La nouvelle version a été installée cute ! Pour découvrir les nouveautés c'est par ici & pour commenter c'est ici
S'intégrer sur un gros forum, le mode d'emploi excited A découvrir par iciii avec toutes les initiatives mises en place !
Le deal à ne pas rater :
TV LED 32” Continental Edison CELED32SAHD24B3
139.99 €
Voir le deal

Family Business || Ana

@ Invité

avatar
   
#
Mar 1 Nov - 17:54
Family Business
Ana & Soledad
Soledad eut bien du mal à cacher un bâillement alors que son grand-père racontait son éternelle histoire qu’elle savait fausse. Elle détestait les repas de famille, notamment ceux où personne ne racontait quelque chose d’intéressant, où juste les vieux rabâchaient encore et encore leurs idiotes idées politiques devant des jeunes lassés, endormis.  De ses agiles doigts, elle vint faire tourner son couteau histoire d’hypnotiser un temps son regard et son ennui. Mais il suffit d’un simple mauvais mouvement pour que le couvert s’effondre lourdement sur le carrelage, interrompant le grand-père et sortant de leur léthargie le reste de la famille. Elle offrit un sourire désolé avant de couler un regard en direction de sa cousine, Ana, qui semblait se faire violence pour ne pas rire.

Soledad déplorait l’absence de sa cousine paternelle, Johanna, mais cette dernière avait apparemment de meilleures choses à faire que de se présenter à cet évènement familial. L’actrice finit par craquer et se leva sans piper mot, se retenant de lâcher un mauvais commentaire en direction de sa tante fasciste à souhait. Il fallait éviter le moindre commentaire puisqu’elle venait à peine d’être de nouveau autorisée à assister aux repas de famille. Son père acceptait à peine sa présence à table alors une remarque et elle dégageait pour de bon. Elle tapota l’épaule de sa cousine Ana, et d’un regard, lui montra l’extérieur. Il était temps d’aller faire un petit tour dans le jardin.

Ca faisait bien longtemps qu’elle n’avait pas eu l’occasion de voir sa cousine avec les récents évènements. Certes, elle l’avait appelé pour l’informer de sa cure de désintoxication, histoire que quelqu’un soit au courant qu’on tentait de la sauver de l’alcoolisme, mais elles ne s’étaient pas vue en chair et en os depuis. Elle se passa une main dans les cheveux et poussa, enfin, un profond soupir lorsque la porte du jardin se ferma derrières elles. « Odio este tipo de cenas familiares. ¿No se callan con sus estúpidas ideas?” Je déteste ce genre de repas de famille. Ils veulent pas se la fermer avec leurs idées stupides ?

code by exordium.


@ Invité

avatar
   
#
Lun 7 Nov - 15:45
Family Business
Ana & Soledad
Je n'ai rien contre ma famille. On est nombreux, donc bien sûr que je m'entends mieux avec certaines personnes plutôt qu'avec d'autres, mais quand les repas deviennent interminables comme celui-ci, je finis toujours par divaguer, et penser à autre chose. Cette fois-ci, comme bien souvent ces derniers temps, la chose qui occupe principalement mes pensées s'avère être Ricardo. Je me demande pourquoi je n'ai pas appelé ma grand mère en dernière minute pour me faire porter pâle et aller me réfugier chez lui, passer la journée avec lui, bien au chaud sous les draps.
Quand la tata un peu facho ouvre sa bouche, je reviens à la réalité. Ah, shit, je suis bel et bien assise aux côtés de ma famille, je ne passe malheureusement pas la journée avec mon beau partenaire de danse. Dommage. Pendant l'histoire qu'on connait tous par coeur de papi, je pose mes yeux discrètement sur chaque personne réunit autour de la table, me demandant qui approuverait de ma relation avec Rico et qui me hurlerait dessus en espagnol. Pas grand monde passa le test dans ma tête, à part peut-être mon frère jumeau et ma cousine Soledad, qui choisit ce moment pour se faire remarquer et faire tomber un couvert sur le sol. Je retiens mon rictus, à deux doigts de pouffer de rire en voyant le visage outré de mon grand père qui se demande certainement qui ose interrompre son histoire à propos du bateau qu'il a volé aux à des nazis récidivistes quand il était jeune. Une tape sur l'épaule me suffit pour que je suive ma cousine qui se dirige vers le jardin. On doit passer par la cuisine pour atteindre l'extérieur, alors, j'en profite pour voler une bouteille de champomy sur mon passage, parce que j'ai soif et que je ne me vois pas boire du champagne devant ma cousine après ce qu'elle m'a raconté lors de nos derniers coups de fils téléphoniques. « Non mais y'en a bien un ou deux à qui il faudrait faire des cours de bienveillance dans cette salle, j'te le dis. » je réponds à ma cousine, gardant un ton assez bas pour m'assurer que personne ne nous entend.

Une fois éloignées de la porte, j'en profite pour ouvrir débouchonner le champomy, et lâche un. « Merde, j'ai pas pris de gobelets ! » Avant de hausser les épaules et de boire quelques gorgées de jus de pomme pétillant au goulot. Je lui montre la bouteille, un léger sourire sur les lèvres. « T'en veux ? »
code by exordium.


@ Invité

avatar
   
#
Sam 12 Nov - 14:36
Family Business
Ana & Soledad
Les repas de famille étaient bien plus drôle lorsqu’on était enfant. Et ce pour plusieurs raisons. Déjà parce qu’il n’y avait aucune obligation de rester à table pour écouter les odieux discours du troisième âge. Et puis surtout quand on était gosse, tout était toujours plus beau, un rien était quelque chose d’extraordinaire. Elle se souvenait encore de la balançoire où son royal postérieur était resté assis pendant des heures comme s’il s’agissait de la meilleure attraction du siècle. Ou encore les fois où elle s’endormait dans son assiette avant d’être déposée délicatement dans le canapé. Soledad pouffa intérieurement en imaginant son petit-frère tenter de la porter de nouveau jusqu’à ce fameux canapé avec sa carrure actuelle. Un échec assuré.

Elle coula un regard à sa cousine tout en s’approchant de la poussiéreuse balançoire qui avait bien vieillie. « T’es bien optimiste, cousine. Pour moi, je pense qu’il n’y a plus rien à faire avec eux. Ils sont pourris jusqu’à la moëlle. » Un discours cru, dur, mais franc. Soledad ne souhaitait plus être tendre avec cette famille qui l’avait trainé dans la boue. Des années de souffrance à cause d’idées conservatrices et destructrices. Son père qui avait osé lui claquer la porte au nez en la traitant de tous les noms. Il avait osé l’arracher à ses frères et sœurs, lui interdisant de les revoir jusqu’à aujourd’hui. Pensait-il se faire pardonner de la sorte ? Ce serait ridicule de sa part, il n’y aurait jamais de pardon ni pour lui ni pour sa mère qui l’avait laissé faire sans broncher.

Sa cousine n’était pas bien loin et lui proposa de boire dans sa bouteille. Elle eut un sourire nostalgique face à pareille boisson « Je veux bien. » Elle se doutait bien qu’Ana avait fait le choix de ce jus de pomme pétillant en connaissance de cause. Soledad ne prenait plus le risque de toucher à ce poison qu’était l’alcool de peur de replonger bêtement dedans. Un seul faux pas pouvait tout gâcher et ça, elle ne le permettrait pas. « Tu te souviens de cette balançoire ? On se battait à trois avec Johanna pour grimper dessus. Tu crois qu’on peut encore monter dessus ou elle casse direct ? » Les souvenirs étaient nombreux ici, c’était presque agréable de se perdre dedans pour ne plus penser au présent. « Je me souviens que t’avais même essayer de la décrocher pour la prendre chez tes parents. »

code by exordium.


@ Invité

avatar
   
#
Mar 10 Jan - 15:30
Family Business
Ana & Soledad
Le jardin dans lequel nous nous trouvons ravive un tas de souvenirs différents. Des bons souvenirs, ceux qui me rendent nostalgiques de ces moments passés avec mes frères et mes cousines à jouer, et à se chamailler le long de la terrasse. Une époque où on était inconscients, où on ne se doutait pas de ce que l'avenir nous réservait. « C'que j'donnerais parfois, pour redevenir gosse. » Je lui réponds, parfaitement consciente qu'on n'a pas du tout la même expérience de vie avec nos familles. Je sais, dans les grandes lignes ce qu'il s'est passé entre Soledad et ses parents. Je n'ai pas tous les détails, j'en suis sûre, mais c'est pour cela que je ne tiens pas à en rajouter une couche.

Je lui tends la bouteille de champomy alors que notre attention se porte sur la balançoire, à qui on en a fait des vertes et des pas mûres. Et alors qu'elle se demande si on peut encore aller dessous sans qu'elle tombe, je décide d'en faire l'expérience moi-même. « Au pire, si elle tombe, t'as dit quoi ? » Un grincement se fait entendre, mais ne m'empêche pas de tenter de me balancer, sans même me soucier de la quelconque toile d'araignée ou sans penser aux traces que la poussière va faire sur ma robe. « Ils sont pourris jusqu'à la moëlle, donc on s'en fout. » Un nouveau grincement venant de la structure en ferraille se fait entendre, suivit d'un craquement menaçant, mais il semblerait que je n'ai pas peur, puisque je continue de me balancer, bien que doucement. « On en avait pas nous, une comme ça ! J'aurais kiffé en avoir une dans mon jardin. » Je tends le bras pour qu'elle me passe le jus de pomme pétillant dont on se contente, et tente de faire subtilement la conversation, essayant de cacher mon inquiétude face à ce qu'à vécu ma cousine. « Comment ça va toi ? » C'est toujours mieux de le demander comme ça plutôt que de parler ouvertement de l'alcoolisme dont elle a été la victime, non ? Je sais pas, je ne suis pas la personne la plus délicate de la Terre, mais je fais de mon mieux.
code by exordium.


@ Invité

avatar
   
#
Mer 22 Fév - 8:58
Family Business
Ana & Soledad
Qu’est-ce qu’elle donnerait aussi Soledad pour redevenir cette gosse insouciante, les yeux emplis de rêve. C’était drôle tout de même de voir que les enfants ne cessaient de vouloir grandir trop vite et lorsque l’âge adulte frappait à leur porte, ils pleuraient cette enfance trop vite défilée. Comme quoi, on n’était jamais satisfait de ce qu’on avait à l’instant T. Elle glissa un regard à sa cousine qui s’approchait de la balançoire pour y déposer son royal postérieur.  Une grimace se peignit sur le visage de l’actrice lorsque les premiers grincements se firent entendre mais l’arche de métal semblait tenir bon, tout comme les cordes pourtant usées par le temps de la balançoire.

Elle rit à sa remarque et hocha doucement la tête en lui rendant la bouteille de champomy. Elle poussa légèrement la demoiselle avant de prendre place à ses côtés sur la seconde balançoire. Les grincements se firent plus fort mais elle décida de royalement les ignorer. « Eh ! La chance, toi t’avais un jardin ! Moi j’avais rien de tout ça ! » Il fallait dire que la famille de Soledad n’avait jamais réellement roulée sur l’or et s’était contentée de vivre dans un appartement exigu une poignée d’années. Elle avait toujours râlé pour avoir sa propre chambre, mais faute de place, elle avait dû subir les ronflements de ses frères.

La question la fit tiquer. Soledad coula un regard à sa cousine dans un pauvre sourire avant de soupirer. « On va dire que je sors enfin la tête de l’eau ? La cure m’a fait énormément de bien, j’aurais seulement préféré m’en rendre compte plus tôt. Si Johanna n’avait pas autant insisté pour que j’aille demander de l’aide, je serai encore sûrement en train de me taper des bouteilles à neuf heures du matin. » conclut-elle, se balançant légèrement pour ne pas casser la pauvre balançoire. « Et toi ? »


code by exordium.


@ Contenu sponsorisé

   
#

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet

permissions de ce forum

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum