La nouvelle version a été installée cute ! Pour découvrir les nouveautés c'est par ici & pour commenter c'est ici
S'intégrer sur un gros forum, le mode d'emploi excited A découvrir par iciii avec toutes les initiatives mises en place !
Le Deal du moment : -23%
EVGA SuperNOVA 650 G6 – Alimentation PC 100% ...
Voir le deal
77.91 €

nomia (you're the only thing i know like the back of my hand)

@ Invité

avatar
   
#
Lun 5 Juil - 21:16

Noé qui se tourne dans son lit avant de se lever, elle s’étire, fait craquer son dos avant de se lever et elle envoie un petit message à Samia pour la prévenir qu’elle viendra la chercher après le travail. Et pour lui demander à quelle heure elle termine. Parce qu’elle ne compte pas non plus attendre cent ans devant le lieu de travail de la brune. Là n’est pas l’idée, elle ne voudrait pas qu’on la prenne pour une stalkeuse. Elle regarde l’heure sur sa montre, se fait une petite séance de sport, passe sous la douche avant de se préparer et histoire de rester en forme. Même sur les jours off, elle se sent obligée de contrôler sa journée, avec une précision folle. Quand elle est prête, elle vérifie qu Samia lui a répondu et elle ne peut s’empêcher de sourire comme une idiote. Elle sait qu’elle ne devrait pas. Elle sait qu’elle devrait rester à sa place, être l’épaule sur laquelle il lui arrive de se morfondre quand la nuit est blanche et qu’elle a décidé de dormir chez Noé. Samia qui vient parfois dans ses draps, Samia qui vient parfois se perdre dans le creux de ses bras. Mais Noé sait que c’est une mauvaise idée, parce qu’elle est une mauvaise idée à elle toute seule. Le chat noir des relations. Comme si elle ne méritait rien d’autre que de la mélancolie et de la tristesse. Alors Noé ne préfère plus rien faire, elle attend. Avec une appréhension dissimulée le jour où Samia lui dira qu’elle a de nouveau quelqu’un. Et elle restera encore sur le côté comme quand elles se sont embrassé la première fois. Comme quand elles se sont embrassé alors que Samia partait le lendemain. Plus jamais elles n’ont parlé de ce baiser comme si ça avait été oublié. Mais Noé n’oublie pas, Noé n’oublie jamais. Ça reste dans un coin de son esprit, toujours. Comme un film qu’elle aime revoir de temps à autre, quand elle a besoin de réfléchir, quand elle a besoin de se rappeler quand ça allait encore. Quand elle était encore naïve que de croire que les gens ne partent pas. Mais Samia est partie, elle aussi. Et elle a l’impression que depuis qu’elle est rentrée, tout a changé, mais c’est normal. Elles ont changés, ont grandis, évolués. Les diktats de l’amour qui ont malmenés leurs coeurs. L’heure y est de partir, alors elle claque la porte, et se presse dans le uber, ses lunettes de soleil sur le nez tandis qu’elle visse ses écouteurs dans les oreilles, en étant en train de prévoir un brunch pour dimanche avec une concentration qui pourrait en faire pâlir plus d’un. Quand le uber est enfin arrivé, elle sort de la voiture et attend Samia devant son lieu de travail, ses lunettes toujours sur le nez et son téléphone qu’elle balance dans son tote bag. Elle attend en sautillant presque d’un pied sur l’autre et quand Samia sort, Noé l’alpague en souriant, restant à une distance raisonnable d’elle, déposant sa main contre le bras. « Je t’emmène goûter la meilleure gaufre de ta vie ! » s’exclame Noé, avant de la regarder en relevant ses lunettes de soleil sur le sommet de son crâne « Et si tu me dis que le goûter ce n’est pas un vrai repas… Gare à toi. » rit-elle en crochetant son bras à celui de Samia « Comment tu te sens aujourd’hui ? »

@ Invité

avatar
   
#
Lun 19 Juil - 11:13
Quand elle lit le message de Noé entre deux cours, elle sourit instinctivement. Puis elle se dit que la journée risque de lui paraître longue, en attendant de pouvoir retrouver la rousse. Mais pas le choix, elle a un programme assez chargé aujourd’hui, alors elle devra être patiente. Et peut-être, quand elle aura un peu de temps, elle laissera son esprit vagabonder à ce qu’elle aimerait qu’il se passe ce soir. Ce à quoi elle pense parfois – souvent – quand elle pense à Noé. Oui, elle sait ce dont elle aurait envie. Mais ce qu’elle ne sait pas, c’est si elle est prête ou non. Prête à sauter le pas. Prête à ouvrir son cœur à nouveau. Prête à mettre derrière elle. Et ça, elle n’est absolument pas certaine d’en être là. Mais en même temps, elle ne peut pas cesser de vivre parce que ça a été son cas. Certains lui disent qu’il aurait voulu qu’elle soit heureuse. Mais Samia ne peut s’empêcher de rajouter en pensée ‘heureuse… avec lui’. Comment supposer les pensées de quelqu’un qui ne pense plus ? Caleb et Samia n’ont jamais évoqué la mort de l’un ou de l’autre. Elle changeait toujours de sujet quand il essayait d’en parler, prétextant qu’il n’allait pas mourir. Mais le nouveau cœur n’est pas venu avant que le précédent ne puisse plus battre. Et maintenant, Samia se retrouve veuve. Et un an après tout cela, elle ne sait toujours pas où elle en est exactement.
Mais quand elle rassemble ses affaires avec hâte après la fin de sa journée – qui est passée vite tout de même – elle ne peut s’empêcher d’être heureuse. Passer du temps avec Noé lui fait toujours plaisir, même si chaque moment, chaque regard ou même contact la fait s’interroger. Mais elle ne refuserait ces moments pour rien au monde. Elle sort de la salle de sport, et ne tarde pas à repérer Noé, qui vient vers elle. Main posée sur son bras, Samia se dit qu’elle a de la chance qu’il fasse chaud, sinon elle aurait pu frissonner. Elle sourit en entendant la proposition de Noé, puis en voyant ses yeux pétillants. Noé, c’est le bonheur incarné. Et là-dessus, la brune se dit qu’elle a à apprendre de son amie. « Ça va plutôt bien, même si la journée a été fatigante. » Samia sait bien que quand on lui pose la question, on parle de son état général, de sa tristesse et de son deuil. Mais maintenant, elle préfère se concentrer sur chaque jour, chacun à son tour. Et dans ces cas-là, la tristesse parait moins forte. « Et autant te dire qu’après avoir enchaîné autant de cours, un goûter est loin d’être un caprice, mais bien un besoin, alors tu n’auras pas besoin de me forcer pour manger une gaufre ! » Justement, maintenant qu’elle a évoqué l’idée, Samia aurait bien du mal à se contenter d’autre chose. « Ils peuvent mettre de la glace avec les meilleures gaufres du monde tu crois ? J’ai eu envie d’une glace toute la journée. » Heureusement qu’elle a fait du sport son métier, pour pouvoir se permettre tant d’excès. Mais c’est aussi parce qu’elle fait un travail fatigant qu’elle a envie de ces excès. « Et toi, tu vas bien ? Qu’est-ce que tu as fait de beau aujourd’hui ? »

@ Invité

avatar
   
#
Dim 25 Juil - 18:38
Il y a des êtres qui restent dans votre vie, même si vous ne les voyez pas pendant six mois, un an, deux ans ou même des années et qui, une fois que vous les revoyez, gardent la même place dans le coeur et dans l'esprit. C'est cette place qu'a garder Samia, dans le coeur et dans l'esprit de Noé. Même si pleins de choses les séparent, même si des états se sont mit entre elles deux, Noé a toujours eu une affection particulière envers Samia et c'est quelque chose qui ne changera vraisemblablement jamais. Parce qu'on a tous une personne qui reste, malgré tout les obstacles, une personne pour qui, on pourrait traverser un continent rien que pour la voir sourire et Samia est cette personne. Alors quand Noé sait qu'elle va la retrouver, une impatience certaine gonfle dans son coeur et elle compte les minutes, compte les heures avec précision avant de se dire que c'est l'heure de partir et d'aller la retrouver. Elle brûle d'une impatience certaine et rien au monde ne pourra supprimer ce sourire béat qui a prit place sur son visage dès lors qu'elle a verrouillée la porte de son appartement. Quand elle la retrouve -enfin, pourrait-elle dire-, elle ne peut s'empêcher de sautiller, d'un pied sur l'autre parce qu'elle est heureuse. Ses lunettes de soleil sur le nez, elle jette un oeil à Samia et est heureuse de la voir ainsi « Tu m'étonnes... Il y a l'air d'avoir du monde au lift, je suis bien contente de pouvoir m'entraîner de chez moi. » Même si parfois, elle va à la salle de sport, elle préfère nettement pouvoir faire son entraînement comme elle l'entend plutôt que d'avoir Jean-Michel le relou qui pense savoir bien faire à base de protéines et de boissons énergisantes, avec ses programmes attrapés sur des sites de personnes qui se disent coach sportif, mais qui sont plus doué en levée de coude qu'autre choses. Noé fait mine de réfléchir à sa question et elle opine du chef avec un sourire « Bien sûr, ils pourront mettre tout ce que tu veux dessus. » De la glace, des sprinkles, des fruits, tout ce qu'elle désire. Même du chocolat fondu si elle veut. Noé la laissera prendre ce qu'elle veut, pendant qu'elle, se contentera de fruits et de sorbet si un éclat de folie la prend. Noé garde son bras dans celui de Samia avant de se mettre à avancer « Oh, pas grand chose. Enfin... Comme d'habitude. J'ai fait une séance de sport à la maison, j'ai fait des vocalises, une lessive et un brin de ménage si tu veux passer à l'appart après ... » Invitation déguisée comme elle a si bien l'habitude de faire. « J'ai même changer les draps ! » dit-elle, avec fierté avant d'avancer un peu « Mais j'avais surtout hâte de venir te chercher. » avoue t-elle un peu, tout en avançant. « J'ai toujours l'impression que mes day off passent trop vite... Mais ça c'est parce que je suis en bonne compagnie. » admet t-elle, en caressant doucement le bras de la brune de sa main libre. Comme un besoin impertinent de la toucher, tout le temps, de sentir qu'elle est bien là, avec elle et plus loin d'elle.

@ Invité

avatar
   
#
Mar 27 Juil - 15:29
En réalité, ça n’a aucune importance que la journée de Samia ait été longue et fatigante. Plus maintenant du moins. Parce que, même si elle ignore comment elle va se terminer exactement, elle sait que ça sera forcément de la bonne façon. En compagnie de sa plus vieille amie. De la plus chère aussi, sans doute. Son premier amour aussi. Cela, Samia ne l’a jamais oublié. Ces baisers échangés à la fin de son ancienne vie. Ce souvenir qui reste toujours, fort et vivace. Toujours dans un coin de sa tête quand Noé et elle se retrouvent. Que leurs peaux entrent en contact, même de façon innocente. « C’est vrai que c’est mieux, mais… quand tu t’entraînes chez toi, je ne suis pas là. » Tentative pas vraiment inspirée de la faire venir au Lift. En vérité, c’est sans doute mieux qu’elle ne vienne pas aux cours de Samia, sans quoi elle serait moins concentrée. Enfin pour l’instant, elle se concentre sur la promesse d’une gaufre personnalisée et qui s’annonce déjà délicieuse. Elle n’a aucun doute sur la parole de Noé. Si elle dit que ce sont les meilleures, elle la croit et elle est impatiente de pouvoir y goûter elle aussi. Samia sourit en écoutant Noé raconter sa journée. Rien d’exceptionnel, mais elle aime bien connaître son quotidien. Quand elles étaient adolescentes, elles se racontaient tout dans les moindres détails, même des choses sans aucune importance. Alors retrouver un peu ça, ça fait plaisir à Samia. Elle tique un peu sur la fin de la phrase de Noé, une invitation peu subtile. Mais encore plus sur ce qu’elle rajoute après. Les draps ? Est-ce encore plus une invitation ? Quelle différence cela fait-il que ses draps soient propres si Samia venait chez elle ? A moins de vouloir l’inviter dans son lit. A moins que Samia n’imagine trop de choses. Du coup, elle n’a pas exactement écouté la suite des paroles de Noé, mais revient à la réalité quand elle appuie un peu plus sur son bras. Elle devrait arrêter de penser un peu trop aux draps de la rousse. « Sympa comme journée. » Dit-elle sans vraiment réfléchir. « Je pourrais passer je pense, je n’ai rien de prévu pour le reste de la journée. Et puis je m’en voudrais que tu aies tout nettoyé pour rien, surtout tes draps. » Elle sent ses joues chauffer un peu et, sur le moment, elle est heureuse de ne pas avoir le teint pâle de Noé qui aurait trahi un rougissement. Elle ose un sous-entendu, en se disant qu’au pire, Noé pensera juste qu’elle est une maniaque du ménage. Et au mieux, elle comprendra qu’elle s’imagine dans ces fameux draps. Les imagine, même. « Mais d’abord, la gaufre quand même ! » Si elle a certaines pensées qui lui font envie, son estomac la rappelle tout de même à l’ordre en grognant un peu.

@ Invité

avatar
   
#
Ven 13 Aoû - 20:56
Le chemin est long parfois pour la rédemption, le chemin peut-être sinueux, escarpé au possible, mais deux êtres qui sont censés être ensemble, finiront sûrement par se retrouver un jour ou l'autre, c'est certain. Noé en a la conviction, la conviction qui naît au coin du coeur avec une certitude qui lui ferait presque poussé des ailes. Mais elle ne veut pas voler trop près du soleil pour ne pas finir déçue. Elle a l'impression qu'elle profite de la situation, elle a l'impression qu'elle n'est que l'épaule qui sert à Samia de pleurer mais elle n'a pas envie de n'être que cette épaule, elle veut plus Noé. Depuis des années, mais elle la laisse venir, elle ne veut pas effrayer la blanche colombe, elle ne veut pas effrayer l'oiseau apeuré qu'elle accueille parfois la nuit pour ne pas que les cauchemars s'éternisent. Un sourire amusé se feind sur ses lèvres alors qu'elle regarde son interlocutrice du coin de l'oeil « Oui c'est vrai, mais si je m'entraînais avec toi, je ne serais pas vraiment concentrée sur le cours de sport just saying » explique Noé avec amusement, tout en continuant d'avancer. Il fallait dire la vérité après tout. Noé s'appliquait à ne jamais mentir et ce n'était certainement pas avec Samia qu'elle commencerait, ou qu'elle le ferait tout court. La légereté entre elles était quelque chose qui manquait à Noé, pendant un temps, ça lui manquait de pouvoir lui raconter sa journée, ce qu'elle avait fait ou ce qu'elle n'avait pas fait. Quand la flemme l'avait assommé ou non. Mais Samia avait disparu pendant un moment et Noé n'avait plus personne a qui raconté sa journée, personne qui n'avait autant d'importance que la brune en avait dans la vie de la rouquine. « Ah, mon effort surhumain pour changer mes draps te remercie, et ça me fait plaisir de me dire qu'on va passer du temps ensemble. » avoue Noé, encore une fois. Même si Samia doit s'en douter, après tout. Après le bras, voilà qu'elle attrape doucement la main, sans entrelacer leurs doigts, pour continuer à avancer vers l'endroit où se situe le petit kiosque pour les gaufres. Quand elles arrivent devant, Noé laisse Samia qui commande, commande sa propre gaufre avant de payer et elle finit par se décaler sur le côté pour attendre les gaufres, et son regard se perd sur sa compagnie de l'après-midi. « Si tu veux, on peut faire un crochet par chez toi ? Et tu dors à la maison ce soir ? » demande t-elle, sans pression aucune. « Est-ce que je peux t'avouer un truc ? » Elle n'attend même pas la réponse, et elle continue « J'aime bien quand tu dors à la maison, je dors mieux. » Et heureusement pour elle, le vendeur tend leur deux gaufres. Une avec un sorbet et des fruits frais pour Noé, et elle regarderait presque avec envie celle de Samia. « J'aurais presque envie de me laisser tenter par la tienne, c'est scandaleux. »

@ Invité

avatar
   
#
Sam 11 Sep - 15:56
Face au sourire que Noé lui offre, Samia oublie les questions qu’elle peut se poser quand elle pense à tout ça, seule dans son lit. Tout parait plus simple quand Noé est vraiment là. Naturel. Comme quand elles étaient adolescentes. Et ça lui fait du bien de retrouver cette Samia, qu’elle a été et qu’elle sait qu’elle n’est plus vraiment. Mais Noé n’est plus la même non plus. Le temps a fait qu’elles ont toutes les deux changées. Qu’elles ont eu une vie chacune de leur côté. L’adolescence semble bien loin, mais Noé ne lui a jamais semblé être aussi proche. Elle sait ce dont elle a envie. Elle ne sait pas si elle va oser. Mais elle sait ce qu’elle voudrait. Finalement, elle doute autant que quand elle avait seize ans. Mais les sous-entendus sont moins cachés qu’à l’époque, et elle sourit en entendant Noé dire qu’elle ne pourrait pas se concentrer si elles faisaient du sport ensemble. C’était justement ce à quoi elle pensait. « Restons comme ça alors, c’est plus raisonnable pour nous deux. » Ça, en plus de l’allusion faite aux draps de Noé, elle se sent un peu émoustillée. Mettons ça sur le compte de la chaleur de la journée. Une gaufre avec de la glace lui fera le plus grand bien. Comme si ça allait suffire… Mais pour l’instant, elle se concentre sur la fameuse gaufre, que Noé lui a si bien vendue. Elle passe commande rapidement, même si d’autres parfums auraient pu lui faire envie aussi, puis les deux amies attendent sur le côté. Samia s’apprête à parler, quand Noé la surprend avec une proposition. Encore une fois, comme quand elles étaient adolescentes. Ça paraissait normal, à l’époque. Ça leur est arrivé depuis qu’elles se sont retrouvées, mais c’était parce que Samia s’endormait sur le canapé de Noé, épuisée d’avoir pleuré sur son épaule. Aujourd’hui, elle n’a pas envie de pleurer sur son sort. Elle a envie de regarder vers l’avenir. Et la confession que lui fait Noé la conforte dans cette idée. « Si c’est pour que tu dormes bien pour être en forme sur scène, je veux bien me dévouer. » Elle hausse les épaules en riant. « Non, ça me ferait plaisir ! Mais pas besoin de passer chez moi, je dois avoir ce qu’il faut dans mon sac… L’avantage d’être coach sportive ! » En effet, elle a souvent besoin de se changer, donc elle a des vêtements dans son sac et dans son casier à la salle. Elle n’avait jamais vraiment pensé que ça puisse lui servir ainsi. Leurs gaufres arrivent devant leur nez, offrant l’opportunité à Samia de se concentrer sur une autre envie. Et en effet, son ventre grommelle en voyant la glace et les fruits au-dessus de la gaufre rectangulaire. « C’est vrai qu’elle a l’air bonne ! » Samia n’est pas spécialement gourmande d’habitude, mais là, elle l’est sans problème. « On pourra partager si tu veux. Mais tu devrais commencer la tienne, avant que le chocolat ne coule partout ! » Et elle croque aussi dans la sienne, pour éviter que le sorbet ne fonde trop vite. Du bout du menton, elle désigne un banc un peu plus loin, qu’elles rejoignent rapidement. Samia s’y assoit, une jambe pliée sous l’autre pour qu’elles soient face à face.

@ Invité

avatar
   
#
Mar 12 Oct - 21:43
Il n'était pas rare que Noé ne cesse de regarder l'horloge quand elle savait qu'elle allait voir Samia. Et, une fois qu'elle était en sa compagnie, elle voulait profiter un maximum de temps de sa présence. Comme si, c'était la dernière fois, comme si le temps leur était compté, elle ne lui dirait jamais mais elle appréciait tant de la voir qu'elle profitait de chaque instant, de chaque seconde. S'il y avait bien quelque chose qui n'avait pas changé depuis tout ce temps, c'était cette sensation d'apaisement qui prenait Noé quand elle était à ses côtés, et les quelques nuits qu'elles avaient passés ensemble avaient été bénéfiques pour la rousse, elle n'avait jamais aussi bien dormi qu'avec Samia à ses côtés. « J'espère bien que tu veux bien te dévouer. » explique Noé avec un petit sourire en coin, même si elle ne l'aurait pas spécialement mal prit, après tout, elle aurait compris que Samia veuille rester chez elle et préfére la quiétude de son domicile à l'appartement de la rousse. « Ah chouette ! Je n'en attendais pas moins de toi. » Noé se doutait qu'elle avait certainement des affaires dans son sac, mais elle n'en était pas sûre, le monde n'était pas comme elle à avoir toujours une tenue de rechange dans son sac, au cas où elle ne rentre pas chez elle, au cas où il y ait une fuite dans sa loge. Une fois la nourriture récupérée, elle commence à marcher, sa gaufre dans la main et elle rit un peu « Je n'ai pas de tenue de rechange dans mon sac... moi. » taquine t-elle un peu en riant avant de s'installer en face de Samia tout en donnant un croc dans sa gaufre, avant de se rapprocher un peu de la brune pour lui voler un peu de son topping de gaufre, un doigt malicieux qu'elle glisse sur le topping pour finir par le mettre dans sa bouche. Et elle hausse les épaules simplement avant de réfléchir « Je crois que mon frigo est vide... Est-ce que tu veux manger quelque chose de spécial ou on se fera livrer ? » Un nouveau croc dans la gaufre, elle réfléchit « Mais c'est moi qui invite, je ne vais tout de même pas jouer les malpolis alors que tu vas m'aider à dormir. » explique Noé en se rapprochant un peu d'elle, ses yeux qui se posent rapidement sur ses lèvres, le temps de trop longue seconde avant qu'elle ne se rende compte que ce n'était pas bien, alors elle se concentrait sur autre chose, les personnes qui venaient de passer devant elle en courant, les enfants qui jouaient sur le trottoir d'en face et quand les pensées étaient de nouveau normales, elle se tournait encore vers Samia « Ou je peux cuisiner pour toi. » Elle voulait que tout soit parfait, parce que cette sensation ne la quittait pas, et si elle l'abandonnait ? Encore une fois ? Et si Noé la décevait ? Et si.

@ Contenu sponsorisé

   
#

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet

permissions de ce forum

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum