La nouvelle version a été installée cute ! Pour découvrir les nouveautés c'est par ici & pour commenter c'est ici
S'intégrer sur un gros forum, le mode d'emploi excited A découvrir par iciii avec toutes les initiatives mises en place !
-14%
Le deal à ne pas rater :
Brandt BXP5560X – Four électrique encastrable 73 L, Classe A+
299.99 € 349.99 €
Voir le deal

dinnley — it's all fun and games til somebody loses their mind

@ Invité

avatar
   
#
Dim 2 Oct - 16:14
Flashing lights, and we took a wrong turn and we fell down a rabbit hole. You held on tight to me 'cause nothing's as it seems and spinning out of control. Didn't they tell us, don't rush into things? Didn't you flash your green eyes at me? Haven't you heard what becomes of curious minds? Ooh, didn't it all seem new, and exciting? I felt your arms twisting around me, I should have slept with one eye open at night. We found Wonderland, you and I got lost in it and we pretended it could last forever. (creds: gifs/dailykanthony (@Tumblr), lyrics/TSwift)

En vingt-sept ans d'existence joyeusement désorganisée, Devalekha s'était fait une raison. Les bonnes habitudes, les routines saines prônées par des tonnes de bouquins sur le développement personnel et autres gourous de la positivité et de l'organisation n'avaient pas sa place dans son quotidien. D'abord parce qu'elle n'avait pas l'espace mental pour en construire, ni les capacités pour les développer. Ce n'était pourtant pas faute d'avoir essayé. Elle avait tenté les bullet journals, les apps équivalentes, les Post-its disséminés à travers son appartement avant qu'Amelia n'arrive dans sa vie. Mais même son assistante ne pouvait pas être à ses côtés vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jours sur sept. Parce que ça ne semblait ni très légal, ni très équilibré et Dev n'était pas un monstre. Amy avait sa propre vie et à son âge, Devalekha était capable de survivre toute seule, comme une grande. Et qui avait besoin de régularité après tout ? Certainement pas Dev. Mais évidemment, ça, c'était avant que Finn n'entre dans sa vie, avec sa tête de gendre idéal et ses bonnes intentions tout à fait suspectes. Non content de lui assurer un apport de dopamine hebdomadaire via des orgasmes tout à fait acceptables — excellent and eart-shattering came to mind but there was just no way she'd ever give him such compliments — il fournissait dîners et conversations à intervalles réguliers. Avant que Devalekha n'ait eu le temps de s'en rendre compte, il avait réussi le tour de force de s'immiscer dans son emploi du temps surchargé, s'octroyant ses jeudis soirs sans qu'elle sourcille. If once was mistake, twice a coincidence and three a pattern, what was two months of hooking up on the very same day, under very similar circumstances? A damn habit.

C'était un rien perturbée par cette réalisation et, surtout, poussée par un esprit de contradiction finement développé qu'elle avait quitté son bureau pour prendre la direction du Lower East Side. Un vendredi, avant même que ne se profile à l'horizon l'heure du dîner. Une grande première pour quelqu'un qui passait le plus clair de son temps au travail. Un fait qui entrait directement en contradiction avec la nonchalance que Dev arborait généralement lorsqu'il était question de ce qu'elle faisait avec Finn mais elle avait soigneusement évité d'y penser sur le chemin, préférant se concentrer sur son chauffeur Uber, affable et bavard. Ou, en tout cas, essayer. Arrivée à destination, elle n'avait absolument pas la moindre idée de ce dont ils avaient pu discuter. Something about the Yankees and the World Series championship maybe? Something sports related. Clairement pas un domaine que Dev maîtrisait. Un thème récurrent ces derniers temps, l'absence de maîtrise, mais elle était prête à reprendre la main. Au mieux, sur ce qui lui trottait dans l'esprit chaque fois qu'un certain médecin lui passait par la tête — ou ailleurs — ou, au moins, sur son emploi du temps. Who the fuck let a man pick the day for their dick appointments anyway?

C'était précisément ce qu'elle comptait lui demander lorsqu'elle l'aperçut, en bas de son immeuble. Et comme souvent lorsqu'il était question de Fucking Finnley — really, what was his parents thinking with that one? ridiculous — Dev oublia un instant de penser. Plus de brouhaha constant entre ses oreilles, plus d'enchevêtrements de projets et d'idées qui menaient toujours à d'autres projets et idées telle une chasse au trésor sans fin sur Wikipédia. Pas parce qu'il était là, de l'autre côté de la rue, si proche qu'elle pouvait deviner la courbe de son sourire, non. Parce qu'il n'était pas seul. Et au lieu de la jolie blonde qui hantait les réflexions pleines d'insécurité de Devalekha — pretty blondes, always pretty blondes dangling from his arm because pretty blondes were everything she was not — c'était un petit garçon que Finneas tenait par la main. Un enfant. Un enfant qu'il emmenait manifestement chez lui, avec toute l'assurance qui accompagnait généralement une habitude. Un neveu, un filleul, le fils d'un ami peut-être ? Ça ne la regardait pas. Pas vraiment. Ils n'étaient pas ensemble, pas un couple, juste deux personnes avec des affinités et une tendance à froisser les draps de temps en temps. La logique aurait voulu qu'elle range ça dans un coin de sa tête et passe à autre chose. Mais ne pas savoir, ne pas comprendre dérangeait Dev. Et il y avait une foule de choses à propos de Finn qu'elle ignorait. Il avait une vie, en dehors de leurs jeudis soirs. Des habitudes avec d'autres gens, comme cet enfant. Rationnellement, elle avait conscience que ce n'était pas une révélation, elle n'avait pas attendu de poser les yeux sur ce garçon pour en avoir une vague idée. Non, elle avait simplement évité d'y penser, parce que se pencher là-dessus revenait à admettre qu'elle voulait plus. Et c'était terrifiant.

Calée contre l'arrêt de bus en face de l'immeuble de Finn, elle commanda un second Uber avant d'annuler la course. Une, deux, trois fois avant d'abandonner l'idée complètement. La notification d'un mail attira alors son attention, facilitant un glissement salvateur vers un terrain familier. Travailler, même à distance, même plantée sur un banc à la propreté douteuse, c'était ignorer momentanément ce qui se dressait juste sous son nez, tant littéralement qu'au sens figuré. Elle était incapable de partir mais elle pouvait éviter d'y penser. Même un instant. Or however long it took to empty her inbox. La nuit était finalement tombée lorsqu'elle sortit de sa torpeur, désœuvrée. Sans réfléchir, Dev leva le nez, les yeux tombant sur le building de l'autre côté de la route. Si elle avait su partir, elle l'aurait fait plus tôt. Non, Devalekha avait besoin de réponses. Besoin de savoir, besoin de comprendre si ce petit garçon était simplement une autre habitude de Finn ou celle autour de laquelle le reste s'organisait. Sans doute se faisait-elle des films. Il ne pouvait pas avoir un enfant. Surely, if he did have a kid, he would have mentioned it before. Right?

Elle avait presque réussi à s'en convaincre lorsqu'elle frappa finalement à la porte de son appartement, la gorge sèche et la mine soucieuse. Presque étant le terme important. Parce que, vraiment, qui ramenait un gamin chez soi en fin de journée sinon un parent ? Se mordant la joue, elle ajusta sa veste et se redressa, prête à affronter Fernando avec la même détermination que son conseil d'administration. Mais lorsque la porte s'ouvrit finalement, Devalekha sentit ses épaules s'affaisser et toute sa bonne volonté se faire la malle. You have a kid, lâcha-t-elle sans l'inflexion nécessaire à une question. Parce qu'elle savait déjà, dans le fond, mais elle avait besoin de la confirmation. Besoin de savoir. I mean, do... do you have a kid? You know, some pocket-sized human, maybe, I don't know, three or four years old, goes around calling you "Dad", you got one of those?

@ Invité

avatar
   
#
Dim 2 Oct - 21:02

Finnley avait réussi à quitter le boulot suffisamment tôt pour pouvoir se permettre d’aller chercher James à la crèche. Il n’avait eu que quelques rendez-vous, les autres étant honorés par ses confrères, alors il en avait profité pour aller faire quelques courses et pouvoir récupérer son fils, qui semblait bien heureux de voir son père à la sortie, plutôt que sa tante ou même sa grand-mère. C’est accueilli par des bras grands ouverts que Finnley avait prit la route avant de finalement le déposer sur le sol pour faire le chemin main dans la main avec le petit. Force est de constater qu’il n’avait aucune volonté en ce qui concernait le refus de sucrerie, ils s’arrêtèrent pour acheter une gaufre sur laquelle James avait décrété mettre de la chantilly et de la guimauve. Ce que Finn n’avait pas pu refuser et ils s’étaient même arrêtés dans une boutique pour que l’héritier Abernathy puisse choisir le livre qu’ils liraient ce soir lors de l’histoire du soir. Un oeil sur son téléphone, il se rendit compte qu’à force de trainer, il avait prit du retard sur son programme et ils devaient rentrer à la maison. Demain il était de garde et il devait donc déposer son fils assez tôt chez sa soeur, ce qui impliquait qu’il fallait le lever et quand il n’avait pas son quota de sommeil nécessaire, cet enfant était insupportable. He needs his beauty sleep. Une fois à l’appartement, James partit vaquer à ses occupations et Finneas se décida sur le repas du soir, bien conscient que James refuserait sûrement de manger des légumes et qu’il serait forcé d’user et d’abuser de subterfuges et autant le dire, il n’en avait pas envie. Mais bref, la vie de parent n’était pas non plus un long fleuve tranquille, il en avait conscience, et il en avait eu conscience dès le moment où Ashleigh lui avait annoncé sa grossesse. Ils n’avaient pas prévu d’avoir un enfant, pas dans l’immédiat en tout cas et quand bien même il avait été heureux, il avait marché sur des oeufs lors des premiers mois de la grossesse, Ashleigh ayant été pour le moins insupportable, mettant ça sur le coup des hormones, mais il s’était rendu à l’évidence qu’elle était juste pénible et qu’il avait été aveuglé par ce que l’on pouvait appeler l’amour. Il ne la détestait pas, loin de là. Il avait grandi avec elle, avait appris qu’on ne pouvait pas garder une personne en espérant qu’elle reste nôtre pour toujours, à moins de faire preuve d’un égoïsme latent qui ne ferait de bien ni à l’un, ni à l’autre. Et il n’avait pas voulu être égoïste, de toutes façons, la seule chose qu’il aurait voulu garder de leur union, c’était leur fils, son fils, et elle n’avait pas émit le souhait de partir avec, alors toutes les cartes étaient en sa possession et voilà que maintenant, tout était revenu dans l’ordre. Ou presque.

James en pyjama et devant un épisode de Tracteur Tom, Finnley finissait de mettre la table, son esprit papillonnant aux jeudis soirs. Il n’était pas rare que Dev s’immisce dans son esprit, sans qu’il ne le veuille, sans qu’il ne le provoque. Il y avait des messages incendiaires qu’elle lui envoyait parfois, il y avait les images qui lui revenaient en mémoire, de leurs nuits passés à se chercher avant de se trouver ou même de leurs soirées passées habillés à refaire le monde et à discuter de tout et de rien. Finnley n’avait jamais pensé qu’il la reverrait, parce qu’il avait bien compris qu’elle ne souhaitait aucune forme d’attachements et ça n’était pas plus mal quand on voyait le passif amoureux qu’il avait Le Brun, toujours avec la même personne depuis des années, incapable de draguer, rouiller dans les relations éphémères. Mais elle avait retourné son monde, et il ne s’en plaignait pas le moins du monde. Quand on toqua à la porte, Fernando regarda la télé, puis la tête blonde qui se tenait dans le canapé Last ep buddy, and then it’s dinner time.  Il posa une main sur la poignée avant d’ouvrir la porte et il fronça les sourcils le temps d’une demie-seconde, étonné de la voir ici. Et la question qui flirta dans l’air, lui tira un nouvel air circonspect Are you okay ? Demanda t-il, étonné de la question qu’elle lui posait. Il n’avait jamais été question de son fils, ils n’en avaient jamais parlé et Finnley n’avait pas trouvé bon de le faire puisque le sujet n’avait même pas été sous-entendu. Would you please come in ? S’enquit-il en se décalant de la porte, Tracteur Tom qui chantait dans le salon, le sac de James dans l’entrée et son manteau accroché à la patère trahissait la présence d’un enfant dans l’appartement, il n’y avait même plus d’issues de secours, non pas qu’il en désirait une, mais un couard aurait encore cherché des excuses Yes I have a kid, a son. I’m not gonna lie to you because you can see his jacket and his childcare’s bag. But why are you suddenly wondering if I have a kid ? Pocket-size human is a nice way to picture him by the way.

@ Invité

avatar
   
#
Dim 2 Oct - 21:38
Flashing lights, and we took a wrong turn and we fell down a rabbit hole. You held on tight to me 'cause nothing's as it seems and spinning out of control. Didn't they tell us, don't rush into things? Didn't you flash your green eyes at me? Haven't you heard what becomes of curious minds? Ooh, didn't it all seem new, and exciting? I felt your arms twisting around me, I should have slept with one eye open at night. We found Wonderland, you and I got lost in it and we pretended it could last forever. (creds: gifs/dailykanthony (@Tumblr), lyrics/TSwift)

Le stress n'était pas, en soi, un concept étranger pour Dev. C'était presque un compagnon quotidien à ce point, usant ses nerfs et fragilisant l'équilibre tout relatif de sa santé mentale. Mais elle pouvait compter sur les doigts d'une main les occasions qui l'avaient menée à des angoisses profondes, poussant son cœur à battre à un rythme effréné, vidant ses poumons avec une rapidité déconcertante. Et pour des raisons qu'elle préférait ignorer — parce que le déni, bien que certainement immature et parfois ridicule, restait salvateur — elle pouvait ajouter cette soirée infernale à la liste. Elle savait généralement quoi dire, quoi faire, peu importait la situation. En cas de doute, il suffisait de brancher l'autopilote et sa tendance à bavarder sans but précis prenait le relais. Seulement une fois la question fatidique posée, plus rien ne vint. Pas de répartie mordante, pas de blague douteuse, pas une once de sarcasme pour amortir la chute de sa curiosité. Elle savait. Elle savait, déjà, la réponse à sa question et tout ce que ça impliquait se bousculait déjà dans sa tête.

(He'd lied. He'd lied to her. Maybe not to her face, maybe it was just an omission of truth, but it was still a lie. Or maybe she just wasn't worth the truth. Why would he give it to her? She was nothing but a regular hookup, a convenient habit. But still, he'd lied. Lied, lied, lied.)

Le semblant d'inquiétude que lui offrit Finn la ramena sur terre. Non, elle n'allait pas bien, non. Et elle ne savait pas — sauf que, si, si, elle savait très bien pourquoi. Pourquoi, exactement, apprendre une telle nouvelle la mettait dans tous ses états. Et peut-être qu'elle en faisait trop, peut-être qu'elle n'avait pas le droit de réagir ainsi après tout ce qu'elle avait pu dire et faire pour conserver une certaine distance entre eux mais Devalekha n'avait jamais été particulièrement douée pour maîtriser ses émotions, loin de là. Elle aurait dû se méfier. Aurait dû mettre un terme à cette histoire ridicule. Au lieu de ça, elle l'avait laissé entrer dans sa vie sans comprendre qu'il la gardait, lui, sur le perron de la sienne. Exactement comme elle l'avait exigé. Quelle idiote. Ironiquement, lorsqu'il l'invita à passer à l'intérieur de l'appartement, Dev recula vivement, la colère pointant finalement le bout de son nez. Why the f— L'écho d'un dessin animé l'arrêta, ses yeux s'élargissant sous la réalisation. The kid, right. Elle l'avait vu entrer, évidemment qu'il était toujours là. Il était chez lui après tout. Et elle ne pouvait décemment pas faire un scandale, pas quand des oreilles innocentes se trouvaient à proximité. Son attention se déporta sur les traces de sa présence, désignées tour à tour par son père. Son père. Fucking Finnley had a fucking kid. Why am I— Elle s'arrêta de nouveau, se mordant la joue. Inside voice, right. Because, the kid. Jetant un bref regard aux alentours pour s'assurer que l'enfant en question n'était pas dans les parages, elle s'avança, un index accusateur s'élevant vers le visage de Finn. Don't even try to get cute with me, you lying piece of shit, chuchota-t-elle, moins véhémente qu'elle ne l'aurait voulu, you have a child. A whole ass human that belongs to you and it didn't occur to you to mention it in the past two months? I mean, what the hell Finn? Elle leva les mains en l'air, se retenant à grand peine de ne pas le secouer. Clairement, il ne se doutait pas une seule seconde du simple choc que le voir avec un enfant avait pu générer. I have no fu-freaking idea, ok? What if I showed up half naked one night and he answered the door? Huh? Or if I stayed over by mistake and he saw me? Because up until I saw you two coming in together earlier, I had no idea he even existed and that's definitely the kind of things that could've happened. I mean, most of the time, when I'm here, I'm fucking naked and he doesn't look even remotely old enough to be allowed to even think about naked people. Jesus fuck, you could've traumatized us both, do you even realize that?

@ Invité

avatar
   
#
Jeu 13 Oct - 21:41

Jamais Finnley n’aurait pensé que cacher son fils à Devalekha créerait une troisième guerre mondiale —at least-. Mais ils n’avaient jamais parlé des autours, des à côtés, de ce qui les caractérisait en dehors de leur jeudi soir. Et pourtant, James était une partie intégrante de sa vie, peut-être qu’au fond, s’il n’avait pas parlé du petit blond qui était dans son canapé, c’était pour mettre son rôle de père à côté, pour qu’il ne le définisse pas. Pour qu’il ne soit pas caractérisé comme père de, mais une personne à part entière. Un humain dans son entièreté. Il sentait déjà les regards un peu appuyé du personnel de la crèche quand il venait chercher son fils, des regards compatissants, des regards qui voulaient tout dire. Ceux qui le plaignaient, ceux qui le jugeaient pour l’heure à laquelle il était venu chercher son fils. Pauvre gosse qui reste toute une journée à la crèche, pauvre gosse qui n’a que son père qui a l’air désabusé une fois sur deux. Mais il ne voulait pas quelle se sente mal à cause de lui, il avait déjà assez causé de torts, alors il ne voulait pas en causer plus encore. C’était sûrement pour cela qu’il tentait de tâter le terrain pour savoir comment elle se sentait, peut—être qu’il aurait dû lui dire. Le diablotin sur l’épaule ricanait du malaise qui commençait à monter en lui. Il la regarda qui s’abstenait de jurer et il ne put s’empêcher de ricaner à son tour, discrètement, pour qu’elle ne le frappe pas. Il aimerait qu’elle rentre à l’intérieur pour éviter de lui faire une scène et en faire profiter ses voisins, mais elle ne semblait pas encline à le faire, alors il attendait patiemment  que la cocotte minute ne se mette en marche et qu’elle lui hurle dessus, il l’aurait bien mérité. Il sentait qu’elle était en colère et sa colère était amplement justifiée, cependant, il était incapable de répondre. Incapable de trouver quoi dire. You always said that you didm’t want more than talks and sex. Ok ? So, I probably made a mistake, it’s a sure thing. But- You- Il leva les yeux au ciel en soufflant, un grognement d’agacement qui sortait de son nez et il serra la mâchoire pour ne pas dire quelque chose qui dépasserait sa pensée. Et il l’écoutait, encore. Il s’humidifia les lèvres, posant ses deux mains sur le sommet de sa tête et il la regarda I get it yes. I shouldn’t have done that.  But I’m not— I don’t know how to act around you ok, you get me so mixed up. Il entendit des pas derrière lui et même si ce n’était pas franchement le moment, il n’avait pas à coeur d’envoyer bouler son fils. Daddy who is the lady ? Demanda James en s’approchant des deux adultes un peu cassé qui n’avaient pas prévus d’être dérangés She is pretty. Et il s’installa dans les jambes de son père pour regarder Dev What’s your name ?I’m James, do you want to stay for dinner ? Finn regarda son fils avec des gros yeux ronds, puis Dev I know that you didn’t think that I have a pocket-size human, but can you stay ? I’ll tell you everything you wanna hear. Please.

@ Invité

avatar
   
#
Sam 15 Oct - 22:44
Flashing lights, and we took a wrong turn and we fell down a rabbit hole. You held on tight to me 'cause nothing's as it seems and spinning out of control. Didn't they tell us, don't rush into things? Didn't you flash your green eyes at me? Haven't you heard what becomes of curious minds? Ooh, didn't it all seem new, and exciting? I felt your arms twisting around me, I should have slept with one eye open at night. We found Wonderland, you and I got lost in it and we pretended it could last forever. (creds: gifs/dailykanthony (@Tumblr), lyrics/TSwift)

Malgré le chaos qui régnait dans sa tête — louder and messier than her usual and that was saying something, rhyming with Fucking Finn — Devalekha était certaine de deux choses. D'abord, qu'elle n'avait, fondamentalement, rien contre les enfants, bien au contraire. Elle n'avait jamais été très douée pour le babysitting, manquant d'autorité lorsqu'il s'agissait de gamins qui savaient la charmer en deux trois mots et un sourire édenté, mais elle s'était toujours très bien entendu avec ses jeunes cousins et aimait tendrement sa nièce. Ensuite — et surtout — que se laisser bercer par la routine avec Fernando lui avait plu, suffisamment pour qu'elle perde le sens de ses priorités. Suffisamment pour qu'elle s'investisse émotionnellement sans s'attendre à en payer le prix. Seulement la somme de ces deux faits très simples, si simples qu'elle n'était pas capable de les nier, pas en son for intérieur, était un chèque qu'elle se savait incapable de signer. Elle ne pouvait pas, ne devait pas, ne voulait pas — mais c'était un peu tard, pour prendre ses distances, maintenant qu'elle était face à la vérité toute crue, si vaste de ramifications qu'elle en était étourdissante. Et Dev avait pourtant l'habitude de se perdre. Le détour mental et/ou verbal était l'une de ses spécialités mais ça — c'était trop. Et elle ne pouvait décemment pas organiser ses bribes de pensées tout en donnant au semblant d'excuses servi réchauffé par Finneas avec un accompagnement cheesy qui l'aurait certainement fait sourire en d'autres circonstances. Elle ne pouvait pas, si ? Ah, si, probablement que si. There was no stopping her brain, she'd learned that the hard way.
1. He had a kid. An actual living, breathing, walking child. A whole fucking human;
2. She was clearly upset he'd never mention it;
3. 'Upset' didn't even begin to cover it;
4. Boundaries were a fucking joke;
5. She was so fucked.
Et ce n'était que le début. Elle était presque certaine qu'elle finirait, tôt ou tard, par réussir à mettre des mots ou, au moins, de vagues concepts sur l'intense méli-mélo émotionnel qui paralysait son cerveau. Après un ou deux litres de café, peut-être, quelques heures de scroll sans but sur TikTok depuis le fond de son lit ou un coup de fil à Rani. Ou tout ça à la fois. Elle ne savait pas ce qu'elle allait pouvoir dire à sa sœur, pas plus qu'elle ne savait où elle allait en ouvrant la bouche pour répondre à Finn. Par bonheur, le destin lui accorda un répit, des bruits de pas lui sauvant la mise de justesse.

Daddy. Dev écarquilla les yeux avant de baisser le nez pour découvrir une vision plus nette, plus proche de l'enfant qu'elle avait aperçu plus tôt. Le déclencheur de sa soudaine crise existentielle, tout en innocence et en affection pour son père, inconscient du manque d'honnêteté de celui-ci. James, se présenta-t-il, clairement peu intimidé par la présence d'une inconnue. Peut-être parce qu'elle n'était qu'un visage parmi tant, une habitude mêlée à d'autres, la fille du jeudi. Elle se mordit la lèvre inférieure, refusant de laisser cet élan de jalousie teinté d'un clair manque de confiance se lire sur son visage. Les enfants, si naïfs qu'ils pouvaient être, étaient plus perspicaces qu'on ne voulait bien le croire. Et ce gamin-là n'avait pas à payer pour le comportement de son père. That's a good name, chellam, lots of cool characters are named James, commenta-t-elle en se baissant pour se retrouver à son niveau, ignorant d'abord l'invitation paternelle — comme si c'était le bon moment pour partager son affection pour Captain Kirk avec un môme qui n'avait sans doute jamais entendu parler de Star Trek. I'm Dev. Thank you for the invitation, that's really sweet but Ican't stay because I'm two seconds from mentally checking out from reality n'était pas exactement une explication destinée à des jeunes oreilles ou même celle de Finn — need to go home to feed my cats. See, you got your, um, your dad to take care of you and keep your company, and without me, they don't have anyone, they'd be... alone. Pathétique. Et un peu trop métaphorique. Elle était clairement ses chats, dans ce scénario, et elle n'aimait pas une seule seconde ce qu'elle entendait, ni l'image que cela peignait dans sa tête. Pourtant, jusque-là, sa vie ne lui déplaisait pas. Mieux, elle trouvait dans la solitude qui l'attendait dans son appartement un réconfort, une sécurité dont elle avait désespérément besoin. Et elle n'était pas seule, loin de là. Ses parents étaient loin, certes, son frère et sa sœur aussi, mais elle avait Amy, elle avait Clara. Et jusqu'à récemment — et dans une moindre mesure — Finn. Il n'y avait aucune raison pour que l'idée de dîner avec ce dernier et son fils ne déclenche chez elle une envie douloureuse. Et c'était exactement pour ça qu'elle devait refuser. Five minutes. That should be enough, glissa-t-elle à l'intention de Fernando en se redressant finalement, déterminée à ne pas flancher. Plus tard, oui, quand il ne serait plus à portée de mains et qu'elle pourrait laisser tomber les masques sans risquer quoi que ce soit.

@ Invité

avatar
   
#
Jeu 3 Nov - 17:22

Son attitude était clairement inexcusable et Finnley n’aurait pas du agir de la sorte avec Dev, il le savait et pourtant. Il lui avait caché l’existence de son fils, il avait menti, parce que… parce que quoi ? Il avait peur de la perdre ? Il ne s’étaient jamais rien promis. Ils ne s’étaient pas promis fidélité ni toutes ses conneries qu’il avait pu promettre à Ashleigh avant qu’elle ne se décide à briser leur mariage en couchant avec son meilleur ami. Ils ne s’étaient rien promis et pourtant, une part de lui même n’avait pas envie de cesser leurs rencontres hebdomadaires, il appréciait nettement plus sa journée quand il savait que c’était le jeudi. Pas parce que le week-end approchait mais parce qu’il allait pouvoir la voir. La toucher. Sentir de nouveau son odeur qui le rendait fou. Mais il ne lui avouerait jamais. Et puis maintenant qu’il avait tout foutu en l’air est-ce que c’était le bon moment ? Est-ce que c’était la chose à faire que de lui avouer toutes ces choses qui lui passaient par la tête ? Certainement pas. Ce serait faire preuve d’une lâcheté encore plus puissante que celle dont il faisait preuve actuellement. Il voudrait revenir en arrière, lui parlait de son fils, de la personne la plus importante à ses yeux. Il voudrait lui faire des confidences, lui dire les choses simplement. Sans avoir peur de briser les limites. Mais James qui arriva sans avoir fit des conséquences que cela pourrait avoir, le coupa dans son élan. La scène qui se déroula sous ses yeux le dérouta quelque peu, il ne dirait pas que James était un gamin sauvage, mais il n’aimait pas spécialement le changement, et il n’aimait pas avoir à faire à des inconnu.e.s sans avoir été prévenus en avance. Mais Finnsbury croyait en la capacité de son fils plus qu’en n’importe qui d’autre et il ne s’affolait pas de la suite de l’entrevue. Ou peut-être un peu, mais il gardait ses appréhensions pour lui, il avait été prouvé plus d’une fois que James ressentait ce que son père pouvait lui même ressentir et il ne voulait pas avoir à faire à une crise d’angoisse de la part du gosse. I don’t know which characters are named James, can you tell me one ? I love Spiderman and Spiderman is Peter Parker. expliqua le gosse sans se débiner devant Dev, ses petits poings sur ses hanches, fier comme un coq d’avoir retenu la vraie identité de l’homme araignée. Finn vit bien que son fils était concentré sur les paroles de Devalekha et James se rapprocha un peu d’elle, sans non plus la toucher, Finn se tendit un peu, pas capable de savoir ce que Dev pouvait penser et si elle acceptait cette proximité But, it would be for less than one hour. Dinner is ready, Daddy said it to me. Finn souffla et regarda James Dev has things to do Munchkin, I’d love to have her for dinner but we can’t force people ok Buddy ? James ne sembla pas convaincu et il retourna dans le canapé pour reprendre son épisode et il la regarda. Five minutes, ça ne serait sûrement jamais assez pour lui raconter tout ce qu’il avait envie de lui dire, pour répondre à toutes ces questions. Five minutes. Il lui fit signe d’entrer et se dirigea instantanément au bar, se tourna vers elle avant de lui demander do you wanna drink something ? Même s’il voulait parler, même s’il voulait lui dire tout ce qu’elle avait envie d’entendre, il pouvait bien perdre deux minutes à lui servir à boire. Il servit un verre de jus d’orange à James qu’il lui apporta sur le canapé avant de se rapprocher de Dev pour lui ramener la boisson qu’elle avait demandé What do you wanna know ? If you wanna know why I’ve been a fudging liar, the answer is quite simple. Because what we have is freaking me out. Commença t-il en regardant le contenu de son verre de whisky avant de relever la tête vers elle And I know you said no boundaries and stuff. I know that. I idiotically thought that if I told you about my son, it would mess everything up and I don’t- I don’t want to loose what we have, I don’t want to loose you. You gave to my life a routine and a normalcy and I dont want to loose that. Il soupira en levant les yeux au ciel, avant de s’humidifier les lèvres, but I’m ready to answer to everything. If you want.

@ Invité

avatar
   
#
Ven 4 Nov - 18:54
Flashing lights, and we took a wrong turn and we fell down a rabbit hole. You held on tight to me 'cause nothing's as it seems and spinning out of control. Didn't they tell us, don't rush into things? Didn't you flash your green eyes at me? Haven't you heard what becomes of curious minds? Ooh, didn't it all seem new, and exciting? I felt your arms twisting around me, I should have slept with one eye open at night. We found Wonderland, you and I got lost in it and we pretended it could last forever. (creds: gifs/dailykanthony (@Tumblr), lyrics/TSwift)

C'était perturbant de se retrouver nez à nez avec ce môme, d'avoir son existence si évidente sous les yeux qu'elle n'arrivait pas à détourner le regard. Pourtant, Devalekha était particulièrement douée pour le déni — the irony of self-awareness on that particular subject wasn't lost on her either — mais si obstinée qu'elle était, elle ne pouvait pas ignorer le fils de Finn, surtout pas après lui avoir adressé la parole, l'un des nombreux surnoms qu'elle avait entendu dans la bouche de sa propre mère glissant de ses lèvres avec un peu trop de naturel. It was probably supposed to be weird, to feel weird and it did, in a sense, because it didn't feel like it. Un mystère mental qu'elle prendrait peut-être le temps de démêler, plus tard, quand elle aurait tout loisir de vriller sans risquer d'être vue ni entendue par qui que ce soit, surtout pas un gamin de quoi, trois, peut-être quatre ans ? Fuck, she didn't even know how old the kid was and here she was, ready to info-dump on him. Il avait demandé, après tout, et elle avait suffisamment d'expérience avec les enfants pour savoir que c'était une question sincère qui attendait une réponse toute aussi honnête. Et Devalekha avait beau être proche du mental breakdown, elle n'était pas assez égoïste ni cruelle pour ignorer James. Elle esquissa un bref sourire, les mains nouées pour résister à l'envie sans doute inappropriée d'écarter ses cheveux de ses yeux. I know Peter Parker, he's cool too, very cool. He knows some cool James too, James Rhodes, James Barnes, you know, War Marchine and the Winter Soldier? One's Iron Man's buddy and the other one's Captain America's. See, it means it's a superhero name. Elle doutait sincèrement que ce soit la raison pour laquelle ses parents l'avaient appelé ainsi mais ça n'avait certainement pas beaucoup d'importance pour un enfant de son âge. Elle se redressa finalement, ignorant le léger pincement que l'insistance enfantine de James quant au dîner infligea à son cœur. Kids were nice, kids were easy. Kids didn't lie or hide or try to keep people at arm's lenght. Leur compagnie était bien plus agréable que celle de la plupart des adultes et les quelques minutes qu'elle venait de passer avec cet enfant-là avaient convaincu Dev qu'il en était la preuve. Seulement elle ne pouvait pas se permettre de simplement vouloir passer du temps avec lui. Elle n'était pas douée pour résister à ses envies et c'était une voie sans issue. It wasn't like that with Finn, it wasn't serious.

Elle regarda le gamin s'éloigner, les dents plantées dans sa lèvre inférieure, avant de reporter son attention sur le père. Difficile de ne pas voir les ressemblances. Difficile, aussi, d'ignorer la touche maternelle qui floutait quelque peu le copier/coller presque parfait. Parce que James n'était pas seulement le fils de Finn, non. Il y avait quelqu'un d'autre, une mère. Certainement l'ex dont Dev avait entendu parler. Un lien indéniable, indestructible. Même si ils n'étaient plus ensemble, la preuve de ce qu'ils avaient partagé respirait dans un appartement new-yorkais dans ses plus beaux pyjamas. Et, rationnellement, Devalekha n'avait aucune raison d'être envieuse. Elle ne voulait pas d'enfant, pas maintenant, peut-être même jamais, et ce n'était pas sérieux. Ça n'avait rien de logique, d'être si possessive d'un homme qu'elle disait vouloir tenir à bonne distance. Et la seule explication — à savoir qu'elle voulait plus, de lui, de son temps, des moments qu'ils partageaient — était tout bonnement terrifiante. Just water please, bredouilla-t-elle lorsqu'il lui offrit un verre. Elle ne se sentait pas capable d'ingérer quoi que ce soit d'autre, pas tant qu'elle était en train de digérer une prise de conscience contre laquelle elle avait tant lutté. Lorsqu'il la quitta un instant pour la servir, Dev tenta d'avancer d'un pas, curieuse de découvrir si l'appartement avait changé, si elle était capable de voir réellement l'influence de James. Mais, débordant d'anxiété, elle resta plantée sur place, se tordant les doigts sans réaliser ce qu'elle faisait.

Finalement, Finn réapparut, de l'eau dans une main, du whisky dans l'autre. Liquid courage, maybe? Was it really that scary to be honest or was she the terrifying one? Probablement un peu des deux. Ça ne la dérangeait pas, généralement, de sembler imposante. Au contraire, elle adorait ça. Pas ce soir, cependant. La gorge serrée, elle l'écouta, infiniment consciente du poids du verre entre ses doigts et des battements de son cœur vibrant contre ses tympans. De l'angoisse, terrible et vicieuse, de l'entendre dire qu'il lui avait caché l'existence de son fils parce qu'elle ne comptait pas suffisamment pour mériter de savoir. Qu'elle n'était qu'une parmi tant d'autres et qu'il gardait les différents aspects de sa vie bien séparés. Mais non, ces mots-là restèrent coincés dans un coin de sa tête, celui régit par ses doutes et ses mauvaises expériences, repoussés par une toute autre vérité qui faisait étrangement écho à la sienne, qu'elle veuille bien le reconnaître ou non. Et c'était presque irritant, que Fernando ait le courage d'admettre ses craintes quand elle préférait les garder sous clés. I don't wanna lose you either, lâcha-t-elle — because she wouldn't be out-braved by some white boy with a magic tongue. I mean, I don't— it's not— for fuck's sake, gronda-t-elle, réalisant ce qu'elle disait. Elle écarquilla les yeux, une main plaquée sur la bouche, quand le juron résonna finalement dans sa tête. Well, fuck. He didn't hear me, right? souffla-t-elle en se rapprochant instinctivement pour jeter un coup d'œil par-dessus l'épaule de Finn. Sorry, my sister's been telling me to watch my mouth because of my niece but she's just a baby and she's usually asleep when we FaceTime and, um. Elle croisa son regard, consciente de leur soudain proximité, les yeux glissant une seconde sur sa bouche. You really scare me, you know? And, truly, I'm used to freaking out, it's almost on a daily basis, it's the way my brain is wired I think, but that? I mean, when I saw you with... with James, I don't know, I went to some really weird places, I— you're not hiding his mom somewhere, right? I'm not... I'm not the other woman, right? Right, you wouldn't do that, I don't think— but there's just me, right? I mean, you're single, not... not still married or, I don't— I'm gonna stop talking now. Ça valait sans doute mieux mais il était clairement trop tard pour sauver sa dignité.

@ Invité

avatar
   
#
Ven 11 Nov - 18:51

Finn avait une appréhension que James ne semblait pas avoir. Il avait toujours prit à coeur de ne pas faire rencontrer les femmes qu’il pouvait fréquenter à James pour ne pas le perturber. Mais Dev était différente, he knew it from the moment they met again. Il le savait au fond de lui qu’elle était différente, qu’il ne voulait pas la laisser partir même s’il était incapable de le formuler à voix haute, elle lui offrait une stabilité qu’il n’avait plus depuis son divorce. Elle lui offrait ce qu’il recherchait depuis quelques mois maintenant et il était incapable de lui dire parce qu’il savait, au fond de lui, qu’elle prendrait peur et qu’elle partirait. Que ça ferait l’exact contraire de ce qu’il recherchait. Alors il regardait cette rencontre de son oeil de père, de son oeil d’amant, il avait appréhender cette rencontre et le fait qu’elle se soit mise en place par un coup de coude du destin lui prouvait qu’il avait eu tort sur toute la ligne. Il n’avait pas à s’inquiéter, ça se passerait bien. Il avait confiance en James, et surtout, il avait confiance en Dev. Et c’était ça le plus important, lui offrir une confiance aveugle sur un plateau d’argent, sans que les conversations d’adulte ne viennent interférer, il lui faisait une confiance aveugle depuis le moment où ils s’étaient revus, depuis le moment où elle était venue chez lui, vulnérable, à la recherche d’une conversation sans complication, d’une conversation sans rien derrière, juste des paroles, juste des confessions. Et il avait su, ce soir là, que c’était quelque chose qu’il referait dès qu’elle le souhaitait, parce qu’il voudrait être l’ancre de son bateau dans la mer des doutes. « I love Captain America ! Daddy doesn’t want to buy me the shield, he says that I’m too young that. » Finn leva les yeux au ciel face à la remarque de son fils et secoua la tête, prêt à passer pour le père indigne qu’il n’était pas. Il avait juste refuser parce qu’il n’y avait aucune occasion d’acheter le bouclier et il n’avait pas envie de faire croire à son fils qu’il pouvait avoir ce qu’il voulait dès qu’il le voulait. Mais il avait gardé cette idée dans un coin de sa tête, pour son anniversaire, Noël ou une toute autre occasion qui était méritée.

Lorsqu’il lui apporta son verre d’eau, il remarqua la gêne qui habitait le corps de Dev et il voulut lui prendre tout ses sentiments parasites pour ne lui laisser que les bons, que ceux qui ne triturent pas l’esprit. Mais peut-être était-ce en faire trop et Finn ne voulait pas en faire trop parce qu’il ne voulait pas l’effrayer. Il avait du mal à s’y prendre avec elle, il le savait, rouillé comme il était. Il était un peu vieux jeu, sûrement hors jeu dans la catégorie séduction et il savait pertinemment que ça mènerait à sa perte. À leur perte. Alors plutôt que de tourner autour du pot, il lui expliqua tout. Tout ce qui se tramait dans sa tête, sans filtres. Sans cacher ni omettre de choses qui ne feraient qu’aggraver la situation. Son coeur manqua un battement, et il s’humidifia les lèvres en soufflant. Il rit un instant et l’effleura quand elle se rapprocha d’elle, ses mains caressant doucement son bras No worries, he is absorbed by his cartoon. Il se recula d’un pas et la laissa continuer le flot de ses pensées, son coeur se serra quand elle lui exposa le moment où elle l’avait vu avec James and he knew that he screwed up. Il déglutit, tenta de masquer sa gêne et souffla avant de secouer vivement la tête. Il ne pouvait imaginer comment elle avait dû se sentir mais lui, se sentit très très stupide. Il attrapa alors sa main doucement quand elle se tut, et il entrelaça leurs doigts. Il ne cessa de regarder leurs mains liées et se rapprocha d’elle du pas qu’il avait quelques secondes plus tôt There’s no other woman. And you’re not the other woman. His mom- Il s’arrêta puis l’attira dans la cuisine pour ne pas que James entende la suite de leur conversation, il n’avait envie qu’il entende ce qu’il avait à dire sur sa mère. Pour James, sa mère était partie en vacances et elle reviendrait le chercher. Et Finn savait que ce n’était pas le cas, mais il n’avait pas eu à coeur de lui dire. His mom left us, one day she got tired of us, she told me awful things, she even pretend that I forced her to have James because I saw that our couple was starting to break down. Il sentit un noeud qui se formait au fond de sa gorge et avala une gorgée de whisky pour se donner du courage, parce qu’il n’en avait jamais vraiment parlé à quelqu’un. I didn’t- I didn’t forced her. James came into our lives without any warning, and I also told her that if she didn’t want a kid, I was ok with that. And she went through the all pregnancy, I was there. I was there at every steps. And one day, I saw her with my best friend, when James was at my parent’s for the week-end. And she told me that she wanted her freedom. She wanted a life without our s- without my son. Without me. And from that moment, it was just the two of us. Il se tut finalement et vida son verre de whisky d’une traite, et s’en resservit un pour faire passer la pilule. I’m sorry for all the informations. I’m sorry about- I’m not looking for pity, but now, you know everything. And I don’t want you to have pity, I feel like you deserve the truth. So here is my truth. Il la regarda, un sourire mal assuré sur les lèvres. Incapable de prononcer le moindre mot, incapable de rajouter quelque chose, parce que ça ferait beaucoup trop mal, et puis surtout, il préférait apprivoiser ses réactions, plutôt que de l’assommer d’autres choses si elle n’avait plus envie de le voir, si elle n’avait plus envie d’entendre un seul autre mot de sa bouche.

@ Invité

avatar
   
#
Dim 13 Nov - 18:53
Flashing lights, and we took a wrong turn and we fell down a rabbit hole. You held on tight to me 'cause nothing's as it seems and spinning out of control. Didn't they tell us, don't rush into things? Didn't you flash your green eyes at me? Haven't you heard what becomes of curious minds? Ooh, didn't it all seem new, and exciting? I felt your arms twisting around me, I should have slept with one eye open at night. We found Wonderland, you and I got lost in it and we pretended it could last forever. (creds: gifs/dailykanthony (@Tumblr), lyrics/TSwift)

Elle enviait la facilité qu'avaient certains enfants à engager la conversation et, mieux encore, à se lier d'amitié sans mal. Clairement, James faisait partie de ceux-là, preuve effarante de la présence d'un support system de qualité, malgré quelques lacunes en matière de shopping pop culture. Et, certes, Dev avait elle aussi eu la chance d'avoir un père et une mère qui avaient su instiller de l'assurance chez leurs enfants, mais son cerveau n'avait pas tout à fait traiter ces confidence boosts comme le reste de sa fratrie. Au même âge que le fils de Fernando, elle aurait été plus occupée à tenter d'anticiper la fin des phrases de ses interlocuteurs et la suite de la conversation pour embarrasser ses parents en dévoilant des détails de leur vie de famille comme venait de le faire le garçon. Par bonheur, il s'échappa avant qu'elle puisse faire l'étalage de toutes ses failles sociables ou, pire encore, qu'elle ne se prenne à se demander si il était aussi peu perturbé par sa présence parce qu'il avait l'habitude de rencontrer des inconnues dans le hall avec son père.

(Except it was too late for that and she was wondering exactly that as the kid disappeared.)

Oh, well, in for a penny, in for a pound. Devalekha n'avait pas spécialement prévu de déballer tout ce qu'elle avait sur le cœur ou dans la tête mais ça semblait être un thème récurrent avec Finn. Il avait chamboulé ses plans, non seulement en débarquant dans sa vie mais en y restant. C'était presque logique, qu'elle finisse par ouvrir les vannes et déverser tout ce qui lui avait traversé l'esprit quand elle avait posé les yeux sur son fils et lui. À sa décharge, elle était particulièrement fatiguée, tant mentalement que physiquement. Elle broncha à peine lorsqu'il mêla leurs doigts, se laissa même mener jusqu'à la cuisine sans rechigner, remarquant à peine le changement de décor. Comme si c'était normal, une habitude de plus à ajouter à la liste. Et peut-être que ça l'était, finalement, même si ils n'étaient pas un couple — pas un vrai, pas au sens traditionnel, conservateur du terme. Il y avait de la familiarité dans leurs échanges, un semblant de confiance que la révélation de l'existence de James n'avait pas effacé. Ça aurait dû être le cas et peut-être qu'elle se réveillerait demain avec cette certitude. Peut-être même qu'elle allait quitter cet appartement pour la dernière fois en se promettant de ne plus jamais à penser à Frederick tout en bloquant son numéro. Ce serait plus simple, plus rassurant, plutôt que de se dire qu'elle voulait rester et l'écouter, si difficile que son histoire pouvait être à entendre, si visiblement douloureuse qu'elle semblait être. C'était un rien gênant, d'être ainsi mise dans la confidence, de se trouver chargée de la vie privée de quelqu'un qu'elle connaissait si peu malgré l'intimité qu'ils avaient pu partager jusque-là. C'était inconfortable, parce qu'elle ne savait pas quoi en faire, pas comment réagir, et terrifiant, parce qu'elle ne regrettait pas une seule seconde d'avoir cherché à savoir. I don't pity you, souffla-t-elle tout bas. C'était certainement la dernière chose qu'elle pouvait ressentir à son sujet. I mean, if anything, it sounds like you're both better off without her so there's no reason for pity, continua-t-elle sans réfléchir. Son cerveau enregistra un peu trop tard ce qu'elle venait de dire et Devalekha sentit ses joues se réchauffer sous la gêne. Elle reposa son verre à moitié vide avant de s'approcher doucement pour prendre le visage de Finn entre ses mains. Thank you for telling me, I really appreciate it. Plus qu'elle n'était capable de l'expliquer mais ça ne l'empêcherait pas d'essayer. I really do, really, otherwise I'd have come up with tons of weird, terrible scenarios because I go a little crazy when I got questions and I don't get answers right away and I just... you didn't owe me anything, I know, and that couldn't have been easy but I— thank you. I'm sorry that happened to you though, you know? It's shitty and it sucks and, yeah, I'm not sure I've processed all of it just yet but honestly, I'm getting a little mad on that little boy's behalf, he seems adorable and sure, ok, I love women, really, really do but who could abandon their kid like that? You'd have to be a massive b— Elle s'arrêta à temps, réalisant qu'elle avait clairement perdu de vue ce qu'elle voulait dire. Sorry, that's not what I meant— no, I do mean it but that's not what I wanted to say, originally. That makes sense, yeah? Yeah, no, probably not. Anyway, sorry, I'm just, you know, a bit all over the place. I believe you, I do, I think, maybe, I think I need some time to, just, let it all sink in. Because, shit, you have a kid. You're literally a DILF, except I already did the fucking part. Fuck, conclut-elle, dans un élan d'éloquence totalement dénué de sens in typical Dev fashion.

@ Invité

avatar
   
#
Dim 27 Nov - 18:35

Rien ne le pressentait quand il était rentré chez lui à parler d’Ashleigh. Il fallait dire qu’il avait tenté maintes et maintes fois de l’oublier, de mettre sous clés l’aversion, la tristesse et la mélancolie qu’il ressentait pour elle. Mais quand il voyait James c’était compliqué de faire comme si elle n’existait pas. Parce qu’il fallait être deux pour faire un enfant, et Finnley n’avait pas pensé à l’époque qu’il aurait été seul à l’élever. Il n’y avait pas pensé une seule seconde et voilà qu’il avait cligné des yeux et qu’il s’était retrouvé seul dans ce grand appartement, à tenter de garde des relations plus ou moins cordiales avec les femmes tout en élevant un gamin qui n’avait pas demandé à ce que ses parents se séparent, bien qu’il pensait encore naïvement que sa mère reviendrait de vacances. Finnley n »avait pas eu à coeur de lui dire qu’elle ne reviendrait pas de vacances, qu’elle avait refait sa vie ailleurs et qu’il n ‘était pas compté dans l’équation. Et pouvait-il dire que lui aussi avait refait sa vie ? Il n’en avait jamais parlé avec Dev parce qu’il savait que ça la ferait paniquer, mais se retrouver tout les jeudis, à une heure plus ou moins semblable, n’était-ce pas refaire sa vie ? Il fallait être deux pour prendre une telle décision et Finnley n’était pas prêt à avoir cette conversation avec Dev même si le tableau qui se dressait devant lui était le plus touchant et le plus adorable il n’avait pas envie de l’effrayer. Parce qu’il tenait à elle. He cares about her more than he can possibly imagine. And it was terrifying him. Because he knew that the moment she’ll know, she’ll probably leave.

Là dans la cuisine, il lui ouvrait son coeur, il aurait été capable de lui dire tout ce qu’elle voulait savoir si ça pouvait le permettre de la garder près de lui. Mais il n’avait pas prévu que ça lui fasse si étrange de parler d’Ashleigh au passé, en vérité, il n’avait pas parlé d’elle depuis des mois, personne n’en parlait dans sa famille. Sa soeur avait gardé le contact avec elle, incapable de comprendre pourquoi ils se séparaient, pourquoi ils divorçaient, elle n’en avait pas voulu à Ashleigh parce que Finnley lui avait fait croire que c’était des différents qui les avaient séparés, mais la vérité était tout autre et il ne lui dirait jamais. Alors avouer la vérité à Dev lui paraissait étrange, mais elle le méritait. Elle ne méritait pas qu’il lu mente encore comme il l’avait fait pendant des mois durant à cacher l’existence de son fils, à cacher l’existence de la personne la plus importante à ses yeux. Lorsqu’il eut terminé sa tirade, c’était comme s’il était à bot de souffle, elle aurait pu lui asséner le coup de grâce si elle le désirait. I wish I could think the same, but I think about James first. Avoua t-il, un poil dépité sans relever la pique qu’avait lancé Dev puisqu’il était assez d’accord avec elle. Lorsqu’elle prit son visage en coupe entre ses mains, Finn déposa ses mains sur les poignets de Dev et plongea son regard dans le sien. Comme pour trouver un point d’ancrage pour éviter de se noyer. Il fronça les sourcils quelques fois et resta pendu à ses lèvres avant de se mettre à rire quand elle insinua qu’il était un DILF. Il secoua la tête avant de poser son front contre celui de Dev en soupirant Thank you for understanding. Commença t-il and I’m sorry. For everything you went through because of me, because I was selfish about my kid, because I thought that If I had tell you about him, you would haver un away and I don’t want you to run away as I said before. Son front qu’il colla contre celui de Dev, il ferma les yeux et prit son visage en coupe à son tour avant de murmurer I like the fact that you’re here, you bring light in that apartment. Doucement, il s’approcha d’elle, leurs bouches à quelques centimètres l’une de l’autre avant qu’il n’entende des pas pressés qui débarquaient dans la cuisine, il se recula à contre coeur avant de voir son fils qui se tenait dans l’encadrement de la porte are you staying for dinner Dev ? s'enquit le gamin, les deux poings sur les hanches un poil insistant, ce qui eut le loisir de faire rire Finn

@ Invité

avatar
   
#
Lun 12 Déc - 16:52
Flashing lights, and we took a wrong turn and we fell down a rabbit hole. You held on tight to me 'cause nothing's as it seems and spinning out of control. Didn't they tell us, don't rush into things? Didn't you flash your green eyes at me? Haven't you heard what becomes of curious minds? Ooh, didn't it all seem new, and exciting? I felt your arms twisting around me, I should have slept with one eye open at night. We found Wonderland, you and I got lost in it and we pretended it could last forever. (creds: gifs/dailykanthony (@Tumblr), lyrics/TSwift)

La masse d'informations qu'elle venait d'avaler tournait et retournait dans son esprit, se mêlant à ce qu'elle avait vu un peu plus tôt dans la journée et toutes les hypothèses qu'elle avait monté, s'entrechoquant en une joyeuse pagaille clairement alarmante de poids. Parce que si il prenait tant de place dans sa tête, ça signifiait qu'ils avaient dépassé la limite du casual pour entrer dans un territoire vaguement familier et terrifiant de conséquences. Ça voulait dire, surtout, qu'elle avait besoin de réévaluer les choses. De faire un pas en arrière avant de se perdre dans une situation qu'elle ne maîtrisait plus du tout. Parce que l'absence de contrôle pouvait être grisant au début mais Devalekha savait très bien que l'inconnu, si séduisant qu'il pouvait être sur le papier — ou, en l'occurrence, sous son nez — était aussi incroyablement angoissant. Elle avait besoin d'être préparée, d'avoir envisagé à l'avance une douzaine d'éventualités pour mieux réagir. Il ne lui était plus nécessaire d'avoir un script tout prêt dans sa tête mais elle avait besoin de réfléchir, aussi cruel que ça pourrait sembler à Finn. Elle baissa les yeux lorsqu'il mentionna l'éventualité d'une fuite et sa joie qu'elle soit toujours là. Ironique, quand elle était déjà en train de tracer mentalement sa retraite jusqu'à la porte d'entrée. Pas pour le fuir, pas spécifiquement, non. C'était davantage une décision pour elle que contre lui. Mais restait le risque qu'il ne comprenne pas. Et Dev n'avait plus l'énergie mentale pour la moindre explication sur son propre fonctionnement et les branchements un peu différents de son cerveau.

Elle sursauta en entendant la petite voix du fils de Finn dont l'arrivée lui avait clairement échappé. Damn his father and the effect he had on her. Un rien gênée, surtout très nerveuse, Devalekha parvint à détourner le regard pour capter celui de l'enfant à qui elle offrit un sourire contrit. Sorry bud, I really gotta go. The cats, you know? Puis elle se tourna de nouveau vers Finn, résistant à l'envie d'attraper sa main pour le convaincre de sa sincérité. I need to go, réitéra-t-elle, fébrile, but, um, I'll call you, ok? I just, I need a bit of time to process everything. I'll call you, I promise. Les mots étaient amers sur sa langue et leur passage sembla laisser une trace sur ses lèvres longtemps après qu'elle eut quitté l'immeuble. Parce qu'une promesse n'avait rien d'anodin, loin de là, et le simple fait qu'elle en ait professé une avec tant de facilité était une conclusion en soi. Ça n'avait pas d'importance qu'il ait un fils, ou deux, ou cinq. Qu'il ait eu toute une vie avec quelqu'un d'autre, et des envies, et des projets. Elle était prête à les accepter, lui et son passé, tant que c'était réciproque.

@ Contenu sponsorisé

   
#

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet

permissions de ce forum

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum