La nouvelle version a été installée cute ! Pour découvrir les nouveautés c'est par ici & pour commenter c'est ici
S'intégrer sur un gros forum, le mode d'emploi excited A découvrir par iciii avec toutes les initiatives mises en place !
-16%
Le deal à ne pas rater :
Lave-vaisselle tout intégrable BOSCH SMV2ITX18E SER2 12 couverts – ...
376 € 450 €
Voir le deal

'til everything you do feels right (debbie)

@ Invité

avatar
   
#
Sam 2 Avr - 17:07
Il est temps pour Clare de prendre une décision imminente concernant son avenir dans les Mis. Et très clairement, l’avis de ses proches ne lui suffit pas. Ils sont nombreux à avoir remarqué les changements, pour certains très insidieux, dans le comportement de Clare. Et la plupart – à raison – blâment Broadway pour ces changements. Sans donc réellement connaître l’envers du décor, les avis sont très tranchés. Si elle écoute ses amies, si elle écoute les autres, deux possibilités s’offrent à elle : arrêter de se morfondre et continuer, ou arrêter le massacre et arrêter Broadway à tout jamais. Autant dire que tout cela est bien beau, mais ça ne l’aide pas à éclaircir les perspectives sur son avenir dans les Misérables, et les conseils prodigués par n’importe qui sauf des gens du métier ne font qu’amplifier la confusion de la blonde. Aussi, lorsqu’elle croise Debbie au LGBT Center ce jour là et que l’idée la traverse, ça lui semble soudain une très bonne idée. Reste à trouver comment caser ça au milieu de la discussion, alors qu’elles ont toujours fait semblant de ne pas se connaître et que ça fonctionnait très bien comme ça jusqu’à présent.

Aussi, après un petit blanc dans la conversation, Clare s’engouffre dans ce qu’elle pense être la meilleure occasion. « Hey, hum, Debbie ? Fancy a drink ? », elle demande un peu trop rapidement pour que ça ait l’air innocent. Aussi, elle se presse de clarifier les choses : « I know, hum, this is, this is a safe space, right, and pretending I didn’t know who you were was a real treat for a while, loved every second of it, really, but… » Clare s’embourbe, et plutôt que de continuer à creuser son trou, elle decide d’entrer dans le vif du sujet. A peu près. « I may or may not need advice and I gather that you’ve been in Les Mis for a while, and I don’t know who else I could turn to… aaaaand I’m talking too much, again, I’m sorry please do not hesitate to shut me up if you don’t want to get involved in this conversation. »

« Let's get that drink. I mean, it'll be non alcoholic cause that's all they've got, but it will still help. » Malgré sa panique évidente, Clare ne peut s’empêcher de sourire à sa collègue qui n’hésite pas la moindre seconde à passer son bras sous le sien pour l’entraîner vers le Bluestockings. Debbie poursuit d’ailleurs en la rassurant suffisamment pour qu’une vague de soulagement remplace la boule dans son estomac. La simple idée qu’une personne liée aux Mis qui ne la toise pas de haut en bas avec un air désapprobateur existe lui suffit à se sentir mieux. « That’s really nice of you. Thanks. », la remercie-t-elle en posant sa main libre sur le bras de sa collègue puis, elle se détache pour aller commander un latte.

Et lorsqu’elles sont toutes les deux servies et installées à la petite table en retrait, Clare prend une longue inspiration et se lance : « Right. I’m sorry if I freaked you out, asking for your help was a huge deal. » Elle hausse les épaules. « And thank you for being nice about it. It means a lot to finally meet someone who’s not judging me based on a one-sided gossip. » Car finalement, personne n’a laissé l’occasion à Clare d’expliquer sa vision de l’histoire. Tout le monde a aveuglément écouté les accusations de Damian qui, évidemment, en a profité pour ajouter quelques couches de mélodrame pour se faire, au mieux plaindre, au pire excuser. Après tout, on parle de comédiens de Broadway : leur vie entière amène au drama à outrance. « That’s not why I’m here anyway. », elle ajoute, complémentant ses paroles d’un geste de la main qu’elle envoie au-dessus de son épaule. « I don’t want to talk about Damian. Well, actually, we’re gonna have to bring it up at some point but… » Elle soupire, lasse de cette histoire. « The thing is, I only have a month left as Cosette. I was in peace with this idea, and then my agent called and told me they want to keep me for another six months. Now I’m lost. » Clare marque une pause le temps de boire une gorgée de latte. Elle ne veut pas inonder Debbie d’informations non plus, après tout. Elle est déjà suffisamment aimable d’accepter de l’écouter chouiner.

« Ooh.  Well, I guess the obvious question is do you want to continue playing this role? Or is the work environment too… difficult to deal with? » Clare hausse les épaules. La réponse à cette question est difficile à donner. D’après ce qu’elle sait, Damian s’en va sur un autre show et il est précisément le nœud du problème, la raison pour laquelle jouer Cosette n’a jamais été agréable. Un autre partenaire pourrait régler son problème en moins de deux. Pourtant, son estomac se serre à chaque fois qu’elle pense aux Mis. A Broadway. Elle soupire, enroulant les mains autour de son mug bouillant : « I have no idea. I don’t know if that whole, you know, situation, if it’s ruined it for me or if I’ll get over it as soon as Damian’s gone. » Ses lèvres se pincent dans une expression ennuyée. La chaleur du mug se répand dans ses doigts et lui fait du bien, mais sa tension est encore palpable. « To be fair, I don’t even know what I’d do if I decided to say no. Maybe I’d just leave Broadway and go back to the diner. So, you know, a few additional months could actually just help me decide if I still like this job or if I’m done for good. » Clare hausse les épaules, pas sûre d’où elle va. En réalité, c’est la première fois qu’elle énonce tout haut l’éventualité d’abandonner complètement Broadway. Elle y a déjà pensé, évidemment. « I don’t know what to do. », gémit-elle finalement, lasse. Et alors que Clare secoue la tête en signe de désespoir, Debbie vient à la rescousse : « Let's ignore Damian for a minute. I know it's hard but, trust me, it will blow over. People have come back from worse. And I'm told the internet is shitting on ALW these days, that should keep them busy. So, imagine you quit Les Mis, start fresh on another production in a few months. I don't know, think of a role you've always wanted, picture yourself doing it. Do you still want that? »

Plus elle parle, plus la jeune femme se sent reconnaissante. Après tout, Debbie n’avait aucune obligation de donner de son temps pour donner des conseils de carrière à une simple connaissance. Ni même de simplement accepter cette conversation. Elle aurait pu invoquer la carte de l’anonymat en dehors du lieu de travail. Pourtant, elle s’adonne à la tâche avec beaucoup de bonnes intentions, et Clare ne peut que se sentir redevable. Son conseil est tout bête, mais au milieu de sa confusion, elle n’y aurait pas pensé elle-même. On a souvent tendance à chercher midi à quatorze heures, quand on est sous pression.

« I do, actually. Well, I think I do. », elle annonce doucement. « I’m not sure I would want that right now though. I need a break to get my shit together. But I can picture myself on a stage again. It’s just… I’m so tired of Cosette, of Les Mis, I used to love that show with all my heart. Now I kind of hate it ? I wouldn’t want that to happen to every show I’ve ever liked. » Plus elle énonce ses doutes à voix haute, plus la situation devient claire aux yeux de la blonde. Comme quoi, l’importance de trouver des figures amicales dans le cadre du boulot est avérée. Une raison supplémentaire de penser qu’elle n’en serait pas là à réfléchir sur son avenir à Broadway si elle avait réussi à s’intégrer correctement sur son lieu de travail – fuck you Damian, once more. Bref, Clare a l’impression de revivre ses années collège et lycée et ce n’est pas un sentiment qui lui plaît. « So take a break. Take a dance class, keep busy, do some smaller auditions. Maybe try out for a regional tour or something, get out of Broadway for a bit if you need too. But they are dozens of shows, the next Hamilton is being written somewhere as we speak. If it's musical theatre you want to do, you'll find it. I'm not saying it won't be tough, but you'll get better at spotting red flags. I can help with that if you need. You'll get thicker skin. And, maybe if the stars align, karma will come for that sorry excuse of a man. And maybe karma can get a bit of help. » Aux derniers mots de Debbie, Clare ne peut s’empêcher de ricaner. Son sourire s’élargit, son regard se fait un peu plus pétillant. Non pas que l’idée de se charger du karma de Damian lui plaise, elle n’est pas tout à fait revancharde, mais un peu d’humour lui fait du bien. Et tout est un peu plus clair dans sa tête. « Right, a bit of help, it actually wouldn’t be anyone’s fault if he went to fell off the stairs and literally break a leg. » L’air innocente, elle hausse les épaules et continue: « But I’m sure he’d be so proud to know he’s had such an impact on my life I’m still talking about him today, so let’s not. Thanks for your help Debbie, I think I’m gonna follow your advice. Broadway’s not going anywhere, might as well take some time off and think about the next steps. » Réfléchir à tête reposée, loin du chaos. Voilà une idée qui lui semble soudain séduisante, maintenant qu'elle est sortie de la bouche de quelqu'un d'autre qu'elle.


uc -

@ Debbie Sinclair

Debbie Sinclair
Messages : 553
Pseudo : tara
Player's pronoun : elle
Rythme de rp : en théorie, 1 fois par semaine
Multinicks : Jessica Doyle / Madison Reed
Avatar : nicola coughlan + nocreativejuiceleft (avatar) + plume (gifs) + aeairiel (code) + dolly parton (lyrics)
Trigger : ras mais j'apprécie un MP si une situation potentiellement difficile se présente
Warning : rapports à l'alcool difficiles, abandon familial, lgbt-phobie
'til everything you do feels right (debbie) F5567b133e339e4547b97765b4854c273cc863f8
Age : 36 ans
Nationality : américaine
Origins : 50 shades of white
Religion : élevée Southern Baptist (courant évangélique) mais aujourd'hui agnostique
Status : célibataire avec un crush
Orientation : bisexuelle
Work : comédienne à Broadway, actuellement on vocal rest
Home adress : vinegar hill, brooklyn
Communities : broadway, lgbt center, the outpost
Summary : Debbie a grandi au coeur de la Caroline du Sud, dans une famille conservatrice et pauvre. Autant dire que rien ne la prédestinait à fouler les planches de Broadway. Mais elle a eu de la chance dans son malheur: elle s'avère être le fruit de l'union extra-maritale d'un politicien républicain influent, qui a donc payé pour ses frais de scolarité. Un rêve et une guitare en poche, la blondinette a débarqué à New-York pour intégrer la prestigieuse Tisch School of the Arts, où elle a trimé à l'école et dans une foule de petits boulots. Bientôt 15 ans plus tard, Debbie vit à peu près bien de son art et sa personnalité pétillante fait qu'elle s'en sort plutôt bien dans sa vie sociale. Sentimentalement, c'est peut-être un rien plus compliqué, éternellement condamnée à devenir potes avec ses exs ou ne plus jamais leur parler.
   https://99problems.forumactif.com/t7623-debbie-sinclair-backwoods-barbie
#
Dim 3 Avr - 18:47
C'est une journée tranquille au LGBT Center. Après avoir accueilli quelques nouvelles têtes et discuter logistique pour un événement à venir, Debbie s'accorde un peu de repos et entame donc avec plaisir une discussion avec Clare. Comme d'habitude, elle fait mine de ne pas savoir que la jeune femme est une collègue de Broadway, actuellement au cœur d'un scandale qui fait palpiter de tous ces gens sur les réseaux sociaux et salons de discussion qui n'ont rien de mieux à faire de leur vie que de spéculer sur la vie des autres. En l'occurrence, la blonde est étonnamment bien placée pour connaître le fin mot de l'histoire et elle n'est absolument pas du genre à se croire au dessus des ragots. Mais elle en a aussi assez vu et entendu - et elle-même subi - pour savoir quand ne pas jeter de l'huile sur le feu, mais plutôt essayer d'apaiser la situation. Après tout, who would trust a man's word in this scenario?

Et puis, le LGBT Center est un lieu qui se fait bienveillant, safe. C'est d'ailleurs pour ça que Debbie y passe autant de son temps libre, avant de devoir reprendre le chemin des planches pour des répétitions intensives. Son nouveau rôle est un challenge certain, ça faisait longtemps qu'elle n'avait pas appris autant de chorégraphie. Mais, c'est une professionnelle. Clare la prend alors de court, interrompant ses pensées et relançant la conversation de manière plutôt abrupte, elle qui est en général si douce.

Il lui faut quelques secondes pour raccrocher les wagons et comprendre ce que la jeune femme lui demande. Ok, fin des simagrées, elle a besoin de conseils. Ok. Passant automatiquement en mode tata queer à la rescousse, Debbie glisse son bras sous celui de sa collègue. « Let's get that drink. I mean, it'll be non alcoholic cause that's all they've got, but it will still help. » Alors qu'elles se dirigent vers le Bluestockings, attenant au centre, elle poursuit. « And whatever it is you want to talk about, I'm here for you and it will not leave this place. You're right, this is a safe space. I know you know I still have friends in Les Mis, but what happens here is none of their business. We can talk about whatever you want. »

Elle pousse la porte du café, désigne une petite table un peu en retrait et ajoute avec un sourire. « Have whatever you want, it's on me. Actually, it's on the house, cause volunteers drink for free but whatever. » Clare commande un latte et Debbie se contente d'un thé au miel, préservant ses cordes vocales au mieux pour son workshop de demain. Une fois installées, elle écoute attentivement la jeune comédienne. Si elle contrôle son expression pour rester neutre et chaleureuse, elle n'en éprouve pas moins un petit pincement au cœur en l'entendant enfin nommer sa situation ingrate.

Mais la blonde n'a pas le temps de se lancer dans un discours à base de "mais il n'y a pas de problèmes" et "mais évidemment, je suis là si tu as besoin de parler." Visiblement, Clare a d'autres chat à fouetter. Et cette fois, Deb ne retient pas un haussement de sourcils étonné. « Ooh. » En effet, c'est une décision épineuse. Elle inspire, prend une gorgée de thé et répond finalement. « Well, I guess the obvious question is do you want to continue playing this role? Or is the work environment too… difficult to deal with? » Evidemment, elle a sa propre idée sur la question, mais ce n'est pas à elle de se prononcer.

La réponse est floue, revient évidemment au type qui a causé toute cette crise existentielle. Ugh, si elle pouvait le choper entre quatre yeux celui-là, qu'il ose défendre sa version des faits devant une Debbie remontée. Car, évidemment, la blonde n'est pas infaillible. Quand ses ami.e.s encore dans la troupe des Mis lui avait parlé des petits ragots du moment autour de la nouvelle petite blonde et de Damian, elle avait écarquillé les yeux, s'insurgeant de ce qu'elle croyait être leurs cachotteries respectives. Mais plus le temps a passé, plus elle a réalisé qu'il y avait très certainement une toute autre version des faits. Et beaucoup ont bizarrement omis de lui dire que la blonde en question avait largué le spécimen et que c'était lui qui criait au drama sur tous les toits. Hella sus.

Debbie inspire, prend une gorgée de son thé, écoute attentivement. Elle contient la rage qui l'anime à l'idée qu'un homme - of all things - puisse pousser une talentueuse comédienne à abandonner sa carrière. Elle sourit, compréhensive, chaleureuse. Mais demande tout de même sans hésiter. « Let's ignore Damian for a minute. I know it's hard but, trust me, it will blow over. People have come back from worse. And I'm told the internet is shitting on ALW these days, that should keep them busy. So, imagine you quit Les Mis, start fresh on another production in a few months. I don't know, think of a role you've always wanted, picture yourself doing it. Do you still want that? »

tw: évocation de remarque grossophobe

La question est évidemment simpliste, mais elle peut servir de petit électrochoc à Clare pour commencer à trouver des réponses. Et ça semble fonctionner. Clare déballe son sac, pose toutes ses émotions contradictoires et la comédienne lui offre un sourire triste, ne comprenant que trop bien ce qu'elle veut dire. Ce métier peut être décourageant, pour mille et une raisons et elle a la malchance de tomber sur une des pires pour son premier grand rôle : a dumb, undeserving man. Debbie a elle aussi connu des déboires à l'en dégoûter de la scène. Son audition pour Glinda l'a refroidie de toute tentative de grand casting pendant un petit moment. Certaines réflexions vous suivent un moment, comme quand on vous dit droit dans les yeux qu'il faudrait refaire tous les costumes et que le metteur en scène ne pense pas que le public est prêt à voir quelqu'un comme elle. Whatever the fuck that means.

fin tw

Elle soupire, boit une gorgée de thé et répond finalement. « So take a break. Take a dance class, keep busy, do some smaller auditions. Maybe try out for a regional tour or something, get out of Broadway for a bit if you need too. But they are dozens of shows, the next Hamilton is being written somewhere as we speak. If it's musical theatre you want to do, you'll find it. I'm not saying it won't be tough, but you'll get better at spotting red flags. I can help with that if you need. You'll get thicker skin. And, maybe if the stars align, karma will come for that sorry excuse of a man. And maybe karma can get a bit of help. » Son sourire se fait plus machiavélique, mais elle laisse sa phrase en suspens, ne voulant pas montrer son plus mauvais jour à une simple connaissance. La demoiselle a l'air sur la même longueur d'ondes. Elle aime sa façon de pense. Deb hausse elle aussi une épaule, avec un sourire en coin, mais s'abstient de tout autre réflexion. Il ne faudrait pas dire quelque chose de compromettant, on sait jamais.

Elle grimace ensuite à la remarque de Clare. Nul doute que cet imbécile heureux serait ravi de savoir qu'il cause tant d'émoi. Sans grande conviction, la blonde boit une gorgée pour dissimuler son expression un rien dégoûtée, après tout, sa collègue était amoureuse de ce pauvre type il n'y a pas si longtemps. Inutile de remuer le couteau dans la plaie. Elle sourit ensuite, contente que ce simple échange ai pu être bénéfique à la jeune femme. « No problem at all honey, I'm glad it helped! Now, let's finish these free drinks and talk about absolutely everything else but men, ugh. » Elle lève les yeux au ciel, avec une moue exagérée qui se transforme vite en sourire. Après tout, Debbie préfère largement passer le reste de cette discussion à en apprendre plus sur son interlocutrice qu'à se préoccuper du sort d'un pauvre type.

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet

permissions de ce forum

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum