La nouvelle version a été installée cute ! Pour découvrir les nouveautés c'est par ici & pour commenter c'est ici
S'intégrer sur un gros forum, le mode d'emploi excited A découvrir par iciii avec toutes les initiatives mises en place !
Le Deal du moment : -50%
Kit Standard Starlink: Internet très haut ...
Voir le deal
224.99 €

jade (Oh God, I'm clean out of air In my lungs, it's all gone)

@ Invité

avatar
   
#
Lun 30 Aoû - 19:01

fuck, fuck, fuck jura Jules en face de son miroir alors qu’elle s’essuyait le visage avec une serviette après s’être mouillé le visage. Quelle connerie. Bullshit. Ses vêtements qu’elle a pendu contre le meuble de la salle de bain qui ne demandent qu’à être enfilés, elle enfile ses sous-vêtements et ses bas avant de renfiler son peignoir pour aller se servir un nouveau verre de vin qu’elle but avec une hâte certaine, ou pas. Elle ne savait que penser, elle ne savait que dire, après tout, il ne lui avait pas répondu, il n’avait pas répondu à son message et peut-être qu’elle avait fait une connerie en lui envoyant ce message. C’était stupide, complètement stupide. Elle souffla un instant avant de laisser se perdre son regard sur le marbre de la cuisine et la sonnerie stridente de son numéro professionnel la tira de façon virulente de ses pensées, elle déglutit avec difficulté et répondit sans vraiment savoir ce qu’elle racontait à sa collaboratrice, attrapa son iPad pour voir ses rendez-vous de la journée et à part un rendez-vous à seize heures, elle envoya alors un message à jade pour savoir si elle était disponible pour un dîner et la brune lui répondit par la positive, elle en était presque étonnée Jules quand on sait que la brune n’a de cesse de courir partout, c’est peut-être pour cela qu’elle s’entende si bien. Elle s’habilla et décréta qu’il était temps pour elle d’aller au bureau, changea de sac pour s’accorder à sa tenue et elle prévint son chauffeur qu’elle était prête, s’enfonçant dans la voiture, elle laissa ses pensées vagabonder le long de la route, son regard qui se perdait sur les buildings, ses pensées qui vagabondèrent vers son frère. Bientôt ça allait faire vingt ans, vingt ans qu’il n’était plus là, vingt ans qu’il avait cessé de respirer et vingt ans qu’on lui passait une main dans le dos pour lui dire que ça irait, mais ça n’irait jamais vraiment parce que Jules était perdu dans l’immensité du monde sans son frère et ça faisait vingt ans qu’elle marchait sur un fil tendu entre deux immeubles, les yeux bandés à deux doigts de tomber dans le vide. Mais elle s’en accommodait facilement Jules, pas besoin de continuer à faire semblant, tout le monde pensait qu’elle allait bien et c’était le but de la manoeuvre. Son rendez-vous se passa plutôt rapidement, elle était heureuse d’avoir à faire à des gens qui lui faisaient confiance tout en sachant ce qu’ils voulaient, la validation du traiteur allait être effective dès qu’elle aurait envoyé un mail, les essayages de robe de mariées étaient programmés, elle ferma la porte de son bureau, vérifia que Jade n’avait pas décommandé, et elle tapa son mail en quatrième vitesse pour finir par tout ranger dans son tiroir, fermer à clé et se mettre en route direction chez Jojo’s, là où elle avait rendez-vous avec Jade. Elle salua le serveur d’un signe de la main, s’installa à la table de d’habitude et commanda leur vin le plus cher, histoire de pouvoir s’enivré correctement. Quand elle vit son amie qui arrivait, elle se leva et lui offrit une accolade chaleureuse avant de s’installer « Je suis si heureuse que tu aies eu le temps de te libérer pour moi. » avoua Jules avec un sourire avant de la regarder « Tu as l’air … rayonnante. C’est à cause de l’histoire que j’ai lu dans les magazines ? » demanda Jules, avec un sourire en coin. « La princesse et son prince charmant… Aguicheur comme titre. » continua t-elle en souriant encore plus. « Ça me rassure qu’au moins l’une de nous deux à une vie sentimentale presque normale, si on retire les tabloïds et compagnie. »


@jade monroe love

@ Invité

avatar
   
#
Lun 27 Sep - 20:39

oh God, I'm clean out of air In my lungs, it's all gone. -- @Jules Ainsworth  

Nouvelle rature, nouvelle proposition qu’elle fout en boule. Et le morceau froissé rejoint ses prédécesseurs dans la corbeille à papier. Elle a demandé à plusieurs de ses agents de communication de rédiger un texte pour cette prochaine collaboration. Mais elle n’y arrive pas, à chaque fois, dans ces mots, elle ne se reconnaît pas. C’est peut-être juste le surmenage. Non, ce n’est jamais le surmenage, Jade Monroe n’a jamais trop de travail. C’est seulement qu’elle n’a pas la tête à ça. En ce moment, c’est le chaos dans sa tête. Cette fois, ce n’est en rien à cause de son métier, mais bien à cause de son cœur. Et elle n’a pas demandé une chose pareille, l’influenceuse, elle était très bien dans la vie qu’elle mène. Mais il y a eu Hassan, et puis Wyatt. Et maintenant. Maintenant, elle est totalement paumée. Elle ne sait plus ce qu’elle est censée éprouver. Ni même ce dont elle a envie en réalité. Tout ce qui lui faudrait, c’est de se retrouver éloignée, loin de tout ce qui est en train de se passer. Un petit coup d’inspire-expire avant de poursuivre sa vie. Et, comme une réponse divine, elle entend la sonnerie de son mobile. Elle s’attend à une nouvelle demande, un projet quelconque, ou peut-être même quelques reproches de son agent. Mais, à la place, elle reconnaît un nom qui, instantanément, la détend. C’est sans appréhension qu’elle déverrouille l’écran du smartphone pour y découvrir l’invitation.

Jules, Jules,
elle ne sait pas trop comment elle fait,
pour toujours deviner,
quand elle a besoin de s’amuser,
se divertir,
avec une amie,
une personne bienveillante à ses côtés,
quelqu’un qui ne fera que l’aider,
une alliée.

C’est sans hésiter que l’héritière accepte la proposition. Elle n’hésite pas, même, à reporter le dîner avec ses parents. Elle n’avait, de toute manière, pas du tout la tête à des retrouvailles sous forme d’interrogatoire. Non, ce dont elle a besoin, c’est précisément de son amie. La soirée à peine confirmée, elle se sent déjà plus relaxée. Elle parvient, un peu mieux, à se concentrer, tout le restant de la journée. Et quand l’heure vient de partir la retrouver, elle se sent déjà plus apaisée. C’est avec le sourire qu’elle retrouve sa pétillante amie au lieu de rendez-vous indiqué. Un bar qu’elle connaît déjà, grâce à elle, surtout. Elle approche un peu plus de la belle Jules pour lui offrir une étreinte en guise de salut. Le bonheur de la retrouver laisse place à un sourire plus amusé, alors qu’elle n’hésite pas à confesser. – Tu me sauves d’un dîner avec mes parents, c’est moi qui te remercie. elle les aime, bien sûr, ils sont sa famille. Il n’empêche qu’elle avait vraiment besoin de s’aérer l’esprit. Et qui de mieux pour y parvenir qu’une amie, qui de mieux, même, que Jules. Elle finit par se reculer pour s’installer en face d’elle, à cette table devenue habituelle. À ses mots, l’auto-entrepreneuse laisse échapper un petit rire, un rire un peu timbré d’embarras.   – Je ne pensais vraiment pas que tu t’abaissais à lire ce genre de presse, Jules Ainsworth. qu’elle s’insurge faussement, en profite pour gagner un peu de temps. – Ma vie sentimentale n’a rien de normale, crois-moi, c’est le chaos total depuis ces articles. c’est peu de le dire. Mais plutôt que rentrer dans les détails, elle est intriguée par les mots de son interlocutrice. Il y a quelque chose qu’elle a manqué dans sa vie. C’est sûr et certain. – Que se passe-t-il dans ta vie,  j’ai dû manquer trois saisons et dix épisodes. car Jules, elle a le chic pour se retrouver dans les histoires les plus incroyables, les plus invraisemblables qui soient. Et elle a hâte, Jade, d’en savoir davantage.
(c) calaveras.

@ Invité

avatar
   
#
Dim 17 Oct - 19:51
Elle a l'impression d'étouffer de nouveau Jules, de ne pas savoir comment respirer et elle a l'impression aussi de faire une énorme connerie. Comme si le puzzle de sa vie venait de voler en éclats. Elle ne devrait pas, elle n'a pas le droit. C'est interdit. Mais Jules a toujours aimé braver les interdits, l'interdit est excitant, c'est ce qu'elle ne cesse de répéter encore et encore. Mais elle a du mal à se dire que cette fois, l'interdit qu'elle touche du doigt ne doit pas se produire. Elle n'arrive pas à réfléchir, et elle a besoin de voir son amie pour pouvoir le faire, pour pouvoir reprendre une réflexion décente. Se jeter dans le travail pour ne pas avoir à penser, en voilà une idée, peut-être pas la plus vivable dans le temps, mais tout de même. Ce soir, elle ne penserait à rien, ce soir, elle ne penserait pas à Charles qui lui a dit qu'elle ne voulait pas savoir ce qu'il aurait pu lui faire à part la faire danser. Même si elle savait pertinemment au fond d'elle que c'était une masquarade, quelque chose pour ne pas avouer la vérité. La vérité est parfois compliquée à entendre. Elle y pense, souvent, mais quand son amie arrive, elle est soulagée et elle n'a plus rien qui la dérange, niveau pensées. « Ah, je suis le preux chevalier sur son fidèle destrier alors ! » rit Jules avant de s'installer avant de faire signe au serveur, pour qu'il sache qu'elles sont prêtes à consommer. « Je ne lis pas ces articles, mais quand je vois mon amie en première page, alors que j'attend dans une salle d'attente, crois moi, ça m'attire. » explique Jules en riant un instant avant de se pincer les lèvres. Et elle pensait naïvement que la conversation ne dévierait pas sur sa propre vie sentimentale, mais visiblement, la curiosité attise son amie. « Hm... Disons que celui qui se fait passer pour mon mec m'a planté et est parti comme ça sans prévenir. Au moins, lui n'a pas encaissé de chèque, quoiqu'il m'a quand même volé de l'argent. Mais, bref. » soupire Jules avec dédain, ce n'est pas lui qui lui fera douter d'elle. Loin de là. Et puis il n'avait été qu'une passade dans sa vie, elle s'en foutait qu'il soit retourné, elle ne sait où. Il n'était qu'un pion, un amusement, une passade rien de bien sérieux. « Mais ça n'empêche que je suis un peu ... embêtée. Enfin... J'en sais rien. J'ai rencontré quelqu'un. Au boulot. Mais, on a pas le droit. C'est bien la première fois que ce qui m'est interdit me fait peur. »

@ Invité

avatar
   
#
Lun 8 Nov - 16:08

oh God, I'm clean out of air In my lungs, it's all gone. -- @Jules Ainsworth  


Mettre le temps sur pause,
oublier les songes moroses,
se retrouver avec son Autre.

Il y a ces personnes qui, à peine retrouvées, savent instantanément l’apaiser. Elles sont tellement rares, ces personnes, ce qui les rend d’autant plus incroyables. Il y avait Hassan, jusqu’à présent, mais Hassan est devenu à son tour une source de complication. Ne reste plus que Jules, l’éternelle Jules, celle qui les détrône tous, celle qui survivra à tous. L’amie, au milieu des fans et des employés, des amants amourachés ou blessés, de ses parents angoissés, de son agent dictateur invétéré. L’amie, Jules, ou sinon la bouffée d’air frais, celle qui sait lui changer les idées, l’amuser, l’écouter. L’amie, Jules, sinon l’indispensable dans une vie où elle perd le fil. À peine la rejoint-elle, que déjà, la princesse sent ce bien-être, ce soulagement qui la submerge. Ce rire qu’elle connaît si bien, ce rire qui lui fait tant de bien. De sa chaleur habituelle, la belle vient tout de suite lui réchauffer le cœur. Un rire qu’elle rejoint, la Turque acquiesce à ses paroles emplies de malice d’un signe de la tête. – Mon preux chevalier en talons aiguilles et robe de soirée. le sourire entendu, elle s’installe à son tour, prête à passer une belle soirée en sa compagnie. Il n’empêche qu’elle n’y coupe pas, Jade, elle est vite questionnée par son acolyte de soirée, sur ce prince dont elle n’avait pas daigné lui parler, avant que ne sortent tous ces clichés. Curiosité invétérée, parfaite justification de son alliée. Elle aussi, à sa place, lirait un article où elle reconnaîtrait son minois. – Ce que je peux comprendre. qu’elle lui concède, sans pour autant entrer dans les détails qui l’intéressent, non pas qu’elle ne veuille pas en parler avec elle. Bien au contraire, Jules, elle serait la plus à même, de lui prodiguer les conseils, dont elle a tant besoin. Mais elle préfère, d’abord, se focaliser sur elle. Trop longtemps qu’elle n’a pas eu la chance d’entendre les frasques de Jules Ainsworth. Et il y en a, il y en a tellement que l’influenceuse n’est pas certaine de tout comprendre. – Attends… quoi ?! elle lâche avec surprise, alors qu’elle apprend la fuite du fiancé-couverture. – Que s’est-il passé avec ton fiancé ? demande-t-elle avant tout, mais déjà, les questions fusent. Pas le temps de suivre un feuilleton télévisé, Jade, elle en a un tout trouvé chaque fois que c’est avec Jules qu’elle passe la soirée.   – Et je rêve ou tu as vraiment dit que tu as peur ? Toi ? qu’elle demande d’un ton intrigué, un peu pour la taquiner, mais aussi sincèrement étonnée. Jules, elle n’a peur de rien. C’est bien pour ça qu’elle l’aime, elle, parce qu’elle est aussi courageuse qu’elle est dingue.
(c) calaveras.

@ Invité

avatar
   
#
Jeu 30 Déc - 0:18
On ne pouvait pas dire que Jules Ainsworth brillait par son nombre d'amies, elle en avait certes, mais ce n'était pas toutes des amitiés sincères et elle le savait pertinemment. Elle savait que certaines étaient là pour la renommée, que certaines étaient là pour son argent, mais elle savait aussi qui elle pouvait appeler à quatre heures du matin pour cacher un corps si l'occasion se présentait (et avouons le, elle espérait sincèrement que ça n'arriverait jamais.) Jade faisait partie de la dernière catégorie et Jules était sincèrement ravie de voir que malgré le fait qu'elles ne se voyaient plus autant qu'elles avaient pu le faire, il y avait toujours cette complicité en elle qui se voyait dès lors que Jules s'approchait de la table où se situait son amie. Elle ne pouvait s'empêcher de rire à la remarque avant de lever un bras en l'air, comme pour que tout le monde la regarde. Mais elle s'en convenait bien que les regards ne soient pas braqués sur elles, parce qu'elle ne supporterait sûrement pas de voir des paparazzis débarquer ici, là où elle trouve un semblant de normalité (avec de l'argent bien évidemment). Jules ne savait pas comment Jade faisait pour être autant sous les feux des projecteurs sans pour autant avoir envie d'envoyer tout balader, elle se doutait qu'elle avait envie de le faire souvent, mais elle n'avait encore jamais été du mauvais côté de la force et n'avait jamais usé de violence envers un paparazzis un peu trop intrusif, god bless her soul. Avec la réponse de son amie, elle imaginait qu'elle n'avait pas forcément envie d'en parler, alors Jules prenait la peine de se confier sur ses propres peines, parce que la vie lui en avait fait voir de toutes les couleurs, et elle avait besoin de vider son sac autrement qu'au téléphone. Oui, tu as bien entendu. commence Jules avant d'hausser les épaules Je ne sais pas, un jour il m'a dit qu'il ne pouvait pas venir, alors je lui ai proposé de l'argent, si c'était ce qui le dérangeait, il est venu, a joué son rôle et puis il est parti. Et depuis, je n'ai plus de nouvelles et son numéro n'est plus attribué. Peut-être qu'il avait trouvé quelqu'un et qu'il n'osait pas me le dire, je sais bien que je suis une peste mais je n'en suis pas moins compréhensive. expliqua Jules en haussant les épaules simplement. Et puis Charles arrivait sur le tapis, celui qui était arrivé avec ses chaussures bien habillé et son mariage a préparé pour finir par lui dire qu'il avait envie de tout arrêter finalement. Le mariage, pas leurs entrevues. Et encore moins les rendez-vous qui se font de plus en plus nombreux. Oui, j'ai peur. C'est bizarre hein ? Elle qui n'avait de cesse d'hurler au monde entier que rien ni personne ne lui faisait peur. Elle était devenue la colombe apeurée et avait peur de déployer ses ailes pour toucher enfin au bonheur ou à ce qui s'en rapproche. Disons que ce type... C'était quelqu'un qui venait de base pour que je prépare son mariage. Puis, il est venu un jour pour me dire que tout était terminé avec sa fiancée, qu'il n'y avait plus de mariage. Mais ça n'empêche qu'on a continué à se voir... explique t-elle en prenant une gorgée de la boisson qui vient de lui être amené. Et ça me fait peur, parce que je ne veux pas qu'on pense que c'est moi qui est tout orchestré, même si ça ne me dérange pas, on sait bien que j'ai dû en briser des couples à l'époque, mais peut-être que j'ai grandi ? Peut-être que j'ai évolué ? Et maintenant, je ne veux plus être la garce. Mais je crois qu'il me plaît, vraiment. Et c'est ça le pire, moi qui clamait haut et fort que je n'avais envie de m'attacher à personne, voilà qu'il fait son petit bonhomme de chemin dans mon esprit et ça m'effraie.

@ Invité

avatar
   
#
Mar 1 Fév - 22:10

oh God, I'm clean out of air In my lungs, it's all gone. -- @Jules Ainsworth  

Amitié rare, amitié d’autant plus précieuse pour Jade. Parce qu’il n’y en a pas beaucoup, des amis à qui elle confierait tout, des personnes qui ont sa confiance autant que son amour. Mur de glace face à ceux qui entrent et sortent rapidement de son existence, l’influenceuse est pourtant capable d’affection. Les sentiments en fin de compte plus faciles à provoquer que la confiance, Jules, elle est là son exception. La jeune femme ne se sent pourtant pas prête à raconter tout ce qui s’est produit récemment dans sa vie, en tout cas pas tout de suite. Retrouver son amie la plus dévouée, c’est aussi renouer avec un brin de légèreté, s’évader, tout oublier. Les commérages sur sa vie sentimentale, autant que les tourmentes qui l’accaparent, les préoccupations qui ont réellement pris d’assaut son myocarde. Alors, pour les oublier, eux, mais aussi car elle s’intéresse irrémédiablement à la vie de son amie, elle l’interroge sur sa vie. Elle veut savoir tout ce qu’elle a manqué, une flopée de choses qui visiblement se sont passées. C’est avec une attention certaine qu’elle écoute les confidences de Jules sur ce fiancé qui n’est plus. – Wow, et c’est tout ? C’est vraiment étrange, je veux dire… vous aviez passé le stade de l’entente cordiale. C’est dingue qu’il soit parti de cette manière. si dingue qu’elle cherche une quelconque explication, Jade, un moyen de comprendre, une quelconque raison. Car c’est juste affreux de se dire que les gens nous abandonnent, comme ça, sans raison, qu’ils se lassent et partent à d’autres occupations, sans égard pour la relation, sans égard pour les sentiments.

C’est précisément pour cela que l’héritière est si fermée,
la peur d’être laissée tomber,
la peur de s’attacher,
et de devoir se détacher.

– J’espère qu’il ne lui est rien arrivé de grave… Et tu l’as vécu comment, toi ? qu’elle demande, car c’est ce qui compte, finalement. Jules, elle a beau jouer les pestes, elle n’en est pas moins entière. C’est tout le contraire. Son amie le sait, elle n’a jamais douté de sa sensibilité. C’est même plus étrange de l’imaginer effrayée que chamboulée. Le sourire qu’elle esquisse sur ses lèvres carmin, la princesse la contemple avec ce petit air amusé dans ses prunelles. Ce n’est pas tant de savoir qu’elle a peur qui lui fait plaisir. Mais cet homme dont elle lui parle, il a l’air de compter ; justement parce qu’elle est si préoccupée. –  J’ai surtout l’impression qu’il te plaît, oui. Beaucoup. elle souffle, la voix douce. Ne veut pas la brusquer, alors qu’elle commence tout juste à réaliser. Mais plus les confidences se suivent, plus l’évidence s’établit. – Je sais que c’est surprenant de ma part, et peut-être que je suis la personne la moins bien-placée pour te dire une chose pareille… mais si tu es sûre de ce que tu ressens, tu ne dois surtout pas t’empêcher de faire ce dont tu as envie à cause des autres et de leurs jugements. Ce sont tes sentiments que tu dois écouter, vraiment. parce qu’elle sera malheureuse si elle ne le fait pas. Ou même, c’est lui qu’elle rendra malheureux là où le bonheur ne demande qu’à éclore entre eux. – Quant à être une garce, rassure-toi, je crois que j’ai pris la relève pour toi… confesse-t-elle enfin, une petite moue sur le minois, alors qu’elle pense à Hassan, puis surtout, à Wyatt. Elle n’a jamais fait de mal à personne de sa vie, Jade, elle est le parfait opposé sur ce point de son amie. Mais peut-être que la rédemption de l’une va de pair avec les erreurs de l’autre. Heureuse, pourtant, de la voir grandir. Jules, elle mérite de s’épanouir.
(c) calaveras.

@ Invité

avatar
   
#
Ven 25 Mar - 18:57
tw : mention de pensées sombres

C'était toujours autant étrange pour Jules, quand elle faisait le tour de sa vie actuelle, de ce qu'elle avait vécu, elle se demandait toujours si quelqu'un ne lui avait pas jeter un sort. Peut-être le méritait-elle au fond, peut-être méritait-elle qu'on la bafoue pour ses comportements passés, qu'on lui fasse payer les frasques d'adolescente qu'elle avait pu avoir, adolescente rebelle incomprise qui ne savait pas comment aimer et se faire aimer. Garce incontrôlée qui prenait plaisir à écraser les autres sous ses talons de créateurs. Chaussures plus souvent achetées par Papa pour se faire pardonner d'un divorce qui avait blessé, abîmé le coeur déjà bien malmené de la jeune blonde. A la question de son amie, Jules hausse les épaules, un air de dégoût qui prend place sur son visage « Honnêtement, qu'il lui soit arrivé quelque chose de mal, je m'en contrefous. Ce n'était qu'un connard qui a ramassé l'argent avant de se dire qu'il pouvait aller pigeonner une autre nana ailleurs. » Voilà ce qu'elle pouvait bien penser de Kenneth, elle qui avait failli s'ouvrir, faire craqueler sa coquille en sa compagnie, elle qui avait failli lui confier ce qu'elle avait sur le coeur depuis des années, le manque de son frère, l'envie d'aller le rejoindre parfois, quand les nuits se ressemblaient, blanches comme du coton. Puis elle remplit l'air de ses mots, avant de noyer son désarroi dans une gorgée de la boisson alcoolisée, elle sait qu'elle peut se confier sans avoir peur d'être jugée. Elle sait que Jade ne sera pas de celle qui jugera, qui émettera un jugement. Elle sait que Jade, elle n'est pas comme ça. « J'essaie. Vraiment. Mais c'est compliqué. Je sais qu'il laisse beaucoup derrière lui, une relation longue, qui avait l'air belle. Pourquoi est-ce qu'il viendrait s'enfermer avec quelqu'un comme moi ? » demande t-elle en soupirant, reprenant une gorgée de sa boisson. Si elle continue à boire aussi rapidement, elle va finir saoul sans avoir le temps de prononcer le mot. Elle fronça alors les sourcils à la remarque de Jade « Toi, une garce ? J'ai loupé un wagon ? Les paparazzis ne savent donc pas tout ? » demanda t-elle en riant un instant avant de s'appuyer contre le dos du siège où elle était installée « Tu sais que je ne te jugerais pas hein ? » Elle préferait préciser, histoire qu'elle n'ait pas peur de se confier « Je n'irais pas parler à ses paparazzis de mes deux, promis ! »

@ Invité

avatar
   
#
Sam 9 Avr - 17:04

oh God, I'm clean out of air In my lungs, it's all gone. -- @Jules Ainsworth  

Confidence échappée,
sans aucun voile déposé,
c’est ce qui fait leur amitié.

C’est aussi ce qui fait qu’elle l’apprécie autant, chez son amie, si différente, si franche, si rafraîchissante dans ce monde de faux-semblants. Sans filtre, Jules, alors qu’elle dit s’en contrefoutre. N’y croit pas tout à fait, l’héritière, car elle la connaît, elle sait sa sensibilité, elle sait qu’elle était touchée. Mais elle préfère la voir se comporter de cette manière, plutôt qu’en détresse. C’est juste qu’elle voit bien, Jade, ce qui se cache derrière. – Je suis désolée, J. Je sais qu’il comptait pour toi. parce que c’est comme ça, parce qu’elles sont comme ça, les filles comme elles, de celles qui mettent des barrières, de celles qui ont une belle carapace, reine des glaces ou reine des garces, alors qu’elles ont bien quelque chose qui bat, bien caché le myocarde. Mais la femme d’affaires ne veut pas remuer le couteau d’une plaie pas encore cicatrisée, elle préfère se focaliser sur le présent de Jules plutôt que son passé. La découverte d’un nouvel homme dans sa vie n’est pas si surprenante. Mais les sentiments qu’elle laisse entrevoir, eux, sont bien inédits. C’est avec un entrain mal déguisé que l’influenceuse l’écoute, le menton délicatement posé contre sa paume, silencieuse mais attentive à chaque mot. Opalines attendries, elle lui adresse un doux sourire. – Quelqu’un comme toi ? Mais depuis quand c’est devenu un défaut ? Jules. Jules, elle est extraordinaire. Faite de mille couleurs, mille nuances plus incroyables les unes que les autres. Elle est la meilleure amie que Jade pourrait avoir. Et serait aussi, incontestablement, la meilleure petite-amie que n’importe qui puisse avoir. Car peu importe ce que les gens peuvent penser, peu importe ce qu’elle-même peut penser, la fille Monroe sait.

Elle sait combien son cœur est grand et entier,
combien il est inégalé.

– Tu es une femme incroyable, Jules Ainsworth. Et je ne te laisserais jamais penser le contraire. Et si cet homme ne s’en rend pas compte, s’il ne le réalise pas, ce sera simplement le signe qu’il ne la mérite pas. Surtout pas le contraire. – Il sort d’une relation longue, mais il en sort justement. C’est qu’il a besoin d’autre chose. Il a besoin de quelque chose de nouveau, pour le captiver. Et toi, tu es la meilleure personne qui pourrait y arriver. sûre de ses dires, la femme d’affaires se saisit de son verre pour en boire une gorgée tout en écoutant les paroles de son amie. Un sourire en coin se dessine sur ses lippes, elle baisse les iris. – Bien sûr, je le sais. elle n’a pas peur d’être jugée avec Jules. Elle est même certainement la seule personne au monde dont le jugement ne l’effraie pas une minute. Confiance infinie, car elle est sa plus précieuse, sa plus ancienne amie. Celle à qui elle peut dire. – Bon… voilà tout. Avec Hassan, on ne sortait pas réellement ensemble avant cet article. On se voyait souvent, même très souvent, et exclusivement, pour ma part et pour la sienne aussi, il me semble. Mais la dernière fois, il est passé au studio, et… il a croisé… Wyatt. Wyatt. Prénom jamais sorti de ses lèvres, pas avec elle. Wyatt, l’interdit. L’inconnu. L’outsider. Celui qui n’a rien en commun avec son univers, rien en commun avec elle.
Celui qui chamboule, pourtant, un peu trop, la princesse.
(c) calaveras.

@ Invité

avatar
   
#
Dim 1 Mai - 19:32
Jules balança sa main derrière son épaule comme pour signifier que tout cela n’était que du vent. Il comptait pour elle, bien évidemment, elle avait failli lui faire entrevoir ses failles, lui faire entrevoir ses faiblesses, mais elle n'en avait pas eu le temps et c’était tant mieux. Qui sait ce qu’il aurait fait ? Est-ce qu’il aurait vendu son histoire à des journalistes en quête d’un papier a publier rempli d’informations obtenues de façon peu professionnel ? Ou est-ce qu’il aurait tout gardé pour lui ? Elle n’en savait rien et ne voulait pas le savoir. « Il comptait, mais ce n’était rien. » Elle n’aurait sûrement pas eu l’envie d’aller trop loin avec Kenneth, elle n’aurait sûrement pas eu l’envie de réellement se fiancer avec lui, côté intime c’était parfait, mais il y avait des choses qui faisait que. La comédie était parfaite pour cela, mais elle n’avait pas envie de plus. Un partenaire régulier au lit mais rien de plus. Jules ne put s’empêcher de ricaner à la question de Jade. Elle n'avait pas envie de s'affoler pour rien, de se dire que ça pourrait être quelque chose de sérieux, mais qu’est-ce que la famille de Charles penserait ? Ils se douteraient qu’elle était la wedding planner attitrée au mariage, ils se douteraient bien qu’ils s’étaient rencontrés pendant les préparations. Pour qui passerait-elle ? Pour une fois depuis longtemps, elle n’avait pas envie que sa réputation entache quelque chose qui pourrait se passer, parce qu’elle était attaché au policier et elle n’avait pas envie de le perdre. « Je n’en sais rien. » dit-elle, avec une petite moue sur le visage. Elle ne s’attendait pas à ce que cette conversation la chamboule, mais c’était bel et bien le cas.

Elle ne put s’empêcher de balayer ses cheveux du revers de la main quand Jade lui dit qu’elle était exceptionnelle. Elle sourit et la regarda avant de prendre une nouvelle gorgée de sa boisson pour finir par prononcer « Ah ben ça pour captiver, je sais le faire. Sans vouloir être prétentieuse. » expliqua t-elle en riant avant de soupirer « Mais je me demande, si c’est une bonne idée ? Je ne suis pas sûre de ce que je veux et si lui, est sûr? Est-ce qu’il comprendrait que je ne veuille pas spécialement du sérieux ? » Comme si cela n’était pas évident. Elle ne pouvait se leurrer encore longtemps. Il l’avait attrapé dans ses filets et elle avait bien du mal à se rendre à l’évidence qu’elle était foutue. Quand Jade lui affirma qu’elle savait qu’elle ne jugerait pas, Jules entrelaça ses doigts pour poser son menton dessus, les deux coudes sur la table, histoire de bien s’imprégner des potins de la vie de son amie. Elle fronça les sourcils de façon interrogative et la regarda, un peu étonnée par ses révélations « Wyatt ? C’est quoi ? oops, c'est qui ? » Demanda t-elle de but en blanc. « Mon petit doigt me dit que ce n’est pas quelqu'un que j’aimerais connaître, si ? Et pourquoi c’est un problème ? C’est un prétendant ? Il faut que je lui casse les genoux ? » Demanda Jules, en s’appuyant contre le dossier de sa chaise « Pardon, continue. »

@ Invité

avatar
   
#
Ven 13 Mai - 13:12

oh God, I'm clean out of air In my lungs, it's all gone. -- @Jules Ainsworth  

Petit sourire entendu,
et la princesse n’insiste plus.
Elle ne veut pas torturer son amie plus que nécessaire. Jules sait qu’elle est présente pour elle, qu’elle sera une bonne oreille, si elle en éprouve le besoin. Mais elle, sait qu’il ne vaut mieux pas insister, que le meilleur moyen de l’aider, est encore de l’épauler, en confirmant que la vie peut continuer, et que des choses positives l’attendent désormais. Ce sur quoi elle a davantage envie de la pousser, c’est ce parfait étranger, ce policier qui semble très loin de la laisser indifférente. L’héritière connaît son amie depuis trop longtemps, maintenant, pour avoir le moindre doute sur la question. Elle a l’air attachée à lui, d’y tenir, réellement, sinon elle se ficherait bien des on-dits, des jugements de sa famille. Sourire attendri sur les lippes, Jade surenchérit. – Moi, je le sais. assurance indéniable dans la voix, elle essaie de motiver la belle à y croire. Elle laisse échapper un rire quand elle l’entend confirmer combien elle sait captiver. – Cela ne fait aucun doute. parce qu’elle surprend tout le monde sur son passage, Jules, elle éblouit partout où elle passe. L’influenceuse comprend, toutefois, les craintes qu’elle peut avoir. Seulement elle refuse de laisser Jules dans le déni, pas dans ce qu’elle peut ressentir, pas avec lui. – Jules… tu es sûre que tu ne voudrais pas du sérieux du tout avec lui ? elle essaie d’être le plus diplomate possible. Mais, au fond, elle n’en a pas réellement besoin, pas avec son amie. C’est en s’inspirant de Jules elle-même qu’elle fait preuve d’autant de franchise. Qu’elle admette l’évidence, que cette relation a toute son importance. – Tu sais, si tu te poses autant de questions à son sujet, c’est peut-être que ça compte déjà plus que tu ne le crois. parce qu’elle n’est pas de celles qui se prennent la tête, plutôt de celles qui prennent l’amour à la légère, vivent sans s’inquiéter des lendemains. Tout le contraire d’elle. Jade, elle a toujours mis un point d’honneur à ce que sa vie privée n’empiète jamais sur le reste. L’amour mis au second plan, au profit de sa profession, au profit de ses ambitions. Tout lui est tombé dessus sans prévenir. Hassan, d’abord, puis Wyatt ensuite. Un sourire en coin sur les lippes, elle écoute la réaction de son interlocutrice, un rire qui s’échappe à la fin de ses dires. – Non, non, surtout pas… d’ailleurs, navrée de te dire que tu ne ferais pas le poids. et elle gagne du temps, parce qu’elle redoute l’instant des confidences. Pas parce qu’elle a peur du jugement de Jules, plutôt parce qu’elle ne veut pas remuer davantage son propre esprit. – Wyatt est un ami… enfin. C’est compliqué. Il s’est passé quelque chose entre lui et moi, mais il y a des années, c’était une seule nuit, je ne sais même pas comment c’est arrivé. pas dans les habitudes de la belle, les aventures sans lendemain. Mais l’alchimie, elle était là. Et peut-être qu’elle est toujours là. – Sauf qu’il a été engagé il y a plusieurs mois dans l’entreprise comme technicien… au début, j’étais plutôt mal à l’aise mais… on s’est rapproché. Vraiment, il m’a beaucoup soutenue quand j’en ai eu besoin. peut-être trop, parce qu’à présent, elle ressent l’absence, elle ressent le manque.
(c) calaveras.

@ Invité

avatar
   
#
Dim 22 Mai - 19:52
C'est une rimbambelle de questions qui tourmentent la jeune wedding planner, encore et toujours les mêmes. Comment avait-elle pu passer de celle qui assumait tout, à celle qui se cachait derrière des simagrées. Derrière des questions qu'elle n'avait pas vu venir, des oeillères bien présentes sur le côté de ses yeux, des oeillères qu'elle n'avait pas encore eu le courage de retirer. Elle avait redouter cette conversation avec son amie, l'avait redouté plus que tout et voilà que maintenant, elle se jettait la tête la première dans cet instant, persuadée qu'elle allait en ressortir un peu plus dérangée qu'elle ne l'avait prévu. « Bien évidemment que ça compte. &raquo expliqua t-elle, avant de secouer la tête « Ça compte parce que je m'inquiète pour lui, j'aimerais savoir s'il va bien tout le temps, et pourtant, est-ce que j'en ai le droit ? » Oui parce qu'officiellement il était célibataire. Officieusement, il avait été un de ses clients, et elle avait toujours dit qu'elle ne mélangerait jamais, vie privée et vie professionnelle. Il a fallu que Charles arrive pour tout remettre en questions. Puis la curiosité fut titiller et Jules ne put s'empêcher d'être curieuse et de lui poser des questions. Questions qui ne resterait pas sans réponse, elle le savait. « Comment ça tu ne sais pas comment c'est arrivé ?? » demanda Jules en fronçant les sourcils « Il n'a pas... ? » Elle ne voulait pas dire les termes, elle n'en avait pas le courage et elle n'avait pas envie de mettre son amie mal à l'aise. « Et du coup ? Il est jaloux d'Hassan ? » demanda Jules, tentant de remettre les pièces du puzzle dans l'ordre et à leur place « Mais... Hassan, tu l'aimes ? »

@ Invité

avatar
   
#
Jeu 16 Juin - 18:45

oh God, I'm clean out of air In my lungs, it's all gone. -- @Jules Ainsworth  

C’est tellement étrange de voir Jules comme ça, étrange, mais à la fois, ça a quelque chose de plaisant. Parce que, peut-être pour la première fois, la femme d’affaires voit en elle la possibilité qu’elle ait trouvé quelqu’un à sa hauteur. Quelqu’un qui l’intéresse, quelqu’un qui la stimule, quelqu’un qui la captive. En somme, quelqu’un qui la mérite. Car c’est difficile, presque impossible, d’être quelqu’un d’aussi exceptionnelle que Jules Ainsworth. Si un homme la met dans cet état, c’est bien qu’il en vaut la peine. C’est bien qu’il a quelque chose d’extraordinaire. Petit sourire en coin, amusée, sur les lèvres, Jade hoche la tête, satisfaite par les paroles de la belle. – Bien sûr que tu en as le droit. Je suis même sûre que ça le toucherait de le savoir. évidemment. n’importe qui le serait à sa place ; dixit celle qui a des allures de reine des glaces. Mais elle a le cœur plus sensible, plus fragile, ces derniers temps. Sûrement la faute à Hassan. – Et si tu commençais par lui envoyer un message pour savoir comment il va ? proposition innocente, loin d’un rendez-vous galant, loin de tout engagement. Cela laisserait au jeune homme le temps. Peut-être à Jules qu’elle sent encore intimidée aussi également. Le temps de se faire à la situation, le temps de laisser se faire leur relation.

Jade, elle a conscience de la bousculer un peu,
mais elle en a peut-être besoin,
parce que Jules est comme elle,
se laisse si difficilement atteindre,
que lorsque cela arrive enfin,
elle ne sait peut-être pas réellement comment faire.

La preuve avec ses propres histoires. Elle ne sait même pas comment elle en arrive à parler de Wyatt. C’est comme si c’était plus fort qu’elle ; comme si elle en avait besoin. Elle ne le ressentait pourtant pas jusqu’à présent, la princesse, mais si elle peut se mentir à elle-même, c’est différent avec celle qui a toujours été sa confidente. Tellement perdue dans ses tourments, l’influenceuse ne comprend pas tout de suite ce que veut dire son interlocutrice, si bien qu’elle est même sous le choc quand elle saisit, impossible d’imaginer que ça arrive, surtout pas avec lui. – Non, non, absolument pas ! Je veux dire que je n’ai pas l’habitude des aventures d’un soir. et ça, Jules le sait mieux que personne, pour avoir eu l’occasion de la voir à l’œuvre des centaines de fois. – Je crois même qu’il est le seul avec qui j’ai fait une chose pareille. et il a fallu qu’elle le retrouve, lui, comme employé, des années après. Petit hochement de tête, un peu mal à l’aise, toujours un peu de gêne quand elle parle de ce lien. Très différente quand il s’agit d’Hassan. – Oui ! Ça me fait encore tout drôle, mais je l’aime. Vraiment. Elle devrait vivre un bonheur parfait. Elle devrait être comblée. Et elle l’est. Mais Wyatt, elle s’y est peut-être trop habituée. – Maintenant, j’ai du mal à savoir comment agir avec Wyatt, je sais que je devrais garder mes distances, mais… il est devenu important pour moi. Première fois qu’elle l’admet. Un coup sec de son verre n’est pas de trop pour l’encaisser.
(c) calaveras.

@ Contenu sponsorisé

   
#

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet

permissions de ce forum

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum