AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le forum a fait peau neuve ! Venez commenter ici. La roulette du rp vous ouvre ses bras , si vous aimez les rp surprises, n'hésitez pas ! Disponibles pour RP ? inscrivez-vous à ki est cho pour rp ?

Partagez
 

 2 souls on fire + bloominada

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Iluminada Garceller
Iluminada Garceller

Messages :
75
Pseudo :
sandankhr
Avatar :
barbie ferreira + nawak
Age :
22yo
Status :
célibataire, en quelque sorte.
Work :
intérimaire le jour, serveuse au reverse club la nuit
Home adress :
queens ; the oak appartment complex, the poppy building appartment #06

Sexuality :
bisexuelle, penchant pour les femmes.
Hogwarts house :
poufsouffle
Astrological Sign :
gémeaux
Rythme de rp :
1 à 4 réponses par semaine, dépendant de la longueur des réponses.
Longueur rp :
300 à 900 voire plus, dépendant du rp.
Messages : 75 Pseudo : sandankhr Avatar : barbie ferreira + nawak
Age : 22yo Status : célibataire, en quelque sorte. Work : intérimaire le jour, serveuse au reverse club la nuit Home adress : queens ; the oak appartment complex, the poppy building appartment #06

Sexuality : bisexuelle, penchant pour les femmes. Hogwarts house : poufsouffle Astrological Sign : gémeaux Rythme de rp : 1 à 4 réponses par semaine, dépendant de la longueur des réponses. Longueur rp : 300 à 900 voire plus, dépendant du rp.
http://99problems.forumactif.com/t575-lumi-all-the-good-girls-go-to-hell?nid=1#5059 http://99problems.forumactif.com/t585-you-don-t-wanna-play-with-me-lumi http://99problems.forumactif.com/t590-lumi-s-phone#5145
2 souls on fire + bloominada Empty
MessageSujet: 2 souls on fire + bloominada   2 souls on fire + bloominada EmptyMer 2 Oct - 13:09


2 souls on fire

You gon' make me bring the bag girl believe me. You gon' make me do this move to stop you breathing. If you lose some faith, I'll make you believe it.

◊ ◊ ◊

C’était rare que tu acceptes des contrats en tant que serveuse quand il s’agissait d’interim. Pour pas qu’on remarque que tu étais habituée à ce travail, ou que des clients du club te reconnaisse ici. Et puis, le monde des serveuses dans des clubs, bars ou restaurants normaux était bien différent du monde de celui du Reverse Club. Tu étais plus libre au Reverse, tout le monde t’appréciait et ne te regardait que pour ta beauté et pas pour tes formes, ta classe sociale, ton style vestimentaire ou ce genre de conneries. Parce qu’au club, tout le monde était les bienvenus et il n’y avait pas de jugement. L’échangisme était déjà un plaisir coupable, une sorte de tabou, alors à quoi bon se prendre la tête à côté.
Mais tu l’as fait, pour ce soir. L’agence était habituée à ce que tu prennes que des postes en hypermarché, en caisse ou la plupart du temps en rayon ou en réserve, alors ils ont été plutôt surpris que tu demandes à travailler dans ce club à cette date. Tu savais déjà qu’il manquait un serveur depuis deux semaines car il était bloqué par un lumbago, tu avais des contacts dans ce monde malgré tout. Pourquoi tu avais fait tout ça ? Il y avait bel et bien une raison cachée. Ce soir, c’était l’anniversaire d’un garçon de la classe de Bloom. Il avait réservé le club pour toute sa clique de riche, dont elle. C’était manipulateur, et un peu stalkeuse d’avoir fait tes recherches et fait marcher tes contacts pour réussir à accéder à cette soirée pour recroiser cette fille, mais tu étais comme ça ; bornée, pour arriver à tes fins. 

Surtout qu’elle t’avait vexé et, même si tu ne l’admettras pas, touchée. Parce qu’elle a disparu du jour au lendemain, après cette fameuse soirée, ce fameux baiser. Tu sais parfaitement pourquoi, et tu trouvais ça stupide. Bloom était riche, elle avait toute sa communauté de bobos fermés d’esprits et qui pètent plus haut que leur cul. Elle devait faire comme eux, et ne pouvait pas prendre le risque de sortir avec une fille d’ex-taulard et de femme de ménage qui ne gagnait pas assez pour se payer une villa et une culotte Yves Saint Laurent au prix de sa propre voiture. Tu détestais ce genre de barrière sociale. Ce genre de raison à la con qui empêchait une vraie histoire de se faire, que ce soit en amitié ou en amour. Tu avais appris à ce que tu ne pouvais pas plaire à tout le monde à cause de tes formes, c’était comme ça, chacun son style. Mais qu’on ne t’approche pas à cause de ton compte en banque et ta famille, c’était autre chose. Ca, tu ne comprenais pas. Tu détestais. Et le ghosting aussi, ah ça oui, tu détestais encore plus.
Et puis Bloom, tu l’appréciais. Ce qu’il y avait entre vous aussi. Alors tu ne voulais pas lâcher le morceau, tu ne voulais pas abandonner. C’est comme ça que tu as atterri ici ce soir, à servir des verres au prix incroyable de bouteilles si chères que tu ne les connaissais même pas.

Tu étais bien déterminée, tu te fichais royalement du regard des autres ce soir. Tu ne comptais pas faire d’histoire, de spectacle. Juste lui faire la surprise que oui, c’est toi au bar ce soir, et il va falloir te parler. Tu restais discrète tant que tu ne la voyais pas. Certains imbéciles faisaient exprès de t’éviter et commander chez le jeune homme qui était en binôme avec toi au bar, mais soit. Tu avais l’habitude qu’on t’évite. Il y avait des regards, aussi. C’était dingue comme les rikos avaient une ouverture d’esprit aussi grande qu’un pois chiche. Mais ça aussi, tu avais l’habitude, même si au fond, tu avais tout de même ce petit pincement douloureux. Ce n’était jamais facile d’être dévisagé, même si c’était depuis toute petite. Le Reverse te manquait, et tu espérais que la blonde fasse vite son apparition pour que ton but de ce soir soit accompli et que, au pire, tu te casses et laisses ces gamins de riche continuer leur soirée bien trop m’as-tu-vu à ton goût.

(c) oxymort


_________________
C'est la décadence. Montre-moi comment tu danses.
©️crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Bloom Walton
Bloom Walton

Messages :
72
Pseudo :
June
Multinick :
Sirius Vandesky & Malina Wells
Avatar :
Ester Exposito
Age :
21 ans
Status :
Célibataire
Work :
Etudiante
Sexuality :
Bisexuelle
Rythme de rp :
1 / semaine
Longueur rp :
- de 500 mots de préférence - plus possible - au feeling
Messages : 72 Pseudo : June Multinick : Sirius Vandesky & Malina Wells Avatar : Ester Exposito
Age : 21 ans Status : Célibataire Work : Etudiante Sexuality : Bisexuelle Rythme de rp : 1 / semaine Longueur rp : - de 500 mots de préférence - plus possible - au feeling
2 souls on fire + bloominada Empty
MessageSujet: Re: 2 souls on fire + bloominada   2 souls on fire + bloominada EmptySam 5 Oct - 11:49
Arrivé une ou deux fois en retard n'est pas coutume. Lorsque c'est perpétuel, on appelle cela savoir se faire désirer. Au fil des années, Bloom était devenue maitresse à ce jeu. Une entrée remarquée et une absence à la durée parfaite promettaient toujours une bonne soirée. Elle avait déjà mis du temps à choisir sa tenue parmi son dressing plus grand que de raisonnable. Et pour cause, elle aime être belle et désirable. Et puis, ce n’est pas comme si elle avait le choix avec les gens qu’elle côtoie. Si elle avait le malheur de faire le moindre faux pas, alors on la catégoriserait immédiatement et elle deviendrait une sorte de pestiférée. C’est le problème dans ce monde de faux semblants où on connait à la fois tout le monde et personne réellement. Un des grands dilemmes de Bloom d’ailleurs : ne pas comprendre cette manière d’être, avoir envie d’être autrement, tout en ne pouvant pas se passer de ces mondanités et de ce mode de vie.

La fête bat déjà son plein lorsque Bloom se présente devant le videur qui la laisse aussitôt passer. Elle entre dans le club, lance un regard à l’ensemble de la salle et reconnait ses fréquentations habituelles. Elle lève les yeux au ciel quand elle remarque un mec de sa classe en train de vomir dans un seau à champagne. Ces hommes n’ont-t-ils donc aucune dignité ? Tenir l’alcool est comme un super pouvoir pour elle, aussi étrange que cela puisse paraitre, et quand bien même elle irait trop loin, jamais elle ne s’abaisserait à un tel comportement en public. L’étudiante remarque rapidement Esteban, son meilleur ami, qui a l’air bien occupé. Néanmoins, dès qu’elle arrive, on l’accueille chaleureusement et elle s’immisce au sein du groupe.

« Vous avez vu la nouvelle serveuse ? »
« Ils devaient être désespérés pour s’abaisser à recruter… ça ! »
« S’ils veulent qu’on change de club, autant qu’ils nous le disent direct. J’ai pas envie d’être servi par un boudin moi ! »

Ces comportements sortent toujours par les yeux de Bloom. Ces gosses de riche, elle en fait peut-être parti mais il y a des choses qu’elle ne tolère pas, et notamment l’irrespect. Bloom regarde Esteban. Il doit penser la même chose qu’elle à ce moment là et sans même avoir encore jeté un coup d’œil à la serveuse en question, Bloom commence déjà à la défendre.

« Vous allez arrêter oui ? Elle est juste là pour remplir vos verres alors qu’est-ce que ça peut vous faire du moment qu’elle ne crache pas dedans ? On vous a pas demandé de coucher avec ! Il y a plein d’autres nanas dans le club pour ça ! »

Excédée, elle les laisse poursuivre leur conversation et se dirige donc vers le bar, bien décidée à aller se faire servir par ladite serveuse pour montrer la bonne attitude à adopter à ces idiots sortis d’on ne sait quel film des années 50. Et c’est là qu’elle voit ladite serveuse, qu’elle la reconnait aussitôt et que son cœur s’emballe. Elle est encore plus furieuse contre ses camarades de classe. Pourquoi critiquer Lumi ? Elle a toujours eu conscience de ses formes, et elle savait d’avance que ces crétins de riches auraient ce genre de réaction, mais pour autant, les entendre dire la déchire. Arrivée au niveau du bar, Bloom se sent particulièrement mal à l’aise. « Qu’est-ce que tu fais là ? » Dit-elle en faisant bien attention à ce que personne ne l’entende. « T’es pas censée être ici ! C’est pas une bonne idée ! Et si c’était qu’une question d’argent, je t’en aurais donné ! » Son ton est plus froid que ce qu’elle aurait voulu. Elle regarde sa bouche, ses yeux. Elle se serait bien perdue dedans une fois de plus. Le rappel de leur dernier contact est omniprésent. Pourtant, la voir ici, dans son monde, la rend furieuse. Si on découvrait son secret, ce serait la fin.
Revenir en haut Aller en bas
Iluminada Garceller
Iluminada Garceller

Messages :
75
Pseudo :
sandankhr
Avatar :
barbie ferreira + nawak
Age :
22yo
Status :
célibataire, en quelque sorte.
Work :
intérimaire le jour, serveuse au reverse club la nuit
Home adress :
queens ; the oak appartment complex, the poppy building appartment #06

Sexuality :
bisexuelle, penchant pour les femmes.
Hogwarts house :
poufsouffle
Astrological Sign :
gémeaux
Rythme de rp :
1 à 4 réponses par semaine, dépendant de la longueur des réponses.
Longueur rp :
300 à 900 voire plus, dépendant du rp.
Messages : 75 Pseudo : sandankhr Avatar : barbie ferreira + nawak
Age : 22yo Status : célibataire, en quelque sorte. Work : intérimaire le jour, serveuse au reverse club la nuit Home adress : queens ; the oak appartment complex, the poppy building appartment #06

Sexuality : bisexuelle, penchant pour les femmes. Hogwarts house : poufsouffle Astrological Sign : gémeaux Rythme de rp : 1 à 4 réponses par semaine, dépendant de la longueur des réponses. Longueur rp : 300 à 900 voire plus, dépendant du rp.
http://99problems.forumactif.com/t575-lumi-all-the-good-girls-go-to-hell?nid=1#5059 http://99problems.forumactif.com/t585-you-don-t-wanna-play-with-me-lumi http://99problems.forumactif.com/t590-lumi-s-phone#5145
2 souls on fire + bloominada Empty
MessageSujet: Re: 2 souls on fire + bloominada   2 souls on fire + bloominada EmptyLun 7 Oct - 17:40


2 souls on fire

You gon' make me bring the bag girl believe me. You gon' make me do this move to stop you breathing. If you lose some faith, I'll make you believe it.

◊ ◊ ◊

Tu n’étais pas du tout concentré dans ton travail, mais ça ne se voyait pas tant que ça. Tu avais tellement l’habitude d’être derrière un bar, que ton travail ne montrait pas tellement que ton regard ne faisait que balayer la salle à chercher la jeune blonde. Et d’ailleurs, elle arrivait enfin. Ton estomac se serrait lorsque tu l’apercevais mais tu continuais ce que tu faisais, l’air de rien, calmant comme tu pouvais ce petit stress qui s’installait maintenant que tout ce que tu avais fait au culot jusqu’à maintenant portais ses fruits et que tu étais devant le fait accompli. Tu es téméraire Lumi, tu es arrogante. C’est connu. Mais tu n’es pas non plus insensible. Et Bloom, c’était particulier ce qu’il y avait entre vous. Tu l’aimais bien, ainsi que ce jeu qu’il y avait entre vous, alors tu ne pouvais pas rester de marbre. Et si la jeune femme viendrait à te pousser une gueulante et totalement te rayer de sa vie, ça te ferait sans doute quelque chose. Ca te ferait mal, oui. Alors maintenant que tu la voyais au loin rejoindre ses amis, tu espérais que tu n’étais pas allé trop loin et que ça allait bien se passer.



Tu voyais bien que tu n’étais pas la bienvenue. Tu n’avais eu aucun pourboire jusqu’à maintenant, certain clients t’évitait et allaient plutôt voir ton collègue, et surtout, tu voyais que les amis de Bloom t’observaient du coin de l’œil et te critiquaient sûrement. Tu connaissais tout ça par cœur, tu le subissais depuis toute petite. Les regards de ce genre suivi de messes basses, parfois des rires qui allaient avec. Tu avais l’habitude, ça te faisait plus si mal que ça, parce que tu l’as subi pratiquement toute ta vie. Mais tu te demandais ce qu'en pensais Bloom. Et tu as été surprise, de voir ce qui s’apparentait à de la colère lorsqu’elle leur répondait, et puis, elle partait. Tu retenais un sourire en coin, touchée, mais l’envie de sourire partait très vite lorsque tu te rendais compte qu’elle venait en fait au bar. C’était parti.

Tu préparais un cocktail lorsqu’elle arrivait face à toi, tendue et à l’affût. Tu arrêtais de secouer le shaker pour mieux l’entendre au milieu de tout ce brouhaha et cette musique. Ce n’était pas la meilleure des surprises que tu venais de lui faire, c’était sûre. Mais ça va, ça aurait pu être pire. Maintenant, tu pouvais reprendre les rênes. « Ah si, j’pense que c’est une très bonne idée, tu vois. » Tu te penchais un peu pour qu’elle t’entende sans alerter tout le monde, tu attrapais en même temps un citron et y coupais des lamelles. « J’ai pas besoin de ton argent, c’est pas ça que je veux de toi Bloom et tu le sais très bien.. ! » Tes gestes allaient tellement vite en même temps, tu prenais vite des verres à pied et les remplissait tout en les décorant. C’était très… Pro. « Fallait que je te retrouve. J’comprends pas pourquoi t’es parti. On me ghoste pas comme ça.. ! » Tu avais cette même rage qu’elle, que vous deviez contenir pour ne pas faire de cinéma ici et ne pas vous faire voir. Tu n’hésitais pas à lui montrer ton agacement à la situation, et vu les efforts que tu avais fait pour la retrouver jusqu’ici, on remarquait aussi facilement, en réfléchissant, que tu tenais à ce qu’il y avait entre vous. Que ça t’avais fait un coup.

Les deux cocktails terminés à cette vitesse folle, tu filais les servir à l’autre bout du bar sans prévenir, le pas sûr de lui, tes chaussures plateforme claquant au sol et ton visage crispé montrant bien ton agacement de tout ça. Et tu ne souriais pas en servant ces deux hommes, sachant bien que ça ne valait pas le coup ici. Pourtant, au Reverse Club, tu souriais tout naturellement lorsque tu servais. Une fois revenu face à Bloom qui avait peut-être eu l’occasion de réfléchir pendant cette petite éclipse, tu la regardais droit dans les yeux : « Faut qu’on discute. T’es pas d’accord ? » Tu aurais pu lui faire peur en te penchant sur le bar ce qui montrerait bien que tu t’adressais à elle et qu’une grosse discussion avait lieu entre vous, mais tu n’étais pas un monstre, même si ce monde dont elle faisait parti était ingrat. Tu ne voulais pas te venger bêtement et la détruire. Tu n’es pas une mauvaise personne. Tu es même trop gentille, parfois. Parce que même si elle t’avait jeté, t’as manqué de respect, tu restais l’air de rien à essuyer ce verre et éviter de trop la regarder dans les yeux pour éveiller les soupçons de sa bande de potes sans cervelle. Ca fait partie de toi, ça. Tu sais faire la peste pour t’imposer, mordre pour te défendre, mais tu ne frappes pas inutilement.

(c) oxymort


_________________
C'est la décadence. Montre-moi comment tu danses.
©️crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Bloom Walton
Bloom Walton

Messages :
72
Pseudo :
June
Multinick :
Sirius Vandesky & Malina Wells
Avatar :
Ester Exposito
Age :
21 ans
Status :
Célibataire
Work :
Etudiante
Sexuality :
Bisexuelle
Rythme de rp :
1 / semaine
Longueur rp :
- de 500 mots de préférence - plus possible - au feeling
Messages : 72 Pseudo : June Multinick : Sirius Vandesky & Malina Wells Avatar : Ester Exposito
Age : 21 ans Status : Célibataire Work : Etudiante Sexuality : Bisexuelle Rythme de rp : 1 / semaine Longueur rp : - de 500 mots de préférence - plus possible - au feeling
2 souls on fire + bloominada Empty
MessageSujet: Re: 2 souls on fire + bloominada   2 souls on fire + bloominada EmptySam 12 Oct - 12:03
Il est vrai que les messages venant de Lumi s’étaient accumulés dans le téléphone de Bloom sans qu’elle n’y réponde. Elle aurait pu prétendre ne pas les avoir vu, ne pas avoir eu le temps d’y répondre mais franchement, à quoi bon mentir ? Ce genre d’excuse ne tient pas lorsqu’il suffit de prendre les deux minutes où on est sur le trône pour répondre à un sms, même si ça n’a rien de glamour, nous en conviendrons. La seule excuse de Bloom, c’est qu’elle n’en avait pas. Elle s’était dit que la jeune femme disparaitrait de sa vie et de ses pensées si elle se donnait la peine de l’en éloigner. Chacune reprendrait sa vie simplement, mais ça n’avait rien de si simple. D’ailleurs, son cerveau lui avait bien fait comprendre en continuant à rêver d’Iluminada certaines nuits par exemple, une chose dont se serait bien passée la blondinette.

« Tu sais très bien pourquoi j’ai dû prendre mes distances. » Une pointe de regret peut s’entendre dans sa voix, même si celle-ci se veut ferme à la base. Mais pas le temps d’en dire plus que Lumi est déjà partie servir ses verres. Bloom reste stoïque. Elle s’est éloignée, comme ça, comme si elle n’avait aucune importance. Et cela brise le cœur de Bloom, alors qu’elle se refuse à ressentir de telles émotions. Si elle cherche à se venger, elle s’en sort très bien. Mais bientôt, elle revient et indique à la jeune femme qu’elles devraient discuter. Un regard noir se lit sur le visage de Bloom. C’est plus fort qu’elle, et pas du tout représentatif de ce qu’elle ressent au fond d’elle. Trop de dualité et de sentiments contraires. Elle aurait aimé réussir à lui rétorquer qu’elles n’avaient plus rien à se dire mais ne le pensant pas du tout, elle n’aurait pas réussi à être assez convaincante. « Pas ici ! » Le simple fait qu’elle soit encore à parler au comptoir est dangereux. Bloom sait pertinemment que ses amis ont les yeux rivés sur elles et que le moindre faux pas sera fatal pour sa réputation, voir son avenir tout entier. Elle aurait tellement aimé qu’il en soit autrement, qu’elle puisse s’en foutre littéralement du regard des autres. « Dans 10 minutes, à l’arrière. Il y a une ruelle, on sera plus tranquille. » Elle connait parfaitement les lieux, à force d’avoir raccompagné ses amis un peu trop bourrés dans un endroit tranquille pour vomir, quand les toilettes sont vraiment trop bondées. « Sers-moi une vodka orange stp. » Elle sort sa carte de son soutien-gorge, l’endroit ultime où on range ses affaires quand on a laissé son sac à main au vestiaire. Il faut qu’elle revienne avec quelque chose dans les mains, sinon elle va se faire griller.

Quand enfin elle a sa boisson et qu’elle a payé, elle retourne vers ses amis, l’air sure d’elle, bien qu’au fond, elle soit totalement déstabilisée par la présence de Lumi. Alors qu’elle est dos à elle, elle ne peut s’empêcher de s’imaginer que son regard s’est posé sur ses atouts féminins et Bloom ressent alors une vague de chaleur inexplicable montée en elle. « Vous voyez bien que je ne suis pas morte à la première gorgée ! » lance-t-elle ironique à ses amis. Pourquoi sont-ils aussi cruels, aussi cons ? Elle descend son verre en quelques minutes, consciente qu’elle va avoir besoin de cela pour ce qui l’attend juste après, si elle ne veut pas perdre ses moyens. Son cerveau lui crie de mettre fin à cette relation, alors que son cœur et son corps tout entier lui hurle que ce n’est pas la chose à faire.

« Je vous laisse ! Je vais me rafraîchir un peu et voir ailleurs si l’herbe est plus verte. » Elle arbore son plus grand sourire, comme si elle était supérieure à ces personnes trop fermées. Elle dépose un baiser rapide sur la joue d’Esteban, le seul qu’elle sait réellement au-dessus du lot et lui indique qu’elle reviendra plus tard. Puis, s’assurant que personne ne la suit, que ce soit physiquement ou du regard, elle se fond dans la foule avant de rejoindre ladite ruelle. Si seulement Lumi n’avait finalement pas pu venir… Ce serait plus simple, même si au fond d’elle, elle rêve d’un moment en tête à tête avec la belle brune. « J’t’ai pas trop fait attendre ? » Dit-elle quand elle la voit. Small Talks. Complétement idiot comme comportement. Bloom ne peut s’empêcher de frôler ses doigts des siens. « Tu ne peux pas t’immiscer dans ma vie comme ça. C’est trop dangereux. » Les paroles de la raison alors que la seule chose dont elle a réellement envie, c’est de s’emparer de ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Iluminada Garceller
Iluminada Garceller

Messages :
75
Pseudo :
sandankhr
Avatar :
barbie ferreira + nawak
Age :
22yo
Status :
célibataire, en quelque sorte.
Work :
intérimaire le jour, serveuse au reverse club la nuit
Home adress :
queens ; the oak appartment complex, the poppy building appartment #06

Sexuality :
bisexuelle, penchant pour les femmes.
Hogwarts house :
poufsouffle
Astrological Sign :
gémeaux
Rythme de rp :
1 à 4 réponses par semaine, dépendant de la longueur des réponses.
Longueur rp :
300 à 900 voire plus, dépendant du rp.
Messages : 75 Pseudo : sandankhr Avatar : barbie ferreira + nawak
Age : 22yo Status : célibataire, en quelque sorte. Work : intérimaire le jour, serveuse au reverse club la nuit Home adress : queens ; the oak appartment complex, the poppy building appartment #06

Sexuality : bisexuelle, penchant pour les femmes. Hogwarts house : poufsouffle Astrological Sign : gémeaux Rythme de rp : 1 à 4 réponses par semaine, dépendant de la longueur des réponses. Longueur rp : 300 à 900 voire plus, dépendant du rp.
http://99problems.forumactif.com/t575-lumi-all-the-good-girls-go-to-hell?nid=1#5059 http://99problems.forumactif.com/t585-you-don-t-wanna-play-with-me-lumi http://99problems.forumactif.com/t590-lumi-s-phone#5145
2 souls on fire + bloominada Empty
MessageSujet: Re: 2 souls on fire + bloominada   2 souls on fire + bloominada EmptyLun 14 Oct - 16:20


2 souls on fire

You gon' make me bring the bag girl believe me. You gon' make me do this move to stop you breathing. If you lose some faith, I'll make you believe it.

◊ ◊ ◊

Tu savais pourquoi elle a avait dû prendre ses distances avec toi ? Oui, en quelque sorte. Mais tu ne l’acceptais pas, nuance. Ce n’était pas à accepter. C’était si bête, inutile, et ça gâchait ce truc fort qu’il y avait entre vous, même si il n’était pas promis dans la durée. Tu étais comme ça après tout, Lumi. Te battre pour avoir ce que tu aimais, peu importe si c’était éphémère ou non. Tu as appris à te battre, en plus d’être une tête brûlée. Alors tu grimaçais lorsqu’elle te sortait ça, et tu ne pouvais t’empêcher de lui répondre avant de filer servir tes clients : « C’est une raison à la con. Tu le sais très bien aussi. » Et encore, tu pouvais parfaitement comprendre qu’elle avait son image à garder, sa notoriété, tout ça. C’était ridicule mais admettons. Mais ça t’énervait, qu’elle te pensait incapable de gérer ça. Les relations cachées, tu savais faire. Après tout, tu étais bien loin de ce quartier de riche et que Bloom vienne se perdre dans le Queen pour venir te voir sera à peine visible.
Lorsque tu étais revenu une fois les verres servis, tu voyais le regard noir de la jeune femme. Ca te faisait quelque chose, ça te faisait mal, même si tu ne voulais pas l’admettre, refusant de ressentir cela. Tu préférais largement lorsqu’elle te regarde avec ces yeux doux, lorsque vous n’êtes que toute les deux. Tu reculais un peu lorsqu’elle te criait presque de ne pas faire ça ici, tu faisais de ton mieux pour respecter son envie, ou plutôt besoin, de rester discrète. « Ca va.. ! J’ai compris. » Sifflais-tu, la fusillant du regard. Tu détestais qu’elle tente de te tenir tête comme ça. Tu détestes en général qu’on essaye de te tenir tête. Tu hoches simplement la tête lorsqu’elle te donne rendez-vous. Tu lui fais son verre et tu lui serres en vitesse, claquant presque le pied du verre sur le comptoir. « Et voilà pour toi, Marquisette. » Au moins là, vu ton regard en plus, les imbéciles plus loin seraient sûrs qu’il n’y a rien de passionnel entre vous. Ce surnom t’étais venu tout seul. Ce n’était rien de méchant, un petit pic, bien loin des Ma Douce et Ma Belle que tu pouvais lui glisser de temps à autre. Histoire qu’elle comprenne que tu l’avais irrité, mais aussi que voilà, tu pouvais être discrète à l’extérieur. Et même ton regard sur elle lorsqu’elle retournait voir ses amis, personne ne l’avait remarqué.

Mais tu ne traînais pas. Tu servais les clients dont tu avais commencé leur verre puis tu informais ton collègue que tu allais prendre ta pause. Il était bien bizarre lui aussi, totalement de ce monde. Il avait tendance à te regarder de haut et montrer sans aucune honte qu’il aurait bien voulu un autre genre de collègue pour la soirée. Alors tu n’avais pas de pitié à le laisser tout seul au bar. Et qui sait, tu ne reviendras pas. Tous des hypocrites là-dedans, tu ne supportais pas ça. Tu avais beau savoir être une peste et te venger, tu restais de nature ouverte d’esprit et gentille. Tout ça, ce n’était pas toi. Tu ne pourras sans doute jamais faire partie de ce monde, même si on t’offrait quelques millions pour y entrer.
Tu étais la première dehors. Tu soufflais, tout en appréciant cette fine brise fraîche de ce début d’automne. Ca te faisait du bien de sortir, t’échapper de ce club que tu commençais à réellement détester. Tu sortais ta cigarette électronique de ta poche et prenais une bouffée lorsque tu apercevais Bloom arriver vers toi. Tu soufflais la fumée épaisse, rangeant le petit appareil lorsqu’elle arrivait à ta hauteur. Un peu de nicotine aiderait à te détendre.
Mais ce fut surtout sa voix à elle qui t’a détendue. Tellement différente qu’à l’intérieur de ce club, tu la retrouvais directement. Plus douce, plus gentille. C’était une bonne chose d’un côté, même si ce changement de comportement aussi rapide était un peu flippant, au moins, ça n’allait pas exploser. Tu ne voulais pas te disputer aussi fort avec elle. « Ca va, je viens d’arriver. » Ta voix était basse, discrète. On pouvait également un peu voir que tu étais touchée par tout cela. Vraiment un petit peu. Parce que tu faisais semblant d’être forte, d’être de marbre, alors que sa main qui effleurait la tienne te faisait craquer d’avantage.

Tu faisais cette grimace à ces paroles, tu roulais des yeux et soufflais. « C’est pas ça. Je sais que j’dois pas. Mais Bloom, merde. Tu peux pas disparaître comme ça non plus. » Tu la regardais, brûlais d’envie de l’embrasser, la caresser, mais avant tout ça, vous deviez parler. Parce qu’elle t’a manqué, parce que ce qu’il y avait entre vous était beaucoup trop fort pour être abandonné si facilement. « Disons… Que je t’ai simplement rendu la pareille. » Tu haussais les épaules. Au moins, la leçon avait été retenue, tu espérais. Tu passais ta main sur sa joue, la lui caressais doucement. Tu voulais la rassurer un peu, et puis, elle t’avais manqué. « J’compte pas te faire de problèmes, ok.. ? Alors arrête de paniquer avec tout ça. J’ai compris que c’était important pour toi, bien plus que moi ou je-ne-sais-quoi d’autre. C’est bon, d’accord ? Alors disparaît plus comme ça, ou alors préviens-moi quand t’en aura marre de moi, ok.. ? » Tu étais bien trop gentille, Lumi. Tu aurais dû lui faire peur, lui pousser une gueulante, être bien moins douce et rassurante. Tu aurais dû en faire plus, que simplement lui dire ça et faire presque comprendre que c’était pas grave ce qu’elle t’avais fait, c’était oublié. Pourtant, t’as pas aimé, ça t’as fait mal. Mais bon voilà, Lumi. T’es trop gentille. En plus, t’arrivais pas à rester en colère trop longtemps parce que tu crevais d’envie de passer à autre chose et reprendre le cours de ce que vous aviez commencé. Mais quelle conne tu pouvais être, parfois.

(c) oxymort


_________________
C'est la décadence. Montre-moi comment tu danses.
©️crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Bloom Walton
Bloom Walton

Messages :
72
Pseudo :
June
Multinick :
Sirius Vandesky & Malina Wells
Avatar :
Ester Exposito
Age :
21 ans
Status :
Célibataire
Work :
Etudiante
Sexuality :
Bisexuelle
Rythme de rp :
1 / semaine
Longueur rp :
- de 500 mots de préférence - plus possible - au feeling
Messages : 72 Pseudo : June Multinick : Sirius Vandesky & Malina Wells Avatar : Ester Exposito
Age : 21 ans Status : Célibataire Work : Etudiante Sexuality : Bisexuelle Rythme de rp : 1 / semaine Longueur rp : - de 500 mots de préférence - plus possible - au feeling
2 souls on fire + bloominada Empty
MessageSujet: Re: 2 souls on fire + bloominada   2 souls on fire + bloominada EmptyLun 21 Oct - 15:35
Ce surnom, sortit de nulle part, elle s’en serait bien passé. Lumi qui avait d’habitude des paroles si tendres, pourquoi l’appelait-elle ainsi désormais ? Okay, son regard était dur, à Bloom, mais elle lui avait proposé de se voir quelques minutes plus tard, ce qui aurait dû suffire à la brune, non ? C’est surtout qu’elle n’aime pas que sa belle lui fasse remarquer qu’elle fait parti du monde élitiste, ce monde dans lequel Bloom se fond pourtant si bien. Encore cette dualité en elle qui la perdra un jour, ce besoin d’être riche et supérieur, tout en voulant rester humaine et s’acoquiner avec le bas peuple…

Les minutes passent et les jeunes femmes se retrouvent dehors. Le regard de Bloom rejoint celui de Lumi et tout à coup, c’est comme si son cerveau passait à autre chose, que les minutes précédentes étaient oubliées. Pourtant, c’est impossible. Elle doit rester sur sa position, réfléchir aux raisons pour lesquelles elle a ghosté Lumi en premier lieu. De bonnes raisons, avait-elle pensé au début, mais elle n’en était plus si sure maintenant que sa tigresse est face à elle. Une femme au tempérament féroce, à la tignasse flamboyante. Tout ce qu’il faut pour plaire à l’étudiante en journalisme et la garder accro. Ce sont pourtant ces sentiments qu’elle tente aujourd’hui de fuir, trop consciente des conséquences que le tout pourrait avoir sur son avenir. Si son père apprenait leur relation, qui sait ce qu’il serait capable de faire à la barmaid ? Rien qu’à y penser, Bloom en frémit.

Les larmes montent aux yeux de la jeune femme. Elle tente de ne pas avoir la voix qui vrille, continue à être forte. Elle ne peut pas mentir à Iluminada, c’est bien le problème. Sinon, tout serait si simple. « Putain, mais j’aimerais bien te dire que j’en ai marre de toi ! Mais j’y arrive pas ! J’peux pas. » Elle détourne le regard dans la rue. Elle a parlé un peu trop fort et s’en veut aussitôt. Elle tente de baisser le ton, des fois qu’il prendrait à quelqu’un l’idée de venir les espionner. « C’est tellement plus simple de juste plus te parler, de faire comme si tu n’existais pas, même si mon cerveau refuse d’y croire… » Elle ne lui avait jamais avoué ses sentiments et ce n’est sans doute pas aujourd’hui que ça commencerait mais pour autant, elle lui disait toujours de manière assez implicite. « T’imagine ce que mon père te ferait s’il apprenait pour nous deux ? Non, mais moi si et ça me rend juste malade de me dire que tu pourrais être en danger par ma faute. » Voici la première raison, la deuxième étant qu’elle doit se protéger elle des qu’en dira-t-on, des jugements de ses amis, n’étant pas prête à abandonner sa vie actuelle. Néanmoins, il est plus simple d’avoir la conscience tranquille quand on se dit que c’est pour protéger l’autre et non soi-même. En soit, c’était tout de même ce qui l’avait poussé à ghoster Lumi en premier lieu, sans rien lui dire, son père ayant tout à coup montré un peu trop d’intérêt au portable de sa fille. Pourquoi ? Allez savoir ce qu’il mijote !

Ces paroles raisonnent dans la tête de Bloom alors qu’elle revoit encore le regard de son père la veille au soir. Elle avait dû lui mentir, lui dire qu’elle était encore avec Lorenzo, cet ami qu’ils prennent pour le gendre parfait dans sa famille et qu’elle fait passer pour son petit ami dans la bonne société, lorsque cela l’arrange. Il y trouve son compte et elle aussi, alors pourquoi mettre fin à un tel arrangement ? Si déjà son paternel apprenait qu’elle aime autant les femmes que les hommes, sans doute ferait-il une crise cardiaque… L’idée qu’il puisse arriver malheur à Lumi la terrifie et elle ressent alors le besoin de la faire sienne, de s’assurer qu’elle est là, en chair et en os et qu’elle ne s’envolera pas. Brutalement, elle passe une main derrière sa nuque et l’embrasse avec passion. « C’est autant pour toi que pour moi qu’il faut qu’on arrête tout ça ! » Dit-elle entre deux souffles, d’un ton qui se veut dure alors que la passion l’enflamme. Elle est dingue de ce bout de femme et alors que d’autres ne se font pas à ses formes, Bloom les trouve ravissantes. Elle laisse d’ailleurs vagabonder son autre main sur la hanche de Lumi. « Et puis, à quoi ça nous mène tout ça ? On sait toutes les deux qu’on n’a aucun avenir ensemble, que c’est éphémère. » La peine s’entend tout de même légèrement dans sa voix. Elle aimerait qu’il y ait un moyen de remédier à cela, plus précisément un moyen qui ne remettrait pas en cause toute sa vie. Elle se détache de l'étreinte, ne détachant toutefois pas son regard de celui de sa belle.
Revenir en haut Aller en bas
Iluminada Garceller
Iluminada Garceller

Messages :
75
Pseudo :
sandankhr
Avatar :
barbie ferreira + nawak
Age :
22yo
Status :
célibataire, en quelque sorte.
Work :
intérimaire le jour, serveuse au reverse club la nuit
Home adress :
queens ; the oak appartment complex, the poppy building appartment #06

Sexuality :
bisexuelle, penchant pour les femmes.
Hogwarts house :
poufsouffle
Astrological Sign :
gémeaux
Rythme de rp :
1 à 4 réponses par semaine, dépendant de la longueur des réponses.
Longueur rp :
300 à 900 voire plus, dépendant du rp.
Messages : 75 Pseudo : sandankhr Avatar : barbie ferreira + nawak
Age : 22yo Status : célibataire, en quelque sorte. Work : intérimaire le jour, serveuse au reverse club la nuit Home adress : queens ; the oak appartment complex, the poppy building appartment #06

Sexuality : bisexuelle, penchant pour les femmes. Hogwarts house : poufsouffle Astrological Sign : gémeaux Rythme de rp : 1 à 4 réponses par semaine, dépendant de la longueur des réponses. Longueur rp : 300 à 900 voire plus, dépendant du rp.
http://99problems.forumactif.com/t575-lumi-all-the-good-girls-go-to-hell?nid=1#5059 http://99problems.forumactif.com/t585-you-don-t-wanna-play-with-me-lumi http://99problems.forumactif.com/t590-lumi-s-phone#5145
2 souls on fire + bloominada Empty
MessageSujet: Re: 2 souls on fire + bloominada   2 souls on fire + bloominada EmptyLun 21 Oct - 21:40


2 souls on fire

You gon' make me bring the bag girl believe me. You gon' make me do this move to stop you breathing. If you lose some faith, I'll make you believe it.

◊ ◊ ◊

N’importe qui faible d’esprit et dans ta situation n’aurait jamais pu s’aventurer dans la vie de Bloom comme ça. Trop compliqué, trop prise de tête, trop dur. Mais toi, tu t’y est faite, dès le départ. Parce que t’es forte, d’un côté. T’es tellement ouverte d’esprit, un peu bizarre aussi, que t’es rentré dans ce jeu sans vraiment te douter du risque que tu prenais. T’as pas le cœur fragile tant qu’il est caché sous cette armure que tu n’as pas totalement ouverte à Bloom. Tu te méfies toujours, tu te protèges, surtout quand on te prouve que ce n’est pas une relation purement amoureuse et innocente. On t’as tellement fait de mal à ton cœur par le passé, autant en amour qu’en amitié, voire même dans ta famille, que t’as appris à faire attention à toi. T’es attachée à Bloom, tu penses à elle et elle te manque parfois, mais par chance, elle ne te ravage pas le cœur. Pour le moment ? Parce que t’as tout de même eu un pincement au cœur quand t’as plus eu de nouvelles d’elle du jour au lendemain, t’as fait des efforts phénoménaux pour te planter devant elle comme ça, et puis, t’as eu ce manque frustrant en attendant de la retrouver. Sans oublier que là, maintenant que tu étais face à elle, tu te disais « Enfin ». Tu frissonnais, et ton estomac se serrait. Comme une drogue que tu retrouvais, comme la première bouffée de cigarette après une longue journée de travail.

Tu sursautes et écarquilles les yeux sur le coup, lorsqu’elle crie presque dans cette ruelle, surprise, mais également affolée pour elle, elle qui voulait se faire discrète parait-il. Tu te retiens de sourire à ses paroles qui te font plaisir au fond. Tu devais rester forte pour le moment. Elle t’avoue de belles choses, implicitement, parce que tu sais bien qu’elle est trop fière et que c’est bien trop compliqué entre vous pour qu’elle te le dise directement. Vous ne pouvez pas. Mais c’était tout de même dit d’une certaine manière, tu le remarquais bien. Puis, elle te parlait de son père. Tu fronçais les sourcils, perplexe. Puis tu lâchais un petit rire. « Tu veux qu’il me fasse quoi, Bloom ? J’ai pas de société à faire tomber, de secret de famille criminel à faire sortir, ou je-ne-sais-quoi. Si il touche à mon boulot c’est lui qui risque gros, et sinon… J’ai rien à perdre, moi. » Parce que au fond, tu as quoi ? Un petit appart, un compte en banque lambda et aucune réelle famille sauf Nox et ton père, tous les deux encore plus pauvres que toi sans doute. Ton père avait purgé sa peine et était clean maintenant, rien à balancer sur lui. Quant à ton boulot, tu étais beaucoup trop appréciée par les gangs clients de ce club, ton patron étant lui-même en lien avec eux. Alors si on tentait de te faire tomber, on te protégerait. Combien de fois cet homme aux multiples tatouages au visage et aux dents en or t’avais dit que si quelqu’un t’embêtait tu pouvais lui dire. Sans oublier les motards, les italiens et les roumains qui avaient toujours le sourire en te retrouvant et dont il suffisait d’un regard envers des clients qui t’embêtaient pour les calmer. Oh l’air de rien, tu avais de quoi être protégée et ce même concernant ta vie. Il te suffisait de les mettre au courant et des hommes de mains te surveilleraient 24h sur 24. Ca avait ses avantages d’être une bonne serveuse qui ne balançait pas.
La jeune femme faisait donc tout ça pour te protéger ? Tu y croyais, mais seulement à moitié. « Tu fais pas tout ça seulement pour me protéger et tu le sais très bien. T’as trop peur que tes copains en Louis Vuitton se moquent de toi parce que t’es avec une grosse pauvre, ne me la joues pas à moi. » Tu roulais des yeux, puis soufflais. « Mais merde, Bloom. J’m’en fous. Arrête de paniquer avec tout ça, si tu veux un truc caché tu me le dis et c’est réglé. Je cherche pas le mariage ou ce genre de merde. Tant que tu me demandes pas un plan à trois avec ton copain arrangé. » Tu faisais exprès de conclure en mentionnant ce fameux couple arrangé. Prouvant qu’au final t’acceptais beaucoup, mais aussi avouant sans vraiment l’admettre qu’il y avait une pointe de jalousie. Jalousie qui est vite apaisée, lorsque soudainement elle te tire vers elle pour t’embrasser. Bien sûr que tu réponds à ce baiser, elle t’avait tellement manqué. Tu l’écoutes, également, mais tu la fais presque taire en retournant l’embrasser, glisser ta main sur sa taille et la tirer doucement un peu plus contre toi. Elle était un peu plus petite que toi, ça te plaisait justement et ça ne te dérangeais pas de te pencher un peu lorsque tu l’embrassais. C’était ça qui te plaisait chez elle, ce côté plus petite et fine qui la rendait adorable, sans oublier la vraie Bloom qu’elle était avec toi, loin des projecteurs, de la richesse et de son rôle de marquisette.

Tu aurais pu à nouveau souffler, rouler des yeux et grogner à ses paroles, susceptible et impatiente que tu es, mais aussi surprenant que ça l’était, tu es restée calme. Au contraire, tu as été compréhensive, et même rassurante. Doucement, alors qu’elle te relâchait et se reculait. Tu avais vu sa peine, ce contre-cœur. Alors tu ne pouvais pas laisser tout ça filer comme ça alors que toute les deux vous ne vouliez pas de ça. Tu déposais tes mains sur ses joues, les lui caressant doucement de tes pouces. Tu la regardais dans les yeux, et faisais un petit pas vers elle. « Tu t’entends parler.. ? » Ta voix était basse, calme. « T’as pas envie de ça, et moi non plus. Peut-être qu’on est vouée à se séparer, mais et alors.. ? C’est pas interdit d’apprécier le moment présent. Et là, maintenant, j’ai envie de terminer la nuit avec toi, et en passer plein d’autres. Jusqu’à ce qu’on en ai marre, que tu dois déménager loin ou je-ne-sais-quoi que la vie amènera. Mais pas à cause de ton daron qui s’en sera mêlé ou tes potes en carton. Et puis, t'as pas besoin de me protéger. Je suis bien plus forte que tu l'imagines. » Tu passes alors l’une de tes mains dans ses longs cheveux blonds, arrangeant une mèche que tu lui glisses derrière l’oreille. « Ca te dit… ? Juste de kiffer, et pas se prendre la tête ? »

(c) oxymort


_________________
C'est la décadence. Montre-moi comment tu danses.
©️crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Bloom Walton
Bloom Walton

Messages :
72
Pseudo :
June
Multinick :
Sirius Vandesky & Malina Wells
Avatar :
Ester Exposito
Age :
21 ans
Status :
Célibataire
Work :
Etudiante
Sexuality :
Bisexuelle
Rythme de rp :
1 / semaine
Longueur rp :
- de 500 mots de préférence - plus possible - au feeling
Messages : 72 Pseudo : June Multinick : Sirius Vandesky & Malina Wells Avatar : Ester Exposito
Age : 21 ans Status : Célibataire Work : Etudiante Sexuality : Bisexuelle Rythme de rp : 1 / semaine Longueur rp : - de 500 mots de préférence - plus possible - au feeling
2 souls on fire + bloominada Empty
MessageSujet: Re: 2 souls on fire + bloominada   2 souls on fire + bloominada EmptyMar 29 Oct - 16:26
Elle ne peut pas lui expliquer. Elle ne peut pas prononcer les mots à haute voix, avouer que son père pourrait être bien pire qu’un homme n’est censé être. Te tuer. Voici la pensée qui lui traverse immédiatement l’esprit après la question de la brune. Il ne pourrait quand même pas faire cela à sa propre fille ! C’est ce qu’espère Bloom mais honnêtement, elle n’en est pas certaine. Elle regarde Lumi droit dans les yeux, sans ciller. Si elle le pouvait, elle serrerait davantage ses mains dans les siennes, consciente tout à coup de cette peur qu’elle a de la perdre. Ce n’est pas logique. Elle n’est pas censée tenir autant à cette femme, mais en attendant de trouver un moyen pour que ce ne soit plus le cas, elle va bien devoir faire avec. Elle soupire profondément, un long soupir bien audible. « C’est vrai. » finit-elle par prononcer, n’en croyant pas un mot pour autant. Lumi dit vrai, c’est sûr, mais elle n’a pas conscience qu’elle pourrait perdre plus que cela. A moins que cela ne soit que dans la tête de Bloom ? Qu’elle soit complétement parano, qu’elle ait peur pour rien. Qui pourrait le savoir ?

Cette vérité lui explose au visage, comme si elle ne s’en était pas rendue compte plus tôt : le fossé entre elle et Lumi est si grand. Si grand. Bloom a toujours tout eu à perdre, même si en règle générale, elle prend tellement sa vie pour acquise qu’elle n’en a pas vraiment conscience. Sauf qu’il y a des gens comme Iluminada qui vivent avec rien, qui se contente de leur vie, comme elle est. Bloom le sait ; ou en tout cas, elle se persuade qu’elle le sait et que ce qu’elle fait dans les associations aide à réduire les inégalités sociales. Tout ce qu’elle fait au final, c’est alléger sa conscience ; mais on aura beau lui dire, elle ne l’avouera pas. Bloom, elle a cette innocence en elle. A moins qu’elle vive juste dans le monde des bisounours, qu’elle se voile la face parce que c’est tellement plus simple de vivre ainsi.

Elle continue sur sa lancée. Elle avoue des choses. Pas totalement la vérité, mais pas des mensonges non plus. Lumi a ce don de la percer à jour, de la comprendre mieux qu’elle ne se comprend elle-même et ça frustre Bloom. Elle aimerait être un miroir qui ne renvoie aucun reflet, qu’on ne puisse rien déceler chez elle mais malheureusement, savoir jouer la comédie est loin d’être sa plus grande qualité, même si elle sait tout de même se débrouiller quand les circonstances l’exigent. « J’aime pas quand tu dis ça. » Grosse pauvre. C’est sur ces mots que la jeune femme a buté. Elle déteste qu’on pense cela de sa tigresse. « T’es si belle. » Et jamais elle ne comprendra qu’on ne puisse pas voir Lumi à travers son propre regard. Pourtant, elle n’est pas bête. Elle sait ce qui gène ses pseudo-amis, mais où ils voient de la laideur et de quoi avoir honte, elle ne voit que de la beauté.

Et la faculté de Lumi de se foutre des autres, de pouvoir profiter du moment présent, ça surprendra toujours l’étudiante en journalisme qui semble l’oublier à chaque fois. C’est pourtant une des choses qui l’avait fait tombée sous le charme de la brune dès le début. « J’te demanderais jamais ça. » Elle lève les yeux au ciel. Déjà qu’elle-même ne couche pas avec Lorenzo alors c’est encore moins pour partager Lumi. « J’te partage pas. » C’est dit sur un ton langoureux, plein d’amour. Et le sourire qui s’en suit le confirme.

Le baiser qui s’en suit se veut passionné, brutalement passionné, un peu comme si c’était le dernier avant que le monde ne s’écroule. Dernier essai de vérité, admettre qu’aucun futur n’est possible et une Lumi fidèle à elle-même, cette même Lumi qui réussit toujours à rassurer notre Bloom dans ses pires moments d’angoisse. Ses mains sur ses joues, ses petites caresses, ont un effet apaisant sur la blondinette qui ferme les yeux un instant, se laissant bercer par la voix de la brune. Elle prononce rien pendant de longues secondes. « Oui. » Finit-elle par lacher avant d’ajouter. « Mais je ne suis pas comme toi. Je n’arrive pas à ne pas me prendre la tête bien que j’en ai envie. J’ai besoin de savoir que tout ça n’est pas pour rien. » Pourtant, parfois, il y a des choses où elle laisse couler alors pourquoi est-ce que là, elle n’y arrive pas ? Pourquoi ? Ce serait tellement super d’apprécier simplement. Elle ne roule personne. Elles sont sincères l’une avec l’autre alors, pourquoi ? Lumi a tellement raison, et Bloom le sait bien…

Elle enroule ses bras autour de son cou et se hisse sur la pointe de ses pieds, ce qui ne fait pas une grande différence en réalité, vu la taille des talons qu’elle porte. Elle pose ses lèvres sur celle d’Iluminada. « Alors comme ça t’as envie de passer la nuit avec moi ? » Dit-elle dans un sourire, alors que toutes ses émotions négatives semblent envolées, ou en tout cas qu’elle donne le change pour le faire croire. Lumi veut qu’elle se détende, elle lui doit bien d’essayer. La Bloom douce refait alors surface. « T’es consciente que ces poubelles ne me font pas vraiment rêver en guise de matelas… » Elle laisse échapper son doux rire. La ruelle n’est pas des plus accueillantes et Bloom, elle aime bien son petit confort quand même. « J’pourrais nous réserver une chambre à l’hotel ? » Personne ne s’inquiéterait de savoir qu’elle ne dort pas chez elle de toute façon…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Iluminada Garceller
Iluminada Garceller

Messages :
75
Pseudo :
sandankhr
Avatar :
barbie ferreira + nawak
Age :
22yo
Status :
célibataire, en quelque sorte.
Work :
intérimaire le jour, serveuse au reverse club la nuit
Home adress :
queens ; the oak appartment complex, the poppy building appartment #06

Sexuality :
bisexuelle, penchant pour les femmes.
Hogwarts house :
poufsouffle
Astrological Sign :
gémeaux
Rythme de rp :
1 à 4 réponses par semaine, dépendant de la longueur des réponses.
Longueur rp :
300 à 900 voire plus, dépendant du rp.
Messages : 75 Pseudo : sandankhr Avatar : barbie ferreira + nawak
Age : 22yo Status : célibataire, en quelque sorte. Work : intérimaire le jour, serveuse au reverse club la nuit Home adress : queens ; the oak appartment complex, the poppy building appartment #06

Sexuality : bisexuelle, penchant pour les femmes. Hogwarts house : poufsouffle Astrological Sign : gémeaux Rythme de rp : 1 à 4 réponses par semaine, dépendant de la longueur des réponses. Longueur rp : 300 à 900 voire plus, dépendant du rp.
http://99problems.forumactif.com/t575-lumi-all-the-good-girls-go-to-hell?nid=1#5059 http://99problems.forumactif.com/t585-you-don-t-wanna-play-with-me-lumi http://99problems.forumactif.com/t590-lumi-s-phone#5145
2 souls on fire + bloominada Empty
MessageSujet: Re: 2 souls on fire + bloominada   2 souls on fire + bloominada EmptyMar 5 Nov - 19:51


2 souls on fire

You gon' make me bring the bag girl believe me. You gon' make me do this move to stop you breathing. If you lose some faith, I'll make you believe it.

◊ ◊ ◊

Elle soupire, puis admet. Tu ne peux t’empêcher d’esquisser un petit sourire en coin, à la fois satisfait mais aussi attendrie de la voir admettre que tu avais raison sur ce coup-là. Tu n’avais pas peur d’un père tyrannique et fermé d’esprit. Une famille qui ne t’aimait pas, tu avais bien connu avec tes frères et sœurs. Un monde qui ne t’aimait pas, tout court, tu connaissais. Depuis toute petite, tu as appris à mordre, te battre, et prendre les coups dans le cœur. On t’a harcelé, insulté, rabaissé. Alors quoi ? Ce père, tu n’en avais pas peur. Le seul mal qu’il pourrait te faire, c’est t’arracher Bloom. Sinon, ton armure était bien solide face à ce genre de personne. Alors, tu voulais la rassurer là-dessus, qu’elle arrête d’avoir peur pour toi, même si ça te touchait, parce que visiblement, ça devenait une excuse pour arrêter tout ça. Non, elle n’allait pas t’avoir comme ça. Si elle voulait se débarrasser de toi, ce serait pour une vraie et bonne raison.
Et ça te touchait, lorsqu’elle relevait ces mots que tu avais prononcé pour te définir. Ces mots que tu ne trouvais même pas rabaissant à force qu’on les utilise pour toi. Mais Bloom, ça lui faisait quelque chose, elle te disait qu’elle n’aimait pas. Ca te faisait bizarre, à chaque fois qu’elle te reprenait, qu’elle te disait des mots bien plus doux, alors qu’elle pouvait avoir bien plus « normal ». Pourtant c’est bien toi qu’elle a choisi, et c’est bien toi qu’elle trouvait belle. Alors tu lui esquissais un sourire différent ; touché et même un peu timide. Certes, tu avais pris confiance en toi avec le temps, tu avais pris à dire merde aux insultes, aux regards, mais quand on te complimentait, ça te faisait toujours bizarre. Surtout si là, ça venait de Bloom. Parce qu’au fond, tu es sensible une fois que ton armure est passée. Et la jeune blonde l’avait plutôt bien passé. Cette jolie blonde, dans cette bulle si particulière remplie d’argent, de réputation, de noblesse, et qui pourtant, te trouvait toi, belle.
Elle répondait même à ce jeu de jalousie que tu avais subtilement lancé. Elle ne voulait pas te partager, elle grimaçait presque à cette idée de plan à trois, alors tu rigolais doucement suite à son sourire.

Ce baiser, il te faisait du bien. Ces lèvres t’avaient manqué, son corps contre le sien, sa chaleur. Vous en aviez besoin, aussi. Pour vous réunir, vous retrouver, vous rassurer. Autant Bloom et toutes ses craintes et toi sur votre relation, tout simplement, parce qu’au fond, ça te ferait mal de la perdre aussi bêtement. Et maintenant que ton cœur est réchauffé et apaisé, tu lui parles. Tu la rassures, pour qu’elle comprenne. Tu caresses ses joues, doucement. Ca a l’air de fonctionner. Elle te répond, te fait part de cette crainte. Une crainte bien différente, une vraie. Alors, tu souris. « Bien sûr que c’est vrai. J’aurais trop la flemme de m’investir comme ça si ça ne l’était pas. » Tu ris doucement et hausses les épaules. « Ca l’est, jusqu’à ce que tu décides que ça ne l’est plus. Toi, et pas n’importe qui d’autre. » Tes yeux plongés dans les siens, elle finie par entourer ton cou de ses bras et venir t’embrasser. Ton cœur s’apaise un peu plus. Visiblement, tes paroles avaient fonctionné et la jeune femme était enfin rassurée. En tout cas assez pour que la pression de ce soir s’évapore et qu’il n’y ait désormais plus que vous dans cette petite ruelle. Loin de ses craintes qui tournent sans arrêt dans sa tête.

Enfin, la pression redescend. Vous vous retrouvez, Lumi la peste et Bloom la marquisette repartant pour laisser place à cette douceur qui vous allait si bien. Tu réponds à ce petit baiser, caresse sa taille de ta main et sa joue de l’autre. Là, tu retrouvais la jolie blonde que tu appréciais tant. « Tu m’as trop manqué. Alors… Il va nous falloir une bonne nuit pour rattraper tout ça, non.. ? » Tu disais cela avec une voix un peu plus basse, lente, tout en allant effleurer de tes lèvres le coin des siennes, ton souffle chaud caressant sa peau. Mais sa remarque te faisait alors rire doucement. Bien sûr que toi aussi tu avais besoin de ton confort, surtout si c’est pour partager ce genre de moment avec elle. Tu reprenais alors la main de la jeune femme, souriant, puis commençant à marcher tout en la tirant avec toi. « Partons déjà d’ici, loin de ce club pourri. » Tu accélérais le pas, la guidant jusqu’à la sortie de cette ruelle mais à l’arrière du club où il y avait ta petite voiture de garée. Elle était noire, discrète, petite, pas trop récente. Loin du genre de voiture que pouvait avoir la jeune femme. Mais toi, tu adorais ta voiture, payée avec tes économies quand tu as commencé à vivre seule. Tu n’avais pas spécialement pris d’affaires avec toi dans le club, tu avais le principal sur toi : tes clés de voiture et ton téléphone portable. Le reste ; papiers, clés de l’appartement et ton portefeuille, était cachés dans le coffre de ta petite voiture.
Tu entrais à l’intérieur, l’invitais à te rejoindre. « C’est pas un super carrosse mais il a son charme. » Tu riais, bien plus détendue. De toute façon tu n’étais pas trop limousine ou Ferrari. Certes, tu aimais les belles voitures de marque, mais être dans cette petite bulle avec la fille qui te plaisait te suffisait largement. « Du coup hm… Ouais, un hôtel ça me dirait bien. Sauf si… Tu veux qu’on aille chez moi ? Tes copains-gucci risquent aussi d’aller aux hôtels dans le coin, alors… On sera tranquille chez moi. » C’était un bon plan, pour que Bloom ait l’esprit serein pour la nuit. Mais aussi parce que tu voulais lui faire découvrir ton monde. Elle n’était jamais venue chez toi. Jusqu’à maintenant, tu allais chez elle lorsque ses parents n’étaient pas là où vous vous trouviez un hôtel. Là, ce soir, tu voulais changer. Tu voulais te dévoiler un peu, maintenant que tu avais touché ce qu’il y avait de sensible chez elle, c’était comme lui rendre la pareille, excuser un peu ta vengeance qui, au final, vous avait bien aidé.

(c) oxymort


_________________
C'est la décadence. Montre-moi comment tu danses.
©️crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Bloom Walton
Bloom Walton

Messages :
72
Pseudo :
June
Multinick :
Sirius Vandesky & Malina Wells
Avatar :
Ester Exposito
Age :
21 ans
Status :
Célibataire
Work :
Etudiante
Sexuality :
Bisexuelle
Rythme de rp :
1 / semaine
Longueur rp :
- de 500 mots de préférence - plus possible - au feeling
Messages : 72 Pseudo : June Multinick : Sirius Vandesky & Malina Wells Avatar : Ester Exposito
Age : 21 ans Status : Célibataire Work : Etudiante Sexuality : Bisexuelle Rythme de rp : 1 / semaine Longueur rp : - de 500 mots de préférence - plus possible - au feeling
2 souls on fire + bloominada Empty
MessageSujet: Re: 2 souls on fire + bloominada   2 souls on fire + bloominada EmptySam 9 Nov - 18:36
Bloom est tellement pleine de confiance en elle d’habitude, mais dès qu’on en vient aux sentiments, à ce monde obscur qu’est l’amour sous toutes ses formes, on ne retrouve en elle qu’une petite fille innocente, emplie de peurs incontrôlables. Oui, elle a besoin de savoir que tout ceci est vrai, qu’elles sont dans le même bateau, ensemble. Ca ne l’empêchera peut-être pas, dès le lendemain, d’aller draguer le ou la premier.e venu.e, ou plus qui sait, bien que depuis qu’elle fréquente Lumi, elle soit étrangement calme de ce côté-là, mais elle en a besoin de ces paroles réconfortantes et la brune dit pile poil ce qu’il faut, de quoi faire sourire notre blondinette et emplir son cœur. A ce moment précis, juste le temps de quelques secondes, elle se prend à penser qu’elle pourrait être la femme de sa vie, Lumi. Elle redescendra sur terre ensuite, se rendant compte qu’elle ne saura pas si elle serait réellement prête à ça en réalité, et d’ailleurs, sans doute que non. Mais peu importe à ce moment précis. « Tu sais toujours quoi dire, hein ? » Elle la remercie par son ton, par son regard, et ces deux là continuent d’être près, l’une de l’autre, de se parler à travers leurs lèvres qui se touchent et leurs mains qui se cramponnent au corps de l’autre.

« Oui ! » Là, c’est catégorique. Elle la veut, sa nuit avec Lumi. Pire, elle en rêve, elle en a besoin, un besoin qui est presque primordial. Même son vagin en redemande, encore et encore. L’attraction physique. Le désir de ce corps contre le sien, de ses doigts la parcourant toute entière. Elle hoche la tête à sa proposition, sauf qu’elle, elle n’a pas ses affaires. Sa veste est au vestiaire et elle n’a sur elle que son téléphone portable qu’elle ne quitte absolument jamais – sauf quand elle prend une douche. Puis, elle a sa carte bleue aussi, cachée dans son décolleté. Ca suffira, tant pis. Lumi l’amène à sa voiture et Bloom ne peut s’empêcher d’avoir un rictus un peu dégoûtée. La pauvreté, elle fait tout pour l’accepter et d’ailleurs, elle est plutôt ouverte à ce sujet, mais l’idée que sa belle ne dispose pas des mêmes conditions qu’elle la révulse quelque peu, parce qu’elle trouve ça injuste. Elle a un petit mouvement de recul, parce que bon, faut pas trop lui en demander d’un coup, non plus, à la marquisette.

« T’es sure que tu veux aller chez toi ? » Elle demande, parce qu’elle est surprise. C’est bien la première fois qu’Iluminada fait une telle proposition et Bloom ne sait même pas quoi en penser. Elle aime les hôtels. Ils ont tout à disposition et elles y sont tranquilles. Le fait qu’un de ses potes pourrait les voir ne l’effraie pas plus que ça, car en réalité, il y a trop peu de chance que ça arrive. Au pire, elles pourraient aller un peu en dehors de la ville, ce ne serait pas catastrophique. « Allez, soyons folles… » Et merde pour sa veste, ils la garderaient jusqu’au lendemain dans le club, de toute façon. Avec un peu de chance, Stella, qui bosse aux vestiaires, la laisserait même à Esteban. Il suffit qu’elle envoie quelques sms pour arranger le tout. De toute façon, elle doit prévenir son ami, qu’il ne s’inquiète pas de ne pas la voir revenir. Il ne s’affolerait pas qu’elle l’ait abandonné comme une vieille chaussette mais il ne lui pardonnerait jamais si elle le laissait se faire du mouron pour elle. Et puis, en vérité, l’idée d’aller découvrir l’antre dans laquelle vit Lumi, ça attise sa curiosité, presque autant que ça l’effraie. Au pire, elle prendra un taxi pour rentrer…

Elles prennent la route après que Bloom ait pris place sur le siège passager. Son cœur bat à 200 à l’heure. L’aventure commence… Bloom décide de se laisser porter, après quelques inspirations profondes tout de même, pour faire baisser son stress. La peur que la réalité ne la submerge, de ne pas pouvoir réellement supporter la vie de Lumi, parce que dans le fond, elle n’en a pas vraiment conscience de tout ça, elle a juste sa propre vision à elle. « Y’a personne chez toi ? » Demande-t-elle tout de même pour en être sure. « Et raconte-moi, c’est comment chez toi ? » Elle pose sa main sur la cuisse de la conductrice, d’un geste tendre, tout en la regardant. Bloom, elle n’aime pas conduire, elle. Elles ont tellement souvent été chez Bloom directement, qu’elle ne l’a jamais vraiment interrogé sur sa vie à elle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

2 souls on fire + bloominada Empty
MessageSujet: Re: 2 souls on fire + bloominada   2 souls on fire + bloominada Empty
Revenir en haut Aller en bas
 

2 souls on fire + bloominada

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fire in the sky

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I've got 99 problems :: manhattan - city center :: downtown :: Lower East Side-