La nouvelle version a été installée cute ! Pour découvrir les nouveautés c'est par ici & pour commenter c'est ici
S'intégrer sur un gros forum, le mode d'emploi excited A découvrir par iciii avec toutes les initiatives mises en place !
Le Deal du moment :
Où acheter la display japonaise One Piece Card ...
Voir le deal

Not my Door Feat. Marley

@ Invité

avatar
   
#
Jeu 18 Nov - 23:17
J'aurais aimé dire que j’avais trop d’alcool dans le sang d’avoir trop fêté mais c’était plutôt l’inverse… j’avais essayer de me noyer. Voilà que Rayan avait sorti son putain d’album avec son putain de groupe et que son visage était là partout dans New York pour me hurler ma défaite. Son bras savamment entortiller autour de sa nouvelle meuf, son visage semblait clairement se foutre de moi. J’avais bien essayé de lui envoyer un message en guise de félicitation mais… je n’ai eu pour seule réponse qu’un vu. Alors je suis sortie et j’ai bu à m’en rendre malade. Ce n’était pas vraiment la réaction la plus censée à adopter mais… C’est tout ce que j’ai trouvé pour ne pas virer folle. Je suis donc arrivée titubante sur mon palier, sortant mes clés pour tenter d’entrer dans mon appartement sauf que voilà impossible d’entrer la clé. - Putain de merde ouvre toi salopris de porte ! Je sonne mais mon adorable frère ne semble pas être là. Putain de merde le sort s’acharne. Je me laisse alors tomber sur le sol, me laissant glisser le long du mur. Je n’ai plus qu’à attendre là qu’il revienne. Sur mon portable c’est l’alcool qui parle et qui écrit à Rayan. "Ça te ferait un deuxième trou de balle de me répondre ? Je suis plus assez bien pour mériter une réponse ? L.A t’a fait prendre la grosse tête ? En tout cas bravo… j’ai vraiment cru que tu m’aimais mais je suis juste une pauvre conne amoureuse du mauvais mec. Amuse toi bien avec ta poufiasse anorexique. Alors que j’appuie sur “envoyer”, je me retrouve face à des pieds, je suis donc ces pieds du regard, remontant par les jambes pour voir le visage de la personne qui me fait face. - Hey Oncle Marley, tu viens nous rendre visite ? Désolée mais… je peux pas t’ouvrir ma clé marche pas… et elle coure pas non plus… Je rigole toute seule bêtement à ma vanne.

@Marley Burberry

@ Invité

avatar
   
#
Ven 19 Nov - 1:16
Tu avais été loin d’être serein lorsque tu avais proposé à Eryn de partir avec toi. Pourquoi ? Eh bien … Tu avais tout de même proposé à ton ex de partir quelques jours avec toi, et le tout, moins de dix minutes après une énième dispute concernant votre vie passée : il ne fallait pas être Einstein pour comprendre que ces vacances ne se profilaient pas sous les meilleures hospices. Pourtant, vous aviez passé un moment génial, contre toute attente. Pas de dispute ni de maladresse. Bon, ok. Il n’était pas très compliqué pour vous de passer de bons moments : malgré votre séparation, vous étiez toujours restés très proches. Seulement voilà, toutes les bonnes choses avaient une fin, votre escapade y compris. Tard dans l’après-midi, vous aviez pris votre vol retour pour New-York et en moins de temps qu’il n’en aurait fallu pour mater l’intégrale du seigneur des anneaux, vous étiez arrivés à bon port. Eryn rentrée chez elle, tu avais pris un taxi pour chez toi. Dieu que tu avais hâte de prétendre à ce repos tant mérité ! Tu montais quatre à quatre les marches menant à ton loft, ouvrant de grands yeux lorsque tu vis la silhouette d’une jeune femme recroquevillée devant ta porte. D’abord, tu avais instinctivement reculé, surpris, d’autant plus lorsque tu reconnus ta nièce. Blême, tu balbutiais « Max ??? c’est toi ? Mais qu’est ce que tu fais là ? » à sa réponse, tu comprenais qu’elle n’était plus vraiment lucide. Un sourire en coin se glissant sur ton visage, tu lançais, moqueur : « combien de litres ? t’invites même pas ton oncle à tes cirrhoses programmées ? c’pas comme ça qu’ta mère t’a éduquée jeune fille ! » et lui adressant un clin d’oeil, tu t’accroupissais face à elle, avant de l’aider à se lever «  t’es chez moi ma puce. Mais… si tu veux le double pour la prochaine fois… ça peut s’arranger. » tu lui adressais un sourire et poussais tes valises pour ne pas qu’elle s’y prenne les pieds. Là, tu ouvrais à la demoiselle, plus sérieux que jamais pour le double des clés : tu n’aimais pas l’idée qu’elle traine dehors.

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet

permissions de ce forum

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum