour in fine que celui du « meilleur ami d’enfance d’Alej/parrain d’Esteban ». Et cet autre versant du Estrella lui avait plu, parce qu’en dehors des convictions communes, il y avait des traits de personnalité qu’il aimait, des méthodes de travail, un sens du dévouement, de l’engagement, de l’aide aux gamins … Bref, toutes ces valeurs, ces qualités que le chirurgien appréciait. Alors voir tous leurs bons souvenirs ensembles teintés par cette peur gluante, noirâtre qui s’infiltrait dans ses veines et le clouait sur place, cela lui faisait encore plus de peine que ce qu’il aurait cru possible. Il voulait croire, sincèrement, que tout serait résolu après ce soir-là. Mais il n’arrivait pas à faire taire les battements erratiques de son cœur qui cognait dans sa poitrine comme un métronome affolé, et à rompre sa position défensive, ni la très légère lueur de malaise et de crainte qui brillait au fond de ses prunelles et qu’il tentait de cacher tant bien que mal en regardant un peu partout, sauf où se trouvait son interlocuteur. Il regardait la table mise, et sentait son estomac se nouer considérablement, comme s’il avait besoin de rester debout, loin, d’avoir une porte de sortie à prendre très vite, sur laquelle bondir en cas de … de quoi ? Il n’en avait aucune idée, et c’était ça le pire. Pire, une part de lui-même trouvait cela ridicule. Mais parfois, il était impossible de réprimer ce type de pensées. Alors il restait là, les bras rigides, contre lui, ses yeux passant de Jan à la table, aux murs puis à la table, et ainsi de suite. Enfin, il prit une grande inspiration et consentit à enlever manteau et attaché-case pour les déposer à l’entrée, tout en restant debout. Avant de dire d’une voix qu’il avait connu plus assurée :

« Je … j’ai mangé tard, j’ai eu un accouchement inopiné à midi qui a duré, bébé ne voulant pas se montrer.

Mais c’est … gentil. »

Se raccrocher à son travail, dont il pouvait parler facilement et qui l’apaisait, voilà qui était une excellente idée. Leone avait besoin de se trouver en terrain familier, au moins un peu, pour se recentrer sur la conversation, le moment présent, et mettre de côté le chaos dans son esprit, pour faire taire tant bien que mal ses légers frissons. Penser à la frimousse fripée du petit garçon qu’il avait aidé à mettre au monde dans la journée était un moyen de se focaliser sur une image plus agréable, plus douce, de réussir à regagner sa confiance. Il n’aimait pas se retrouver dans cette situation, il était plus que ça, il était capable de faire face. Il ne savait pas encore à quoi, mais il en était capable. Prenant son courage à deux mains et fermant très légèrement les yeux, il laissa une pause passer après les remerciements de Jan et finit par lâcher, en rouvrant ses paupières :

« Honnêtement … je n’avais pas envie de venir. Mais j’ai réfléchi et donc … voilà ? Je veux dire, vu que je passe une bonne partie de mon temps à prôner le dialogue et la franchise … ça aurait été hypocrite de ne pas m’appliquer cette maxime en premier lieu, donc … »

Il tira la chaise à lui, s’assit dessus et finit par reprendre :

« Je t’écoute ? »
Revenir en haut Aller en bas
Alejandro Estrella
Alejandro Estrella
JOJONATOR
Your rp color :
#983535
To do list rp :
Jill - www
Hawa- www
Alej & Aran - www
Hyorin- www
Alej - www
Azucena - www
Marcus - www
Antek - www
Noah - www
Aran - www
Sirius - www
TC - www
Leone - www
Malina - www
TERMINÉS

Lizzie - www
Leone - www
Aran - www / www
Esteban - www
Livio - www
Oscar - www
Summary :
arrivé à NYC il y a 8ans, soleil ambulant qui est tout aussi solitaire que l'astre du jour. Profondément bon, un lourd traumatisme ne cesse de rendre sa vie quotidienne compliquée.

#éducation
Messages :
1866
Pseudo :
jenesaispas + jojo
Multinick :
Levi Boyle + Sheru Kapoor + Jonas Irvine + Ornella Sciarra
Avatar :
Diego Luna
All of my doubt, suddenly goes away somehow. 306d02b23f603aaadf7e64a726892231005e5f0d
Age :
40ans
Status :
en couple
Sexuality :
homosexuel
Work :
président de El Halito + saxophoniste dans les bars
Home adress :
Le Bronx (Miranda Height)
Longueur rp :
de 400 à 1200 mots
Rythme de rp :
multi/semaine
Astrological Sign :
Lion
Hogwarts house :
Gryffindor
MBTI :
ENFJ-A + Protagoniste
Your rp color : #983535 To do list rp : Jill - www
Hawa- www
Alej & Aran - www
Hyorin- www
Alej - www
Azucena - www
Marcus - www
Antek - www
Noah - www
Aran - www
Sirius - www
TC - www
Leone - www
Malina - www
TERMINÉS

Lizzie - www
Leone - www
Aran - www / www
Esteban - www
Livio - www
Oscar - www
Summary : arrivé à NYC il y a 8ans, soleil ambulant qui est tout aussi solitaire que l'astre du jour. Profondément bon, un lourd traumatisme ne cesse de rendre sa vie quotidienne compliquée.

#éducation
Messages : 1866
Pseudo : jenesaispas + jojo
Multinick : Levi Boyle + Sheru Kapoor + Jonas Irvine + Ornella Sciarra
Avatar : Diego Luna
All of my doubt, suddenly goes away somehow. 306d02b23f603aaadf7e64a726892231005e5f0d
Age : 40ans
Status : en couple
Sexuality : homosexuel
Work : président de El Halito + saxophoniste dans les bars
Home adress : Le Bronx (Miranda Height)
Longueur rp : de 400 à 1200 mots
Rythme de rp : multi/semaine
Astrological Sign : Lion
Hogwarts house : Gryffindor
MBTI : ENFJ-A + Protagoniste
http://99problems.forumactif.com/t235-fearless-child-broken-boy-tell-me-what-it-s-like-to-burn http://99problems.forumactif.com/t805-the-sun-alejandro-estrella
All of my doubt, suddenly goes away somehow. Empty
Sujet: Re: All of my doubt, suddenly goes away somehow.Dim 2 Fév - 12:00


Heart beats fast, colors and promises, how to be brave.
How can I love when I'm afraid to fall but watching you stand alone.
All of my doubt, suddenly goes away somehow

feat @Leone Castelli


Oui, il aurait du s’en douter que Leone ne serait pas très enclin à partager un repas avec lui après ce qui s’était passé. Ils étaient amis avant d’être plus, et le mexicain avait tout brisé, en commençant par la confiance de l’italien envers lui. Quand il y repensait, à ce moment, Jan aurait aimé être capable de s’expliquer, lui montrer, lui raconter. Comme avec Aran. Ça aurait évité tout ça peut-être. Ou alors, ça aurait été pire, il ne le saura jamais.
Dissimulant difficilement son malaise, les mots de Leone eurent raison de sa confiance à tout arranger en une soirée. Jan pouvait comprendre qu'il n'ait pas eu envie de venir après avoir été rejeté ainsi. Qui le voudrait ? Le mexicain sentait qu’au fond, il avait une chance folle de s’être retrouvé dans une telle situation avec Leone Castelli. Le chirurgien était certainement l’une des personnes les plus altruiste et les plus capable de dialoguer que le mexicain connaissait. Il ne le méritait pas, s’en rendait compte ce soir alors que Leone s’asseyait en face de lui, prêt à l’écouter.

- Okey…

Baissant la tête, les yeux fuyants, il prit place à son tour, hésitant sur comment il allait lui expliquer tout ce merdier. Car s’en était un, de merdier, difficile à oublier et sur lequel des mots n’étaient pas suffisants. Il avait tourné ce moment dans sa tête pendant des jours et pourtant, maintenant qu’il devait l’expliquer, tout devenait flou.

-J’ai eu une association avant El Halito… À Tepito, là où j’ai grandi dans la capitale mexicaine.

Et quelle association… Parfois ça lui manquait, cette effervescence malgré les difficultés territoriales et la peur de trop frapper dans la ruche des gangs.

- C’était un peu la même idée qu’ici, apporter la culture et l'éducation à des jeunes dans la difficulté sauf que… Tepito c’est le centre de recrutement des gangs et des mafias locales. C’est là-bas que les jeunes sont enrôlés pour devenir des mules, gagner un peu de tunes en faisant le sale boulot des chefs ou… pour devenir sicarios. Tueurs à gage.

Et plus jeune ils sont, plus ça plait aux cartels et aux gangs. Le regard n’était toujours pas relevé, les sourcils froncés à chaque fois qu’il reprenait la parole. Il fallait que Leone comprenne d’où il venait pour ensuite doucement se faire une idée de ce qu’il avait traversé. Relevant enfin la tête, un léger sourire sur le visage, il n’en était pas pour autant heureux, juste…. nostalgique.

- J’ai ouvert cette asso à 21ans après avoir quitté l’armée. Je voulais offrir une autre voie à ces ados à qui on rabâchait que c’était leur seule chance, de rentrer dans un gang pour exister… On a tenu 10ans, même le gouvernement nous a financièrement aidé, notre place dans le quartier n’était plus à remettre en cause et pendant ces années, on en a sorti des jeunes de ce merdier… On faisait chier les gangs mais on était protégé par les habitants de Tepito et des figures importantes de la capitale. On était intouchables. Enfin… On le croyait. Je le croyais…

S’arrêtant une seconde, s’essuyant le visage d’un revers de main, il savait que ça allait devenir compliqué à partir de ce instant, était conscient qu’à présent, il ne pouvait plus reculé.


_________________

--- Si puedes perdonar
A todos los que un dia te vinieron a matar, sufriste la injusticia de otros tantos como tu, te ofresco mis disculpas, respeto y gratitud.

Revenir en haut Aller en bas
Leone Castelli
Leone Castelli

Your rp color :
#
To do list rp :
prénom nom - www
Summary :
Résumé COURT de votre personnage.
Messages :
391
Multinick :
Zivia Edelman
Avatar :
Richard Madden + Jojo
Age :
34 ans
Status :
Célibataire, grand romantique qui ne sait pas se consacrer à ceux qui tentent de partager sa vie.
Sexuality :
Homosexuel
Work :
Chirurgien titulaire en gynécologie/obstétrique et chirurgie néonatale, animateur et bénévole dans plusieurs associations (Act Up, aide aux femmes défavorisés, Planned Parenthood)
Home adress :
Bronx, Little Italy, l'endroit où son accent chantant fait partie du paysage.
Longueur rp :
Je descends rarement sous les 600 mots, mais si j'aime les posts longs, je sais aussi m'adapter aux préférences de mes partenaires.
Rythme de rp :
1 réponse toutes les deux semaines en ce moment, parfois beaucoup moins si le temps et l'inspiration sont là.
Astrological Sign :
Capricorne
Your rp color : # To do list rp : prénom nom - www Summary : Résumé COURT de votre personnage. Messages : 391
Multinick : Zivia Edelman
Avatar : Richard Madden + Jojo
Age : 34 ans
Status : Célibataire, grand romantique qui ne sait pas se consacrer à ceux qui tentent de partager sa vie.
Sexuality : Homosexuel
Work : Chirurgien titulaire en gynécologie/obstétrique et chirurgie néonatale, animateur et bénévole dans plusieurs associations (Act Up, aide aux femmes défavorisés, Planned Parenthood)
Home adress : Bronx, Little Italy, l'endroit où son accent chantant fait partie du paysage.
Longueur rp : Je descends rarement sous les 600 mots, mais si j'aime les posts longs, je sais aussi m'adapter aux préférences de mes partenaires.
Rythme de rp : 1 réponse toutes les deux semaines en ce moment, parfois beaucoup moins si le temps et l'inspiration sont là.
Astrological Sign : Capricorne
All of my doubt, suddenly goes away somehow. Empty
Sujet: Re: All of my doubt, suddenly goes away somehow.Jeu 6 Fév - 19:01
Esprit scientifique, Leone avait toujours éprouvé un besoin maladif de comprendre. Il aimait quand les choses s’emboîtaient logiquement, en quelque sorte, quand il y avait un point A, un point B, et un chemin entre les deux, aussi sinueux soit-il. Et quand ce n’était pas le cas, il n’hésitait jamais à remettre son métier sur l’ouvrage, comme on disait, jusqu’à ce que les pièces du puzzle s’assemblent. Peut-être était-ce pour cela qu’il avait hésité, quand il n’arrivait pas à se dépêtrer de ses problèmes à l’hôpital durant son internat, à tout plaquer pour faire une passerelle et devenir chercheur. Sans doute n’aurait-il pas été malheureux. D’ailleurs, il n’était finalement jamais autant stimulé intellectuellement que face à un cas a priori complexe, voir inexpliqué. Parce que lorsque la solution arrivait, enfin, la sensation de bonheur, de fierté, valait tout l’or du monde. Il s’était souvent dit que cela expliquait également son côté cartésien, parfois légèrement terre à terre, de même que son appétence pour s’engluer inexplicablement dans les problèmes administratifs de ses associations, comme s’il était animé d’un besoin maladif de résoudre, de comprendre, de démêler les fils de ses interrogations. Sauf que là, son nœud dans l’estomac, il avait eu du mal à le couper. Et plus encore, tandis que Jan commençait à parler, car honnêtement, de suite, il avait du mal à voir où il voulait en venir.

Un brin en décalage avec la pesanteur de la situation, il se surprit néanmoins à penser que c’était l’une des premières fois qu’il entendait Jan se confier sur son passé. De manière générale, ni Alej ni lui n’étaient très disserts sur leur temps au Mexique. Pour le second, c’était probablement lié au traumatisme avec son père. Pour Jan … Il n’avait jamais vraiment su, se bornant à émettre l’hypothèse, tristement commune, du poids de la douleur d’avoir quitté son pays, des difficultés pour y parvenir, pour s’adapter à un nouveau monde. Et après tout, il était des pans de sa vie dont lui-même parlait peu. Il n’évoquait jamais sa mère et pas uniquement parce qu’il n’en savait que très peu sur elle, finalement. Il ne parlait que très rarement de son enfance à l’hôpital, hormis les généralités, gardant pour lui les pires de ses souvenirs. Ni de la pauvreté dans laquelle il avait grandi. En fait, beaucoup de choses de son passé demeuraient cachées, ou du moins, il gardait l’essentiel pour lui. Seul Sirius savait, et encore : même avec lui, Leone ne s’exprimait pas réellement sur sa famille, et avait tu certaines choses de son enfance. L’italien avait toujours été secret, préférant parler des autres ou de ses passions plutôt que de ce qu’il rejetait dans les limbes, ne voulant pas que ces épisodes le définissent. Alors, il n’avait pas vraiment éprouvé le besoin de pousser Jan, ayant le sentiment de comprendre sa retenue. Et puis, ils avaient bien d’autres sujets de conversation ! Le passé n’avait pas tant d’importance, non ?

Si, évidemment. Parce qu’on avait beau le mettre de côté, il laissait des traces, davantage que ce que tous deux avaient pensé, apparemment. En écoutant plus avant, Leone se sentit malgré lui plisser les yeux de concentration, et un peu d’inquiétude aussi, car il n’aimait guère ce qui se dessinait peu à peu. Parler des gangs, cela n’avait jamais rien d’anodin. Et cette fin, légèrement en suspens. Il se croyait invincible. Croyait ? C’était qu’il ne l’avait pas été. Bon, il avait du mal à comprendre, encore, le lien avec lui, mais il devait admettre que sa curiosité avait été piquée, même s’il appréhendait un peu la suite. Et puis …

« On ? »

Le changement de pronom, Leone l’avait remarqué. D’autres amis ? Est-ce qu’ils étaient eux aussi venus aux Etats-Unis ? La famille ? Il savait que Jan avait émigré avec ses parents.

« Ça avait l’air … bien, en tout cas. »

En tout cas, il avait l’air d’avoir apprécié ce temps. Cela se sentait dans les termes employés, dans ce côté nous contre le monde qui ressortait de son exposé, et il flottait soudain un parfum de nostalgie dans la pièce. Douce-amère, néanmoins.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

All of my doubt, suddenly goes away somehow. Empty
Sujet: Re: All of my doubt, suddenly goes away somehow.
Revenir en haut Aller en bas
 

All of my doubt, suddenly goes away somehow.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I've got 99 problems :: neighborhoods :: the bronx :: El Halito-