La nouvelle version a été installée cute ! Pour découvrir les nouveautés c'est par ici & pour commenter c'est ici
S'intégrer sur un gros forum, le mode d'emploi excited A découvrir par iciii avec toutes les initiatives mises en place !
Le deal à ne pas rater :
Lorcana : où acheter le Trésor des Illumineurs Les Terres ...
Voir le deal

Happy Birthday

@ Invité

avatar
   
#
Mar 16 Nov - 8:58
Happy Birthday 4c7fac4ba8b14dbd632c173d6317c173b68f8f6c Happy Birthday Vin
Happy Birthday New-York-Manhattan-Pont-de-Brooklyn-de-nuit-mini-1359392 Happy Birthday Tumblr_mgr9nng49R1qbabvao4_250

Happy Birthday




– Tu es prête ?, demandais-je à Morgana, qui semblait peiner à sortir de la salle de bain. Je tenais Rose dans mes bras, qui portait toute son attention sur l’un des jouets qu’elle tenait dans ses petites mains en gazouillant. Ce soir, nous sortions, juste tous les deux. Mes parents étaient arrivés d’Irlande pour les fêtes de fin d’années. Pourtant, ils étaient déjà là, fin novembre. Et s’ils avaient prétexté vouloir regarder les logements de New York, dans le projet de pouvoir passer la moitié de l’année dans cette ville, et le reste du temps de l’autre côté de l’Atlantique, sur l’Île d’Emeraude, j’imaginais qu’il ne s’agissait pas là de l’unique raison.

Le décès brutal d’Alice et Mark m’avaient vraiment foutu un coup. Une série de mauvais épisodes qui semblaient s’enchainer par malin plaisir. Sauf que l’épisode final – en espérant qu’il s’agisse bel et bien du dernier, m’avait arraché deux de mes meilleurs amis. Et si je tentais vraiment de garder le cap pour ma famille, cela faisait bien trop de mauvaises nouvelles. Alors oui, j’imaginais que Morgana était à l’origine du fait que mes parents soient arrivés plus tôt, probablement dans l’espoir qu’ils me remontent le moral. Abby aussi devait bientôt arrivée (demain). Et finalement, revoir les membres de ma famille allaient certainement me faire le plus grand bien et m’aider à prendre conscience que le monde continuait de tourner. D’ailleurs, je ne tenais plus en place à l’idée de rencontrer, dés demain, mon neveu Isaac. Clairement, je comptais les heures. Je n’avais pu voir le nourrisson que via des photos ou des vidéos. Et là, plus que jamais, avoir ma famille sur un autre continent devenait plus que pesant. Ainsi, l’idée que mes parents décident de venir vivre ici six mois dans l’année m’avait comme retiré un immense poids des épaules. Visiblement, ils ressentaient la même chose : ce besoin de voir cinq de leurs six petits-enfants, les voir grandir et faire partie intégrante de leur vie.

Aujourd’hui, Morgana fêtait ses trente-quatre ans. Et j’avais tenu à l’emmener au restaurant pour l’occasion et ainsi, nous accorder une soirée juste tous les deux. Plus que jamais, nous avions besoin de nous retrouver et de se rappeler qu’à deux, nous pouvions tout surmonter. Mes parents avaient donc naturellement proposé de garder les enfants ici, chez nous. Je reposais Rose dans son couffin et rejoignais Morgana dans la salle de bain. Un sourire se dessina sur mes lèvres alors que je l’observais, à travers le miroir. Je croisais les bras contre mon torse et levais les yeux au ciel.

- Aller, accélère, mamie., lui lançais-je sur un ton moqueur. Oui, c’est l’hôpital qui se fout de la charité quand on sait que je suis âgé de neuf années de plus qu’elle.

@ Invité

avatar
   
#
Mar 16 Nov - 23:36
-Hm, répondit la brunette, qui se préparait dans la salle de bain. Ca faisait des mois qu'ils n'étaient pas sorti, alors elle n'allait pas aller au restaurant vêtue d'un jogging et de l'un des tee-shirt de William (qu'elle lui piquait trop souvent : ça lui avait apporté beaucoup de réconfort d'avoir son odeur lorsqu'il n'était pas là, après son agression). Alors, elle s'apprêtait. Il ne lui restait plus qu'à finir de boucler ses cheveux, parce qu'elle savait qu'il préferait ses ondulations dans sa chevelure corbeaux. Ca lui donnait un air bien plus doux. Bien sûr qu'elle se préparait pour elle-même, mais elle voulait se sentir désirable pour William. Ces derniers mois, ça avait été compliqué et elle avait eu l'impression d'être une épave.

Quand elle eut terminé, la jeune femme posa son boucleur et se retourna vers son compagnon en souriant un peu.

- Dois-je te rappeler notre écart d'âge, mon amour ?, demanda-t-elle d'un ton insolant, avant de reprendre ses béquilles pour avancer lentement jusqu'à lui et de déposer un baiser sur sa joue. Elle s'était séparée de son fauteuil, son plus grand bonheur, pour les troquer pour des béquilles. C'était toujours difficile de marcher, ça lui demandait beaucoup d'énergie ; mais elle était sur la bonne voie et faisait de gros progrès. Si gros, qu'on lui avait retiré son fauteuil roulant. Elle était rentrée de sa séance de kiné en pleurant, ce soir là. De joie, bien sûr. Et ça faisait deux semaines que ça s'était passé, laissant cette famille reprendre une vie de plus en plus normale. Plus indépendante, elle avait moins besoin de William pour faire des choses et pouvait s'occuper un peu plus des enfants, permettant de soulager son compagnon. Surtout que c'était une période compliquée pour lui. Il avait perdu Mark et Alice, alors elle faisait tout pour le décharger. Il avait été présent pour elle, c'était à son tour de l'être. Elle faisait tout pour lui changer les idées, pour l'accompagner s'il avait besoin d'exprimer ses sentiments.

Un jour, elle avait eu une idée. Alors qu'il était au travail, elle était longuement restée au téléphone avec Caitlyn O'Connor, sa belle-mère. Elles s'étaient accordées pour qu'ils viennent plus tôt, pretextant de venir visiter des appartements. Ca faisait une semaine qu'ils étaient arrivés, Morgana s'était rendue à l'aéroport avec l'aide de l'un de ses frères. Quand William était rentré du travail, il avait trouvé ses parents assis sur le canapé. Abby n'avait pas pu venir aussi tôt, mais elles s'étaient arrangées pour qu'elle vienne une semaine plus tard et Will était au courant. Il avait réclamé sa soeur, Morgana n'avait pas eu le coeur à lui cacher une autre surprise. Ca lui faisait tellement de bien de voir sa famille, qu'elle était soulagée de le voir un peu plus léger. Ca n'enlevait rien à la douleur qu'il devait ressentir, mais elle sentait qu'il était un peu mieux. C'était déjà ça. Le reste, ça allait s'améliorer avec le temps.

Quand elle sortit de la salle de bain, la sonette retentit. Angela sortit de sa chambre comme une fusée, ses grands yeux clairs brillants de joie.

- C'est papy et mamie ?, demanda-t-elle, sautillant presque d'excitation.
- Ca doit être eux, tu peux aller leur ouvrir, répondit la jeune femme, ayant à peine le temps de finir sa phrase qu'Angie s'était précipitée à la porte pour l'ouvrir et se précipiter sur Charles pour lui faire un câlin. Morgana la suivit plus lentement, passant devant Gabriel qui sortait Rose de son coufin parce qu'elle voulait gambader. Elle s'approcha de la table basse pour se mettre debout, commençant tout doucement à trouver un équilibre. Morgana était persuadée qu'elle marcherait tôt, déjà très agile et dégourdie.

Morgana s'approcha jusqu'à ses beaux parents, posant une béquille pour s'appuyer sur l'autre et leur offrir une étreinte.

- Bonjour Caitlyn, dit-elle, quand sa belle-mère s'approcha et l'enlaça. Comment allez vous ?

Elle se recula, attrapant sa deuxième béquille pour s'appuyer sur les deux cette fois. Elle avait du mal à tenir debout sans ces bouts de métaux, souriant aux deux irlandais devant elle.

- Merci de garder les enfants ce soir ! Ca fait une éternité qu'on n'est pas sorti..., leur dit-elle en lançant un regard tendre à William. Elle avait enfilé une robe bleu nuit, pour l'occasion. Celle-ci complimentant ses yeux clairs.

@ Invité

avatar
   
#
Mer 24 Nov - 19:40
Happy Birthday 4c7fac4ba8b14dbd632c173d6317c173b68f8f6c Happy Birthday Vin
Happy Birthday New-York-Manhattan-Pont-de-Brooklyn-de-nuit-mini-1359392 Happy Birthday Tumblr_mgr9nng49R1qbabvao4_250

Happy Birthday




Je décidais d'emmener Morgana dans un restaurant italien que nous aimions particulièrement. Il ne s'agissait pas d'un restaurant gastronomique, où les menus étaient excessivement chers. Mais l'un comme l'autre, nous nous en fichions. Les propriétaires de ce restaurant, issus de l'immigration italienne, étaient d'une grande gentillesse et d'une bonté immense. Pendant plusieurs années, notre équipe du NYPD était souvent venue manger ici, lorsque la faim se faisait trop ressentir lors d'une enquête. On pouvait y manger des plats typiques italiens et préparés par de vrais italiens. Autant dire que Morgana s'était vite sentie chez elle ici, où elle pouvait s'amuser à parler cette langue avec les propriétaires en sachant que nous n'y comprendrions strictement rien. Au fil des années, autant dire que nous étions des habitués des lieux. Alors je me disais que l'endroit serait tout simplement parfait pour l'occasion. L'établissement était chaleureux, charmant et familial. Tout ce que nous pouvions apprécier finalement.

Alors la soirée débuta tranquillement. Le propriétaire paraissait un peu anxieux, ce qui n'était pas pour me rassurer moi-même sur ce qui allait suivre. Nous partagions un apéritif, lorsque j'attirais le regard de Morgana sur l'écran blanc qui était projeté au mur. Sur cet écran, une vidéo commençait à être diffusée. Dessus apparaissait chacun de nos enfants. Je me mordillais la lèvre inférieure, sous la surprise de Morgana, amusé par la situation. Sur un fond de musique, chacun retournait, un par un, une pancarte sur laquelle était inscrit un mot. Maman/Veux/Tu/Epouser/Papa. Même Vasco tenait dans sa gueule une pancarte avec un point d'interrogation, à qui on avait donné l'ordre de ne pas bouger et qui attendait impatiemment en remuant la queue une friandise en guise de récompense. Saeed tenait sa pancarte à l'envers, ce qui amusa Angie qui l'aidait à la retourner. Stan, lui, tenait Rose dans les bras et l'aidait à tenir la sienne où figurait le mot "papa".

Une demande en mariage impliquant les enfants, qui s'étaient donnés à cœur joie à ce petit jeu. Et si les regards des autres clients étaient tournés vers nous, impatients de voir la réaction de la jeune femme, je me levais de ma chaise pour mettre le genou à terre. Et si je tenais à ce que cette demande soit romantique, c'est parce que j'estimais que Morgana le méritait, sachant également que c'est un moment qu'elle attendait avec impatience, sans pour autant m'en parler plus que de raison. J'avais longtemps hésité à lui demander sa main. Parce que le mariage n'était, à mes yeux, pas nécessaire pour prouver son amour. Peu à peu, mon point de vue changeait. L'idée de m'unir à Morgana me rendait fier.

- Je sais que tu n'aimes pas te montrer en public. Mais tant pis. Moi, j'ai envie de crier sur tous les toits que je t'aime.

Je lui adressais un sourire un tantinet arrogant. Car oui, j'aurais été capable de hurler dans les rues, pour que chaque passant le sache, à quel point je pouvais aimer cette femme. Et elle ne devait que trop le savoir.

- On a parcouru beaucoup de chemin ensemble, avant d'accepter de faire face à nos sentiments. Aujourd'hui, on a cinq merveilleux enfants. Tu m'as offert la plus belle des vies. Je suis comblé à tes côtés.

J'étais sincère. J'avais trouvé auprès de Morgana ce que je n'avais jamais pu espérer dans mes précédentes relations. Je sortais un petit écrin de la poche de mon pantalon, que j'ouvrais pour dévoiler une bague de fiançailles.

- Alors je ne listerais pas toutes les raisons pour lesquelles je t'aime, parce qu'il y en a beaucoup trop. Ce sont les mêmes raisons pour lesquelles j'aimerais que tu deviennes ma femme. Alors… veux-tu t'appeler Morgana O'Connor ? , lui demandais-je avant de poursuivre, à voix basse.

- Et ne dis pas non, ça gâcherait la soirée de tout le monde, ça serait vraiment dommage... ,lui lançais-je avec amusement.



@ Invité

avatar
   
#
Jeu 25 Nov - 0:29
S'il y a bien quelque chose dont Morgana ne s'attendait pas, c'est que William fasse sa demande en mariage. Alors quand les enfants défilèrent à l'écran, son coeur ratta un battement. Elle connaissait son avis sur le mariage, sur le fait de ne pas avoir besoin de s'unir pour prouver qu'il était éperdument amoureux d'elle. Et la brunette n'avait pas besoin d'un mariage, pour savoir qu'elle éprouvait les mêmes sentiments. Elle voyait plutôt cet instant comme une manière de célébrer leur amour avec leur famille, de partager ce qu'il y avait de plus beau dans ce monde. S'unir, c'était comme une déclaration d'amour. Un moment à coeur ouvert, où une certaine émotion flottait dans l'air. Les mariés s'échangeait des voeux partageant cet instant intime devant leurs invités, eux-même partageant des moments vécus avec les jeunes mariés et leur exprimant leur amour. Il n'y avait pas besoin d'un mariage pour ça, mais ça restait un moment unique. Marqué dans le marbre. Voilà pourquoi, Morgana aimait tant le mariage. Et cette demande, elle l'attendait. Mais elle ne l'attendait pas tout de suite, parce qu'elle pensait qu'il attendrait plus longtemps. Elle ne pensait pas qu'il était prêt à sauter le pas, de la même manière qu'elle l'était.

- Will..., murmura la brunette d'une voix tremblotante, remplie de sanglot. Emue, voilà ce qu'elle était. Son regard ne quittait pas ses enfants des yeux, regardant leurs belles bouilles et les pancartes. Ils s'étaient tous investi, montrant une envie que cette famille soit complète. Entière. Et prouvant qu'ils souhaitaient partager ce moment d'amour avec eux, ce qui la touchait tellement qu'elle porta une main à son coeur et qu'elle mordillait sa lèvre inférieur pour se retenir de pleurer.

Mais... quand William attira son attention, se mettant à genoux à ses pieds, la jeune femme ne pu retenir un sanglot. Il y avait un large sourire, à travers ses larmes. Un sourire brillant, éclatant de bonheur. Elle rayonnait, tant elle était heureuse qu'il lui fasse sa demande en mariage. Bien sûr qu'elle l'attendait, mais elle respectait assez son conjoint pour ne pas l'emmerder sur ce sujet. S'il n'avait pas eu l'envie de se marier, elle ne l'aurait pas quitté pour autant. Tout ce qui pouvait importer, c'est qu'ils soient ensembles. Unis, heureux. Et ça n'avait pas toujours été facile, ces derniers mois...mais ils s'aimaient. Ca les rendait forts, soudés, solides. Et c'était le plus important. Qu'ils soient ensembles.

Quand William plaisanta sur le fait qu'elle puisse dire non, un doux rire s'échappa de ses lèvres. Elle se rendait compte qu'il lui avait été difficile de rire ces derniers mois, son sourire étant revenu mais elle émettait toujours une réserve. Il y avait toujours une barrière, son agression ayant éteint quelque chose en elle. Alors rire...rire lui fit du bien. Le plus grand bien. Elle se sentait si heureuse, qu'elle se leva en s'appuyant à la table pour enlacer son conjoint. Elle enfouit sa tête dans son cou, étouffant un nouveau sanglot et hochant tout doucement la tête.

- Bien sûr que je veux t'épouser, répondit-elle dans un chuchotement, uniquement pour lui même. Bien qu'il y ait des regards autour d'elle, elle voulait qu'il puisse être le seul à l'entendre. Comme s'ils étaient dans leur monde et que plus rien n'existait. Je t'aime tellement, Will. Si tu savais comme je t'aime...

Elle marqua une pause pour le regarder, avant de l'embrasser avec tendrese et de provoquer des applaudissements dans ce restaurant ; qui était le lieu parfait pour la demande, parce qu'il était rempli de souvenirs qu'ils partageaient et c'était un lieu qu'elle chérissait pour ça.

@ Invité

avatar
   
#
Lun 29 Nov - 13:58
Happy Birthday 4c7fac4ba8b14dbd632c173d6317c173b68f8f6c Happy Birthday Vin
Happy Birthday New-York-Manhattan-Pont-de-Brooklyn-de-nuit-mini-1359392 Happy Birthday Tumblr_mgr9nng49R1qbabvao4_250

Happy Birthday




Oui, je me sentais prêt à sauter le pas, avec Morgana. Qui aurait pensé que j’envisagerais une nouvelle fois de me marier, lorsque l’on sait à quel point mon « presque premier mariage » a été un véritable fiasco, près de treize années en arrière ? A l’époque, l’idée de m’unir à la femme que j’aimais me faisait rêver. Et quand tout s’est cassé la gueule, je me suis dit que finalement, l’Amour était plus destructeur que bénéfique. Alors, à quoi bon le célébrer ? Pendant de nombreuses années, j’ai pensé de cette manière. Autant dire que j’avais fait une belle grosse croix sur le mariage.

Jusqu’à ce que Morgana prenne une place bien plus conséquente dans ma vie, finalement. Avec elle, je m’étais rendu compte que l’Amour pouvait être à la fois simple, sain et passionnel. Elle m’avait fait comprendre, sans le savoir, que je m’étais trompé sur toute la ligne. Elle parvenait à me rendre heureux au quotidien, avec un simple sourire. Elle m’avait offert des enfants, une vie de famille qui me comblait chaque jour. Et puis il y avait elle, tout simplement.

Notre relation restait récente. Pourtant, nous savions que nous pouvions compter l’un sur l’autre, quoi qu’il arrive. C’était déjà le cas, avant même que nous nous mettions ensemble. Nous nous soutenions, franchissions les obstacles main dans la main. Il n’y avait pas les problèmes de Morgana et les miens. Ni même ses joies et les miennes. Tout était mis en commun. La voir heureuse me rendait heureux. La voir triste me rendait triste. Une alchimie, une fusion qui n’étaient probablement pas donné à tous. Ces derniers mois avaient été compliqués, du fait d’éléments extérieurs. Et pourtant, nous avancions ensemble, à notre rythme, pour tout surmonter. Alors oui, cette femme n’était pas n’importe qui, ni même une simple histoire d’amour. Elle était celle avait qui je voulais vivre chaque instant.

Un large sourire se dessina sur mes lèvres lorsqu’elle affirma qu’elle souhaitait m’épouser. Je m’étais relevé, et l’enlaçais avec tendresse. Plus rien n’existait à cet instant précis. Le monde s’était arrêté de tourner. Je n’entendais plus les gens autour de nous. Il n’y avait que Morgana. Elle et ses yeux rougis par les larmes. Je m’étais juré que je ne la ferais jamais pleurer, autrement que par joie. Mes lèvres retrouvèrent les siennes avec tendresse et enfin, le bruit alentour, les applaudissements, me rappelèrent que nous n’étions pas seuls. Si sa réponse me faisait plaisir, je devais avouer que je ne m’étais pas vraiment attendu à ce qu’elle refuse. Je connaissais son point de vue sur le mariage et je ne doutais pas une seule seconde des sentiments qu’elle pouvait me porter. Bien évidemment, il y avait toujours un risque qu’elle se rende compte au dernier moment, devant le fait accompli, que non, elle n’était pas prête à s’unir à nouveau à un homme. Heureusement, cela n’était pas arrivé.

- Alors ça y est, on va officiellement devenir la famille O’Connor ?, murmurais-je contre ses lèvres avec amusement, avant de l’embrasser à nouveau. Personnellement, je ne portais que peu d’importance au nom de famille. Morgana aurait pu me dire qu’elle souhaitait conserver le sien, je n’en aurais pas été offusqué, loin de là. Mais je savais que pour elle, Angela, Gabriel et Stan, porter le nom O’Connor avait son importance, comme le signe que nous faisions partie du même clan. Nous n’étions peut-être pas du même sang, mais c’était finalement tout comme.



@ Invité

avatar
   
#
Mer 8 Déc - 0:25
Quand il vint l'enlacer, Morgana passa ses bras autour de sa taille. Elle avait abandonné ses béquilles pour une longue étreinte, un baiser langoureux et rempli de tendresse. Elle savait qu'il la soutiendrait pour ne pas qu'elle tombe, comme il le faisait depuis des mois. Comme depuis des années, en fait. Ca avait commencé le jour où il lui avait tenu tête, où il lui avait fait comprendre qu'il était tout aussi têtu qu'elle. Il était devenu un adversaire, qu'elle cherchait à erradiquer. Avant qu'un jeu du chat et de la souris ne s'installe, puis qu'ils se resoudent à n'être que des amis. Des amis dont la tension était resté palpable, jusqu'à l'année dernière. Et quelle année. Il n'avait fallu que d'un soir, pour que leurs vies changent. Il avait fallu d'un pari, pour que se produise ce qu'ils avaient voulu faire des années plus tôt. Il avait fallu qu'un embryon, devenu un magnifique bébé, pour qu'ils deviennent ce couple qu'ils n'étaient pas prêts à former cinq années plus tôt. Et aujourd'hui, il la demandait en mariage. L'univers avait un sacré sens de l'humour, pour qu'elle veuille épouser celui qu'elle essayait de faire fuir lorsqu'il était entré dans sa vie.

Morgana resta dans ses bras, enfouissant sa tête dans son cou pour cacher le rougissement de ses joues. Tout le monde applaudissait autour d'eux, les félicitant pour les fillançailles. Ca la gênait, d'être le centre de l'attention. William savait qu'elle détestait ça, mais elle ne lui en tenait pas rigueur. Il l'avait demandé en mariage dans l'un des endroits les plus symboliques de leur relation, il n'y avait rien de mieux que ça. Rien de plus beau. Alors, oui, ça la gênait d'être entourée de toutes ces personnes qu'elle ne connaissait pas. Mais, elle ne changerait pas ce moment. C'était parfait comme ça.

Morgana se détacha de lui un instant, le regardant dans les yeux avec beaucoup de tendresse. Bien sûr qu'ils allaient devenir la famille O'Connor, officiellement. Angela et Gabriel allaient se faire adopter par William, tandis qu'elle allait l'épouser. Il disait toujours qu'elle lui avait offert une famille, mais c'était plutôt l'inverse. C'était lui, qui était revenu dans sa vie. C'était lui, qui avait tout chamboulé. Et s'il n'était pas revenu, peut-être qu'elle n'aurait jamais réussi à avancer.

- Oui, on va officiellement être la famille O'Connor, répondit-elle avec beaucoup de tendresse, avant de se mordiller la lèvre. Famille qui va s'agrandir... Elle sonda la réaction de William. Quand elle vit son regard se décomposer elle ne pu s'empêcher de glousser, son regard brillant de malice. Même dans les moments comme ceux-ci, ils ne pouvaient s'empêcher de se taquiner. Je plaisante. Il n'y a pas de polichinelle dans le placard, ne t'inquiète pas.

Et de toute façon, ça serait trop compliqué qu'elle soit enceinte. Avec sa rééducation, ça chamboulerait tout. Bien sûr qu'elle avait toujours l'envie d'un dernier enfant, bien sûr que ça ne quittait pas son esprit... mais si ça devait se faire, elle voulait que William soit d'accord.

- Notre famille est parfaite, reprit-elle en posant sa main sur la joue de William. Merci de me donner cette famille. Merci pour tout, Will... Et quand elle disait tout, ça incluait sa patience face à l'épreuve qu'ils avaient vécu cette année et le fait qu'il ne l'ait jamais abandonné, même quand elle avait été la pire des garces à cause de la douleur.

@ Invité

avatar
   
#
Lun 13 Déc - 12:51
Happy Birthday 4c7fac4ba8b14dbd632c173d6317c173b68f8f6c Happy Birthday Vin
Happy Birthday New-York-Manhattan-Pont-de-Brooklyn-de-nuit-mini-1359392 Happy Birthday Tumblr_mgr9nng49R1qbabvao4_250

Happy Birthday




Morgana O’Connor. Voilà comment elle finira par s’appeler. A cette pensée, un sourire se dessina sur mes lèvres. Après tout, elle a des origines irlandaises. Ça ne pouvait que lui aller comme un gant. Mais l’expression sur mon visage changea, lorsqu’elle sous-entendit qu’elle était de nouveau enceinte. Mon sourire s’affaiblit doucement, cherchant dans ses yeux la preuve qu’il ne s’agissait que d’une blague. Non, je n’étais clairement pas prêt pour avoir un autre enfant et ne l’avais jamais caché à Morgana. Je connaissais son désir. Elle était au courant du mien. Je ne disais pas que je ne changerais jamais d’avis. Mais nous avions déjà cinq enfants à charge, dont un bébé, ce qui nous prenait beaucoup de temps. Ce qui m’avait clairement épuisé, ces derniers mois, lorsque je m’étais retrouvé à devoir gérer seul toute cette tribu dont j’étais pourtant fou. Et puis, nous avions aussi besoin de nous retrouver parfois à deux, en jeune couple que nous étions, ce qui restait parfois très compliqué.

- Je me disais aussi. Je ne sais même plus quand on a fait l’amour pour la dernière fois., lui lançais-je avec un brin d’amusement et d’arrogance. Bien évidemment, je plaisantais car même si nous ne trouvions pas le temps d’avoir la vie sexuelle d’un couple d’adolescents, il n’était pas rare non plus que nous succombions à ce plaisir charnel. Enfin, quand on ne se fait pas interrompre par les pleurs de Rose, bien évidemment…

- Et puis, une voiture sept places, ça se trouve encore. Mais après ? Ni toi, ni moi, n’avons le permis poids lourd. Je me mordillais la lèvre inférieure avec amusement. Comme si, finalement, l’arrivée d’un autre enfant n’était pas possible d’un simple point de vue logistique. Même s’il faut y penser tout de même.

Mon sourire s’attendri lorsque Morgana reprit la parole en exprimant que notre famille était parfaite et qu’elle en était heureuse. Pendant très longtemps, je m’étais demandé pourquoi j’avais survécu en Afghanistan, là où beaucoup de frères d’arme étaient tombés. Je me souviens de ce que ce vieil afghan m’avait dit, lorsqu’il avait pris tous les risques du monde pour me mettre en sécurité dans ce petit village où il vivait, pour panser mes blessures, me permettre de me nourrir et de me reposer et pour avoir contacter l’armée américaine pour que je sois rapatrié. Il m’avait assuré que j’avais encore de grandes choses à accomplir et que c’était la raison pour laquelle j’étais resté en vie, bien que grièvement blessé. Autant dire que je ne l’avais pas cru une seule seconde. Que pouvais-je accomplir de si grand, de si exceptionnel ? Aujourd’hui, alors que mon regard était plongé dans celui de Morgana, je possédais enfin la réponse. Vivre et fonder une famille aussi heureuse que la nôtre. Un accomplissement qui paraitrait certes, banal aux yeux de certains, mais qui portait tout son sens pour un ancien soldat qui avait tout perdu, à une période de sa vie.

- Oui, pour être parfaite cette famille, elle l’est., répondis-je dans un murmure rêveur. Mes doigts jouèrent avec une boucle brune, avant que je ne dépose un dernier baiser sur ses lèvres. Jusqu’à ce que le couple qui tenait ce restaurant nous rejoigne pour nous féliciter chaleureusement. « Qui aurait cru que vous finiriez par vous lancer un jour ? Dés le premier jour où vous avez passé cette porte ensemble, ça crevait les yeux que vous vous plaisiez. Vraiment, si vous étiez des chevaux de course, je ne parierais pas sur vous. », lança le gérant avec un sourire taquin, ce qui lui valu une tape sur le bras, de la part de sa femme qui reposa bien vite son regard sur nous. « Félicitations ! Je suis si heureuse pour vous ! » Elle nous enlaça chaleureusement alors que son mari nous servait deux verres d’un bon vin italien « offert par la maison », ce qui nous permis aussi de commander nos plats. Quand ils repartirent, mes doigts jouaient avec ceux de Morgana, sur la table. « Alors, tu es prête à ce qu’on se prenne la tête sur l’organisation de ce mariage ? », lui demandais-je avec amusement. Oui, car nous allions très certainement ne pas être d’accord sur bon nombre de points, comme le nombre d’invités, par exemple. Une petite cinquantaine, c’est bien, non ?


@ Invité

avatar
   
#
Mer 22 Déc - 0:08
Morgana leva ses yeux au ciel avec amusement, bien que d'accord avec ce qu'il disait. Depuis son agression, ils n'avaient pas eu beaucoup de temps pour eux. D'une part, parce qu'elle n'était pas physiquement ni psychologiquement capable d'avoir une once de désir. La douleur avait été tellement intense dans les premières semaines, avant de laisser place à une fatigue physique lorsqu'elle faisait sa rééducation. Son corps était épuisé, concentré à autre chose qu'à l'idée de faire l'amour. Et puis... psychologiquement, mentalement, ça avait été compliqué. Ces derniers mois s'étaient montrés éprouvant, pour l'un comme pour l'autre. Morgana ne minimisait pas à quel point ça avait été difficile pour William, qu'elle admirait d'avoir toujours tenu le coup. Elle était reconnaissante de l'avoir dans sa vie à un moment tellement compliqué, durant cette épreuve traumatisante. Elle n'était pas certaine qu'elle aurait été capable de surmonter ça, s'il n'avait pas été là.

- Je demanderais à ma mère de garder les enfants un peu plus souvent, pour qu'on ait un peu plus de temps pour nous, répondit-elle sur un ton plus doux. Elle ne cherchait pas à se débarasser de leur famille, mais au fin fond de la blague de William, il y avait une part de vérité. Le couple avait besoin d'un peu d'intimité, surtout après ce qu'ils avaient traversé. Ils avaient besoin de temps pour eux, c'était important. Surtout s'ils avaient un mariage à préparer.

Quand le couple qui tenait le restaurant, vint à leur rencontre pour les féliciter. Les joues de la brunette prirent une tinte rosée quand l'homme admit qu'il avait toujours su qu'ils se plaisaient l'un et l'autre. Tout le monde semblait l'avoir remarque, que ce soit leurs collègues, leurs proches ou même des personnes qu'ils cotoyaient un peu moins régulièrement. Tout le monde sauf eux. Well. Ils savaient qu'ils se plaisaient, ils avaient failli passer à l'acte à un moment donné. Ils n'étaient pas prêts. Il leur avait fallu du temps pour l'être, tout ça pour avoir une relation seine et heureuse. Et fonder la plus belle des familles. Morgana réalisait qu'il était parfois préférable d'attendre, plutôt que de se faire du mal inutilement. Leur relation était le parfait exemple, puisqu'elle n'aurait eu aucune chance de tenir à leur époque. Will avait l'esprit ailleurs, Morgana était en deuil. Ce n'était pas de bonnes condition.

- Heureusement que nous ne sommes pas des chevaux de courses, dans ce cas, répondit-elle d'un ton amusé, avant de répondre à l'étreinte de la femme et de les remercier pour le vin. Quand ils partirent, la brune posa son regrd sur les doigts de William qui jouaient avec les siens. Lorsqu'il lui demanda si elle était prête à se lancer dans les préparations du mariage, son sourire éclaira un peu plus son visage et elle plongea ses yeux clairs, joyeux, dans ceux de son fiancé. Ah. Fiancé. Quel beau mot.

- J'ai hâte qu'on se dispute sur le gâteau, gloussa la jeune femme, avant d'enlacer ses doigts aux siens. Elle serra doucement sa main, avec tendresse. Ca va peut-être t'étonner, mais j'aimerais un petit mariage.

Elle avait déjà eu un grand mariage avec Liam, aujourd'hui elle préférait quelque chose de plus intimiste avec Will. Un grand mariage, c'était beaucoup de préparation et beaucoup d'énergie. Elle voulait mettre cette énergie dans autre chose, comme dans sa rééducation pour être capable de marcher dans l'allée sans béquilles. Tout ce qu'elle voulait, c'est avoir leur famille et les amis les plus proches. Rien de plus. Une soixantaine d'invités, soixante-dix maximum. Mais s'ils arrivaient à faire moins, sans vexer des personnes ; ce serait parfait.

@ Invité

avatar
   
#
Mar 4 Jan - 9:25
Happy Birthday 4c7fac4ba8b14dbd632c173d6317c173b68f8f6c Happy Birthday Vin
Happy Birthday New-York-Manhattan-Pont-de-Brooklyn-de-nuit-mini-1359392 Happy Birthday Tumblr_mgr9nng49R1qbabvao4_250

Happy Birthday




- On verra si on a la même définition de « petit mariage », parce que déjà, avec les Weston, un « petit repas », c’est à quinze., répliquais-je avec un brin d’amusement. Oui, les joies des familles nombreuses. Mais je commençais à m’y faire puisque nous même avions cinq enfants. A sept à la maison, nous étions déjà considérés comme une famille nombreuse et je devais avouer aimer ça, même si ça pouvait présenter évidemment quelques inconvénients.

La fin de la soirée se déroula parfaitement bien. Morgana et moi nous retrouvions, aussi complices que jamais. Entre meilleurs amis, amoureux transis et amants passionnés, nous trouvions notre équilibre. Et c’est avec une certaine fierté que je me répétais que cette femme deviendra, probablement l’année prochaine, mon épouse.

***

Les fêtes de fin d’année arrivèrent rapidement. Et après tout ce qu’il s’était passé au cours des derniers mois, cette période fut accueillie avec un certain bonheur. Tous les enfants, sans exception – hormis Rose, bien évidemment, qui était trop jeune pour comprendre la teneur de Noël, se montraient d’une grande impatience. Et voir leurs sourires constants me procuraient bien assez de joie pour mettre de côté, l’espace de quelques semaines, les troubles que connaissaient notre existence.

Morgana et moi prenions le temps de nous retrouver en cette période. Nous passions du temps avec les enfants, mais aussi ensemble, juste en couple. La présence de mes parents aidait à nous décharger de l’organisation quotidienne qu’engendrait une famille de cinq enfants, donc une en bas âge. Et j’étais satisfaits à l’idée qu’ils vivraient bientôt la moitié de l’année ici, à New York. Une période, en somme, sous le signe de la famille. Rien de tel, donc, pour que je me sente mieux.

Sarah avait accepté de me laisser Saeed pour le réveillon, puisqu’il s’agissait du premier Noël où tout le monde serait réuni. Ma famille. Celle de Morgana. Le tout premier de Rose. Et celui de Stan, en temps qu’O’Connor. La mère de mon fils ne s’était donc pas opposée à cela et s’était organisée de sorte à ce que sa famille à elle vienne à New York afin que Saeed les rejoigne dés le lendemain. Il n’était pas toujours simple de jongler de cette manière, lors d’une garde partagée. Mais finalement, je m’estimais heureux que Sarah soit une femme compréhensive. Si nous pouvions avoir certains désaccords, en règle générale, nous étions assez doués pour nous poser ensemble et discuter de ce qui était mieux pour notre fils. Cela nous semblait importants, pour ce dernier, que même si ces parents ne formaient pas un couple, ils étaient en très bons termes. Le fait que nous soyons proches aidait, bien évidemment, ce qui restait assez logique quand on se souvient que nous sommes partis tous les trois, pendant un an, à l’autre bout du monde.

En pensant à tout cela, je me disais que j’avais de la chance que Morgana accepte la présence de deux de mes ex-compagnes – et pas n’importe lesquelles, dans ma vie. Car Solveig, désormais, ne risquait plus d’en sortir. Désormais tutrice des enfants de Mark et d’Alice, il n’était pas rare que Saeed et la petite Elizabeth – ma filleule, passe la journée ensemble, comme ils l’avaient toujours fait, ayant un âge identique. Alors oui, je voyais Lazzari de manière plus régulière, mais aussi Aleksej avec qui je commençais à nouer un lien privilégié. Un détail qui devait certainement rassurer Morgana, puisque cela signifiait que chacun avait parfaitement en tête la place de l’autre, sans aucune ambiguïté.

Le 24 décembre, jour du réveillon, je ne tenais plus en place. J’attendais avec impatience l’arrivée de ma sœur jumelle, de mon vieil ami qui lui servait de compagnon, mais surtout… du petit Isaac, âgé d’à peine deux mois. Morgana et moi avions décidé de les attendre à l’aéroport de New York. Le fait que je ne tienne pas en place ne passait évidemment pas inaperçu. Peut-être cela était-il également dû à la grande quantité de café que j’étais en train d’avaler.

- C’est sûr que ce sont les derniers qui récupéreront leurs valises…

En effet, leur avion avait déjà atterri et, peu à peu, les voyageurs quittaient le terminal. Mes yeux bleus balayaient l’endroit du regard avec toute l’impatience du monde.


@ Invité

avatar
   
#
Mar 4 Jan - 15:52
Morgana était heureuse, ces dernières semaines. Son état commençait très clairement à s'améliorer, si bien qu'elle abandonnerait bientôt ses béquilles. Il lui faudrait un peu de temps, de kiné et de sport avant de retrouver la même mobilité qu'avant... mais si elle pouvait marcher normalement, c'était déjà une grande victoire. C'est ce qu'elle voulait. Le reste, ça viendrait. Elle avait pu reprendre ses cours à Columbia, ce qui lui permettait de reprendre une vie sociale. Elle n'avait pas recommencé avant, ne se sentant pas prête à ressortir. C'était difficile, ça lui demandait des efforts considérables. Il lui avait fallu d'autres séances chez son psychologue, pour qu'elle se décide qu'il était temps de sortir de son cocon. Ca, ça avait été très compliqué pour elle. Elle s'était fait une routine rassurante, alors reprendre une vie "normale"...ça l'avait chamboulée. Pourtant, ça s'était très bien passé et ça lui avait fait beaucoup de bien. Elle ne donnait pas beaucoup de cours, mais c'était un bon départ. N'avait-elle pas repris son poste au NYPD ? Non. Toujours pas. Au fond, ça lui manquait quand même...mais physiquement, elle n'était pas prête. Et rester derrière un bureau, assise toute la journée à remplir des rapports ? Hors de question. Elle deviendrait folle ! Elle préférait donner des cours et attendre d'être physiquement prête à courser un témoin. Mais peut-être que psychologiquement, elle ne serait jamais prête. Elle était terrifiée à cause de ce qu'il s'était passé, autant qu'elle voulait pouvoir retourner sur le terrain. D'autres options se formaient dans sa tête, au cas où elle ne serait jamais capable de retourner sur le terrain. Comme devenir formatrice, comme son père l'avait été.

Mais pour l'instant, elle avait repris les cours à Columbia et ça lui faisait du bien. Il y avait son futur mariage avec William qui occupait ses pensées, le fait de pouvoir retrouver son fiancé et de passer du temps avec leur grande famille. Et puis les fêtes de fin d'année. Noël, c'était une institution chez les Weston. Quand Liam était décédé, ça avait mis un coup à Morgana qui avait longtemps détesté cette fête. Elle faisait un effort pour ses enfants, mais ça s'arrêtait là. Ca changeait au fil des années, surtout cette année. L'idée d'être en famille, d'avoir son fiancé et leurs enfants...après cette année difficile, ça apportait un peu de légerté et beaucoup de bonheur. Ca faisait du bien à Morgana.

Aujourd'hui, William et Morgana allaient chercher la soeur jumelle de celui-ci, son compagnon et leur bébé. Si les parents de Will avaient foncés dans le premier avion pour New York quand Morgana les avait contacté, leur informant qu'il n'allait pas bien...Abby n'avait pas pu le faire. Elle comprenait que sa belle-soeur n'ait pas pu, celle-ci ayant l'air désolée de ne pas pouvoir être présente pour son jumeau. Morgana l'avait rassurée, parce qu'il était bien entouré et qu'elle devait prendre soin d'elle. Ils se verraient à noël, de toute façon. D'ailleurs, ils étaient dans le hall de l'aéroport et William semblait impatient. Logique. Morgana fit un sourire et embrassa la joue de son fiancé.

- Tu sais que ce n'est pas en tapant du pied qu'elle arrivera plus vite ?, lui répondit-elle avec un sourire amusé. Elle s'appuya un peu plus sur ses béquilles, regardant où se trouvait sa belle-soeur. Elle s'était attachée à elle, bien que ce soit que par visio ou au téléphone, mais elle avait hâte de la voir.

- Les voilà !, s'exclama la brune en les voyant au loin. Elle eut à peine le temps d'indiquer à Will où ils étaient, qu'il fonçait déjà sur elle. Morgana le suivit plus lentement, s'appuyant sur ses béquilles.

@ Invité

avatar
   
#
Jeu 6 Jan - 19:22
Happy Birthday 4c7fac4ba8b14dbd632c173d6317c173b68f8f6c Happy Birthday Vin
Happy Birthday New-York-Manhattan-Pont-de-Brooklyn-de-nuit-mini-1359392 Happy Birthday Tumblr_mgr9nng49R1qbabvao4_250

Happy Birthday




Je ne relevais pas la remarque de Morgana, me contentant de hausser les épaules et de chercher des yeux ma sœur jumelle, avec toujours autant d'impatience. Lorsqu'enfin, elle entra dans mon champ de vision, ce fut également le cas de Weston qui s'écria qu'ils étaient enfin là. Mais déjà, je me dirigeais vers eux d'un pas rapide. Je voyais, dans les bras de mon ami, ce petit être de presque trois mois dont j'étais déjà fou.

- Salut bonhomme…, murmurais-je en me penchant vers le petit, avec toute la tendresse du monde. Non pas que j'ignorais ses parents mais j'attendais cette rencontre avec tant d'impatience que je n'avais d'yeux que pour lui. Je n'avais même pas pris le temps d’attendre que Morgana nous rejoigne, avec ses béquilles.

- Aller, fais pas ton timide, prends le. , me lâcha ma sœur jumelle avant de venir embrasser ma compagne, visiblement heureuse de la retrouver. Elles allaient encore probablement s'allier contre moi. Mais je m'en fichais. Parce qu'Isaac était là. Je ne me faisais pas prier et le prenais délicatement dans mes bras. Le bébé me dévisagea avec curiosité. Peut-être parce que j'avais des traits identiques à ceux de sa mère ? Abby et moi n'étions pas jumeaux pour rien. Elle était juste la version féminine et moi, la masculine. Nous avions entre autre le même regard, les mêmes expressions, les mêmes mimiques. Des yeux qu'Isaac partageait avec nous et qui se contrastaient tant avec ses petits cheveux noirs qu'il tenait de son père.

- T'es vraiment trop mignon…

Face à mon côté terriblement gaga, le petit m'adressa un sourire qui me fit davantage fondre. Je ne m'étais pas rendu compte que mes yeux s'étaient humidifiés face à toute l'émotion que je ressentais face à mon neveu. Je me perdais dans son regard alors que je le berçais dans mes bras.

- J'ai tellement de choses à t'apprendre mon p'tit pote.

Oui, j'allais être le tonton gaga. Je l'étais déjà, finalement. Et si j’étais aussi ému face à mon neveu, ce n’était pas uniquement parce qu’il était le premier, parce que mon sang coulait dans ses veines, ni parce qu’il était l’enfant de ma sœur jumelle. Non. Je prenais conscience que si des vies s’étaient arrêtées, si des cœurs avaient cessé de battre - et je faisais bien évidemment référence à Alice et Mark, d’autres êtres voyaient le jour. Il y avait toujours finalement de la vie, une raison de se battre. C’est à cela que je pensais, alors que j’avais ce petit bonhomme dans mes bras qui baillait, visiblement épuisé par un trajet beaucoup trop long pour son jeune âge. Je me tournais enfin vers ma sœur pour l’enlacer de mon bras libre.

- Il est magnifique…

Je saluais aussi le compagnon de ma jumelle. Celui avec qui j’avais fait les quatre cent coups, en Irlande du Nord. Celui qui avait toujours été comme un frère pour moi. Un sourire s’était dessiné sur mes lèvres alors que je lui tapais virilement sur l’épaule, après avoir séché mes larmes. Il râla.

- Arrête, tu vas me faire chialer.

En temps normal, j’aurais rétorqué quelque chose. N’importe quoi. Mais mon sourire béat refusait de quitter mon visage alors que je me tournais vers Morgana.

- Je te présente ta tata. Tu vas voir, elle aussi, elle va t’adorer.


@ Invité

avatar
   
#
Jeu 6 Jan - 23:50
Voir William appaisé de la sorte, ça faisait le plus grand bien à Morgana. Ils avaient eu une année difficile, surtout la deuxième moitié. Il avait trinqué, ça avait été compliqué, et il méritait un peu de calme. Un peu de paix. Le fait que ses parents viennent et annoncent qu'ils allaient passer une partie de l'année à New York lui avait déjà fait un grand bien, mais le fait qu'Abby ne vienne à son tour et ramène Isaac... ça semblait être la cerise sur le gâteau. Il semblait comblé, heureux, en paix. Morgana lança un regard tendre à son encontre, arrivant à ses côtés. Son sourire ne quittait pas ses lèvres, soulagée de le voir comme ça. Son attention fut détournée par sa belle-soeur qui vint l'enlacer et elle posa une de ses béquilles pour lui rendre son étreinte, ravie de la retrouver.

De nouveau son attention fut détournée, par William qui se tournait vers elle. Le voir tenir un si jeune bébé dans ses bras lui fit quelque chose, faisant remonter des souvenirs de Rose lorsqu'elle était toute minuscule. Ca rendit Morgana nostalgique, ayant envie de remonter quelques mois plus tôt. Elle avait l'impression d'avoir loupé beaucoup de choses à cause de son agression, alors ça lui pinçait le coeur. Ce serait peut-être leur dernier bébé, son compagnon ne semblant pas changer d'avis... et elle n'avait pas pu profiter de ses premiers mois comme elle aurait voulu. Pas qu'elle en veuille à Will (puisqu'elle comprenait son point de vue), elle en voulait à ses agresseurs. Ils lui avaient volés certains des premiers mois de sa fille.

Elle s'approcha du bébé, un doux sourire sur ses lèvres. Elle se contenta de le regarder un instant, le coeur se remplissant d'amour plus que de nostalgie. Il était adorable et elle était terriblement heureuse d'être sa tante. Elle adorait ce rôle, presque autant que celui d'être mère. Avoir des petits êtres s'attacher à soit, au delà du lien maternel ou paternel...il y avait presque quelque chose de magique.

- Bonjour, petit coeur, murmura-t-elle d'une voix douce. J'ai hâte de pouvoir te faire plein de câlin, mais on va devoir attendre d'être à la maison.

Elle embrassa le front du bébé, avant de se retourner et de regarder les deux jeunes parents.

- On y va ?, demanda la brune en souriant. On sera mieux à la maison pour se retrouver. Surtout que j'en connais qui ont hâte de rencontrer leur cousin !

Elle fit un clin d'oeil à sa belle-soeur avant de leur montrer le chemin jusqu'à la voiture, essayant de marcher le plus vite possible. Elle ne voulait pas être un poids, forçant sur ses jambes pour aller le plus vite. Le retour à la maison fut joyeux, les deux couples discutant de tout et de rien, si bien que ça passa rapidement. Quand ils entrèrent dans leur belle maison, il y avait du bruit dans le salon. Tout le monde semblait s'agiter. D'ailleurs, à peine eurent-ils passé le pas de la porte qu'Angela apparu en courant pour se précipiter vers Abby.

- Tante Abby !, s'écria la petite fille, n'ayant eu aucun mal à les intégrer à son cercle familial. D'ailleurs, Angie piquait toujours le téléphone quand celle-ci les appelait. Il lui fallait son quart d'heure où elle parlait toute seule à tante Abby, sinon elle se vexait. Il est où Isaac ? Rose, quant à elle, se tenait debout au milieu du salon. Elle fit un grand sourire quand elle apperçu ses deux parents.

- Papa !, s'écria-t-elle pour la première fois, pointant William du doigt avec un sourire fier et des yeux pétillants.

@ Invité

avatar
   
#
Mar 11 Jan - 9:15
Happy Birthday 4c7fac4ba8b14dbd632c173d6317c173b68f8f6c Happy Birthday Vin
Happy Birthday New-York-Manhattan-Pont-de-Brooklyn-de-nuit-mini-1359392 Happy Birthday Tumblr_mgr9nng49R1qbabvao4_250

Happy Birthday




Dans la voiture, la conversation allait bon train. J’étais heureux de retrouver ma sœur jumelle, même si je ne lui dirais jamais. Alors que je conduisais, ma main s’était portée machinalement sur celle de Morgana, mes doigts jouant avec les siens, dont l’annulaire gauche arborait une bague de fiançailles. Je croisais le regard de ma compagne et lui adressais un sourire complice.

***

« Papa ». Mon cœur loupa un battement. Depuis quelques temps, Rose dit « Maman ». Elle sait prononcer la syllabe « Pa » et je m’efforce de lui répéter le mot « Papa » pour qu’elle m’appelle ainsi. Il va sans dire que Rose a parfaitement compris mon attente et qu’elle semble vouloir me faire attendre puisque mon insistance parait l’amuser. Puis elle répète « Maman » en regardant Morgana avec tout l’amour du monde, comme si elle tentait de me faire comprendre qu’elle avait bien compris. Oui, Rose finira peut-être par m’avoir à l’usure. Alors qu’elle lance, de façon si spontanée, le mot « Papa » à peine j’eus mis les pieds à la maison, aurait pu me faire arquer un sourcil désabusé, si elle n’avait pas affiché ce petit sourire fier et surtout… si ça n’avait pas été la première fois qu’elle le prononçait.

J’ai toujours attendu avec impatience les premiers mots de ma fille, uniquement pour entendre le son de sa voix. Une voix fluette, douce. Elle arrivait aussi à une période de sa vie où elle s’éveillait clairement, et où les progrès étaient nombreux. En somme, je m’extasiais constamment devant Rose, à chaque fois qu’elle savait faire quelque chose de nouveau. Ça a été le cas la première fois que je l’ai vu se tenir debout, accrochée au canapé, avant de retomber sur les fesses. Alors je ne vous explique pas quand je l’ai vu faire du quatre pattes pour la première fois, ce qui était encore tout récent. Le point positif étant qu’elle était très souvent stimulée par ses frères et sa sœur. Par exemple, Saeed avait compris que Rose se déplacerait vers lui s’il lui tendait, à une certaine distance, un jouet qu’elle convoitait.

Alors forcément, je ne pouvais que faire preuve d’une « gagattitude » sans nom en entendant ma fille dire son premier « Papa ». Je la prenais dans mes bras et la couvrais de bisous, ce qui la fit éclater de rire. « Oui mon cœur. C’est Papa. Elle a dit Papa… » Le regard plein de fierté, Stan, lui, esquissa un sourire moqueur, puis déposa un baiser sur le front de sa petite sœur, avant de lui chuchoter : « Profites-en, parce qu’à un moment, ça va le souler que tu répètes ce mot à longueur de journée. ». Je levais les yeux au ciel et gardais Rose contre moi alors que tout le petit monde partait à la rencontre d’Isaac qui ne savait plus où donner de la tête, face à tant de visages différents. Il semblait même un peu apeuré et il était difficile de savoir s’il voulait sourire ou pleurer. Je me pinçais les lèvres, amusé, et m’étais rapproché de Morgana. « J’ai du mal à me dire qu’il y a seulement quelques mois, Rose était aussi minuscule que lui. » Pourtant, cela ne remontait pas à si longtemps. J’avais à la fois l’impression que c’était hier, et il y a un siècle. Je croisais le regard de ma compagne et lisais dans son regard cette envie ressentie face à la vue d’un nouveau-né. « Arrête de me regarder comme ça. Je connais ce regard et ce qu’il signifie, et… », lui lançais-je avant de poser mes yeux sur mon neveu. « Ohhh regarde-moi ces toutes petites mains. », lâchais-je en fondant face à un Isaac qui étirait ses petits bras, visiblement bien décidé à faire un petit somme.


@ Invité

avatar
   
#
Lun 24 Jan - 23:25
Morgana s'était installée sur le canapé, quand Abigail lui proposa de prendre Isaac dans ses bras. Celui-ci avait poussé un long soupir dans les bras de sa tante, peu dérangé à l'idée d'y être posé. Seulement, il y avait beaucoup de monde autour de lui et il gigota en fonçant ses petits sourcils. Morgana fit une moue attendrie, craquant totalement face à ce tout petit. Il était adorable. Alors quand William s'asseya à ses côtés, Morgana fit un petit sourire en observant le bébé.

- Je trouve qu'il ressemble à Rose quand elle est née, répondit-elle d'une voix rêveuse, un léger sourire flottant sur ses lèvres.

La brune releva ses yeux vers son conjoint et devant se regard gaga, elle ne pu s'empêcher de faire un grand sourire. Il avait beau lui dire qu'il ne voulait pas d'un petit dernier, il craquait dès qu'il voyait un bébé. Elle ne souhaitait pas le forcer et s'ils n'avaient pas un dernier enfant, ça lui irait très bien comme ça... mais elle ne pouvait s'empêcher de lui lancer des regards complices pour l'embêter. Et ça sembla marcher, en plus de ça.

- Je n'ai rien dit, répondit-elle en gloussant, un peu amusée par la situation. Et plus William gagatisait, plus ça lui donnait l'impression qu'il craquerait un jour. Ou pas. Peut-être qu'elle se tromperait et ça n'était pas un drame. Mais quand elle le voyait agir avec un tout petit...L'époque où Rose venait de naître, ça lui manquait. Et bien qu'elle aime sa fille plus que tout, elle grandissait beaucoup trop vite. Voilà qu'elle disait ses premiers mots, marchait à quatre pattes, se tenait debout. Elle était loin l'époque du tout petit bébé qui tétait à son sein et ça lui manquait.

- Mais tu sais que je ne dirais pas non à un petit dernier, lui murmura-t-elle à l'oreille pour le taquiner, en le voyant complètement gagatiser devant les toutes petites mains du bébé. Un peu plus discrètement, elle ajouta : Imagine les heures d'entrainement...

D'ailleurs, Rose se tenait debout. Elle faisait face à William, fonçant ses sourcils en faisant une moue. Elle semblait jalouse du bébé, peu habituée à ne pas avoir ses parents pour elle. Elle agita ses bras, poussant un léger cri.

- Papa, s'écria-t-elle d'une voix un peu plus forte, faisant aussi réagir Morgana qui fit un petit sourire devant l'impatience de leur fille. Il y avait beaucoup de moments où son caractère ressemblait beaucoup à celui d'Angela, mais il lui arrivait d'avoir leur force et leur côté têtu. Elle allait avoir beaucoup de caractère, si elle était comme ça alors qu'elle n'avait pas un an.

@ Invité

avatar
   
#
Mar 25 Jan - 11:20
Happy Birthday 4c7fac4ba8b14dbd632c173d6317c173b68f8f6c Happy Birthday Vin
Happy Birthday New-York-Manhattan-Pont-de-Brooklyn-de-nuit-mini-1359392 Happy Birthday Tumblr_mgr9nng49R1qbabvao4_250

Happy Birthday




Oui, je suis le genre d’homme qui fond devant un bébé, qui aime les enfants et qui n’imagine pas sa vie sans sa tribu. Or, nous avions déjà une famille nombreuse, bien qu’elle soit recomposée. Et je trouvais toujours assez surprenant qu’on parvienne à passer du temps avec chacun des enfants, de manière individuelle. Probablement pas assez cependant. J’avais toujours cette crainte que l’un d’entre eux se sentent délaissés. Alors nous faisions tout notre possible pour les faire passer en priorité. Il était hors de question qu’ils se retrouvent délaissés parce que nous avions fait des choix qui les concernaient, sans vraiment leur demander leur avis. Alors notre temps libre leur était consacré, au point de nous oublier nous, en tant que couple. C’était un choix que nous avions fait et qui semblait correspondre aussi bien à l’un qu’à l’autre, même si cela s’avérait parfois frustrant. Avoir un autre bébé, même si évidemment ce serait mentir que de dire que je n’en avais absolument pas le désir, ce serait prendre le risque de s’oublier totalement.

- Oui, un « petit dernier », c’est ça. Je te crois., murmurais-je avec une pointe d’amusement. Je connaissais assez Morgana pour savoir qu’un « petit dernier » pouvait être suivi par d’autres enfants. Et quand elle vint murmurer à mon oreille que nous pourrions nous « exercer » à faire un bébé, je levais les yeux au ciel puis tournais la tête vers elle. « C’est vrai que Rose nous a demandé un entrainement extrêmement long. », murmurais-je afin qu’elle seule puisse entendre. « Cinq minutes. Une éteeeeernité. » Je me mordillais la lèvre inférieure, pour ne pas rire.

Enfin, mon attention se reporta sur Rose qui prononça à nouveau le mot « Papa » dont je ne risquerais pas de me lasser avant très longtemps. Elle semblait contrariée de voir ses parents apporter autant d’attention à son cousin Isaac. Je la pris dans mes bras et l’asseyais sur mes genoux.

- Tu as vu le bébé, mon cœur ?

La petite fille ancra ses yeux bleus sur Isaac, et déposa une tendre caresse sur la main de ce dernier, comme s’il était l’être le plus fragile au monde. Un sourire attendri se dessina sur mes lèvres. Je soupirais d’aise, en gardant ma fille dans le creux de mes bras, humant son odeur que j’aimais tant.


@ Invité

avatar
   
#
Mer 26 Jan - 15:41
- Oh mon amour, dit-elle avec sourire en coin, devant la tentative de son compagnon pour la taquiner. Elle s'approcha un peu plus de lui, se penchant à son oreille. Un air malicieux brillait dans ses yeux. Si on a duré cinq minutes, ce n'est que parce que tu n'as pas réussi à tenir plus longtemps.

Elle donna une tape amicale à l'épaule de son fiancé, avant de se pencher pour embrasser sa joue d'un air amusé. Elle se concentra de nouveau sur son neveu, puis sur sa fille qui s'était réfugiée dans les bras de Will. Elle caressait la joue de son cousin, le regardant avec attention. Ca dura quelques minutes, avant qu'elle ne pose sa tête sur le torse de son papa et commença à se frotter les yeux.

- Notre petite fille est fatiguée... Reprit Morgana en souriant, voyant Rose se reposer dans les bras de son papa. Elle tenait son doudou contre elle, les yeux dans le vide. La jeune mère porta un regard rempli de bienveillance et de douceur envers sa fille, avant de reposer ses yeux sur son neveu qui s'agitait. Elle laissa sa toute petite main s'enrouler autour d'un de ses doigts, observant ses beaux yeux.

- Comment ne pas craquer ? Il est tellement adorable, reprit-elle d'une voix rêveuse. Elle était complètement gaga de ce tout petit, autant heureuse que William d'enfin le voir en vrai. Quand ils avaient appris la naissance d'Isaac, il y avait eu ce petit pincement au coeur de ne pas être là-bas pour le voir. Ils savaient qu'ils devraient attendre jusqu'aux fêtes de noël pour le rencontrer et bien qu'ils aient reçu un millier de photos du bébé, ça ne remplaçait rien.

Au bout d'un moment, Abby vint reprendre le bébé pour aller le changer. Elle fut suivit d'Angela qui la collait depuis qu'ils étaient arrivés, la petite était curieuse de voir Isaac se faire changer alors qu'elle savait très bien comment ça se passait avec sa petite soeur. C'était juste un pretexte pour suivre Abby. Morgana se tourna légèrement vers Will, une fois seuls. Elle attrapa Saeed sur ses genoux, qui vint lui demander un peu d'attention et fit un sourire à son compagnon.

- On devrait leur dire pour le mariage, non ?

@ Invité

avatar
   
#
Lun 31 Jan - 13:40
Happy Birthday 4c7fac4ba8b14dbd632c173d6317c173b68f8f6c Happy Birthday Vin
Happy Birthday New-York-Manhattan-Pont-de-Brooklyn-de-nuit-mini-1359392 Happy Birthday Tumblr_mgr9nng49R1qbabvao4_250

Happy Birthday




- Ca, c’est parce que tu me rends fou…, murmurais-je avant de me mordiller la lèvre, tandis qu’elle me donnait une tape dans l’épaule et venait embrasser ma joue. J’aimais cette complicité que nous avions entre nous, mais aussi toute cette taquinerie qui caractérisait si bien notre relation. Non, Morgana n’était pas seulement la femme que j’aimais, ma fiancée, elle était également ma meilleure amie. Je ne pouvais compter le nombre de fois où nous pouvions rire ensemble. C’était agréable, tellement plaisant.

Rose commença à somnoler contre moi. Et j’adorais ça. Je déposais un baiser sur le dessus de sa tête et laissais mes doigts tracer des petits cercles dans son dos, ce qui eut pour effet immédiat de la plonger dans le sommeil. Je continuais néanmoins ces gestes tendres, comme si finalement ils m’apaisaient autant moi qu’elle. Abby récupéra Isaac afin de le changer et je portais mon regard sur Saeed qui venait réclamer l’attention de Morgana. Parce que finalement, lui aussi tombait de fatigue. Du haut de ses cinq ans, ses siestes étaient moins nombreuses, mais finalement, il en ressentait encore le besoin, de temps en temps, même s’il refusait de l’admettre, trop heureux d’être assez grand pour rester éveiller, cela davantage accentué depuis la naissance de Rose, puisqu’il était devenu le grand frère, et ne demeurait plus le petit dernier de la famille.

Un sourire se dessina sur mes lèvres lorsqu’une fois seuls, Morgana proposa à ce que nous apprenions la nouvelle de notre mariage à ma sœur et à son compagnon. « Oui, on va leur dire. Viens, on va coucher ces sales gosses avant. » Souriant, je prenais Saeed contre moi, le tenant avec mon bras libre tandis que l’autre portait Rose, cela permettant à Weston d’utiliser ses béquilles. Malgré les nombreux progrès qu’elle faisait, il était nécessaire qu’elle se ménage pour retrouver toute sa mobilité. Mon fils passa instinctivement ses bras autour de mon cou, s’agrippant à moi comme un koala.

Je déposais Saeed dans son lit puis refermais la porte à moitié. Nous avions remis Rose dans notre chambre, le temps du séjour d’Abby et de son compagnon chez nous, afin de leur libérer une pièce. Placé derrière Morgana, nous observâmes notre fille, dans son lit bébé. Un sourire attendri se dessina sur mes lèvres. Mes bras s’enroulèrent autour de la taille de Weston, déposant un baiser sur son épaule, puis dégageais ses cheveux bruns pour embrasser sa nuque.

- Moi aussi j’aurais bien fait une petite sieste., murmurais-je avec amusement, même s’il est clair que mon idée première n’était absolument pas de dormir. Mais cela n’était pas possible, alors qu’Abby venait d’arriver tout droit d’Irlande. Mes mains s’immiscèrent sous le haut de la jeune femme, venant caresser sa peau laiteuse avec envie. Finalement je lui faisais face et embrassais son cou et sa mâchoire. « Tu penses que si on s’absente cinq minutes, ça se verra ? », lui demandais-je avec amusement. « Papaaaaaaaaa ? » La voix d’Angie se fit entendre, d’en bas. Je fermais les yeux un instant avant de soupirer. « Même cinq minutes, c’est beaucoup trop pour espérer être tranquilles. »


@ Invité

avatar
   
#
Lun 14 Fév - 0:49
Morgana se tenait debout, devant le lit de leur fille. Celle-ci dormait paisiblement, les poings serrés et le nez légèrement foncé, comme Morgana lorsqu'elle réfléchissait ou lorsque quelque chose la contrariait. La jeune femme passa un doigt sur sa joue, caressant tout doucement sa peau de bébé. Et elle admirait les traits fin de leur fille, un sourire tendre sur ses lèvres. Quand elle sentit les mains de William passer sur sa peau, ses muscles se contractèrent. Son sourire s'étira, alors qu'elle fermait ses yeux et profitait des caresser sur son corps. Elle laissa son compagnon la retourner, pour qu'elle lui fasse face et qu'il puisse embrasser son cou. Elle passa ses mains autour de son corps, se rapprochant de lui pour limiter la distance entre eux.

- Hm, une petite sieste ?, murmura-t-elle dans un souffle, alors qu'elle mordillait sa lèvre inférieur. Ca me paraît fanta... Et elle n'eut pas le temps de finir sa phrase que la voix d'Angela se fit entendre, au rez-de-chaussé. Morgana poussa un soupir. Elle posa sa tête contre celle de son compagnon, profitant de leur étreinte pendant un instant avant de se séparer de lui.

- Apparemment, cinq minutes c'est trop demandé, répondit-elle avant de se pencher et de quitter la chambre. Elle descendit doucement les marches de l'escalier, pour rejoindre l'attroupement qu'il y avait dans le salon. Elle croisa le regard d'Angela qui s'impatientait quant à la venue de l'un de ses parents. Elle fit un sourire à sa fille, ayant du mal à croire qu'elle aurait dix ans en 2022. Elle devenait une jolie jeune fille, avec des traits doux, un physique élancé. Elle serait très certainement une jolie femme, dans le futur. Aussi belle à l'extérieur qu'à l'intérieur, parce que les années passaient mais elle gardait cette bontée à l'intérieur. Morgana était heureuse de la voir grandir en étant une personne gentille, avec un grand coeur.

- Qu'est-ce qu'il y a ?, demanda Morgana avec douceur, s'approchant de sa fille.
- Je peux sortir le gâteau qu'on a fait ?, questionna Angela.

Morgana jeta un coup d'oeil à l'heure, avant d'hocher la tête. Angela et Stan s'étaient attelés en cuisine pour faire un gâteau, puisqu'Abigail et son compagnon étaient arrivés en milieu de matiné. Un gâteau au yaourt, avec des fruits rouges. Accompagnés d'un bon café ou d'un bon thé, c'était le meilleur goûté de milieu de matinée pour requinquer leurs invités.

La brune les fit s'installer autour de la table, avant d'aller lancer la cafetière et la bouilloire pour le thé. Quand tout le monde fut servit, elle se permit de s'installer à côté de son futur mari. Elle allait prendre sa tasse de thé, quand elle entendit un halètement venant d'Abby.

- Vous allez vous marier ?, demanda-t-elle soudainement, ayant remarqué la bague au doigt de la jeune femme. Morgana tourna la tête vers son compagnon et lui fit un sourire, lui laissant l'honneur de l'annoncer à sa soeur jumelle.

@ Contenu sponsorisé

   
#

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet

permissions de ce forum

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum