La nouvelle version a été installée cute ! Pour découvrir les nouveautés c'est par ici & pour commenter c'est ici
S'intégrer sur un gros forum, le mode d'emploi excited A découvrir par iciii avec toutes les initiatives mises en place !
Le Deal du moment :
Disney Lorcana Chapitre 3 : où acheter le ...
Voir le deal

(marisol) birthday plans

@ Invité

avatar
   
#
Mar 11 Oct - 16:49
Septembre 2022.

S’il redoute la date de son anniversaire comme l’épidémie annuelle de grippe au lycée, Rico ne manque pas une seule occasion de célébrer ceux des personnes qui comptent pour lui. A commencer par Marisol, sa plus vieille amie à ce jour, sa quatrième sœur, même – si vous l’écoutez. Quelque chose lui dit qu’elle ne fera rien cette année s’il ne met pas les pieds dans le plat pour prendre les choses en main lui-même. Même pas une petite sortie au restaurant du coin, même pas inviter trois personnes à manger une part de gâteau, ou peut-être que si. Mais quoi qu’il en soit, rien qui ne soit à la hauteur de ce qu’elle mérite.

Ainsi, Rico s’est trouvé une nouvelle mission : tirer les vers du nez de son amie, et agir en fonction. Et quoi de mieux qu’un petit moment de blanc lors d’une visite de courtoisie pour mener son plan à exécution ? Il a donc méthodiquement préparé son intervention, s’invitant chez Marisol pour le café après le boulot, comme souvent (chez l’un ou chez l’autre, à vrai dire). Quelques politesses échangées, une bonne demi-heure à se raconter les derniers potins du lycée et du quartier (définitivement les sujets de discussions favoris du mexicain qui vit pour le drama des autres), et enfin, une fenêtre de tir.

Après quelques secondes de silence, il voit là l’occasion d’amener le sujet sur le tapis. Se redressant soudain sur son siège, il s’exclame : « Sooooooo… » La connerie dans les yeux, manifestée par cette petite lueur de malice qui les fait briller et par les ridules provoquées par son sourire qui apparaissent dans les coins, Rico se frotte les mains. « What are we doing this year ? For your birthday, I mean. Isn’t it, like, next month ? » Bien sûr que c’est le mois prochain, il le sait parfaitement, et sous son air innocent, Rico sait que Marisol sait qu’il est au courant. « We gotta celebrate, babe. » Un peu ironique venant de la dramaqueen qui évite de mentionner son anniversaire à tout prix. Mais il y a une dimension différente à fêter celui des gens qu’il aime. L’occasion entre autres d’organiser une petite fête en leur honneur, et de s’en donner à cœur joie.

@ Invité

avatar
   
#
Dim 20 Nov - 15:56
Le cafecito avec Rico est une tradition depuis si longtemps que Marisol serait incapable de dire quand ça a commencé. Toujours est-il que cela fait des années que ça dure, au point où il n'aurait même pas besoin de frapper. D'ailleurs, du temps où cette maison était dans un chaos plus constant et empli de cris d'enfants, celui lui arrivait de simplement rentrer, prendre Sofia dans ses bras et lui sommer de lui raconter sa journée d'école, dans les détails. Sa fille n'aurait pas pu rêver meilleur parrain et elle n'aurait pas pu avoir un meilleur ami. Un frère même, parfois plus présent pour elle et ses enfants que la chaire de sa chaire, parti vivre ses rêves de fortune dans la Silicon Valley. Oh, Luis envoie toujours de superbes cadeaux à son neveu et à sa nièce, mais on ne le voit que rarement en dehors du repas de Noël familial.

La conversation suit donc son cours le plus naturellement du monde, la journaliste est calée sur un coin du grand canapé du salon, ses pieds - nus évidemment, pas de chaussures à l'intérieur - sous elle, un biscuit à la main. Elle grignote, se demandant un instant si Miguel a bien basket aujourd'hui où si elle était sensée le récupérer quelque part. Son téléphone n'a pas sonné, il n'y a donc pas lieu de s'inquiéter. Et c'est un grand garçon, qui a vécu toute sa vie à Staten Island, il sait prendre le bus. Rationaliser ses inquiètes de maman poule est parfois difficile, mais heureusement, Rico l'arrache à sa réflexion, en se frottant littéralement les mains d'un air machiavélique. Ce garçon a une idée derrière la tête et Marisol se prépare mentalement à entendre une folle idée.

Sur l'échelle de ce que son meilleur ami peut lui proposer, fêter son anniversaire est loin d'être la chose la plus insolite. Incroyablement hypocrite, ça, c'est sûr, mais pas si improbable. Elle hausse un sourcil quand il fait mine de lui demander la date de son anniversaire, répliquant de son ton de maman, mais avec une lueur d'amusement dans les yeux. « You know exactly when my birthday is. Or at least you should. » Ca ne fait que trente ans qu'ils sont amis, à quelques années près. « And you already planned that big bash for my 40th last year, I was thinking of keeping things lowkey this year, at home, with the kids. And you of course. Nobody celebrates turning 41. » Contaminée par l'humeur espiègle de son amie, elle ajoute toutefois. « Althouuuuuuugh... We could make a deal. » Elle se tourne vers Rico, un air faussement sérieux sur le visage. « I will let you plan me a crazy birthday party IF you let me do the same for you. » Fière de sa trouvaille, Marisol ne retient pas un petit sourire fier, persuadée d'avoir trouvé une parade irréfutable.

@ Invité

avatar
   
#
Lun 19 Déc - 17:39
Ricardo offrit à Marisol son meilleur sourire, celui qui signifiait ok, tu m’as grillé en deux secondes à peine mais tu n’échapperas pas à mon idée malgré tout, mélange de fausse innocence et d’un poil de mauvaise foi. Il lui présenta ses paumes en guise de réponse : à vrai dire, il savait non seulement la date d’anniversaire de son amie, mais ils l’étaient depuis si longtemps qu’il pouvait également citer l’heure exacte et l’intégralité de son birth chart sans même avoir à sortir les antisèches. Bref, Rico avait bien conscience de n’être pas l’être le plus subtil de cette planète, mais ses intentions restaient pures. Marisol pouvait bien protester, elle n’arriverait pas à le convaincre d’abandonner l’idée de fêter son anniversaire. Il s’apprêtait d’ailleurs à ouvrir la bouche pour lui répliquer qu’avoir organisé une seule soirée dans sa vie ne consistait pas en une excuse suffisante pour annuler toutes les années suivantes quand Marisol l’attrapa à son propre jeu.

Le professeur se figea un instant, sa tasse dans une main, l’index de l’autre levé en l’air, avec une expression contrariée qui ne laissait aucun doute sur son métier. « That is so not fair. », protesta-t-il après quelques longues secondes d’une intense réflexion. « First, my birthday was in May, I’m not having a late party, nuh-uh. » Il oublia volontairement, dans toute l’étendue de sa mauvaise foi, de parler de son quarante-deuxième anniversaire, en mai prochain. Ne serait-ce que penser au temps qui passait lui arracha un frisson d’effroi. « Also, aging is fine for other people, not me. Aging doesn’t suit me and you know that. » Pire : l’idée même de vieillir provoquait chez Rico une angoisse sourde, parfaitement ridicule, et l’unique chose qu’il se sentait capable de planifier à l’approche de son anniversaire était une mise en bière – celle de sa jeunesse partie trop tôt.

Plus ou moins subtilement, il tenta de s’échapper : « Anyways, we were talking about you, my dear. You’re distracting me from the real goal here, which is : y-o-u. » Ou, en tout cas, lui planifier une nouvelle fête digne de ce nom. Rien de fou si elle n’en avait pas envie, bien évidemment qu’il ne l’obligerait pas à sortir la robe de soirée et les paillettes si elle souhaitait rester chill à la maison. Mais Marisol n’échapperait pas aux plans machiavéliques de son meilleur ami, et elle n’oserait pas le mettre face à son propre démon. « Come on, you’re so busy and hard working, you deserve to be celebrated for once. Please, pretty please ? »

@ Invité

avatar
   
#
Dim 19 Fév - 12:19
Si Rico ne possède pas les défauts communs à bien des hommes, il y en a toutefois un dans lequel il excelle particulièrement : la mauvaise foi. Le voir avec sa tête de prof crier à l'injustice et se chercher des excuses pourraient être frustrant, si ce n'était pas si drôle. L'expression de la brune ne laisse aucun doute sur son ressentir, un large sourire espiègle illuminant son visage. Elle roule toutefois des yeux, se montrant aussi têtue et littérale qu'elle sait l'être. Et elle aussi a des défauts qu'elle maîtrise extrêmement bien. « Don't be an idiot, I meant next year. »

Evidemment, son meilleur ami ne se laisse pas convaincre si facilement, lui sortant une énormité qui lui donne envie de lui lancer un coussin à la figure. Elle va d'ailleurs pour le faire, mais se contente de la menace, ne souhaitant pas qu'il renverse son café sur son joli canapé. Bien entendu, la mère de famille a trop de sagesse - et d'expérience - pour avoir des meubles de couleur claire, mais elle n'a pas non plus envie d'appeler sa mère pour lui demander conseil sur comment enlever des tâches de café du tissu. Dans un grand élan de maturité, Marisol lance donc un regard noir au professeur, hochant la tête d'un air faussement en colère. « You have aged better than anyone I know, you look as good as you've ever have. Also, you know how I feel about being mean to yourself like that. » Si sa colère est feinte, la brune n'apprécie tout de même pas ce genre de sentiments chez Rico. Et elle a toujours refusé de céder à ses élans mélodramatiques quand ils empiétaient sur une vraie dépréciation de lui. On ne la lui fait pas, surtout pas après tant d'années.

Il s'efforce de reporter l'attention sur elle, putting the b in subtle while doing so. Il arrache tout de même un sourire à sa meilleure amie, qui pose son café à moitié bu sur la table avant de répondre. « I'm not saying I won't celebrate, I like a good party. Nothing insane, again, just friends and the family I actually like. And I will absolutely let you plan it, that's a gift in itself, not having to organise things. But my condition stays, you gotta let me do the same for you and shower you with love and attention from everyone you know in the tri-state area. » Un deal un rien machiavélique, mais c'est pour la bonne cause. Même si Rico ne serait sans doute pas d'accord avec cette affirmation.

@ Invité

avatar
   
#
Mer 26 Avr - 20:06
« Hey, I’m not an idiot ! », protesta Rico qui démontrait toute l’étendue de sa mauvaise foi un peu plus à chaque seconde qui passait. Sa meilleure amie avait très clairement retourné ses arguments contre lui et c’était bien la dernière carte qui lui restait afin de garder la face : faire semblant de ne pas comprendre ce qu’elle voulait dire. Aussi, il continua sur la même lancée, déterminé à faire entendre son opinion au sujet d’une fête d’anniversaire organisée pour lui. C’était son idée, à la base. Marisol était bien culottée de lui faire ce coup-là.

Pourtant, le petit sourire satisfait du professeur quitta bien vite son visage face au regard noir de sa meilleure amie. Aucune paire d’yeux ne lui faisait plus peur que celle de sa mère en colère, mais Marisol se défendait si bien qu’il n’avait aucun mal à les placer en seconde place au palmarès. Ok, il avait peut-être légèrement abusé. « I’m sorry, cariño. », répondit-il donc, tout penaud face à la fausse colère de sa meilleure amie. Se faire réprimander ne l’empêcherait pas de recommencer, mais suffisait à calmer ses remarques stupides pour l’instant. Aussi, il s’efforça de reporter le sujet sur Marisol, et non sur ses tendances à l’auto-dépréciation.

Son amie cependant ne semblait pas prête à lâcher l’affaire. Non contente d’accepter sa proposition pourtant de bonne foi, elle tenait à lui rendre la pareille et s’efforça de lui faire savoir. « No. No no no no. », commença-t-il à protester comme un enfant ingrat. Puis, il réfléchit quelques secondes : s’il refusait cet ultimatum, cela signifiait mettre un terme à cette idée de fête en l’honneur de Marisol. Et elle méritait cet honneur, qu’elle en soit consciente ou non. Alors, Ricardo déposa sa tasse de café sur la table basse et fixa sa meilleure amie, droit dans les yeux, durant plusieurs secondes, puis soupira dans sa barbe : « You’re absolutely wicked. » Il secoua la tête. « Jesus, okay, I’m in. Just don’t make a fuss about it, alright ? » Une défaite qu’il n’était pas près de digérer. Mais face à la mère de famille, Rico ne s’inclinait que trop souvent. Elle savait parfaitement le prendre par les sentiments. Et puis, il n’avait que peu de volonté.

Aussi, pour ne pas la laisser savourer la victoire trop longtemps, il se pressa de revenir au sujet initial : « So, I was thinking booking a small venue, with a dance floor, and I’ll make the food, Sophia has already agreed to help with the cooking part, she’s invested. » Mais puisque cette fête serait donnée en l’honneur de Marisol, il s’inquiéta malgré tout : « Does that sound good for you ? You did say yes to crazy, your words ! », se dédouana-t-il, les deux mains levées, avant que Marisol ne proteste.

@ Contenu sponsorisé

   
#

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet

permissions de ce forum

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum