La nouvelle version a été installée cute ! Pour découvrir les nouveautés c'est par ici & pour commenter c'est ici
S'intégrer sur un gros forum, le mode d'emploi excited A découvrir par iciii avec toutes les initiatives mises en place !
-56%
Le deal à ne pas rater :
Casque PC Sennheiser EPOS – GSP 300 BLUE
34.99 € 79.99 €
Voir le deal

Blood and chocolate. feat Olivia

@ Invité

avatar
   
#
Dim 17 Oct - 21:19


You think it's over now
But this is only
The beginning
feat @Olivia Hampton


Assise au bar du casino en train de siroter un chocolat chaud viennois, Ornella n'avait pas bougé de la soirée, confortablement installée sur son tabouret. C'était assez rare pour le signaler, elle qui était soit appelée ailleurs, soit fatiguée par la programmation musicale de son propre casino : que voulez-vous, elle n'était pas présente à chaque audition. Elle était cheffe de mafia pas show-runneuse. Quoique, c'était un peu les mêmes aptitudes si on mettait de côté les dégâts collatéraux.

Dans tous les cas, ce soir était l'exception qui confirmait la règle. ce qui la retenait ? Le timbre de voix et le changement de registre de la chanteuse de jazz qui opérait en face d'elle, Olivia Hampton. La Donna avait déjà entendu quelques unes de ses musiques mais n'avait jamais été retenu par l'une d'entre elles. Visiblement, Madame Hampton avait décidé d'opter pour un registre plus dur et mélancolique pour la soirée, au grand plaisir d'Ornella.
Le passage terminé, Ornella n'eut besoin que d'un geste pour prévenir qu'elle demandait à voir la chanteuse. Une petite conversation pour comprendre ce changement quelque peu radical était de mise pour savoir si elle allait la garder dans la programmation ou l'éjecter comme beaucoup d'autres avant elle : Ornella n'était pas à toutes les auditions mais c'était toujours elle qui avait le dernier mot.

Vêtue d'un legging en coton noir, d'une chemise longue et de baskets, elle ne portait ni maquillage ni parfum, ce qui contrastait avec l'ambiance générale. Si on ne la connaissait pas, on aurait pu croire à une erreur de lieu mais heureusement,  le garde du corps posté à deux mètres d'elle suffisait à calmer l'ardeur de certain·e·s. Le regard rivé sur la sortie de scène, elle attendait patiemment, sa tasse fumante en main et une odeur de chocolat qui émanait de sa personne.

@ Invité

avatar
   
#
Lun 1 Nov - 12:17
I thought that you would always be true, But I was mistaken it seems, I'm gonna worrying you out of my mind, And cry you out of my dreams. Les mots d’Ella Fitzgerald collaient si bien à ce que ressentait Olivia qu’elle ne pouvait chanter autre chose, ce soir-là sur la scène du Scarlet. Vêtue de sa petite robe noire à la coupe toute simple, sa marque de fabrique, elle semblait éteinte, désabusée. Mais loin d’être ennuyeuse, cette attitude plongeait le public dans une sorte de torpeur confortable, parce que bizarrement, il est parfois très agréable d’être triste.

Alors qu’elle quittait la scène et qu’un morceau plus entraînant prenait sa suite, un employé lui indiqua que la directrice souhaitait la rencontrer. Olivia soupira. Ça ne lui semblait pas bon signe. Elle avait l’habitude d’interpréter un jazz sautillant, son changement de registre soudain n’était sans doute pas du goût de la directrice. Olivia devait convenir que déprimer les clients ne constituait pas la meilleure des techniques marketing.

Résignée, Olivia attrapa le châle qu’elle avait laissé sur un tabouret et s’avança vers Ornella. Elle n’avait pas encore eu l’occasion de la rencontrer. En revanche, elle avait eu vent d’échos à son propos, tous infiniment respectueux. De la directrice émanait une aura intimidante. Olivia n’avait jamais entendu son nom associé à une moquerie, comme c'est pourtant souvent le cas avec les patrons, dont on a tendance à se plaindre au détour d’une pause clope. Un sourire calme aux lèvres (au point où en était sa vie, qu’elle soit virée du Scarlet ou non, quelle différence ça faisait ?), elle souffla : « Bonsoir. Vous avez demandé à me voir, je crois. » Debout, elle attendit poliment qu’Ornella l’invite à s’asseoir.

@ Invité

avatar
   
#
Sam 13 Nov - 15:11


You think it's over now
But this is only
The beginning
feat @Olivia Hampton


Il y avait dans la démarche de la chanteuse de jazz une certaine retenue, de ses pas, au rythme de sed jambes. Certainement qu'elle ne voyait pas d'un bon oeil de se faire appeler ainsi, à la table de la directrice du Scarlett. Mais ce dont elle n'avait pas conscience, c'était qu'Ornella ne voyait jamais celleux qui finissaient à la porte du casino. Ou dans les bennes à ordures, ça dépendait le côté du métier dont elle répondait. Son temps était bien trop précieux, ses journées trop chronométrée, pour offrir une minute aux personnes qui ne méritait pas de rester sous ses ordres.

- Je vous ai fait commandé un jus de fruits au cas où vous auriez soif après votre excellente prestation. Asseyez-vous s'il vous plait.

D'une main franche, elle attrapa le haut du tabouret et le poussa vers Olivia Hampton. On leur servit deux verres quelques secondes plus tard : un rempli de jus, l'autre d'eau gazeuse. Si la chanteuse n'appréciait pas sa boisson, elle n'aura qu'à le lui signaler, bien qu'elle n'oserait certainement pas.

- J'ai adoré votre choix de chansons ce soir... Bien plus que les précédents si je puis me permettre. Quelque chose s'est passé pour que vous optiez pour ce registre ? Histoire de savoir ce que je dois faire pour que vous continuez dans cette direction.

La lippe avancée dans une moue presque attendrissante, Ornella savait autant jouer des mots que de sa gestuelle et rien n'était laissé au hasard pour comprendre les raisons de cette excellente prestation. Pas même les yeux pétillants et l'air sincèrement séduite par un tel changement.

@ Invité

avatar
   
#
Dim 21 Nov - 1:06
Olivia s’assit sur le tabouret. Une « excellente prestation »… Avait-elle bien entendu ? Peut-être que sa place au Scarlett n’était pas aussi en danger que prévu, finalement. Elle sourit doucement. Olivia n’était pas familière des grandes démonstrations d'enthousiasme, on lui avait vite fait comprendre que dans les hautes sphères de la société, on n’exprimait pas ses émotions de façon exubérante. Mais elle ne cacha pas non plus que le compliment lui faisait plaisir. Ça la valorisait, or en ce moment, elle avait particulièrement besoin qu’on la mette en valeur. « Merci. Je dois dire que ça me surprend un peu, je ne m’attendais pas à ce que ça vous plaise. » Poliment, elle expliqua : « Je pensais que le swing était ce qui convenait le mieux à la scène, mais finalement c’est presque dommage de s’interdire d’être mélancolique. Vous vous y connaissez un peu en jazz ? » Traversée par un courant d’air glacé, elle resserra son châle autour de ses épaules.

Puis Ornella s’intéressa à la cause de son changement de registre. Olivia leva un sourcil. Elle n’aurait pas cru que ça puisse l’intéresser, elle se demanda pourquoi la directrice tenait tant à savoir. Elle n’était pas assez bête pour croire qu’Ornella aimait les ragots. Sans se départir de son sourire (pourtant un peu plus maigre que l’instant d’avant), elle souffla : « Oh, une histoire d’homme. Les hommes sont décevants. » Elle eut un mouvement désinvolte. « Mais rien qui n’aura raison de moi. » Hors de question qu’Ornella pense qu’elle était du genre à se laisser abattre. « Je suppose que ça nous est arrivé à toutes, ou presque. » Olivia cherchait à créer une complicité tout en restant discrète, un move à la fois smart et risqué. C’est vrai, après tout, combien de femmes n’avaient pas été un jour déçues par un homme ?

@ Invité

avatar
   
#
Sam 4 Déc - 18:37


You think it's over now
But this is only
The beginning
feat @Olivia Hampton


Peut-être que le swing plaisait d'avantage à sa clientèle mais Ornella restait la maitresse des lieux. Si un jour elle souhaitait inviter un groupe de hard rock, du hard rock ce serait. Et si elle préférait faire venir un petit orchestre classique, du classique ce serait ! Qu'importait les goûts de celleux pariant sur les tables de jeux ou venant prendre un cocktail, ses mots étaient toujours les derniers et jamais personne n'avait osé remonter un quelconque désaccord.

Un léger sourire en guise de réponse, elle prit une longue gorgée de jus avant de reprendre

- Je suis d'avantage classique que jazz mais j'ai une préférence pour les notes calmes et les voix veloutées comme celles de ce soir. D'où mes compliments, vous êtes bien meilleure dans ce registre que dans celui habituel.

La pique était voulue mais pas méchante pour autant, juste véridique. Si certain·e·s s'amusaient des mots pour blesser, Ornella, elle, s'en servait simplement pour la vérité. Que cela fasse mal ou que cela plaise, ce n'était pas de sa responsabilité : les émotions ressenties face à ses discours ne lui appartenaient pas, les gens n'avaient qu'à apprendre à maitriser leur myocarde.

Quant au reste... les hommes. Toujours eux. À venir rappeler leur supposé supériorité, à tenter de piétiner la réussite des femmes ou tout simplement, à leur rappeler que sans eux, elles ne seraient jamais rien. Qu'on soit au 21ème siècle ne changeait rien, l'indépendance féminine n'avait pas autant permis de se sortir de leur griffe qu'on le faisait croire dans les médias.

- Je vous avoue n'avoir jamais été déçu par un homme étant donné que je les perçois comme... inutiles. Même dans l'intimité il faudrait leur offrir un schéma du corps humain pour qu'ils trouvent leur route.

Elle eut un haussement d'épaules avant de jeter un coup d'oeil à ses gardes du corps, entourant respectueusement le bar où elle se trouvaient.

- Ou quelqu'un pour leur rappeler qui est leur cheffe. Vous comptez continuer sur ce registre pour les prochains concerts ? Je ne sais plus si nous vous avons payé les prochains cachets ?

@ Invité

avatar
   
#
Ven 14 Jan - 23:53
Olivia releva la pique sans pour autant se vexer. Au contraire, c’était rafraîchissant, cette honnêteté brute, elle qui était habituée à l'hypocrisie de son voisinage. Elle sourit posément.  « Merci. Je vais songer à faire évoluer mon registre, dans ce cas. » Le nouveau style qu’elle avait expérimenté ce soir lui plaisait, elle aimait bien donner des accents traînants à sa voix, bercer le public avec de longues ballades graves et sinueuses.

Je les perçois comme... inutiles.
La remarque fit naître un rire discret mais malicieux chez Olivia. « Ils le sont, croyez-moi, je l’ai expérimenté. » Elle ne commenta pas le reste de la phrase mais elle échangea un regard entendu avec la maîtresse des lieux. Ça valait mille mots. Puis la brune suivit le regard d’Ornella et le posa sur la ribambelle de gardes, très Men In Black dans le style. « Ça n'a pas dû être évident de les mettre au pas. Mais ils semblent avoir parfaitement bien assimilé qui commande. » Elle parlait des gardes, mais aussi de l’entourage d’Ornella en général, qu’elle supposait majoritairement masculin. Elle ne put empêcher un soupçon d’admiration de transparaître dans sa voix. Olivia s’était sentie tellement humiliée par la trahison de son mari qu’elle ne rêvait plus que d’une chose : qu’on la respecte autant qu'Ornella. Dans ses rêves les plus fous, les hommes comme Benjamin Hampton baissaient les yeux en la croisant.

Finalement, elles en revinrent à parler musique (et affaires), parce que le « sexe fort » ne méritait pas qu’elles lui consacrent plus d’attention. Ornella lui demanda si le casino lui avait payé ses prochaines prestations. « Non, pas encore. » Le cœur d’Olivia s'accéléra. Elle avait besoin des cachets du Scarlet, car ils constituaient désormais l’une de ses seules sources de revenus. Ça, plus ses investissements dûment réfléchis en cryptomonnaie. Pour l’instant, ça représentait une faible somme d’argent, plutôt incertaine, mais Olivia avait bon espoir de tirer son épingle du jeu. Car de l’argent, il lui en fallait, si elle voulait divorcer de Benjamin tout en gardant sa maison de Staten Island et en obtenant son indépendance financière.

Spoiler:

@ Contenu sponsorisé

   
#

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet

permissions de ce forum

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum