La nouvelle version a été installée cute ! Pour découvrir les nouveautés c'est par ici & pour commenter c'est ici
S'intégrer sur un gros forum, le mode d'emploi excited A découvrir par iciii avec toutes les initiatives mises en place !
Le Deal du moment :
Elden Ring Shadow Of The Erdtree édition ...
Voir le deal

The ugly truth | Andrea

@ Invité

avatar
   
#
Sam 14 Aoû - 16:12
Arash est stressé, un sentiment qu’il aurait presque oublié ces derniers mois alors qu’il s’est évertué à prendre les choses comme elles viennent et comme elles sont. Il ne sait pas bien ce qui l’attend avec la conversation qu’il compte avoir avec Andrea, mais ses nombreuses discussions avec Harry sur le sujet lui ont permis de venir à cette réalisation qu’il est temps de s’ouvrir sur son passé s’il souhaite poursuivre cette relation dans une voie saine. Ou tout du moins lui donner une chance, parce que le mensonge n’est pas réputé pour être une base solide à quoi que ce soit de sérieux. Et alors que des sentiments se développent et que sa situation familiale est vouée à changer, il voit mal comment il pourrait poursuivre dans cette voie sans transformer ce mensonge par omission en une intention claire de dissimuler la vérité qui ne pourrait que lui nuire. Si Arash souhaite quelque chose de vrai, il faut qu’il prenne ses responsabilités, même si cela veut dire prendre le risque de perdre cette petite particule d’espoir à laquelle il s’est accroché ces dernières semaines.

Il prend le chemin d’un petit café où il a donné rendez vous à Andrea. Avoir cette conversation dans un lieu public n’est sans doute pas l’idée du siècle, mais si Andrea souhaite s’en aller et l’abandonner là, le trajet du retour lui permettra au moins de se vider la tête. Quand il voit le bel avocat s’avancer Arash lui adresse un sourire aussi tendre qu’il est triste.

- Hey...

Ses mains pianotent nerveusement sur la table et il s’en veut déjà du stress qu’il impose sans doute déjà à son amant à qui il a spécifié dans son message qu’il souhaitait lui parler autour d’un café, ce qui n’a probablement rien de rassurant.

- J’espère que ça ne te dérange pas de parler ici. On aurait pu faire ça à la maison mais Harry et fatigué de son voyage et Agnes passe son temps avec lui... Je me suis dit qu’on serait plus tranquilles ici...Because as you know, they’re loud!

Pause. Arash ne sait vraiment pas du tout comment amener cette conversation et pourtant il doit prendre son courage à deux main.

- I really like you you know that ? Those past few weeks have been great. I felt happy again.

Arash sent qu’au lieu de donner du contexte, il ne fait que retarder le moment où il devra briser toute la confiance qu’Andrea semble lui avoir offert.

- Believe me, this is the hardest conversation of my life but I think we have to have it.  I want to true, because what we have is really nice, and unfortunately there’s things about me I didn’t tell you. I didn’t find the courage before today.[/color]

@ Invité

avatar
   
#
Dim 15 Aoû - 19:09

Andrea est heureux ; du mois l’était-il, jusqu’à recevoir un troublant message d’Arash, qui intervient dans un contexte qui, bien qu’il soit relativement apaisé, est aussi anxiogène. Tristan se fait de plus en plus présent dans le paysage de l’avocat, qui, s’il s’y attendait, dire l’inverse serait mentir, a du mal à composer avec l’irritante personnalité jalouse de son ex-mari. Ils ont divorcé il y a de ça plusieurs années maintenant, et Andrea estime qu’il a suffisamment souffert pour avoir le droit, aujourd’hui, de refaire sa vie sans demander l’opinion, sur le sujet, de Tristan. Par le biais de Grace, ce dernier a néanmoins réussi à grappiller des informations, et a mis en œuvre un harcèlement d’une précision extrême pour tenter de faire la lumière sur le nouveau petit-ami d’Andrea, qui, pour sa part, se débat afin de préserver sa nouvelle bulle de joie des griffes de Tris. Andrea ne regrette toujours pas son mariage et les années de bonheur vécues avec celui qu’il a pris un temps pour son âme-sœur ; mais le deuil a été suffisamment compliqué pour qu’il puisse jouir désormais d’un peu de liberté. Tristan l’a quitté, et le sens de la justice d’Andrea est suffisamment grand pour qu’il trouve profondément injuste de ne pas être en mesure de se reconstruire tranquillement. Le bonheur et l’apaisement que lui apporte Arash, il n’a pas envie d’en être privé par l’excès et les folies de qui que ce soit.

Pourtant, le message qu’il a reçu ce matin lui laisse évidemment présager le pire. Il tente de se refaire le film des derniers jours, pour voir éventuellement quelle erreur, quel impair il aurait pu commettre ; s’est-il montré trop pressant, trop présent ? Trop dépendant ? Les amis d’Arash, qu’il pensait avoir progressivement charmés, surtout Agnes avec laquelle il s’entend bien de premier abord, ont-ils finalement mis leurs vétos conjugués sur cette nouvelle relation ? Le suspense est long, et Andy n’ose quémander des informations par message. Il est sans doute plus opportun de patienter, même si cette attente le ronge. En marchant vers le café où Arash lui a donné rendez-vous pour parler, discuter, peu importe, Andrea s’imagine déjà l’état dans lequel il se trouvera après cette conversation, après l’inévitable rupture qu’il va sans doute subir. Et parce qu’il est impossible de réfléchir à ce qu’il peut bien avoir fait de mal, il se prend à mettre la responsabilité sur le dos de son ex-mari. Un instant, sous le soleil lourd de New-York, il hésite à interrompre sa marche pour appeler Tristan et lui hurler dessus dans sa langue natale ; puis il songe, avec raison sans doute, qu’il est bien inutile d’arriver énervé à cette entrevue. Il remet les reproches à plus tard ;  pourrait d’ailleurs y trouver son compte à les jeter à la figure de Tristan directement, en face à face, plutôt que par téléphone. Il abandonne donc l’idée, et se décide plutôt à patienter jusqu’à la fin de sa conversation avec son futur ex-petit-ami. Le répit n’aura été que de courte durée, et déjà, le cœur d’Andrea proteste contre la douleur à venir qu’il ne connaît que trop bien. Même si la séparation n’est pas encore comparable à son divorce, il sait quand même qu’il va souffrir, des sentiments commençant bien naturellement à se tisser dans son cœur, pour le chanteur. Il aperçoit Arash dès qu’il entre dans le café, et se dirige entre les tables pour le rejoindre. Il a l’air nerveux, ce qui confirme les doutes de l’avocat, qui réunit toutes ses forces pour tenter de répondre un minimum à la conversation amorcée.

- Hey… No worries about the place, le café est sympa, et je ne voudrais pas importuner Harry.

Il offre à Arash un sourire timide – mais tant qu’à faire, les deux amis (well, le frère et l’amie, pour être précis) du chanteur étant légèrement impressionnants, il préfère se faire larguer dans un endroit neutre plutôt qu’à la vue de tous. Cela dit, son esprit qui, dans de pareilles occasions, retrouve bien volontiers – et bien rapidement – ses angoisses et déséquilibres naturels, s’image bien naturellement que c’est une requête des deux amis en question qui ont poussé Arash à le quitter ailleurs que chez lui.

Arash qui reprend la parole pour lui dire qu’il l’aime bien, et que les quelques semaines qui viennent de s’écouler were great. Well, Andrea agrees, and therefore, nods slowly. Mais les paroles ne sont pas vraiment là pour le rassurer, et c’est même l’inverse qui se produit. Le brun a bien l’impression qu’il est en train de préparer le terrain pour une rupture à base de c’est pas toi, c’est moi, you’re great but not enough – quelque chose du genre. Il reste un peu prostré, n’osant  pas interrompre Arash, un peu comme un enfant qui attend la réprimande, un coupable qui attend le verdict.  Cela dit, la dernière phrase du chanteur provoque chez l’avocat une double réaction assez étrange ; d’abord, elle balaie l’angoisse d’une rupture – qui revient aussitôt, car si Arash a des choses à lui dire, il peut tout à fait avoir envie de rompre néanmoins – et crée une nouvelle angoisse. Celle de la vérité, qu’il éprouve par peur des secrets d’Arash, certes, mais aussi par la frayeur des siens.

Andrea acquiesce cependant et pose ses mains, légèrement tremblantes, sur la tasse de café qui lui a été apportée un peu plus tôt par un serveur du café.

- I’m listening, go ahead ? il suggère, en hochant la tête. I mean, we all have our secrets, don’t we ?

Mais Arash semble en proie à une décision difficile, et Andrea se prend à être un peu effrayé de nouveau. Alors, avant que le chanteur ne se lance dans l’explication, le brun précise, comme pour détendre l’atmosphère – ou peut-être est-ce uniquement pour se détendre lui-même :

- To be honest, I’m mostly relieved that you’re not leaving me, for now.

Il hésite à ajouter une blague du style where’s the body we need to hide, mais il s’abstient, se contentant de planter son regard clair dans celui du chanteur, l’encourageant d’un signe de la tête. Concentré sur le fait qu’il ne va pas rompre, et que finalement, cette simple idée, qui paraît la plus importante, a fait partir la douleur dans son cœur.

@ Invité

avatar
   
#
Ven 20 Aoû - 23:27
En réalité, Harry ne serait pas importuné outre mesure, c’est Arash qui préfère garder son propre drame pour lui-même. Andrea semble anxieux et Arash le comprend tout à fait. La conversation n’a rien d’anodine et Arash qui se débrouille ordinairement assez bien avec les mots ne sait pas par où commencer. Il se lance néanmoins, trouvant bien ironique qu’Andrea craigne qu’il le  quitte au cours de cette conversation. Selon Arash c’est l’inverse qui a le plus de chance de se produire et il est lui-meme assez anxieux à cette idée. Il a gardé tous ces secrets suffisamment longtemps cela dit et s’il est honnête avec lui-meme ce n’est pas une situation qui était amenée à durer de toute façon. Leur relation est sérieuse, en réalité et malgré sa simplicité, elle l’a toujours été dans une certaine mesure. Ils ne sont pas dans un drame de la CW, et inutile de dire qu’Arash n’a pas envie que l’existence de ses enfants soit révèle autour d’une rencontre hasardeuse devant son appartement. Arash veut faire les choses correctement, s’offrir la chance de lui annoncer lui-même, even if it could cost him greatly.

- Of course we all have secrets. Some are just bigger than others.

Arash baisse la tête, regarde ses propres mains pour éviter le regard azuré d’Andrea. Le musicien n’a pas le choix, il lui faut poursuivre sur cette voie, même si les chances qu’Andrea le quitte sont nombreuses. Son bonheur si agréablement retrouvé est menacé par cette épée de Damoclès au dessus de leur tête, mais est ce qu’ils avaient le choix ? Le cœur d’Arash bat à tout rompre, et il se hait presque d’avoir donné sans réfléchir, espéré avec une trop grande ardeur. Maintenant qu’il est devant le fait accompli, il conçoit mal comment un père exemplaire comme Andrea pourrait trouver des justifications, sinon des excuses à son comportement. Si la loi, pour laquelle il travaille chaque jour lui-meme empêche Arash de s’occuper de ses enfants, pourquoi voudrait-il d’une telle personne dans sa vie, dans la vie de sa fille. Andrea le lui a dit lui-meme, il a besoin de simplicité, pas de toutes ces casseroles qu’Arash traîne derrière lui alors qu’il donne l’imagine d’un homme calme et raisonnable. La vérité c’est ce que son passé reflète surtout l’inverse.

- I have two young children I have never told you about. I didn’t because I lost their custody completely after Harry’s accident. I’d love to say that all this is the consequence of a messy divorce but I was in fact, a negligent parent. Unlike you...

Arash soupire et se tait, il voit mal ce qu’il pourrait ajouter d’autre sans y être invité au préalable. Le reste de l’historie est compliqué. Assez pour laisser à Andrea le temps de digérer cette première information. Arash doute qu’il ait envie d’entendre la suite de toute façon.

@ Invité

avatar
   
#
Sam 21 Aoû - 9:26
La dernière phrase d’Andrea pourrait aisément passer pour du chantage, il le réalise après l’avoir prononcée. Il ne veut forcer qui que ce soit à rester avec lui, bien sûr, mais il est un peu trop tard pour faire machine arrière alors il se tait, hochant la tête quand Arash lui dit que certains secrets sont plus lourds que d’autres. C’est vrai, sans doute. L’espace d’un instant, Andrea oublie que l’entretien est à propos d’Arash et se demande s’il ne va pas se voir reprocher tout un tas de choses - peut-être que Tris l’a trouvé et lui a balancé les détails de leur relation ? C’est peut-être ça dont Arash veut parler ? Andrea se prend à maudire son ex-mari de nouveau, et son esprit peu rationnel, en proie à la panique de l’instant, s’oublie dans quelques nouvelles insultes. Arash reprend, cela dit, et Andrea le dévisage, le tourbillon des questionnements ayant court dans son cerveau s’interrompant soudainement, brutalement. Il ne s’agit pas de lui - et il se sent soudain bien narcissique - ni d’eux, mais d’Arash, de sa vie, de la gêne qu’il dissimule en fuyant son regard, et de cette révélation inattendue dont, dans un premier temps, l’avocat ne sait pas quoi faire.

Il est avocat, justement. Il connait le droit, et même s’il ne pratique pas le droit de la famille, il connait les règles, leurs subtilités. Il y a dans les révélations d’Arash trois informations cruciales qu’Andrea tente de traiter sans avoir l’air d’être complètement largué - la première, c’est qu’Arash a deux enfants dont il n’a strictement jamais entendu parler, même au cours de ses séjours dans l’appartement de son petit-ami. La deuxième, c’est qu’il a eu un comportement qui, à un certain moment, a conduit un juge à lui retirer la garde de ses enfants - ce raisonnement, complètement juridique et rationnel, est assez implacable. La dernière, c’est que l’ensemble de ces évènements, Arash a préféré les dissimuler plutôt que de les confier à Andrea. Dans son esprit reprend le bal infernal des questionnements, des doutes, des remises en questions - et puis, sa réflexion, de nouveau, s’interrompt, mais cette fois sur une pensée plus personnelle.

Il pense à Grace, la petite fille qu’il a recueillie, devenue sa fille, souffrant de la négligence d’une mère désintéressée. Il pense à Grace, qui avait trouvé un foyer et qui a dû subir le divorce difficile de ses pères - et la mauvaise volonté de l’un d’entre eux. Il pense à Grace, qui retrouve difficilement un environnement plus simple, une routine plus légère, une vie plus normale pour une enfant de dix ans, et il s’imagine, c’est plus fort que lui, en proie à l’angoisse de la laisser. La même angoisse qu’il ressent lorsqu’il la dépose chez Tristan. Il n’arrive pas à retenir cette pensée effrayante, et celle qui vient aussi ; peu importe ses sentiments, Andrea passera toujours après le bien-être de Grace. Et il ne peut amener dans leur foyer quelqu’un qui serait susceptible de lui engendrer un stress quelconque.

Andrea soupire - réalisant qu’il est perdu dans ses pensées depuis de longues secondes, et qu’Arash doit paniquer. Lui, il a besoin de plus d’informations maintenant, il a besoin de comprendre pourquoi, comment - il a besoin de mettre des explications sur le secret, aussi, même si c’est bien hypocrite d’en exiger alors que lui même a fourré sous le tapis un certain nombre d’informations qu’Arash mériterait d’avoir entre les mains aussi.

- What happened? After Harry’s accident? I mean, I kind of understood that it was a very complicated time for you, and as I see how close you are now, I can only imagine that almost losing him was tough.

Andrea acquiesce, et ses pensées, qui reviennent à plus de normalité, se chargent de lui rappeler que ni lui, ni Tristan, ni même Megan, la mère de Grace - aucun d’entre eux ne mérite le titre de parent idéal. Il ne cesse pourtant de s’évertuer à avoir des nouvelles de Megan pour Grace. Il n’est pas parfait, personne ne l’est. Chacun fait des erreurs, il le sait, c’est pour ça qu’il croit en la profession qu’il exerce, d’ailleurs.

- You don’t see them anymore, at all?

Andrea ne le quitte pas des yeux, relativement impassible, sans doute, de l’extérieur, dissimulant assez bien le tumulte de ses émotions et des battements de son coeur. Comprendre est souvent la clé. Ce n’est pas le secret, ce ne sont pas les faits qui inquiètent l’avocat - égoïstement, trop protecteur, sans doute, il pense à sa propre fille, et à la perspective de construire une famille avec quelqu’un qui prendra soin d’elle et qui, hopefully, l’aimera. Of all things, that’s probably the most important - and it comes first, before his happiness, before his feelings, before everything. He just needs to know Arash can be this person now.

@ Invité

avatar
   
#
Lun 23 Aoû - 15:13
Alors que les mots échappent ses lèvres, Arash se sent à la fois libéré d’un poids et infiniment triste. Andrea veut en savoir plus et si le fait qu’il en ait quelque chose à faire pourrait lui donner une lueur d’espoir, Arash voit mal comment les détails de l’histoire pourraient jouer en sa faveur. Taking responsibility was part of the process et Arash ne peut même plus s’offrir le luxe de se trouver des excuses. Il peut expliquer, revenir en arrière, cela en revanche lui est impossible. Il a fait du chemin depuis cet accident, et même pour un homme pour qui il pense éprouver des sentiments, il ne pourrait pas se cacher de nouveau derrière l’accident d’Harry. He took it badly yes, but the rest it was all on him.

- My brother and I we used to party a lot. We were celebrating the fact that he had signed for his dream role, and we drank too much, especially him. Our house was a short ride away and I thought it would be a brilliant idea to drive us back... Well it wasn’t and I almost killed my little brother. Harry was in a coma for a few days, we didn’t know if he would wake up at all or when. The shock broke him literally, his brain took the shock as well and he could hardly speak at first, if you can believe this... Our mother, well, his as it turned out, she didn’t want to talk to me anymore... I felt extremely guilty about this, started drinking heavily. I lost my job, fought with my agent, I couldn’t even face Harry so I let him down. My partner, she tried to help, but I was a mess really. Once you are in that spiral things only get worse so it did...

Arash prend une inspiration, ce n’est que le début et c’est déjà bien pathétique à raconter. Arash voit mal comment Andrea pourrait donner une chance à la personne qu’il s’est juré d’être aujourd’hui. He let everyone down, even himself, pas le genre de personne que l’on souhaite avoir au contact de sa famille. Il aurait du s’en douter, éviter de s’amouracher d’un parent.

- I was drinking, I couldn’t function, work, take care of my children. I disappeared for days, came back, argued with Alice, yelled a lot, shut the world out. And as you can imagine, I couldn’t take care of the children properly. I left them unsupervised while Alice was at work, I left Aria in the bath, she almost drowned. Alice, she did what she had to do to protect them from me. I’m glad she did.

Arash soupire, la suite Andrea n’a sans doute pas besoin qu’il la lui raconte, son travail lui permet sans doute facilement d’imaginer les démarches qui peuvent être faites dans ce genre de situation, la honte a l’idée d’évoquer un passé si peu glorieux avec un homme que l’on vient à peine de rencontrer.

- It was a wake up call really. My brother moved in with me, and as I should have taken care of him, he took care of me. He got rid of the alcohol, he was there. I started working on myself, found a new job, tried to be a better person for my family... And then I met you.

@ Invité

avatar
   
#
Lun 23 Aoû - 17:57
L'esprit d'Andrea fonctionne assez vite, il réfléchit à toute allure, les questions soulevées par les révélations d'Arash se bousculent dans sa tête. Lui n'est pas inquiet pour lui-même, ni pour les secrets, ni pour les non-dits ou la peur d'Arash. La seule chose qui l'inquiète, c'est Grace, même si c'est sans doute se projeter dans le temps. Arash n'a pas l'air d'être un homme irresponsable qui pourrait heurter sa fille, cela dit, et Andrea est capable de distinguer les personnes fondamentalement mauvaises et celles qui rencontrent des accidents de parcours, qui trimballent leurs casseroles. Et puis, lui est loin d'être parfait, et pourrait tout autant mettre en danger la vie de sa fille, aussi, sans aucun doute. En oubliant une journée de traitement, en s'autorisant un verre en rentrant de soirée, ou même si le traitement cessait d'être aussi efficace qu'il ne l'est. Il a connu des moments de sa vie où il était profondément déprimé, et où il aurait été capable de bien des négligences, et il n'a pas eu besoin d'être sur le point de perdre un de ses proches pour ça, son divorce a suffi. Parfois, il a été contraint d'appeler sa mère pour qu'elle vienne prendre le relai, et c'est ce sursaut de conscience, sans doute, qui a permis d'éviter les drames.

Andrea acquiesce, sans couper Arash dans ses explications, parce qu'il n'a pas à faire de commentaires pour l'instant, parce qu'il veut entendre l'histoire telle qu'il l'a vécue. En même temps qu'il écoute les confessions d'Arash, Andrea essaye d'assimiler, de se faire un avis sur ces questions. Il y a Grace, bien sûr, mais il y a son histoire, à lui aussi. Son père abusif, le remariage de sa mère, Tristan, son mariage, l'adoption de Grace, la bipolarité, et tout le reste, toutes ces choses qu'il aussi gardées pour lui en espérant qu'elles passeraient inaperçu,  qu'un jour elles seraient plus faciles à dire, qu'il pourrait les exprimer et les oublier pour toujours. Egoïstement, Andrea voit dans les révélations d'Arash le réconfort certain de l'absence de sa perfection. Depuis qu'il l'a rencontré, le chanteur a toujours semblé parfait dans sa gentillesse, dans son contact, dans ses étreintes. Le fait que son histoire ne soit pas si rose qu'elle peut sembler l'être de prime abord a un côté réconfortant ; Andrea n'a plus l'impression d'être dans un rêve qui risque à tout instant de se briser. Doucement, la sensation d'être avec un homme beaucoup trop bien pour lui s'estompe - même s'il est certain que la douceur d'Arash n'était pas feinte. Sinon, il lui ne lui ferait pas ces révélations aujourd'hui.

- I don't blame you for not telling me. I mean, there are things you just don't say to strangers even if you find them cute? I get that. And to be honest, there are things about me you should know as well, that could make you go away, too.

Il soupire un peu, esquivant pour l'instant la question, qui sera tout aussi bien abordée aujourd'hui. Au moins, quand ils sortiront d'ici, the plate will be completely clean.

- As for what happened... Well, first of all, I'm sorry? I'm sorry that you went through all this. I can only imagine how complicated and heart-breaking it was. I know how it feels to be the witness of your own life going out of hands, sometimes, and I know how it feels when you don't think you're in control anymore. And I can't really judge that. You made a mistake and it costed you everything already?

Andrea soupire et secoue la tête, un peu plus ému, sans doute, qu'il ne devrait l'être. Il a l'impression, alors même qu'il n'a pas encore ouvert la bouche sur ses propres zones d'ombre, d'être en train de s'ouvrir plus qu'il ne l'a fait depuis des années. Doucement, mais surement, il a l'impression de se trouver libérer d'un poids. Les imperfections d'Arash, cette histoire, toutes ces choses qu'il confesse, Andrea a l'impression qu'elles décuplent les sentiments naissants qu'il éprouve pour le chanteur, d'une manière inexplicable, presque inquiétante. Il ferme les yeux quelques instants, et attrape la main d'Arash dans un geste qu'il espère un peu réconfortant.

- How is it going now? With the kids? Do you get to see them again?

Il a besoin de savoir. Le reste, finalement, n'est plus très important. Mais Andrea fréquente Arash depuis plusieurs semaines, il sait que le brun ne boit plus. Il l'a vu, il a été témoin de son comportement pendant toutes ces semaines, de sa tendresse, de son empressement à s'occuper de son frère. Cet homme là n'a pas grand chose à voir avec celui qu'Arash décrit - comme chaque personne le peut, il a changé. Et puis, la principale victime de cette histoire, c'est Harry. Harry habite avec Arash - c'est, sans doute, qu'il a pardonné. Et qu'il fait confiance à son frère. C'est un indice suffisamment important pour qu'Andrea le prenne en considération.

@ Invité

avatar
   
#
Mar 24 Aoû - 16:31
Arash termine son discours et avale sa salive, les yeux rivés sur ses mains occupées à déchirer la serviette en papier avec laquelle il calme ses nerfs depuis le début de leur conversation. À ce stade, il s’attend à tout de la part d’Andrea, sauf peut être à la réaction calme dont il semble faire preuve en face de cette histoire un brin pathétique, il faut bien l’admettre. Quand Andrea lui annonce qu’il ne lui en veut pas de ne lui avoir rien dit, Arash est aussi soulagé qu’il est surpris. Cette surprise est rapidement expliquée par le fait qu’Andrea pense avoir un lot de révélations à faire qui pourrait compenser celle-ci. Arash qui a toujours vu Andrea comme un homme stable et bien sous tout rapport, et il se demande bien quelles révélations peuvent concurrencer les siennes. Soudainement Arash a peur que tout vole en éclat, qu’ils se rendent compte tous les deux que ce qu’ils ont fondé a été fondé sur un tissu de mensonges voué à les protéger. Si leur relation vient à mourir aujourd’hui, cela pourrait aussi bien n’avoir aucun rapport avec le jugement qu’ils pourraient porter l’un sur l’autre, et tout avoir affaire avec le fait qu’ils ne savent finalement rien l’un de l’autre, que cette relation simple et dans drame n’existait que dans un roux rêve qui ne leur est pas accessible. Aux peurs de rejet s’ajoute donc cette peur ci, plus insidieuse, terrifiante.

- The thing is Andrea, I didn’t do just one mistake that cost me everything. I like the idea of it, but I’ve worked so hard on taking responsibility for what I have done, that I can’t afford to go back there even if it’s nice to think of things this way. I’ve made a lot of mistakes actually, Harry’s accident triggered it at first yes, but I...

Arash se sent vulnérable, idiot. He was weak and not at all the man he thought he was. Aujourd’hui, Arash est conscient de ses faiblesses des choses qu’il n’est pas capable de maîtriser. Il a gagné en maturité depuis, he had to learn it the hard way.

- I messed up. I was weak, refused help, put myself before my children or my little brother who needed me too. He’s the one who went through this, and he was stronger than I was. He doesn’t use his disability as an excuse for anything he doesn’t do right. I’m not going to use his accident as an excuse for everything that happened after it. I grew as a person. I might not be the man I thought I was, but I know who I want to be and it’s not a man who doesn’t take responsibility for his actions. I’ve been a total scumbag and a lot of it could have been avoided if I had learn to control myself.

Arash est dur avec lui-même et il le sait, mais c’est ce qui l’éloigne le plus de cette idée destructive selon laquelle il pourrait être une simple victime d’une situation. If the situation was the problem and not him, then it could happen again and he wouldn’t be able to make it right this time. And as for the children...

- My lawyer called me, and we received a positive answer. As I finally got my life together somehow, I’ll be able to have them, be alone with them without Harry having to be there. He’s going to be busy anyways...

@ Invité

avatar
   
#
Mar 24 Aoû - 18:20
Le pouvoir de l'inconscient est fort, mine de rien. Car après avoir assimilé les informations données par Arash, après avoir répondu, après avoir calmé les battements excessivement rapides de son cœur, il se sent presque soulagé. Il ne devrait pas, pourtant. Parce qu'Arash continue ses explications, parce qu'il doit donner les siennes, et parce qu'en tentant de se protéger l'un et l'autre, ils se sont mentis - en tout cas, ils ont dissimulé une partie de la vérité. Une partie importante, historique, ancrée. Andrea mentirait s'il affirmait que ce que raconte Arash n'a pas la moindre importance - ces évènements, qui font partie de son histoire, Andrea peut les comprendre, les expliquer aussi, mais ils ne sont pas anodins. Tout comme il n'est pas anodin qu'il soit borderline sous traitement. Ces choses là sont toujours assez compliquées à annoncer, en fin de compte, car elles ne font pas partie de celles qu'on balance à un premier rendez-vous. Il faut ressentir de la confiance, pour les avouer ; et la confiance ne vient qu'avec le temps qui passe et embellit les relations.

- So you messed up, alright, il répond en hochant la tête, sans détacher son regard d'Arash. Il semble avoir envie d'assumer pleinement la responsabilité de l'ensemble des évènements, et Andrea ne peut pas vraiment lui enlever ça. Harry forgave you, though? And so did your partner, if she's fine with you getting the kids back, now?

Il penche un peu la tête pour trouver des réponses dans le regard tendre d'Arash.

- What I mean is that I'm coming in your life now, to meet the man you're now. How could I blame you for the things that happened in the past, if even the persons that are involved decided to forgive you? It might sound rich coming from me but I really trust Harry's judgment on that...

Il s'autorise un sourire sans savoir s'il y a le droit.

- I mean, of course, it's huge. It's not something small, it's a heavy past, something important that happened to you. You can't erase it, and I can't pretend that it doesn't exist, or that it's nothing. But Arash, the man I met, the man I date, the man I kiss in the morning, he's not that one that you're describing to me? If you think you lied to me during those weeks, if you're still that man, then well yes of course it'll change things. But I don't think you lied. You changed, and I'm no one to judge this past. All I know is that, selfishly, I don't want to lose your present self now.

Il soupire un peu, et glisse ses doigts sur la tasse de café qui lui a été apportée un peu plus tôt. Comme certaines autres fois dans sa vie, Andrea se trouve un peu pathétique ; il a l'impression de supplier. Il a déjà supplié par amour, il s'en souvient bien. La peur d'être quitté, ou pire encore, celle d'être abandonné, cette peur là est ancrée en lui pour toujours, et bien malgré lui, il s'imagine toujours qu'il est celui qui doit faire les efforts, qui doit se faire pardonner, se faire aimer - ou se faire oublier.

- That's a great news, though, for the kids. How old are they? What are their names?

@ Invité

avatar
   
#
Mer 25 Aoû - 13:43
Andrea est compréhensif, peut être un peu trop au goût d’Arash qui ne peut pas s’empêcher de se demander ce qui motive cette compréhension au delà du raisonnable. Il a l’impression désagréable que son compagnon cherche à justifier ses actions, ce qui contraste drastiquement avec les efforts déployés par Arash pour ne pas le faire pour lui-même. Cela le mène évidemment à craindre les révélations d’Andrea qui pourraient potentiellement s’avérer pires ou égales aux siennes. Y a t-il tant de choses qu’il ignore à son sujet ? Est-ce que la peur d’une rupture justifie ce manque de prudence vis à vis des révélations que le chanteur vient de lui faire ? Pour être tout à fait honnête, Arash a peur que cette confiance aveugle en la personne qu’il est devenu soit vite effacée par un besoin de protéger sa fille qui finira bien par survenir. Arash ne veut pas espérer pour qu’Andrea finisse par lui dire qu’il ne veut pas d’une personne comme lui dans la vie de Grace. La logique voudrait qu’il prenne au moins le temps de digérer l’information et sa réaction impulsive si elle l’a soulagée dans un premier temps, ne le rassure pas sur sa capacité à le faire. What he just told him, it’s not nothing and it can’t be treated like it is. It’s not right. Si Arash connaissait le passé d’Andrea, il comprendrait que la peur maladive d’être abandonné s’est emparé de son esprit, mais pour l’heure, la logique derrière le comportement d’Andrea lui échappe et l’inquiète. Arash wants him to be sure he really wants him in his life, not what he thinks Harry thinks he is now. Harry is his brother and they have a different relationship he cannot fully understand yet. Andrea doesn’t know Harry, only a tiny bit more than he knows Alice for sharing a few evening with him. He can’t use their judgment on the situation to make his own mind. The decision must be his, he has to find out by himself if he can trust him or not.

- She did not forgive me, she wants what’s best for our children. They miss me, and the judge thinks I can look after them now. That’s what we are at now. But Andrea... You can’t make your mind about this based on my close ones judgment, you don’t know them well enough or at all, our history... I think you’re going all wrong about this. You can’t just brush it off like it’s nothing, it’s a big deal and you have to think about it, for your daughter, for yourself...

Arash prend sa main dans la sienne et la caresse avec une tendresse triste. C’est encore plus difficile pour lui d’être également la personne qui lui dit de faire passer ses besoins et ceux de sa fille avant les siens, mais Arash a l’impression qu’il est important que quelqu’un le fasse pour lui.

- I don’t want to lose what we have either, but you have to take into account that I’m not just one man or the other, I am both of them trying to make it right. Even if you have feelings for me like I do for you, you need to take the time to think this through, because you have a little girl and I need you to be sure about this. I messed up yes, but I don’t want to get hurt by feeding false hopes based on rash decisions.

Arash ne veut pas lui donner l’impression qu’il cherche à le rejeter. En réalité c’est tout le contraire, Arash veut simplement être certain qu’Andrea ne laisse pas ses émotions obscurcir son jugement de la situation. Il souhaite pouvoir vivre cette idylle sans craindre qu’il réalise un jour qu’il n’est pas uniquement cet homme calme et prévenant avec qui il a passé quelques semaines merveilleuses, mais un homme plus complexes avec ses faiblesses et son passé pour le modeler. Pour ça, il a besoin qu’Andrea se laisse l’opportunité de prendre une décision éclairée.

- You know, I’m not going anywhere, I just want you to be sure this is what you want for you and your daughter.

Tout autant qu’Andrea, Arash a besoin de stabilité dans sa vie, et l’impulsivité, d’un côté comme de l’autre est un défaut qu’ils doivent être en mesure de contrôler s’ils ne veulent pas se noyer dans une sphère auto-destructrice.

- They’re called Charlie and Aria and they are respectively 7 and 5.

@ Invité

avatar
   
#
Mer 25 Aoû - 16:12
Le sourire d'Andrea s'efface. Tout à coup, c'est lui qui a envie de partir, de quitter ce café. C'était peut-être une mauvaise idée, de venir ici, d'avoir cette conversation en public ; il se sent oppressé par le monde autour de lui, dérangé par les bruits qui couvent, par le brouhaha ambiant, par ses propres pensées qui s'enflamment. Il a l'impression d'avoir raté un test, il a la sensation qu'il aurait dû s'emporter, réagir, partir avant, peut-être, donner de le change de la révélation. Sa réaction est anormale, trop lasse, sans doute. Il dévisage Arash et comprend à peine les mots qui passent désormais ses lèvres. Il pense à Grace, et il pense à Arash qui semble penser qu'il n'est pas un père suffisamment protecteur, qu'il est prêt à accepter n'importe quoi, qu'il ne réfléchit pas avant de prendre des décisions qui impliquent de lourdes conséquences pour sa propre fille. Andrea se mord l'intérieur de la joue pour ne pas céder à l'appel bien trop tentant des vagues de panique qui le submergent, incapable de réagir à ce qu'il interprète comme la traduction d'un rejet. Finalement, il n'aura pas eu besoin de parler, ni de s'ouvrir ; ses convictions personnelles, sa personnalité, auront suffi à avoir raison de la relation naissante. Tout à coup, il croit déceler dans le regard d'Arash de la déception, du scepticisme. Il aurait dû réagir autrement, mais malgré ses recherches, malgré ses investigations, il ne parvient pas à comprendre comment. Il se demande s'il est un si terrible père d'avoir choisi de croire en Arash, s'il devrait partir, pour préserver sa fille, s'il n'est pas en train de ne penser qu'à lui. Il se demande s'il a à ce point oublié ce que c'était de faire des choix rationnels, normaux, équilibrés. Il se pensait sur la bonne voie, pourtant, avec le divorce, le traitement, les sorties, les soirées karaoké, tout le reste. Il étouffe, et défait, sans y réfléchir, un bouton de sa chemise. Il retire sa main de celle d'Arash, et cherche un moyen de s'éclipser sans avoir l'air de fuir, de paniquer, sans avoir l'air d'être trop étrange, d'être fou. Il repense à Tristan, évidemment, comme à chaque fois qu'un incident de ce genre survient dans sa vie. Tristan, qui a tous les défauts du monde quand on cherche bien, évidemment, mais qui l'a aussi toujours accepté tel qu'il était. Et cet instant, cette conversation, les mots d'Arash, l'attention de Grace, tout ça le pousse à se demander si, finalement, Tristan n'est pas la seule personne qu'il a pu avoir dans sa vie. Il sera toujours confronté à la complexité, pour les autres. A la peur de l'abandon, de la déception. Tristan, au moins, savait à quoi s'attendre. Peut-être qu'ils se méritaient, et peut-être qu'Andrea ne méritera jamais quelqu'un d'autre. Même Arash, qui vient de confesser une période difficile de sa vie, ne semble pas vouloir de sa simplicité.

Il tente de raccrocher le wagon de la réalité, de se souvenir des conseils de son psychiatre, de réagir à l'environnement, plongé qu'il est dans les tréfonds de ses pensées. Il essaye de se rappeler à l'ordre, mais le tourbillon des réflexions murmurées dans son esprit l'en empêche. Il devrait au moins donner une explication, dire à Arash pourquoi il prend les choses comme ça, de quoi il a peur. Mais il est muré dans le silence, incapable de parler, incapable de s'ouvrir alors qu'il a l'impression d'avoir été démasqué. Incapable d'être plus vulnérable qu'il ne l'est déjà. Coupable d'avoir négligé les besoins de sa fille que même Arash semble pouvoir prendre en considération, alors qu'il ne la connait pas. Jamais il n'aurait pu prendre Grace en charge, visiblement, tout le monde le pense. Sa mère, Tristan, Arash. Ce n'est qu'une question de temps avant qu'elle même ne se rende compte, d'ailleurs. Les secondes défilent, renforcent le malaise ambiant, le désespoir d'Andrea, le regard interrogatif d'Arash.

- I...

Le son sort, étranglé. S'il part, il ne reverra sans doute jamais le comédien. Il n'aura jamais le courage de le rappeler pour s'excuser, de l'affronter de nouveau après cette scène étrange. A cette idée, son coeur proteste, douloureux. Mais en même temps, Arash ne voudra très certainement plus le voir après aujourd'hui de toute façon - il voit difficilement comment, alors qu'il est à l'aube de récupérer ses enfants, il pourrait avoir envie d'intégrer à sa vie un homme aussi instable que celui qu'Andrea vient de révéler.

- I'm sorry. I think I should go.

Il se lève et sort son portefeuille pour payer son café à peine bu. Il ne devrait sans doute pas partir comme ça, dans le silence le plus total sur le reste. Il soupire, et relève les yeux, trop ému pour la circonstance, trop tremblant pour essayer de prétendre à une quelconque normalité, maintenant. Il repense aux soirées, à la rencontre, à la chorale, au chant, aux karaokés. Il n'osera sans doute plus jamais s'y rendre après ce fiasco. Il se sent idiot, de s'être si facilement laissé entraîner dans ces pensées optimistes, d'avoir imaginé un avenir, d'avoir fait des plans alors qu'il se l'interdisait. Tous ces efforts en vain.

- Charlie and Aria, such pretty names, really. It's great that you get to see them again.

Il abandonne sur la table un billet et soupire en attrapant sa veste, qu'il glisse sur ses épaules. Il avise Arash pour tenter, maladroitement, de rattraper le fiasco qui est en train de se dérouler sous ses yeux impuissants.

- I'm sorry. It's just that I'm... I'm bad with all this. Handling things properly. I'm not... I don't know. Forgive me.

Il secoue la tête, visiblement incapable de fournir une explication plus claire que ça. Il aura essayé, pourtant. Il offre un sourire maladroit, désolé, à Arash, et tourne les talons pour s'échapper. Une fois qu'il a gagné la rue, il regrette immédiatement, et marche jusqu'à un banc pour s'asseoir, glisser sa tête entre ses mains. A cet instant précis, alors qu'il porte sur ses épaules l'écrasante sensation d'un échec cuisant, et dans son coeur l'impression d'une rupture sans retour possible, il voudrait voir Tristan. Que son ex mari le réveille, lui hurle dessus, le provoque, peu importe. Qu'il lui tire une réaction de protestation, un minimum de combativité. N'importe quel signe de vie, d'action, n'importe quoi d'autre que ce silence, ces bégaiements. Que quelqu'un prenne les décisions pour lui, qui est tout bonnement incapable de le faire correctement. Il voudrait disparaître, revenir en arrière. Il voudrait comprendre, avoir les clés de sa propre incapacité à se conduire comme on attend de lui qu'il se conduise.

@ Contenu sponsorisé

   
#

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet

permissions de ce forum

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum