La nouvelle version a été installée cute ! Pour découvrir les nouveautés c'est par ici & pour commenter c'est ici
S'intégrer sur un gros forum, le mode d'emploi excited A découvrir par iciii avec toutes les initiatives mises en place !
Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon 151 : où trouver le coffret Collection Alakazam-ex ?
Voir le deal

Suggar Daddies

@ Invité

avatar
   
#
Lun 13 Déc - 21:32



Suggar Daddies 9d0da173496f53f4ec6557caecac90c27a1037a6 Suggar Daddies Bszq
Suggar Daddies Y1xq Suggar Daddies M0gq

Sugar Daddies
11/12/2021
Brooklyn - Dyker Heights



Cet après-midi, Aleksej et les enfants avaient rendez-vous à Dyker Heights au Sud de Brooklyn avec William et ses petits derniers. Solveig l’avait prévenu qu’elle serait retenue au bureau plus longtemps ce week-end, il avait donc proposé à l’Irlandais de se joindre à eux pour aller contempler les décorations de Noël de ce quartier, réputées plus sensationnelles d’années en années. Marionnettes géantes, automates animés, et autres guirlandes invraisemblables…  Si le Danois n’avait jamais été un grand fan des fêtes de fin d’années, la petite Elizabeth en était dingue. La moindre guirlande retenait son attention. Elle s’émerveillait de chaque vitrine, de chaque décoration et voilà déjà plusieurs semaines qu’elle reprenait en boucle ses chants de Noël favoris.

La petite fille retrouvait peu à peu le sourire même si elle était parfois traversé par des vagues de mélancolie. Il ne se sentait pas le cœur dans la freiner dans son élan et de lui gâcher le plaisir de Noël. C’est donc avec pas mal d’efforts qu’il se prettait au jeu. Mais le sourire de la fillette en valait bien la peine. Et si les enfants étaient heureux, Solveig l’était aussi. Après la sieste de l’après-midi et le goûter, il les avait bien emballé dans leur tenue d’hiver, comme de parfait petit inuit avant de sortir affronter le froid de la saison. Ce froid sec lui rappelait son Danemark natale et il s’y sentait à l’aise. Il avait calé Tim contre lui, dans le sac kangourou de manière à ce que le petit garçon puisse profiter du spectacle bien à l’abri contre lui.

Lorsqu’ils quittèrent la maison, le jour était déjà en train de se retirer. Ils avaient rendez-vous à 17h, juste à la tombée de la nuit ce qui serait parfait pour profiter des illuminations. Quand ils arrivèrent enfin c’est Saeed qui accueillit de loin la petite bande en appelant Ellie et en lui faisant de grands gestes de la main. Ces deux-là s’entendaient comme larrons en foire ce qui facilitait parfois la situation. Aleksej adressa un signe de la main à Will qu’il aperçu avec la petite Rose. Il était reconnaissant envers le policier d’avoir accepté sa proposition. S’il adorait passer du temps avec les enfants, il avait parfois l’impression d’arriver à cours d’imagination.



@ Invité

avatar
   
#
Mar 4 Jan - 11:38



Suggar Daddies Bradley-Cooper-Icons-gdragon612-42701985-446-447 Suggar Daddies N2sn
Suggar Daddies O26p Suggar Daddies T6jm

Sugar Daddies
11/12/2021
Brooklyn - Dyker Heights





Si on m’avait dit un jour que je passerais la fin d’après-midi avec le mari de mon ex-compagne, pour admirer les décorations de Noël, j’aurais éclaté de rire et ne l’aurais pas cru une seule seconde. Mais en nous préparant à sortir, je trouvais la situation tout de même plutôt amusante. J’embrassais Morgana, qui était occupée à essayer de comprendre comment Stan s’y prenait pour préparer un gâteau dont la recette complexe était à l’extrême opposé d’un simple gâteau au yaourt. Plus le temps passait, et plus Stan passait du temps dans la cuisine à tenter des recettes qui s’avéraient toujours très bonnes. D’où lui venait cette passion ? C’était un immense mystère, même si nous n’allions pas nous en plaindre. A part la balance, peut-être. Cependant, je suspectais Aleksej de lui donner deux ou trois astuces dès qu’ils se voyaient. Quoi qu’il en soit, Angela, la petite merveille de huit ans, avait abandonné l’idée de venir voir les décorations de Noël pour aider Stan à faire le gâteau, admirative face à ce nouveau grand frère, et un peu par gourmandise aussi.

Saeed ne tenait plus en place alors que nous nous rendions à Dyker Heights, au Sud de Brooklyn, à la tombée de la nuit. Il n’était pourtant pas tard mais déjà, à l’approche du solstice d’hiver, le soleil déclinait dés l’après-midi. Arrivés sur place, mon fils s’émerveillait devant toutes les illuminations de Noël. Il adorait cette fête, comme toute la tribu O’Connor/Weston. Et je devais bien avouer que les fêtes de fin d’année me mettaient toujours du baume au cœur, bien qu’elles s’en suivaient d’une certaine mélancolie lors des premiers jours de janvier, quand je me rendais compte que tout se terminait, après en avoir fait des caisses pendant plus d’un mois.

- Ellie ! On est là !

Saeed faisait de grands gestes après avoir aperçu Elizabeth en compagnie d’Aleksej et de Tim. Je pris un temps avant de les apercevoir dans la foule. Rose, âgée désormais de neuf mois, restait blottie contre mon torse en gazouillant face à toutes les lumières. Le spectacle semblait lui plaire, alors que je suivais malgré moi d’un pas rapide Saeed qui s’était aventuré dans la foule pour rejoindre Ellie. Garder un œil sur mon fils était l’un des devoirs les plus fatigants dont je devais faire preuve. A cinq ans, il n’avait que très peu de notion de danger. Il fonçait, sans trop se poser de question.

Mon fils s’était également très bien accommodé à Aleks qu’il voyait plus régulièrement lorsqu’il passait des journées avec Ellie. Si le petit garçon ne l’avait pas vraiment accepté au début car il était « le nouvel amoureux de Sol », et donc un voleur dans sa tête d’enfant, il avait fini par l’apprécier. La présence de Morgana l’avait certainement aidé à se faire une raison sur le fait que Solveig et moi n’étions plus ensemble et finalement, il s’en réjouissait puisqu’il trouvait, chez Weston, une seconde figure maternelle, entre tendresse et réconfort.

- Salut, crapule., lançais-je à Ellie qui m’offrait, comme à son habitude, un immense câlin alors que je mettais mis à sa hauteur. J’aimais ma filleule d’un amour inconditionnel et j’étais heureux de voir un tel sourire ancré sur son visage. Je me redressais et saluais Aleks, avant de m’attarder sur Tim. Le petit m’adressa un grand sourire qui me fit fondre. Je ressentais malgré tout une certaine mélancolie car celui qui accompagnait ces enfants n’étaient pas Mark. Et même si le temps faisait que j’appréciais toujours davantage le danois, sa présence me rappelait que mes meilleurs amis n’étaient plus. Je chassais bien vite cette pensée de mon esprit et adressais un sourire gentiment moqueur à Aleks. « Le porte-bébé te va bien, à toi aussi. » Oui, car Rose était également installée dans le sien, ce qui était à mon sens plus pratique que la poussette. Du moins dans un moment comme celui-ci.

Nous commençâmes à marcher dans les allées en gardant un œil averti sur Saeed et Ellie. « Ca se passe bien cette nouvelle vie ? », lui demandais-je en ayant conscience que l’arrivée des deux enfants avaient chamboulé pas mal de choses que Solveig et Aleks.


@ Invité

avatar
   
#
Jeu 6 Jan - 20:47



Suggar Daddies Bradley-Cooper-Icons-gdragon612-42701985-446-447 Suggar Daddies N2sn
Suggar Daddies O26p Suggar Daddies T6jm

Sugar Daddies
11/12/2021
Brooklyn - Dyker Heights





Une fois qu’Ellie et Saeed eurent fini de se faire la fête, la petite fille se précipita dans les bras de William. Dans ces moments-là, Aleksej restait généralement en retrait. Saeed le salua chaleureusement en lui présentant son poing dans une version très personnelle du check. Non sans trop savoir comment, il avait réussi à amadouer le petit garçon. C’était peut-être simplement parce qu’il l’avait vu plus souvent et qu’il avait compris que le Danois ne présentait pas une menace mais plutôt un adulte plutôt disponible qui se prêtait docilement aux jeux des enfants.

Aleksej haussa les sourcils en souriant à la remarque de William. Il semblait que les deux hommes avaient le même sens pratique. Et la situation aurait presque pu paraître normal. De l’extérieur, il s’agissait uniquement de deux papas profitant des décorations de Noël pour faire prendre l’air à leur tripoté de marmots. Rien ne pouvait laisser présager que ces deux hommes avaient aimé la même femme à deux époques différentes de leur vie. Simultanément également. Mais ce n’était plus un sujet qui était abordé. William était heureux avec Morgana et leurs enfants et Aleksej et Solveig s’étaient mariés. Rien ne pouvait laisser paraître non plus que l’un des deux hommes n’étaient techniquement pas un père.

Alors qu’ils commencèrent leur promenade dans les allées, William s’enquit de la situation. Le Danois sourit mécaniquement en hochant la tête. C’était quasiment devenu un réflexe à présent.

“Les enfants ont trouvé leur rythme, je crois. Ils sont capables d’une résilience incroyable.”

Si les débuts avaient été compliqués, ils trouvaient à présent un rythme de croisière. Les parents d’Alice étaient finalement tombé d’accord avec la décision de justice qui donnait les droits de la garde à Solveig. Les tensions s’étaient apaisés et le couple avait même invité les grands-parents à venir passer les fêtes de Noël avec eux. C’était ce qu’il y avait de mieux à faire pour les enfants de l’avis de tous. Il avait donc suivi cet avis.

“Les dix prochains jours risquent probablement d’être plus mouvementés. Les enfants commencent à sentir que Noël approche. Elizabeth est survoltée. Les Porter viendront passer le réveillon chez nous et ça, ça stresse pas mal Solveig.”

Déporter l’attention sur les autres, dévier le sujet de la conversation. Aleksej était un avocat chevronné. Il avait vingt ans d’expérience quand il s’agissait d’orienter un dialogue. Il ne voulait pas qu’on lui demande comment il allait. Parce qu’il ne savait pas quoi répondre. Ce qu’il se passait en lui était chaotique. Il n’y avait qu’une seule idée à laquelle il se raccrochait, il aimait éperdument sa femme et serait prêt à tout pour elle.


@ Invité

avatar
   
#
Mar 11 Jan - 10:32



Suggar Daddies Bradley-Cooper-Icons-gdragon612-42701985-446-447 Suggar Daddies N2sn
Suggar Daddies O26p Suggar Daddies T6jm

Sugar Daddies
11/12/2021
Brooklyn - Dyker Heights





- Arrête ça., lui lançais-je en arquant un sourcil et en tournant un instant la tête vers lui avant de reporter mon attention sur les enfants. Sous le regard interrogateur de Svendsen, je haussais les épaules, comme si la réponse était évidente. « De faire l’avocat. Arrête d’éluder la question. » Il venait pourtant de répondre, mais avait fait en sorte d’orienter ses paroles pour ne pas avoir à dire comment lui, il se sentait. Il jouait l’avocat, tout simplement. Dans ce métier, il était assez aisé de faire en sorte qu’une discussion parte sur un sujet, plutôt qu’un autre. Un maniement des mots qu’il était d’ailleurs important de maîtriser. C’est une des qualités qui permettaient de différencier un bon avocat, d’un mauvais. Dans la vie privée, forcément, cela devenait davantage un défaut. Du moins, c’est ainsi que je le percevais, car Solveig avait toujours agi de la sorte, ce qui ne nous avait pas aidé à désamorcer certains conflits. « Tu oublies certainement que j’ai passé plusieurs années avec une avocate. Vous agissez tous de la même manière pour éviter les sujets qui fâchent. Et je te rappelle que je suis flic. Mon boulot, c’est en partie de me rendre compte quand on ne me dit pas tout. » J’étais d’ailleurs assez doué pour cela. Mon métier m’avait permis d’avoir une fine connaissance des mots employés, de la gestuelle utilisée, ou bien du comportement adopté. C’était devenu assez instinctif. Et forcément, Solveig m’avait beaucoup aidé à cela, au quotidien, bien malgré moi. Rajoutez à cela le fait que je sois, pour ma part, un homme souvent un peu trop direct.

- Alors toi, comment vas-tu ?, lui demandais-je en précisant donc ma question. Mais je sentais déjà que j’atterrissais sur une pente glissante. Si Svendsen avait éludé la question la première fois, c’est qu’il ne voulait pas y répondre et donc, que la situation n’était pas si simple pour lui qu’elle en avait l’air. Je lui adressais un regard compatissant et dénué de tout jugement. Avait-il l’occasion de se confier à quelqu’un ? Probablement n’avait-il pas envie de le faire avec moi mais… j’espérais sincèrement qu’il avait une oreille attentive.

- Quand on a décidé de se mettre ensemble, avec Morgana, je t’avoue que j’ai assez appréhendé l’idée de devoir vivre avec deux enfants qui n’étaient pas les miens. Bon, je connaissais Gabriel et Angela depuis quelques années et j’étais déjà très proches d’eux mais… c’est jamais évident ce genre de choses. On se retrouve à devoir prendre un rôle que l’on juge ne pas être le nôtre. C’est parfois assez maladroit. Mais finalement, les enfants savent s’adapter bien plus que les adultes. Je lui adressais un fin sourire. « Aujourd’hui, j’ai compris que j’étais leur père, qu’on ait le même sang ou pas. Ca ne change rien. » Je pourrais tout donner pour eux et Stan, autant qu’à Saeed et Rose. Mais finalement, je me demandais si les soucis d’Aleks n’étaient pas encore plus profonds. Est-ce que cela ravivait des souvenirs douloureux ?



@ Invité

avatar
   
#
Mar 11 Jan - 23:01



Suggar Daddies Bradley-Cooper-Icons-gdragon612-42701985-446-447 Suggar Daddies N2sn
Suggar Daddies O26p Suggar Daddies T6jm

Sugar Daddies
11/12/2021
Brooklyn - Dyker Heights




Les sourcils du Danois se froncèrent alors que William mettait le doigt sur la feinte qu’il avait tenté de faire passer. Il se mordit l’intérieur de la lèvre et baissa les yeux. C’était un tantinet désagréable de se faire percer à jour comme cela par l’Irlandais. Mais comme ce dernier le fit remarquer, il était flic et avait une certaine expérience dans le domaine. Pourtant, Aleksej n’avait rien à cacher. Tout ce qu’il avait dit à Will était vrai. Mais ce n’était pas ce que lui reprochait l’homme en face de lui. Peut-être que le temps passant, ils apprenaient finalement à se connaître.

Ce qui n’était pas tout à fait le sentiment du Danois. Depuis le décès d’Alice et Mark, le couple avait passé beaucoup plus de temps avec William et Hayden. Ou du moins, Solveig avait passé beaucoup plus de temps avec eux. De son côté, il n’avait jamais eu autant l’impression de faire partie d’un autre monde. Toutefois, il appréciait l’Irlandais. Ce qui rendait ses sentiments encore plus ambivalents. Il voyait bien que Will posait la question avec sincérité mais jusqu’où pouvait-il réellement fraterniser avec l’ex de sa femme ?

“Je prends les choses comme elles viennent… Chacun aura besoin d’un certain temps d’adaptation, j’imagine.”

Aleksej avait abandonné toute idée de garder le contrôle sur la situation. Il n’avait d’ailleurs pas vraiment eu le choix. Il tentait de relativiser mais ce n’était pas un exercice auquel il était très doué. Il donnait plus ou moins le change cela dit. Il prenait ses responsabilités très au sérieux et acceptait cette réorganisation de leur vie sans rechigner. Pour les gens qui connaissaient Aleksej et Solveig, l’inverse n’aurait étonné personne. Le Danois avait toujours eu un contact facile avec les enfants à l’instar de sa compagne.

Il observa William silencieusement. Il appréciait l’effort que faisait celui-ci pour essayer de comprendre sa position et de se montrer compatissant. Mais cela ne faisait que tourner le couteau un peu plus profondément dans la plaie. L’irlandais n’essayait pas de lui faire la leçon mais de donner son support. Mais dans cette main tendue, il ne pouvait voir que la limite de cette relation. Dans une autre vie, cet homme aurait pu devenir son meilleur ami. Mais pas dans cette vie-là.

“C’est… c’est tout à votre honneur, à toi et à Morgana…”

Ses yeux se posèrent un instant sur Tim, blottit contre lui, somnolant. Un sourire apparu sur ses lèvres l’espèce d’une seconde. Comment ne pas craquer pour cette bouille d’ange ? Et là était l’une des sources du problème. Aleksej craquait totalement pour Elizabeth et Tim. Un peu plus chaque jour. Et ça le terrifiait. Solveig, William et Hayden s’étaient incontestablement rapproché au prétexte d’entourer les enfants. Lui ne pouvait graviter qu’autour. Il ne partageait pas les souvenirs, la complicité. Il ne faisait pas partie de cette vie-là. S’il devait arriver quelque chose à la jeune femme… Ce n’était pas son nom qui s’avancerait en tête de liste, il n’était qu’un étranger. Il avait déjà perdu un enfant…

À la peur se mêlait une pointe de frustration qui ne datait pas d’hier. Quand Stan était revenu chez William et avait fait irruption dans leur vie, il avait accepté sans trop faire d’histoire. Il l’aimait bien, c’était un gamin intelligent. Mais le lien qu’il représentait entre Solveig et William avait toujours mis le Danois mal à l’aise. Un malaise exacerbé par le fait que l’Irlandais soit le parrain d’Elizabeth et qu’il ait eu, lui, toujours son mot à dire. Et la fausse couche… Si c’était avec Aleksej qu’elle s’était mariée, c’était avec William que Solveig partageait les enfants… Avec lui, elle n’en aurait jamais. Et cette seule pensée lui brisait littéralement le cœur.

Il se sentit honteux de ses sentiments, de ses pensées. Honteux de ne pas être assez heureux, de ne pas être à la hauteur. Honteux et égoïste. La honte et la culpabilité ne faisaient jamais bon ménage, surtout pas chez le Danois. Elle le plongeait dans une profonde mélancolie. Il pouvait encore donner le change en présence des enfants, c’était déjà cela. Son visage se ranima à l’arrivée d’Elizabeth vers lui. Enchantée par les animations, la petite fille était tout excitée et ne pouvait contrôler son débit de conversation. Comme Rebecka au même âge, un vrai moulin à paroles. Ce qui ne pouvait lui faire éprouver que plus de tendresse envers l’enfant.

“J’ai dit à Solveig que je la supporterai dans toutes les décisions qu'elle prendrait et c’est bien ce que j’ai l’intention de faire.”



@ Invité

avatar
   
#
Mar 25 Jan - 11:20



Suggar Daddies Bradley-Cooper-Icons-gdragon612-42701985-446-447 Suggar Daddies N2sn
Suggar Daddies O26p Suggar Daddies T6jm

Sugar Daddies
11/12/2021
Brooklyn - Dyker Heights





Avoir des enfants n’a jamais été quelque chose d’aussi évident qu’on aimerait le penser. Avoir des enfants qui ne sont pas les siens, c’est encore plus compliqué. Du moins, lorsque l’on se décide, comme moi, de se poser des milliers de questions. Je me suis attaché à Angela et Gabriel bien avant d’avoir une relation sérieuse avec leur mère. Cela remontait à bien plus loin, à plusieurs années. A une période où c’était avec Solveig que je partageais ma vie, lorsque nous avions décidé de nous laisser une seconde chance. Or, quand Angela et Gabriel ont fait partie de ma famille, plus officieusement car Morgana s’était installée chez moi, très vite, mes sentiments déjà présents pour eux m’avaient fait comprendre que je déplacerais des montagnes pour leur frimousse. Je les considérais comme mes enfants, ce qui avait suscité bien d’autres questions. Je n’étais pas leur véritable père. Et s’il devait arriver quelque chose à Morgana, que serais-je pour eux, aux yeux de la loi ? Personne. Absolument personne. Et ça, ça me terrifiait. J’avais peur de revivre les difficultés que j’avais rencontré avec Stan, lorsque ce dernier avait dû passer plusieurs années de sa vie dans un foyer. Mais, aujourd’hui, les choses changeaient peu à peu. Angela et Gabriel souhaitaient que je les adopte, pour qu’officiellement, je devienne leur père. Cette idée me rassurait car enfin, je savais qu’on ne pourrait plus m’éloigner d’eux.

- Ça prendra le temps qu’il faudra., répondis-je en hochant la tête, tout en observant Aleks. Oui, il lui faudra un temps d’adaptation. Pour le moment, le danois subissait la situation. Non pas dans le sens que ce soit désagréable pour lui. Davantage dans le fait qu’il ne pouvait être à l’initiative de tout ces changements. Il ne pouvait que se contenter d’accepter les choses, par amour, de prendre ses marques pour qu’un jour, il puisse se permettre de faire des choix concernant cette nouvelle vie. Et je percevais cette frustration. Cette frustration du fait que ces éléments appartenaient au passé de Solveig, et non pas à tous les deux. Comme si, finalement, l’italienne était constamment tirée en arrière, devant trainer les brides d’une vie passée. Une vie où j’avais une place importante auprès de sa femme. J’avais toujours eu conscience de cela et c’est la raison pour laquelle je tentais de ne pas m’immiscer outre mesure dans leur vie, bien que désormais, Tim et Elizabeth en fassent partie. Après tout, ils étaient plus qu’en sécurité avec eux, et il me paraissait important qu’Aleks puisse prendre ses marques, sans que je sois constamment dans les parages et lui rappelle, sans cesse, que Solveig et moi avons été liés, autrement que par un mariage, certes, pendant de nombreuses années et que, jamais nous ne pourrions couper les ponts, que ce soit pour Elizabeth, Tim, ou encore Stan. Comme si, finalement, nous avions eu ces enfants en commun. Cette idée me troublait. Nous n’avions jamais fondé notre propre famille et pourtant, pas moins de trois enfants nous unissaient quotidiennement, qu’on le veuille ou non.

Ainsi, je ne cherchais pas à avoir mon mot à dire, concernant Elizabeth et Tim. Je gardais uniquement la place d’un confident, d’un ami qui pouvait la conseiller lorsqu’elle en ressentait le besoin. Je n’avais clairement pas envie de blesser Aleks, même si j’aurais probablement joué de cette proximité pour le rendre jaloux, lorsqu’ils ont débuté leur relation. Comme quoi, tout le monde peut gagner en maturité.

- Pour le meilleur et pour le pire., lui lançais-je en esquissant un fin sourire, faisant bien référence au fait qu’aujourd’hui, ils étaient mariés, aux yeux de la loi. Il est clair que des concessions sont nécessaires dans un couple. Mais cela ne signifie néanmoins pas que l’un doit se taire face à l’autre. J’imaginais que Solveig était capable d’entendre les craintes de son mari même si, à l’heure actuelle, elle avait certainement besoin qu’il lui montre qu’il était capable de la soutenir à mille pourcents, car la situation était bien plus délicate pour elle qu’on ne pourrait le penser.

- Je ne me fais pas de soucis. Tu vas finir par prendre tes marques et tu te rendras compte que tu seras totalement foutu le jour où ils t’appelleront « papa ». Car ça risquera d’arriver. Car ce sont des enfants. Solveig mettait un point d’honneur à bien rappeler à tous qu’elle est « tutrice ». Oui, pour le moment. Il n’empêche qu’un jour, elle sera leur « mère », qu’elle le veuille ou non. Il était juste trop tôt pour ça, car personne n’est prêt. « Désolé de te mettre la pression. Mais là, vous vous êtes engagés dans la plus grande, la plus flippante et la plus merveilleuse aventure. », repris-je en lui adressant un sourire taquin. Oui, j’insistais sur le « vous », incluant le danois car il aurait très bien pu prendre ses jambes à son cou. Mais il avait fait le choix de rester. Il avait fait le choix de rester avec Solveig et donc d’accepter ces deux petits diablotins sous son toit. « Tu ne t’en rends peut-être pas encore compte, mais je mettrais ma main à couper que plus tard, tu te diras que l’arrivée de ces gamins dans ta vie est la plus belle chose qui vous soient arrivés. Solveig aussi en prendre conscience. Tout est juste… nouveau et peut-être un peu étrange. »


@ Invité

avatar
   
#
Mer 26 Jan - 13:40



Suggar Daddies Bradley-Cooper-Icons-gdragon612-42701985-446-447 Suggar Daddies N2sn
Suggar Daddies O26p Suggar Daddies T6jm

Sugar Daddies
11/12/2021
Brooklyn - Dyker Heights




William ne nota pas la manière dont le ton d’Aleksej s’était un peu refroidi et d’une certaine manière, il lui en était reconnaissant. Il n’avait pas d’inimitié envers l’Irlandais. La vie les avait placés dans ce contexte particulier, aucun d’eux n’y pouvaient rien. D’ailleurs il devait bien reconnaître que William faisait tous les efforts du monde pour que la cohabitation se fasse en douceur. Cela avait déjà été le cas lorsque Solveig avait décidé d’officialiser leur relation auprès de son groupe d’amis. Le policier avait toujours fait preuve de maturité, au moins lorsqu’ils étaient en société. Et c’était uniquement parce qu’il avait accepté que Solveig ait un nouvel homme dans sa vie que les autres avaient commencé à le tolérer.

“Un peu de meilleur ne nous ferais pas de mal… Ces trois dernières années n’ont pas été les plus faciles pour Solveig…”

Il est vrai que la jeune femme avait affronté un certain nombre de crises. Et il l’avait observé se relever à chaque fois. Se montrant toujours un peu plus forte. Mais parfois cela lui faisait également peur. Combien devrait-elle encore avoir à endurer avant de trouver un peu de sérénité ? Il faisait de son possible pour l’épauler quelque soit les situations mais le plus souvent, il avait le sentiment qu’elle n’avait besoin de personne. Il continuait malgré tout d’être là, attendant le jour où elle accepterait de se reposer sur lui.

“Et vous, vous n’avez pas encore décidé de passer ce cap-là ?”

C’était à son tour d’adresser un sourire malicieux à l’Irlandais. William et Morgana avait coché à peu près toutes les cases exceptée celle du mariage. Il ne connaissait pas assez la jeune femme pour savoir quelles étaient ses convictions sur la question mais ce qu’il avait pu apprendre de William ces dernières années lui laissait penser qu’il s’agissait de quelque chose d’important pour lui.

Tout en écoutant l’Irlandais, Aleksej pencha son visage et vint frotter doucement son nez contre la tête de Tim, lové bien au chaud contre sa poitrine. Quelle que soit la situation et peu importait l’endroit où ils étaient, le petit garçon restait réglé comme une horloge. Il pouvait bien être dehors, dans la poussette, à la crèche ou à la maison, si c’était l’heure de dormir, il dormait. Avoir ce petit être assoupi contre lui était réconfortant. Cela le ramenait également à un passé lointain, à des odeurs et des souvenirs oubliés.

“Je ne m’inquiète pas pour les enfants. Ils s’adaptent très vite et tout ça n’est pas vraiment nouveau pour moi.”

Cette aisance qu’il avait avec les enfants n’était probablement pas innée. Mais elle s’était faite tout naturellement après la naissance de sa fille. Rebecka lui avait appris à aimer les enfants, les gens en général. Elle lui avait réappris le langage de l’innocence et il en allait de même avec Ellie qui était toujours pétrie de bonnes intentions. Il se sentait d’autant plus attaché à Elisabeth et Tim qu’ils avaient été comme une sorte de passerelle entre le passé d’une bande d’amis et le présent. Une porte ouverte pour lui qui était étranger de ce monde.

“Mais je ne suis pas naïf… Peu importe à quel point je peux aimer ces enfants, ça ne me rendra pas plus légitime… Au regard de tous, Ellie et Tim seront toujours les enfants d’Alice et Mark. Et Solveig la personne à qui ils ont été confiés. C’est comme ça, c’est tout…”

Dire ces choses-là à voix haute les rendait nettement plus réelles. Mais c’était également un lâcher prise. Il était temps pour Aleksej de faire cesser ce combat intérieur et d’accepter la situation comme elle était. Pour ce qu’elle était. Temps également de faire le deuil d’une vie qu’il n’avait réalisé souhaiter qu’une fois qu’il avait compris qu’il était trop tard. Ce n’était la faute de personne et il n’y avait rien qu’il ne puisse y faire. Accepter. Et tourner la page.

“Elle a de la chance d’avoir un ami comme toi. Sur qui elle peut compter, malgré tout. Je t’en suis reconnaissant pour elle…”


@ Invité

avatar
   
#
Lun 31 Jan - 13:41



Suggar Daddies Bradley-Cooper-Icons-gdragon612-42701985-446-447 Suggar Daddies N2sn
Suggar Daddies O26p Suggar Daddies T6jm

Sugar Daddies
11/12/2021
Brooklyn - Dyker Heights





Un sourire amusé se dessina sur mes lèvres devant celui, plus malicieux, d’Aleksej. Il semblait curieux à l’idée de savoir si Morgana et moi projetions de nous marier un jour. Et ce serait effectivement le cas. Je l’avais demandé en mariage le mois dernier. Lorsque j’étais avec Solveig, j’avais rêvé qu’elle puisse devenir, un jour, ma femme. Malheureusement, rien ne s’était déroulé comme prévu et finalement, après une cérémonie avortée, j’avais complètement rayé de mon esprit l’envie d’un mariage. A mes yeux, il ne s’agissait plus que d’un bout de papier dont deux personnes n’ont besoin pour se prouver à quel point ils peuvent s’aimer. Mon point de vue avait finalement changé à nouveau, lorsque mon histoire avec Morgana était devenue plus sérieuse. L’idée que nous puissions nous unir, qu’elle porte mon nom (même si je n’aurais jamais objecté le fait qu’elle puisse vouloir garder le sien), et former officiellement une famille avec les enfants, me rendait heureux.

- Oui, on compte bien passer ce cap l’année prochaine., lui avouais-je, signifiant ainsi que cela était effectivement prévu. Verrait-il là-dedans une nouvelle preuve du fait que mon histoire avec Solveig était définitivement terminée ? Probablement, même si le fait que l’on puisse passer du temps ensemble, lui et moi, sans aucune animosité, le prouvait également.

Je haussais les épaules en écoutant la suite de ses paroles. Je n’étais pas vraiment d’accord avec lui sur le fait qu’il ne serait jamais légitime aux yeux des autres, pour être une figure paternelle pour Ellie et Tim. Effectivement, à l’heure actuelle, cela semblait compliqué. Pourtant qu’en serait-il avec le temps ? Ces enfants auront toujours des parents, bien que décédés. Mais finalement, ils auront deux autres parents qui les auront élevés, au fil des années. Solveig ne sera pas seule dans cette aventure. Aleks en fera partie. Et il pourra être considéré comme leur père. Il fallait juste laisser le temps au temps.

- Tu sais, ce sont les enfants qui décideront de ce que Solveig et toi serez pour eux., lui lançais-je avec un fin sourire. Et en ce qui concerne la loi, inutile de parler d’adoption. Solveig et Aleks sont bien au courant de ce genre de procédures.

Je tournais la tête vers le danois lorsqu’il m’expliqua que Solveig avait la chance d’avoir un ami comme moi. Je n’étais pas certain que nous soyons très bons, elle et moi, pour être des amis, lorsque nous voyons à quel point nous sommes capables de nous envoyer sur les roses. Combien de fois nous disputons-nous ? Nos paroles dépassent souvent nos pensées. Mais finalement, nous sommes conscients que nous serions capables de grandes choses pour s’assurer que l’autre va bien. Peut être que cela compense tout le reste ? Quoi qu’il en soit, je lui répondais, sur un ton calme.

- Merci. Et… j’imagine sans trop de difficulté que ça ne doit pas être simple tous les jours de savoir que sa femme passe du temps avec son ancien compagnon. Mais… j’espère que tu as bien conscience que tout est parfaitement terminé entre nous, n’est-ce pas ?

Nous n’en avions jamais vraiment parlé, comme si cela était un sujet tabou, un sujet qui fâche. Mais je voulais m’assurer qu’il n’y avait aucune ambigüité dans la tête du danois.


@ Invité

avatar
   
#
Jeu 3 Fév - 19:07



Suggar Daddies Bradley-Cooper-Icons-gdragon612-42701985-446-447 Suggar Daddies N2sn
Suggar Daddies O26p Suggar Daddies T6jm

Sugar Daddies
11/12/2021
Brooklyn - Dyker Heights





Aleksej ne connaissait pas bien Morgana, la faute au contexte. La naissance de leur petite fille, son accident, le décès d’Alice et Mark. Les occasions de rencontres n’avaient pas toujours été les plus favorables pour faire connaissance et il trouvait cela dommage. D’une certaine manière, Morgana et lui se trouvait du “même côté”. Elle aussi avait débarqué dans cette bande d’amis qui se connaissaient depuis toujours et il se souvenait parfaitement de l’accueil que leur avait réservé Solveig quand ils étaient venus présenter la petite Rose. Pas facile de trouver sa place dans un cercle aussi soudé.

“Je pense que c’est une bonne chose. Je n’irais pas jusqu’à dire que ça change la vie d’un couple mais… enfin pour moi c’était important. Et puis c’est important pour vos enfants aussi.”

D’un point de vue légal, ça changeait la donne et beaucoup trop de gens n’en prenaient pas la mesure. En entendant la réflexion de William concernant les enfants, le Danois se mis à penser à la situation d’un autre point de vue. Peut-être. Il adressa un léger sourire à William en haussant les épaules. Seul le temps pourrait le dire. Il observait les enfants jouer un peu plus loin songeusement. Il laissa William aller jusqu’au bout de sa pensée avant de laisser échapper un léger rire.

“Regarde-nous… la preuve que tout est parfaitement terminé…”

Il avait dit cela sur le ton de l’ironie mais sans aucune méchanceté. Non, il était clair que William ferait toujours partie de leur vie. C’était quelque chose qu’il apprenait à accepter. Et en soi, ce n’était pas si compliqué. Il avait su dès sa première soirée chez Alice et Mark qu’il n’en serait jamais autrement. Le point qui le piquait était cette incapacité qu’avait Solveig à se confier à lui. Il savait que depuis le décès de ses amis, la jeune femme s’était beaucoup confiée à William et Hayden. Mais il ne pouvait pas lui jeter la pierre, il avait lui-même des difficultés à parler de certains sujets. Il aurait simplement souhaité arriver à passer ce cap-là.

“Je suis juste content qu’elle ait quelqu’un à qui parler…”



@ Contenu sponsorisé

   
#

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet

permissions de ce forum

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum