La nouvelle version a été installée cute ! Pour découvrir les nouveautés c'est par ici & pour commenter c'est ici
S'intégrer sur un gros forum, le mode d'emploi excited A découvrir par iciii avec toutes les initiatives mises en place !
Le Deal du moment :
Display japonaise One Piece Card Game OP-09 The Four ...
Voir le deal

we're one of a kind, no category | clara

@ Debbie Sinclair

Debbie Sinclair
Messages : 553
Pseudo : tara
Player's pronoun : elle
Rythme de rp : en théorie, 1 fois par semaine
Multinicks : Jessica Doyle / Madison Reed
Avatar : nicola coughlan + nocreativejuiceleft (avatar) + plume (gifs) + aeairiel (code) + dolly parton (lyrics)
Trigger : ras mais j'apprécie un MP si une situation potentiellement difficile se présente
Warning : rapports à l'alcool difficiles, abandon familial, lgbt-phobie
we're one of a kind, no category | clara F5567b133e339e4547b97765b4854c273cc863f8
Age : 36 ans
Nationality : américaine
Origins : 50 shades of white
Religion : élevée Southern Baptist (courant évangélique) mais aujourd'hui agnostique
Status : célibataire avec un crush
Orientation : bisexuelle
Work : comédienne à Broadway, actuellement on vocal rest
Home adress : vinegar hill, brooklyn
Communities : broadway, lgbt center, the outpost
Summary : Debbie a grandi au coeur de la Caroline du Sud, dans une famille conservatrice et pauvre. Autant dire que rien ne la prédestinait à fouler les planches de Broadway. Mais elle a eu de la chance dans son malheur: elle s'avère être le fruit de l'union extra-maritale d'un politicien républicain influent, qui a donc payé pour ses frais de scolarité. Un rêve et une guitare en poche, la blondinette a débarqué à New-York pour intégrer la prestigieuse Tisch School of the Arts, où elle a trimé à l'école et dans une foule de petits boulots. Bientôt 15 ans plus tard, Debbie vit à peu près bien de son art et sa personnalité pétillante fait qu'elle s'en sort plutôt bien dans sa vie sociale. Sentimentalement, c'est peut-être un rien plus compliqué, éternellement condamnée à devenir potes avec ses exs ou ne plus jamais leur parler.
   https://99problems.forumactif.com/t7623-debbie-sinclair-backwoods-barbie
#
Lun 24 Oct - 23:31
ref du titre

C'est par un étrange concours de circonstances que Debbie se trouve sur une banquette de l'Outpost, peu après l'ouverture du bar et ce qui serait un horaire d'after work normal pour la plupart des gens. En pleine semaine à cette heure, la comédienne est d'ordinaire en train de se préparer en coulisses avec ses collègues, à grignoter, se maquiller, chauffer sa voix. Mais ce soir, c'est la doublure de Katherine Howard - c'est un rôle qui est doublé à Broadway, pas une personne, une distinction que trop d'acteurs oublient quand ils ne sont plus swing ou membre de l'ensemble - qui a le plaisir de chanter un solo de presque 7 minutes. Son contrat se terminant bientôt, la blonde a des jours de congés à prendre et un net besoin de reposer sa voix. Dans un élan de sagesse qui ne lui ressemble pas, elle commande donc un thé au citron et s'installe tranquillement.

Bientôt, elle aperçoit Clara passer la porte et lui fait un petit signe de la main. Vraiment, il est parfaitement improbable qu'elle se soit retrouvée ici, en compagnie de cette jeune femme. Elles ont fait connaissance il y a quelques semaines tout au plus, lors d'une sympathique soirée karaoké ici même, lors de laquelle Debbie était bien moins sobre et bien moins attentive à sa bonne santé vocale. Mais elles ont bien ri et soit par hasard, soit parce qu'elle a accidentellement fait de la pub pour son show, Clara est venue voir une représentation de Six! et elles se sont de nouveau croisées à la stage door. Non pas que la comédienne soit du genre à croire au destin ou à d'autres fadaises du genre, mais c'est tout de même une sacré coïncidence. Alors, sous l'emprise de l'adrénaline post spectacle ou une inspiration inconnue, Deb a invité la jeune femme à boire un verre à l'Outpost. Trouver une date qui marche dans leurs deux emplois du temps chargés ne fut pas une mince à faire, mais les voilà toutes deux réunies dans le calme relatif d'un bar à spectacles de Brooklyn avant l'heure de pointe.

Histoire de s'assurer que Clara l'a vue, même si elle est difficile à rate dans son pull rose au milieu du pub à moitié rempli, elle l'interpelle d'un ton enjoué « Salut Clara! » Elle se lève pour l'accueillir et lui offre une brève étreinte, jaugeant la poignée de main trop formelle. La blonde lui adresse un large sourire puis s'installe à nouveau devant sa tasse fumante. « Tu vas bien? Pas de complications en chemin? » Le métro new-yorkais peut être une véritable jungle à cette heure, d'autant que Deb n'a pas le souvenir d'où travaille sa nouvelle amie et il se peut que se traîner jusqu'à l'Outpost soit un sacré périple. Heureusement pour elle, elle n'habite pas trop loin et n'a rien fait de sa journée à part commander des vêtements en ligne et pris un bain. Après tout, c'est à ça que servent les jours de repos et Debbie n'en est que plus détendue et chaleureuse avec la jeune Miss Reed. Elle lui sourit à nouveau et désigne la carte d'un geste. « Prends ce que tu veux, je t'invite. » Après tout, ce verre est son idée et elle ne l'a pas traînée jusque ici pour la détrousser de ses deniers. La pauvre fille vient de débarquer à New-York qui plus est et la comédienne ne se souvient trop bien du choc qu'elle a eu quand elle a voulu se payer un verre pour la première fois dans cette ville de voleurs.

@ Invité

avatar
   
#
Lun 28 Nov - 17:40
Parmi tout ce que Clara rêvait d’accomplir, assister à un spectacle à Broadway figurait en bonne place du classement. Et lorsqu’elle avait su qu’elle déménagerait à New York, elle y avait bien évidemment pensé, mais elle avait attendu l’occasion parfaite pour se lancer, occasion qui avait été sa rencontre assez inhabituelle avec Debbie. Un karaoké un peu trop arrosé avait suffi pour que les deux jeunes femmes sympathisent et en apprenant quel était son métier, la brune avait été totalement fascinée. Encore aujourd’hui le monde du spectacle l’attirait comme un aimant, et si elle savait à présent qu’elle ne se serait probablement jamais épanouie dans une telle carrière, elle n’avait pas perdu son attrait pour ce milieu.

Elle avait donc rapidement pris la décision de casser sa tirelire et d’ailler voir une représentation de Six!, qu’elle avait tout simplement adorée. Etait-ce un pur hasard ou Debbie l’avait-elle mentionné? Impossible de s’en souvenir après autant de verres, mais elle n’avait pas manqué de la reconnaitre et d’aller la féliciter à la fin du spectacle. Quelques échanges chaleureux et une invitation à boire un verre plus tard, voilà qu’elle poussait la porte de l’Outpost où elle ne tarda pas à la repérer. Elle se précipita vers elle, heureuse de la retrouver. Elle devait l’admettre: malgré son excitation à l’idée de s’installer dans cette ville, elle avait été plus d’une fois déboussolée et même déprimée de se trouver si loin de son environnement connu (peu importait que celui-ci soit loin d’être idéal) et le simple fait de constater que, peut-être, elle commençait à rencontrer des gens qui deviendraient potentiellement des amis, à se constituer un nouveau cercle lui faisait le plus grand bien.

Répondant sans peine à son sourire communicatif, elle s’installa face à elle. « Très bien mais un peu fatiguée et toi ? » A sa question, elle haussa les épaules. « Un peu, je travaille à Manhattan, du coup de là c’est toujours compliqué. » Et elle devait bien admettre que les transports New yorkais étaient l’une des choses qu’elle aimait le moins depuis qu’elle s’était installée ici. « Mais sinon je vis dans le quartier, ça va être plus simple pour rentrer. Tu vis aussi dans le coin ? » Elle se sentait toute prête à lui offrir de l’accueillir pour la nuit en cas de besoin, mais elle verrait par la suite si cela s’avérait nécessaire.

« Oh merci, c’est adorable. » répondit-elle avec un sourire ému en attrapant le menu. Elle avait apprit depuis quelques temps à simplement accepter ce genre d’invitation. La ville était plus chère qu’elle ne l’avait pensé et son installation avait généré quelques frais dont elle se serait bien passée. « La prochaine fois ce sera pour moi. » Elle espérait qu’une fois sa vie bien installée il lui serait plus facile d’économiser. Elle regarda rapidement la carte et se tourna vers le serveur venu prendre sa commande. « Je vais prendre un chocolat chaud avec du lait d’amande s’il vous plait. » Elle rendit le menu et se tourna de nouveau vers Debbie. « Comment s’est passée ta journée? Tu travaillais? » Elle était extrêmement curieuse de savoir à quoi pouvait ressembler le quotidien d’une artiste de Broadway. Il était fort possible qu’elle lui ait déjà posé la question, mais au moins à présent elle était assez sobre pour se souvenir de la réponse.


@Debbie Sinclair

@ Debbie Sinclair

Debbie Sinclair
Messages : 553
Pseudo : tara
Player's pronoun : elle
Rythme de rp : en théorie, 1 fois par semaine
Multinicks : Jessica Doyle / Madison Reed
Avatar : nicola coughlan + nocreativejuiceleft (avatar) + plume (gifs) + aeairiel (code) + dolly parton (lyrics)
Trigger : ras mais j'apprécie un MP si une situation potentiellement difficile se présente
Warning : rapports à l'alcool difficiles, abandon familial, lgbt-phobie
we're one of a kind, no category | clara F5567b133e339e4547b97765b4854c273cc863f8
Age : 36 ans
Nationality : américaine
Origins : 50 shades of white
Religion : élevée Southern Baptist (courant évangélique) mais aujourd'hui agnostique
Status : célibataire avec un crush
Orientation : bisexuelle
Work : comédienne à Broadway, actuellement on vocal rest
Home adress : vinegar hill, brooklyn
Communities : broadway, lgbt center, the outpost
Summary : Debbie a grandi au coeur de la Caroline du Sud, dans une famille conservatrice et pauvre. Autant dire que rien ne la prédestinait à fouler les planches de Broadway. Mais elle a eu de la chance dans son malheur: elle s'avère être le fruit de l'union extra-maritale d'un politicien républicain influent, qui a donc payé pour ses frais de scolarité. Un rêve et une guitare en poche, la blondinette a débarqué à New-York pour intégrer la prestigieuse Tisch School of the Arts, où elle a trimé à l'école et dans une foule de petits boulots. Bientôt 15 ans plus tard, Debbie vit à peu près bien de son art et sa personnalité pétillante fait qu'elle s'en sort plutôt bien dans sa vie sociale. Sentimentalement, c'est peut-être un rien plus compliqué, éternellement condamnée à devenir potes avec ses exs ou ne plus jamais leur parler.
   https://99problems.forumactif.com/t7623-debbie-sinclair-backwoods-barbie
#
Dim 22 Jan - 12:09
Debbie hoche la tête en fronçant le nez quand sa nouvelle amie lui explique être un peu fatiguée, après être venue depuis Manhattan, où elle a travaillé toute la journée. New-York est une ville fantastique, on y trouve tout ce qu'on veut à n'importe quelle heure, mais c'est aussi une vaste étendue de plus de huit millions de personnes. Et le système de transports en commun n'a pas forcément suivi cette incroyable expansion. La comédienne compatit donc sincèrement avec Clara « Ugh oui, heureusement le train est direct, mais c'est long. Moi aussi j'habite par ici, donc quand je vais à Broadway, c'est pareil. Mais bon, j'économise quand même et j'aime bien ce quartier, donc je ne me plains pas. Enfin, pas trop. » Elle rit légèrement, avant d'inviter la jeune femme à commander ce qui lui fait envie. Cette dernière se montre très raisonnable - et un peu adorable - en commandant un chocolat chaud. Il est vrai qu'il est sans doute un peu tôt pour boire de l'alcool, même si on approche de l'apéro et qu'il n'y a finalement que les restrictions qu'on s'imposent. Non sans raison, certes.

La blonde sirote son thé, quand Clara s'enquiert de son quotidien. Il y a une sincérité dans sa voix, qui lui laisse penser qu'elle n'est pas le genre de personne qui demande "ça va?" sans vouloir connaître la réponse. Elle ne la connaît pas vraiment, mais quelque chose lui plaît chez cette jeune femme, une certaine fraîcheur ou honnêteté qu'elle ne retrouve pas partout. Son sourire s'élargit donc et elle répond, joviale. « Je suis en repos pour quelques jours, donc je n'ai absolument rien fait aujourd'hui et ça fait du bien ! Le rôle que j'ai actuellement est super fatiguant, tu as vu le show, ma chanson dure presque 7 minutes et on est sur scène tout le temps, c'est assez physique. Et j'ai plus 20 ans ! C'est une phrase de boomer mais c'est vrai, malheureusement. » Debbie rit de nouveau, se moquant un peu d'elle-même, puis ajoute, espérant que sa sincérité transparaisse aussi clairement que celle de sa nouvelle amie. « Et toi, tu travailles où du coup? Tu as déjà dû me le dire, mais je suis désolée, j'ai une très mauvaise mémoire pour tout ce qui n'est pas le travail et j'étais beaucoup trop bourrée pour assimiler grand chose. » Pas quelque chose qu'elle devrait admettre, à la fois pour avoir l'air professionnelle mais aussi pour ne pas passer pour un pilier de bar. Mais bon, Clara était là et tout aussi ivre qu'elle, rien ne sert de mentir. C'est pour ça qu'elles sont là après tout, apprendre réellement à se connaître.

Spoiler:

@ Invité

avatar
   
#
Lun 13 Mar - 15:35
C’était là une chose à laquelle Clara avait encore du mal à s’habituer: la ville était si dense et les trajets si longs qu’ils l’épuisaient presque plus que ses journées de travail. Elle ne se plaignait pas pour autant, se disant qu’elle finirait bien par s’y habituer. Elle était cependant rassurée de voir qu’elle n’était pas la seule à le constater et rit à son tour. « Je pense que ça va me demander un temps d’adaptation. C’est vrai que j’aurais adoré vivre à côté de mon travail, mais les loyers sont totalement hors de prix. » Elle avait été plus que choquée en le constatant, et l’était encore d’ailleurs. Comment faisaient les gens pour vivre à Manhattan ? « J’ai vraiment eu de la chance de trouver quelque chose de raisonnable ici, surtout que j’ai dû m’y prendre un peu à la dernière minute. » Et ça n’avait pas été sans panique pour ce qui serait un changement de vie total. Elle était encore aujourd’hui infiniment reconnaissante d’être tombée sur l’annonce d’Eryn.

Elle ne pouvait qu’être fascinée par le récit de Debbie. Elle avait bien du mal à imaginer quelque chose de plus excitant que performer sur une scène à Broadway. Dire que c’était son quotidien ! « Oui j’ai vu ça, c’est une sacrée performance ! Mais ça doit être incroyable. Tu fais ça depuis longtemps ? Je veux dire, Broadway, le spectacle en général ? » Elle était sincèrement curieuse de savoir comment la blonde en était venue à construire une telle carrière, et se retenait d’ailleurs de ne pas l’assommer sous un tas de questions. Elle n’avait pas envie de la faire fuir alors qu’elles se connaissaient à peine.

Elle rit à l’évocation de leur soirée bien arrosée, se rappelant ne pas avoir été dans un meilleur état. « Je suis assistante sociale à The Innocence Project. Je ne sais pas si tu connais, c’est un organisme chargé de démontrer l’innocence de personnes injustement condamnées par la justice. On s’occupe aussi de la réinsertion d’anciens, condamnés, de leur suivi. Ce n’est pas toujours facile et je débute encore, mais je trouve ça passionnant, c’est exactement le genre d’environnement dans lequel je voulais travailler. » Lorsqu’elle commençait à parler de son métier, elle avait bien du mal à s’arrêter. Heureusement ou pas, elle fut interrompue par le serveur venu lui apporter sa commande. Elle le remercia avant se saisir la tasse entre ses mains et de remuer la boisson à l’aide d’une cuillère en attendant qu’elle refroidisse un peu et soit buvable. « Pour tout te dire, je voulais être danseuse quand j’étais plus jeune. Pour mes parents, c’était hors de question, pas assez stable. Mais avec le recul je suis plutôt soulagée de ne pas m’être lancée là-dedans, je pense vraiment que ça n’aurait pas été pour moi. » Elle n’avait ni la rigueur ni la discipline requise, elle s’en était rendue compte en grandissant et en voyant évoluer ses anciennes camarades qui elles avaient pris cette voie.



@Debbie Sinclair désolée pour le retard, je devrais revenir à un rythme plus normal

@ Debbie Sinclair

Debbie Sinclair
Messages : 553
Pseudo : tara
Player's pronoun : elle
Rythme de rp : en théorie, 1 fois par semaine
Multinicks : Jessica Doyle / Madison Reed
Avatar : nicola coughlan + nocreativejuiceleft (avatar) + plume (gifs) + aeairiel (code) + dolly parton (lyrics)
Trigger : ras mais j'apprécie un MP si une situation potentiellement difficile se présente
Warning : rapports à l'alcool difficiles, abandon familial, lgbt-phobie
we're one of a kind, no category | clara F5567b133e339e4547b97765b4854c273cc863f8
Age : 36 ans
Nationality : américaine
Origins : 50 shades of white
Religion : élevée Southern Baptist (courant évangélique) mais aujourd'hui agnostique
Status : célibataire avec un crush
Orientation : bisexuelle
Work : comédienne à Broadway, actuellement on vocal rest
Home adress : vinegar hill, brooklyn
Communities : broadway, lgbt center, the outpost
Summary : Debbie a grandi au coeur de la Caroline du Sud, dans une famille conservatrice et pauvre. Autant dire que rien ne la prédestinait à fouler les planches de Broadway. Mais elle a eu de la chance dans son malheur: elle s'avère être le fruit de l'union extra-maritale d'un politicien républicain influent, qui a donc payé pour ses frais de scolarité. Un rêve et une guitare en poche, la blondinette a débarqué à New-York pour intégrer la prestigieuse Tisch School of the Arts, où elle a trimé à l'école et dans une foule de petits boulots. Bientôt 15 ans plus tard, Debbie vit à peu près bien de son art et sa personnalité pétillante fait qu'elle s'en sort plutôt bien dans sa vie sociale. Sentimentalement, c'est peut-être un rien plus compliqué, éternellement condamnée à devenir potes avec ses exs ou ne plus jamais leur parler.
   https://99problems.forumactif.com/t7623-debbie-sinclair-backwoods-barbie
#
Dim 19 Mar - 15:04
Debbie grimace en entendant sa nouvelle amie lui parler de ses déboires de déménagement. C'est une conversation que les new-yorkais ont à longueur de temps, en particulier quand ils débarquent. Mais après tant d'années dans la ville qui ne dort jamais, la blonde revient toujours au même constat. « Ah non mais m'en parle même pas, un enfer cette ville. J'habitais à Harlem avant, c'était pratique, mais j'en avais marre de vivre dans un placard et quand j'ai eu des cafards, j'ai abandonné et j'ai testé Brooklyn, comme le reste des hipsters blancs que je connais. Et bon, je suis en coloc et ça fait loin, mais j'y gagne quand même. Enfin, pour l'instant hein, mon petit déj au bodega l'autre jour, 8$ ! Bon, c'était pas celui de d'habitude et c'était à Manhattan, mais c'est de la folie hein. » Elle prend une gorgée de sa boisson, certes un peu trop chère mais pas totalement hors de prix, puis esquisse un sourire, réalisant qu'elle s'emporte comme les papis sur les escaliers des brownstones un soir d'été. « Pardon, j'arrête de faire ma vieille aigrie, je veux pas te dégoûter de vivre ici. Best city in the world ! » Et bien qu'elle n'en soit pas originaire, la comédienne le pense sincèrement. New York l'a adoptée, dans sa globalité et sa complexité, comme sa ville natale n'aurait jamais pu le faire. Elle a construit sa carrière, ses amitiés, sa vie ici. Et elle ne changerait pour rien au monde, malgré les rats dans le métro et sa dernière facture d'électricité.

Clara se montre compréhensive envers sa tendance de grand-mère qui radote et va même jusqu'à lui poser des questions sur son parcours, ne se rendant pas compte de la machine qu'elle vient d'alimenter. Debbie adore parler et encore plus parler de Broadway. Et si en plus elle peut raconter sa vie, c'est la conversation parfaite. C'est une actrice après tout, elle ne fait pas ce métier parce qu'elle est timide et n'aime pas l'attention. « Oh merci beaucoup, tu es adorable! Et oui, hmm, oula ça fait... » Un bref calcul mental lui fait prendre conscience qu'elle a maintenant passé plus de temps ici qu'en Caroline du Sud ou n'importe où. Son expression se fait donc un peu pensive, mais elle se ressaisit et finit par rire un peu. « 20 ans que j'ai déménagé, ce coup de vieux ! » Elle passe une main dans ses cheveux, essayant de ne pas trop penser au passage inexorable du temps et se concentrer sur la discussion en cours, puis reprend finalement. « Je suis venue ici pour étudier à la Tisch, une école de performance et d'arts de la scène et j'ai en gros travaillé non stop depuis, Off Broadway d'abord évidemment et pas toujours très régulièrement. J'ai été swing principalement, quand tu es dans l'ensemble et que tu es la doublure d'un ou plusieurs rôles, ça paye bien et c'est fun. Mais, j'ai toujours voulu être sur scène, avant de venir ici j'ai auditionné pour la première saison de American Idol, j'étais dans les circuits country. Mais je pense que c'est mieux que ça soit passé comme ça. » Aujourd'hui, elle s'imagine mal avoir tenté une carrière à la Kelly Clarkson, qui a fini par gagner le fameux télé-crochet cette année là. Déjà, elle n'aurait pas eu la même longévité.

Malgré son goût pour la parlotte, la blonde reste une personne polie et intéressée par ce que les autres ont à dire, aussi, elle reporte son attention sur Clara, qui lui explique à son tour ce qu'elle fait à NYC. La tête légèrement penchée, elle réfléchit un instant, se demandant d'où elle connait le nom Innocence Project, mais ça ne lui revient pas. « Ca doit être passionnant comme métier et puis au moins, c'est très concret, tu aides vraiment les gens au quotidien, c'est super important. » La jeune femme lui confie alors sa passion pour la danse et Debbie éprouve un léger pincement au cœur qu'elle n'ai pas été encouragée. Mais elle n'a pas tort, c'est un milieu rude, en particulier pour les danseuses. « Ouais, c'est le cas de beaucoup de gens, les parents qui n'approuvent pas et bloquent un peu la route. Mais si tu aimes ce que tu fais aujourd'hui et que tu penses que c'était finalement pas fait pour toi, pas de regret ! C'est vrai que ça peut vitre être très toxique, on m'a fait des réflexions pas très agréables sur mon physique, notamment les chorégraphes. Puis bon, c'est intense, autant la maturité vocale c'est à la trentaine, autant continuer à danser après un certain âge, c'est hyper dur pour le corps. » Réalisant qu'elle touche peut être un point sensible, la comédienne tente un virage pas forcément très subtile et ajoute. « Mais en tout ca,s c'est trop cool ce que tu fais maintenant, je crois que je connais cette asso en plus, peut-être que le LGBT Center a déjà travaillé avec eux, je suis bénévole là bas. Bref, peu importe ! Tu fais quoi de beau cette semaine, à part le boulot? » Encore une fois, la subtilité n'est pas le fort de Debbie Sinclair, qui préfère parfois continuer à parler et voir où ses mots vont la porter plutôt que de réfléchir à ce qu'elle va dire.

@Clara Reed aucun soucis, prends tout ton temps love

@ Contenu sponsorisé

   
#

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet

permissions de ce forum

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum