La nouvelle version a été installée cute ! Pour découvrir les nouveautés c'est par ici & pour commenter c'est ici
S'intégrer sur un gros forum, le mode d'emploi excited A découvrir par iciii avec toutes les initiatives mises en place !
-39%
Le deal à ne pas rater :
SEB Friteuse à huile (1.2 kg de frites)
49.99 € 82.35 €
Voir le deal

Les fleurs rouge tiennent toujours plus de dix jours

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

@ Invité

avatar
   
#
Lun 23 Mai - 13:23
Les fleurs rouge tiennent toujours plus de dix jours
@Shin Yung-jae

Mon arrivé à New-York s'était très bien passée et j'avais rapidement trouvé mes marques, il fallait dire aussi que quitter l'Australie avait été une bénédiction pour moi. Cela m'avait permise de sortir de mes sombres moments et ainsi pouvoir revoir la lumière dans ma vie.

Aujourd'hui, il n'était pas question de me rendre au magasin de fleurs dont je faisais partie. J'avais réussi à négocier avec mon patron de pouvoir continuer mes activités de mannequinat pour la marque dont j'étais ambassadrice. Je n'avais pas eu d'information sur le style de shooting, mais je savais qu'ils avaient fais appelle à un jeune photographe pour l'occasion. Une personne qui semblait connaître la ville qui réussirait à capter l'âme des différents lieux que nous allions "visiter". Le lieu de rendez-vous était d'ailleurs pas très loin de chez moi et je n'avais pas besoin de prendre le ferry. J'enfilais un jean, des baskets et un petit débardeur en dentelle vert. Je décidais de laisser mes cheveux détacher au cas ou les coiffeurs de la marque décide de les attacher.

J'arrivais rapidement sur les lieux du shooting et je retrouvais Dany qui était en charge des mannequins. C'était une très charmante jeune femme, énergique et toujours dans le body positive. J'appréciais travailler avec elle et j'étais toujours en confiance quand elle était dans les parages. Sauf que, cette fois, les choses allaient être totalement différentes. "Love ! Tu vas bien j'espère ?! En tout cas tu as une mine radieuse et c'est super ! Je suis aussi ravis de voir que ton bronzage australien n'a pas encore totalement disparu...Il va nous être très utile aujourd'hui..." Je la suivait parmi les différents présentoirs où trônait pour la plus part des maillots de bain et autre tenues légères. Mon coeur commençait à se serrer dans ma cage thoracique et j'étais entrain de douter de plus en plus de ce shooting. Dany se stoppa dans le présentoir où une affiche indiquait mon prénom, "La marque a pensé que les pièces seraient idéal pour toi...Enfile la première et rejoint nous...Le photographe est déjà à l'oeuvre !"

J'hochais la tête sans dire un mot de plus avant de prendre le premier maillot de bain, il était d'un rouge profond et en deux pièces. C'était un très jolie modèle, mais que je ne pouvais m'imaginer le porter tout seule. Je n'avais même pas pour habitude de porter ce genre de maillot de bain quand j'étais en Australie. J'attrapais un kimono en soie pour éviter qu'on attrape froid et je me couvrais avec une fois le maillot de bain enfilé. Je croisais les bras contre ma poitrine prenant soin que le kimono reste parfaitement fermé et je m'avançais vers la zone de photographie. L'ambassadrice avant moi, semblait bien plus à l'aise et elle semblait même apprécier que le photographe puisse la regarder ainsi. Son maillot de bain était simplement un tanga et elle cachait sa poitrine avec ses bras ou ses mains.

"Ah Love ! Prépare toi, ça va être à toi !" Je secouais doucement la tête, "Dany...Il faut que..." La jeune femme ne fit même pas attention à moi et elle m'indiqua où me placer, "Tu seras parfaite comme toujours, donne moi ton kimono." Je déglutis difficilement et je regardais autour de moi, mon coeur tambouriné dans ma poitrine et je secouais la tête une nouvelle fois. "...Dany..." Chuchotais-je, "Je ne peux pas..." Elle levais les yeux au ciel tout en secouant la tête, "Tu veux continuer à être ambassadrice Love ?! Alors obéis aux ordres de la marque...Enlève ton kimono !" Faire des photographie habillée était une chose simple, mais dévoiler certaines partie de mon corps était compliqué encore. Seulement, je ne pouvais pas me permettre de perdre mon contrat avec la marque. Je prenais une grande inspiration et je faisais glisser délicatement le kimono de soie.

Codage par Libella sur [/url]Graphiorum

@ Invité

avatar
   
#
Lun 23 Mai - 17:56
les fleurs rouges tiennent toujours plus de dix jours | with @Love Bryce


C’était étonnant le monde. Tu t’étais fait cette réflexion ce matin-même, alors que ta mère t’avait envoyé un sms pour te féliciter d’avoir tenu déjà trois mois dans une même activité professionnel. C’est sûr, que vu comme ça.. C’était étonnant pour ton entourage. Tu avais toujours gravité avec légèreté autour de plusieurs métier, le salaire variant de l’un à l’autre. Tu te plaisais dans la photographie, depuis toujours, mais tu t’étais -presque- obligé à ne pas travailler dans ce monde-là. Or, une chose en entraînant une autre, tu avais remplis les papiers nécessaires pour ton entreprise, et aussitôt tu avais eu des contrats avec diverses boîtes. Il s’avère, que le monde de la gastronomie et du sport, étaient tes principaux emplois. Tu avais pu aussi collaborer pour quelques entreprises de transport et des sociétés protectrices des animaux - cette fois-ci bénévolement - et ça t’avait toujours amusé. Tu n’avais jamais rechigner un contrat, si on compte pas ceux où ce collègue un peu trop compétiteur à tes yeux, était présent dans le même programme. Après, tu étais de nature calme, ne cherchant généralement pas les embrouilles. Mais ce garçon était corsé, il fallait parfois être un peu moins doux, pour éviter de se faire marcher sur les pieds. Enfin, ça restait une exception. Jusqu’aujourd’hui, tu ne trouvais pas de raison valable pour t’énerver contre qui que ce soit, tu respirais toujours un bon coup et tu prenais sur toi. On t’expliquait à chaque fois, ô combien, il y avait des vertus de lâcher prise et de se défouler sur une autre personne ; mais ça voulait dire.. potentiellement gâcher la journée de quelqu’un ! Tu refusais clairement le concept. Quitte à être « marginalisé » pour ça, tu le faisais correctement.

Ce qui était plus étonnant encore, c’était le fait que le nom de ton entreprise soit arrivée aux oreilles d’une marque de maillots de bain, lingerie fine, enfin vous voyez le concept ! Tu n’avais que très peu travaillé avec des femmes, sûrement parce-que tu prenais plus souvent en photographie des voitures que des corps féminin, puis… c’était pas tellement un domaine qui t’intéressait. Beaucoup d’hommes, se battraient pour prendre ta place, était-ce le fait d’avoir « consommé » qui les rendait à ce point fou ? Tu ne pouvais répondre, ton éducation avait été stricte et claire. Tu te devais de respecter les demoiselles, et comme tu prenais toujours tout à cœur ; ça donnait un Yung-Jae totalement neutre face à des femmes. Alors, sûrement qu’un jour tu deviendrais un peu moins froid face à une femme, mais tu sais très bien que c’est parce-que vous vous serez choisit mutuellement. { Shin, tu peux t’installer par ici ! } tu sortais enfin de tes pensées parasites, hochant la tête lorsque l’organisatrice vint te montrer l’endroit où vous passerez votre temps. À force, tu ne réagissais plus lorsqu’on t’appelait par ton nom, mais tu avoues avoir parfois quelques ricanement intérieurs. La différence est si forte, entre ton pays natal et celui d’adoption. Tu installes scrupuleusement ton set, en prenant en compte toutes les paramètres du dit lieu. Tu règles les derniers détails, avant que le balai de demoiselles toutes aussi fabuleuses les unes que les autres ne passent devant ton objectif. Elles sont pour la plupart, d’un sourire pas très franc, tu dois les reprendre à plusieurs fois sur leur positions. On t’avait assuré avoir des professionnels, tu commençais un peu à en douter. Certaines sortaient du lot, il ne fallait pas être dans le monde du mannequinat pour le remarquer.

Alors que ça fais déjà une bonne heure que tu saisis l’instant présent, dans ton boîtier, tu ressens une pause plus longue entre deux demoiselles. Ce n’est pas grave, tu es patient et sait gérer les imprévus. Tu te poses sur le côté, commençant à jeter un coup d’œil sur ce que tu viens de faire. Ça murmure, ça chahute. Que ce passe t-il ? Une modèle commence à critiquer un peu trop vivement, une de ses collègues. Ne connaissant pas la situation, mais n’appréciant pas pour autant les langues de vipères, tu demandes avec politesse que celle-ci s’éloigne, un peu plus loin, encore un peu, parfait. Le calme revient. Enfin, une demoiselle apparaît devant l’appareil. Mais sa posture, semble communiquer un malaise. Inquiet, tu t’intéresse de près à ce qu’il se dit entre les deux jeunes femmes. Évidemment tu n’entends pas grand chose, tu te lèves enfin, et tu comprends. L’organisatrice ne semble même pas vouloir entendre l’inquiétude de cette pauvre brunette. Tu t’avances vers elle, lorsque la fameuse Dany s’éloigne enfin. Bonjour. souffle-tu pour entamer le discours. Tu fais en sorte par la suite, de ne pas croiser son regard, tentant de la rendre plus à l’aise. Est-ce que ça va aller ? demande-tu, très doux dans tes paroles. Je ne suis pas là pour regarder vos formes, si ça peut… vous rassurer. n’est-tu pas un peu trop maladroit ? Arf. Là, ton manque de conversation avec des jeunes femmes se fait ressentir. Nous sommes en avance sur la prochaine modèle, commençons… par remettre votre kimono. tu jettes un coup d’œil autour de toi, et attrapes le fameux habit, et lui tends. Elle est gênée, tu peux te permettre en tant que photographe, d’orienter ta séance comme il te plaît. Alors tu fais passer ça pour le job. Ça lui permettra de se relaxer, et de prendre confiance en elle, en toi, en vous. Vous me dites quand vous êtes prête,… ? tu cherches ainsi à savoir son prénom, en la questionnant. C’est aussi ton rôle.

@ Invité

avatar
   
#
Lun 23 Mai - 21:41
@Shin Yung-jae - Dany était parfaitement au courant de ma sensibilité à montrer mon corps et j'en avais informé l'agence lors de la signature de mon contrat et ils m'avaient promis de rajouter une clause pour éviter ce genre d'embarras. Je réalisais alors qu'ils n'en avaient rien à faire et qu'ils pensaient simplement à leur campagne et à l'argent qui serait engendré pour les affiches publicitaire. Je glissais légèrement le kimono qui recouvrait mon corps totalement gênée à l'idée de devoir montrer certaines parties de mon corps à un photographe dont je ne connaissais rien. J'entendais d'ailleurs les messes-basses des autres mannequins à mon sujet et je baissais un peu la tête pour me mettre dans ma bulle.

Elles ne pouvaient pas comprendre, elles n'avaient pas connu ce que j'avais eu. Elles ignoraient tout de mon passé, mais peut-être que certaines n'auraient que faire de le connaître. "Bonjour." Je relève la tête alors que je croise le regard du photographe en question, il ne semble pas en colère, mais il a surement des délais à tenir. "Bonjour..." Je m'attends à ce qu'il me presse à son tour, après tout je fais perdre du temps à tout le monde. "Est-ce que ça va aller ?" Je hausse les épaules et je ne peux m'empêcher en le regardant de penser à ce mannequin coréen dont j'avais finis par tombé amoureuse et qui avait disparut du jour au lendemain. "Je ne suis pas là pour regarder vos formes, si ça peut… vous rassurer." Je souris légèrement alors que je remarque son regard toujours posé dans le mien, "Ce n'est pas trop difficile pour prendre des photographies du coup ?" Je garde mon sourire, "Mais merci...J'apprécie de savoir que vous ne faites pas ce métier pour vous rincer l'oeil..." C'était plutôt rassurant et surtout très professionnel de sa part.

"Nous sommes en avance sur la prochaine modèle, commençons… par remettre votre kimono." J'attrape l'habit et je le remets sur moi avant de le fermer contre ma chair dénudé en partie. "Vous me dites quand vous êtes prête,… ?" J'hoche la tête, "Love..." Que je réponds simplement pour lui indiquer mon prénom. Je remarque le regard noir de Dany qui n'est pas contente de me revoir avec le kimono. Je sais parfaitement qu'elle va me faire une réflexion et j'ai intérêt à donner de ma personne. Je prends une grande inspiration avant de me mettre en position et de laisser l'habit de soie glisser légèrement de mon épaule pour dévoiler le haut du maillot de bain ainsi que le bas, restant subjective. Je lève la tête pour regarder la soleil et je ferme les yeux laissant mes cheveux détacher glisser doucement le long de mon dos et mon bras. "Et vous ? Quel est votre prénom ?" Je change de position essayant toujours à l'esprit de cacher une partie de mon corps, mais tout en montrant le maillot de bain. Ce shooting s'annonce mouvementé.

@ Invité

avatar
   
#
Lun 23 Mai - 22:21
les fleurs rouges tiennent toujours plus de dix jours | with @Love Bryce


Ça te faisais de la peine. Tu ne connaissais aucunement les raisons de la jeune femme pour exercer le métier, mais l’attitude lassée de la gérante, te laissais un peu inquiet pour le futur des demoiselles. Tu ne pouvais,pas aider le monde, mais les petites actions pouvaient résulter finalement de grandes œuvres. Ce pourquoi, tu avais cette gentillesse qui te collait à la peau. Petit à petit, tu sens que la jeune inconnue dont tu dois photoshooter, tends à s’ouvrir. Vous ne serez sûrement jamais des meilleurs amis, mais si le temps d’un instant, elle pouvait te faire confiance, tu étais sûr de faire de magnifiques clichés. C’était loin d’être une stratégie malsaine, tu portais une attention millimétrée pour chacune de tes modèles, pour qu’elle en ressorte meilleures qu’à leur rentrée sur « scène ». Puis, elle souris, elle pourrait faire craquer un cœur de pierre. Alors, sa réflexion te fait rire. Tu esquisse à ton tour un sourire franc, comme tu n’en donnes à personne. Ou très peu, disons. Je pourrais photographier les yeux fermés, mais je risquerais de prendre le ciel, en effet ! tu hoches la tête lorsqu’elle te remercie, c’est plus que normal de ta part, des autres tu ne pourrais pas dire.. qu’elle serait leur normalité.

Puis, ce petit prénom atypique, du moins, dont tu n’as jamais entendu parlé. Ce genre de prénom qui pourrait refléter l’âme de celle qui le porte. Vos parents ont de bons goûts ! souffle-tu, sincère. Tu ne remarques pas de suite la présence furtive de la femme lassée, mais il est vrai qu’un peu plus tard, en repérant ses actions, tu te fais une réflexion… tu es bien content d’être ton propre patron, gérer ton planning et avoir ta façon de fonctionner. Alors, lorsque le nez de la femme se pointe de nouveau, tu ne manques pas de faire un geste plus que discret, pour que la jeune Love ne le remarque pas, pour faire passer en quelque sorte le message de casse-toi, y a rien à voir. Bien sûr, elle est dans son droit. Tu restes le photographe, qui décide du bon déroulement de sa séance.

La brunette dévoile, petit à petit, son rôle. Elle semble le connaître par cœur, rare sont celles qui peuvent suivre ton rythme désiré. Tu n’as que très peu de temps de pause entre deux clichés, tant elle manie bien ses poses. C’est par-fait comme ça Love. assures-tu à la modèle, continuant à saisir le corps encore couvert de la demoiselle. Soudainement, tu vois à travers l’écran ses lèvres bouger, et le doux son de sa voix vient voler à tes oreilles. Une question comme une autre, mais qui te fait intérieurement plaisir. On ne s’intéresse toujours qu’à tes techniques, et les résultats que tu proposes. Alors, tu es tombé pour cette journée, sur une demoiselle presque bavarde ; ça fait très plaisir. Mmh, Yung-Jae avant de reprendre Ou Shin, à votre guise. Tu relèves le regard sur la jeune femme, qui à l’air - presque - prête à avancer dans le bon sens. Enfin, pour l’objectif qu’on t’a donné du moins. Vous.. vous sentiriez prête à entre-ouvrir le kimono ? tu vois bien l’habit tomber très légèrement, ne dévoilant que les formes généreuses de la brunette, sans la brusquer pour autant. Tu sais être gentil, Dany risquera cependant d’être beaucoup moins compréhensive si elle n’en fait pas plus. S’il y a bien une chose qui te fait hérisser le poil, c’est bien ce genre de situation. Tu te fais un peu plus silencieux, le temps qu’elle prenne sa décision. De ton côté, tu t’efforces de rester professionnel face à cette jolie demoiselle, que tu ne pourras oublier pour sa sensibilité. Elle a ce petit quelque chose, qui pourrait te faire flancher si tu n’étais pas correcte.

@ Invité

avatar
   
#
Lun 23 Mai - 22:51
@Shin Yung-jae - Je n'avais pas besoin de tourner la tête pour savoir que Dany était entrain de me faire les gros yeux, elle attendait qu'une chose de ma part, que je retire le kimono que le photographe m'avait rendu. Je sentais le regards des autres mannequins sur moi et je pouvais entendre certaines dire que je n'irais jamais au bout de la séance photo, que le photographe était entrain de perdre son temps. J'avais pris l'habitude d'entendre des méchancetés dans ce milieu et à force, j'avais l'impression qu'elles ne pouvaient plus me toucher. Pourtant, aujourd'hui s'était bien différent. Je tentais de me mettre dans ma bulle en compagnie du professionnel que j'avais face à moi et je remarquais son sourire face à ma phrase. "Je pourrais photographier les yeux fermés, mais je risquerais de prendre le ciel, en effet !" Je ris un peu en imaginant la tête des personnes ayant fait appelle à lui si, il envoie des clichés uniquement du ciel. "Heureusement qu'il est plutôt beau aujourd'hui." Je pointe le doigt vers le ciel dégagé et je souris à nouveau avant de prendre sur moi pour me placer de façon à pouvoir commencer le shooting.

Je lui indique mon prénom alors qu'il semble vouloir le connaître, "Vos parents ont de bons goûts !" Certainement de bons goûts, mais est-ce qu'il portait véritablement bonheurs ? C'était une autre histoire pour l'heure. Je prenais différentes poses avant de finalement, demander le prénom du photographe, après tout il était de rigueur que les deux connaissent à qui ils avaient à faire. "Mmh, Yung-Jae Ou Shin, à votre guise." Je réfléchissais un instant, "Il me semble qu'en coréen les prénoms sont composés toujours de deux parties...Donc j'en déduis que je dois vous nommer Yung-Jae...A moins qu'une certaine politesse soit de rigueur et que je dois vous nommer monsieur Shin ?!" Je souriais une nouvelle fois, contente d'avoir pu croiser plusieurs sud coréen en Australie et d'avoir pu apprendre certaines particularité de leur pays.

"Vous.. vous sentiriez prête à entre-ouvrir le kimono ?" Je prends une nouvelle inspiration avant de faire tomber le kimono pour pleinement dévoiler mon corps couvert uniquement par ce maillot de bain rouge. J'essaie de me concentrer sur autre chose et de me dire que c'est que quelques instants. Une des coiffeuses fait son apparition pour venir mouiller légèrement mes cheveux et placer mes cheveux de façon à donne l'illusion que je sors de l'eau. Je prends à nouveau la pose me répétant que je suis habillée, que tout vas bien et que tout ceci est bientôt fini. "C'est la photographie qui vous a conduit loin de votre pays ?" Je suis nerveuse et j'ai besoin de parler de chose et d'autre pour oublier ce malaise. J'entends d'ailleurs Dany qui me râle dessus car mon visage est trop crispé.

@ Invité

avatar
   
#
Mar 24 Mai - 9:08
les fleurs rouges tiennent toujours plus de dix jours | with @Love Bryce


Lors de tes shootings, il t’arrive qu’on te compare à une feuille d’arbre. Ça pourrait être poétique, même si tu avoues ne pas savoir quelle vers serait possible tout de suite sur une plante. Mais non, on est bien au delà même de la beauté qu’apporte la poésie, on te compare à une feuille parce-que tu es silencieux et que tu passes ton temps à bouger dans tous les sens. C’est moins charmant pour le coup. Tu es un homme avec un caractère facile, et ce n’est que très rarement que quelque chose peut t’atteindre. Tu apprécies cependant que la modèle s’intéresse à toi, et discute volontiers de tout et n’importe quoi. Bien sûr, elle te surprend à chacune de ses phrases, mais alors, son monologue est une pépite ! Tu ricanes ouvertement, sans moquerie. Vous avez raison, on ne peut donc pas vous avoir ! tu secoues la tête, reprenant tes photos. M’enfin, tu souffles de nouveau quelques mots. Yung-Jae, c’est correcte. De toute manière, tu ne craignais rien en permettant aux autres de t’appeler par ton prénom, mais tu dois bien avouer, apprécier que seulement les plus intimes le fassent.

Le silence est de nouveau présent, elle se dévêtit après ta demande, et allez comprendre pourquoi ça te fait tambouriner ton palpitant, il n’empêche que,  c’est inhabituel. Tu mets ça sur le fait de la surprise, après tout tu es bien content qu’elle soit suffisamment en confiance pour le faire. Puis, tu as promis de ne pas mater, tu resteras toujours professionnel dans ton métier ; à contrario de ta vie personnel, n’est-ce pas. Génial Love, regardez-moi, par ici. le déroulement de la séance se passe à merveille, tu es comblé. D’ailleurs, avant même qu’on ne puisse le penser, c’était la fin de son tour ; tu avais récolté ce dont il te fallait. Mmh, ce sont les affaires familiales plutôt. dis-tu, le regard fuyant sur l’écran de ton appareil, que tu viens de décrocher de son socle. Tu t’approches de la demoiselle, pour,lui montrer fièrement le rendu de sa magnificence ! Il semblerait cependant, que tu as eu cette impression que l’eau accumulé par petites gouttelettes au sol, pourrait faire glisser la jeune femme. Alors tu tends ton bras, fixant son regard. Faites attention. lorsqu’elle se trouve en sûreté, tu lui fais défiler les dites photos, te concentrant sur celle-ci, pour ne pas loucher autre part. Admettons, ça pourrait être malaisant, même si ce n’est pas fait exprès. J’ai cru comprendre que ce n’était qu’un boulot à mi-temps ?  Quel est votre métier principal ? demandes-tu curieux. Je vous vois bien dans un commerce de proximité, peut-être dans l’art. ce sont des pensées qui t’échappent, tu relèves le regard pour tomber droit dans le sien. Enfin, ce n’est qu’une supposition ! Vous êtes un peu trop proche, tu recules d’un pas puisque tu as terminé de lui montrer les fichiers. Mais l’attente de sa réponse te fait patienter à ses côtés.

@ Invité

avatar
   
#
Mar 24 Mai - 10:38
@Shin Yung-jae - Les regards posés sur moi faisait augmenter mon stress pour ce shooting photo et je tentais de me détendre en discutant avec le photographe. Il était d'ailleurs très avenant et gentil ce qui, me donnait envie d'en apprendre plus sur lui. "Vous avez raison, on ne peut donc pas vous avoir !" Je souriais légèrement face à sa remarque, "Yung-Jae, c’est correcte." Je hochais la tête avant d'ajouter, "Je n'ai pas vraiment de mérite, d'où je viens il y a pas mal de coréen et j'ai finis par comprendre votre tradition sur les prénoms...Enchanté donc, Yung-Jae !" Je prenais une nouvelle pose alors qu'il me demande soudainement si, je suis prête à retirer le vêtement qui couvre encore le maillot de bain.

J'inspire un grand coup et fini par faire tomber la soie sur le sol. Une assistante, récupère immédiatement le vêtement et vient m'asperger d'eau pour rendre les choses plus réaliste sur la photographie. "Génial Love, regardez-moi, par ici." Je m'exécute et je prends les poses qu'il me dicte tout en le questionnant curieuse de connaître la raison qui la poussée à venir sur New-York. Est-ce que la photographie en était la raison ? "Mmh, ce sont les affaires familiales plutôt." Par cette simple réponse, je comprends qu'il n'a pas l'intention d'en dire plus, en même temps je suis qu'une simple étrangère. Je le vois s'approcher de moi avec son appareil photo en main et je jette un regard sur l'écran. J'ai toujours du mal à me reconnaître, mais ce qu'il vient de capter de moi est magnifique. "Vous êtes doué !" Lançais-je sincère et heureuse de pouvoir offrir de beaux clichés à la boite pour qui je travaille. "Faites attention." J'attrape son bras pour m'écarter de la zone humide avant de reposer mon regard sur l'écran de l'appareil, je capte alors le parfum du coréen, il y a des notes de bergamote, de mandarine et de poivre. C'est un parfum doux et rassurant et je réalise soudainement que je m'attarde sur un détail certainement stupide.

"J’ai cru comprendre que ce n’était qu’un boulot à mi-temps ? Quel est votre métier principal ? demandes-tu curieux. Je vous vois bien dans un commerce de proximité, peut-être dans l’art. Enfin, ce n’est qu’une supposition !" Je sors soudainement de mes pensées et je remarque son pas en arrière qui fait disparaître la douce fragrance. "Effectivement, je fais ça à mi-temps...Je n'imagine pas quitter ma première passion pour ce boulot de plus, j'ai pas la sensation d'être réellement douée." Je souriais légèrement, "Je suis fleuriste donc vous aviez vu juste sur le fait d'être dans un commerce et dans l'art...Enfin si, on considère que c'est une certaine forme d'art." Je vois alors Dany arriver comme une furie vers nous, "Love tu ferais mieux d'enfiler la prochaine tenue ! Et j'espère que cette fois se sera plus rapide !" Elle se tourne ensuite vers Yung-Jae pour regarder le rendu.

Je regards cette femme que je ne reconnais pas du tout, elle m'avait semblé tellement plus agréable et gentille en Australie. Je m'éloigne pour voir la prochaine tenue et je réalise avec stupeur qu'il n'y a qu'un bas de maillot de bain, je fronce les sourcils et je remets mes vêtements avant d'attraper le bas de maillot de bain. Je me dirige vers Dany toujours entrain de parler avec le brun. Je pose brusquement la culotte contre la poitrine de la jeune femme, "Si tu veux ce genre de photographie, prend quelqu'un d'autre que moi ! J'ai pas signé pour montrer ouvertement toutes les parties de mon corps !" Je remarque sa surprise avant de me tourner vers Yung-Jae, "Je suis désolé..." Je n'avais pas pour habitude de montrer mon agacement, mais cette fois la coupe était pleine et je ne pouvais pas surmonter mon mal être.

@ Invité

avatar
   
#
Mar 24 Mai - 14:18
les fleurs rouges tiennent toujours plus de dix jours | with @Love Bryce


Elle risque de t’étonner plus que tu ne le pense, cette jolie demoiselle. Aux premiers abords, tu aurais pu avoir une vision neutre, mais en échangeant deux mots tu te rends compte d’une peine qui tourne autour d’elle. Sûrement appelé « Dany », mais tu sens qu’il ne pourrait ne pas y avoir que ça. Oh. Vous venez d’où Mlle Love ? ce n’est pas étonnant à New-York de croiser des coréens, mais tout dépend la ville ou le pays, il est possible que ce soit soudainement plus rare et fou d’en croiser.

Vos échanges se font très cordiales, même si tu sens qu’une confiance s’instaure doucement. Tu n’est pas comme ça avec toutes les modèles de la société. D’ailleurs, la plupart qui sont passées avant Love, ont sûrement eu un aprioris sur toi, dû à ton air « bridé », qui ne te dérange pas le moins du monde, tu ne peux pas apprendre au monde entier à te connaître et encore moins à être correcte avec les différences. Tu ne vis généralement pas de soucis vis à vis de ta nationalité, puisque tu as vécu la majeur partie de ta vie aux États Unis. Je suis content que ça vous plaise, il faut dire que j’ai devant moi, une excellente mannequin. Ça facilite le travail ! tu t’accordes un peu de répit, en lui montrant plus longuement ses photos, n’en déplaise à Dany. La douce voix de la femme vient confirmer ce dont tu pensais auparavant, elle est bien dans le métier de commerce de proximité, et, de l’art. C’est un art, vous me donnerez votre carte de visite ? Vous ne m’avez jamais vu composer un bouquet. Il faut avoir un don pour en faire ! souligne-tu, un peu bête. Tu avais déjà tenté d’en faire, mais ça tombait à chaque fois à la renverse, ne restant plus que les branches et les feuilles vertes. Tu étais un grand maladroit.

L’organisatrice, voyant que vous discutiez, vient presque sermonner péniblement la brunette. Tu te permets d’écouter, faut dire qu’elle ne se fait pas discrète. Comment peut-on exercer se métier si c’est pour gueuler comme un putois auprès de filles parfois timides ? Le corps ne faisant pas la personne, tu es à deux doigts d’intervenir - étonnamment, alors que tu évites toujours les conflits - mais il faut croire que la demoiselle a du tempérament, puisqu’elle envoie - très clairement, et crûment - chier Dany. Tu est très étonné, mais pas déçu. Tu te fais silencieux, jusqu’au moment où la pauvre enfant s’excuse auprès… de toi ? Pourquoi s’excuser ? Vous n’êtes pas en tord. Tu souffles, restant statique pendant quelques instants, avant d’aller déposer ton appareil photo sur une table de fortune, où est installé tout ton matériel. Ça va aller pour vous ? demandes-tu, tout en fouillant ton sac réfrigéré, dont tu sors une canette de soda pour la lui tendre. Prenez le temps de respirer, Love.. tu lui proposes d’ailleurs de s’asseoir à ta place, le temps de travailler. Puisque Dany a décidé de t’envoyer immédiatement une nouvelle candidate pour la séance. Tu fais une légère grimace à la demoiselle, allez, courage, c’est ce qu’elle signifie.

@ Invité

avatar
   
#
Mar 24 Mai - 19:18
@Shin Yung-jae - "Oh. Vous venez d’où Mlle Love ?" Je garde mon sourire tandis que notre conversation continue sous les flash de l'appareil. "Je viens d'Australie...Je suis née à Laidley et j'ai fais mes études à Brisbane puis je suis monté vers Bowen avant de m'envoler pour New-York. C'est d'ailleurs à Bowen que j'ai fais mon premier shooting photo." Et c'était aussi là-bas que j'avais rencontré ce fameux coréen qui avait réussi à séduire mon cœur, mais qui avait préféré disparaître. Peut-être que finalement, c'était un mal pour un bien et que sans cela, j'aurais continué d'arpenter la terre australienne.

Je finis d'ailleurs par me détendre et je m'ouvre un peu plus à Yung-Jae tout en continuant de sentir le poids des regards de Dany sur moi. Le shooting se termine et je vois le brun s'avancer vers moi pour me faire admirer son travail. J'ai toujours du mal à me reconnaître et je réalise qu'il a parfaitement capté le moment. "Je suis content que ça vous plaise, il faut dire que j’ai devant moi, une excellente mannequin. Ça facilite le travail !" Je ris légèrement, "Je crois que je serais moi-même tenté d'acheter le maillot de bain en voyant les photographies !"

J'indique au coréen que je travail effectivement dans le commerce et que j'étais fleuriste. "C’est un art, vous me donnerez votre carte de visite ? Vous ne m’avez jamais vu composer un bouquet. Il faut avoir un don pour en faire !" Je riais une nouvelle fois, "Je demande à voir ça ! Et puis, peut-être que je pourrais vous donner des techniques pour composer un bouquet simple." Je continue de lui sourire alors que Dany s'avance vers nous et m'indique qu'il est temps pour moi d'enfiler le prochain maillot de bain. Je réalise bien vite qu'elle s'est permise des libertés que j'avais interdit à la marque. Cette fois, les choses vont trop loin ! Je remet mes vêtements avant de venir indiquer à la femme qu'il est hors de question que je continue la séance dans ce genre de condition.

Je me tourne ensuite vers le brun pour m'excuser de mon comportement, je n'ai pas pour habitude d'être ainsi, mais pour le coup je ne pouvais pas laisser passer. "Pourquoi s’excuser ? Vous n’êtes pas en tord." Je hausse un peu les épaules, je ne comprenais pas pourquoi Dany s'était permise se genre de liberté. "Ça va aller pour vous ?" Je hoche un peu la tête avant d'attraper le soda et de m'installer sur le fauteuil prévu pour le photographe, "Je ne vais pas gâcher votre travail..." Je ne voulais pas que mon coup de sang casse sa motivation et sa créativité. "Prenez le temps de respirer, Love.." Je souris à sa grimace et lui lance un clin d'œil qui veut simplement dire merci de votre soutiens.

@ Invité

avatar
   
#
Mar 24 Mai - 21:27
les fleurs rouges tiennent toujours plus de dix jours | with @Love Bryce


Tu n’es définitivement pas à l’aise avec les femmes. Depuis toujours en vérité, tu t’en étais rendu compte en arrivant dans le pays, et que les mentalités étaient différentes. Lorsque le jeunes filles de ta classe venaient chercher des informations sur toi, tu avais juste tendance à couper court à la discussion. C’était une réflexe, que tu avais adopté très, très jeune. Alors, tes lacunes, ben elles t’embêtaient bien dans ton travail. La vie de tous les jours, c’était moins contraignant. Alors que tu avais pris de ton temps pour discuter avec la modèle, tenté de l’aider, venait le temps de reprendre ton fameux mutisme. Ne comptait plus que les hochements de tête, pour valider les paroles de la jeune femme. Tu en apprenais un peu plus sur elle, même si tu ne comprenais pas toutes ses réactions, tu avais une certaine empathie. Tu laissais dans le coin la brunette, cannette en main, ton regard se détourna sur la séance en cours.

{ Shin, tu peux m’aider à fermer le haut ? } tu soupires lorsqu’on vient à te demander de faire ce genre d’action. Ton petit côté « j’esquive les femmes » revient au galop, puisque tu appelles la fameuse Dany. Qui vient aider immédiatement, et discrètement vient te parler, de ton changement soudain, d’intérêt entre toutes les mannequins. Qu’est ce qu’elle insinuait ? Bien sûr, tu soufflais ne cherchant pas une seule seconde à défaire la situation, que par un simple Si tu le dis qui dans le fond était un peu un va te faire… fleurir, dans ton langage. Tu accordes le même temps aux prochaines jeunes femmes qui passent sur le spot. Enfin terminé, tu décides avec Dany qu’il est temps de changer de lieu, ce dont elle semble totalement d’accord avec toi. Tu rassembles tes lights, ton matériel, avant de rejoindre la table. Tu salues la brunette, regardant autour de toi, t’assurer qu’aucun malentendu pour être commis. Vous ne vous ennuyez pas trop ? demandes-tu poliment avant de continuer. Je vais rejoindre ma voiture, nous allons changer de lieu. J’ai proposé des lieux, mais il semblerait que Dany soit plus stricte que je le pensais ! dis-tu en ricanant, tentant un trait d’humour. J’ai même tenté d’intégrer mon chien, imaginez l’implication ! ne bavardais-tu pas un peu trop pour ne rien dire ? Tu ranges enfin ce qu’il reste, avant de porter une partie de tout le matériel. Tu prends le petit chemin pour aller déposer, et revient aussitôt pour la seconde partie. Les filles semblent se préparer à partir, mais, au moment où tu vas pour attraper les sangles de tes sacs, un adorable chiot vient en courant vers toi - et sûrement tes affaires qui l’amuse -. Tu craques complément, te baissant au sol pour lui donner mille et une caresses, ne faisant plus attention aux regards qui pourraient se braquer sur toi ! Mais, que tu es adorable petit cœur ! Comment tu t’appelles, où sont tes parents ? tu lèves le regard, tu te rends compte qu’au loin, deux adultes discutent, une laisse en main, c’est sûrement à eux. Allez, profite encore de ce petit adorable chiot, avant de devoir reprendre la route ! Une pensée traverse ton esprit, peut-être que ça pourrait faire sourire Love, non? Mmmh, où est t-elle ?

@ Invité

avatar
   
#
Mer 25 Mai - 10:15
@Shin Yung-jae - J'avais pété mon petit scandale, voilà ce que j'avais pu entendre dans la bouche des autres modèles. Certaines ne comprenaient pas pourquoi il fallait que je m'affiche ainsi. Je baissais un peu la tête, réalisant que les gens ne feraient que juger mon comportement car, ils ne pouvaient pas comprendre ce que j'avais vécu. J'étais venu à New-York pour repartir du bon pieds et je n'avais pas envie que toute la ville soit au courant de mon passé. Je relevais la tête pour poser mon regard sur une des jeunes femmes qui semblait dire que j'avais fais ma diva ce qui avait séduit le photographe au vu de son comportement avec les autres. Une nouvelle fois je baissais le regard sur la canette, je n'avais à aucun moment voulu séduire qui que ce soit et je faisais ce métier aussi pour avoir des échanges, s'était à mon sens la base.

La jeune femme qui semblait croire que je faisais ma diva, était arrivé vers Yung-Jae pour lui demander de fermer son haut de maillot de bain, elle me lançait d'ailleurs un petit regard satisfait comme pour me faire comprendre qu'elle aussi pouvait attirer le photographe. Je vois alors le coréen faire un signe à Dany qui arrive pour fermer le fameux maillot de bain, la jeune femme semble vexer et me lance un regard noir avant de chuchote, "Te crois pas la plus belle ici, mademoiselle diva !" J'ouvre la bouche sans savoir ce que je pourrais répondre à ce genre de réflexion vu que c'est ce qu'elles semblent toutes croire. Je reste silencieuse sur le fauteuil. "Vous ne vous ennuyez pas trop ?" Je sors de mes pensées et réalise que le shooting est terminé. Les filles sont reparties se changer. "Je vais rejoindre ma voiture, nous allons changer de lieu. J’ai proposé des lieux, mais il semblerait que Dany soit plus stricte que je le pensais ! J’ai même tenté d’intégrer mon chien, imaginez l’implication !"

Je souriais légèrement avant de me relever, "Oh j'imagine parfaitement la tête qu'elle a dû faire !" Je remarque alors que Dany me fait signe et je laisse le coréen ranger ses affaires pour retourner voir la cheffe. "Tu m'as fait honte aujourd'hui ! Maintenant, tu as deux solutions qui s'offre à toi Love, soit tu acceptes les conditions de ce shooting, soit tu rentre chez toi et tu peux dire adieu à ton contrat !" Je soupirais légèrement, "Toutes les filles ont remarquées ton comportement vis à vis du photographe ! Tu dois rester professionnelle, on est pas là pour s'envoyer en l'air !" Je fronçais les sourcils, "S'envoyer en l'air ?!" Je la voyais hocher la tête comme pour confirmer, "Alors sous prétexte que j'apprends à connaître le photographe c'est forcément que je veux m'envoyer en l'air avec lui ?! C'est aussi un être humain et il a peut-être aussi qu'on lui parle de temps en temps plutôt que de devoir toujours rester muet pour satisfaire ton plaisir créatif ! Tu sais quoi Dany, casse mon contrat ! Je ne vis pas de ce métier de toute façon."

Je tournais les talons et j'attrapais mon sac à main sous les rires des autres modèles. Je serrais les dents pour ne pas pleurer par l'humiliation que je venais de vivre. J'arrivais à la hauteur de Yung-Jae remarquant un petit chiot avec lui, "...C'est le vôtre ?" Demandais-je alors que je sentais mon coeur se serrer et que je savais parfaitement que j'allais bientôt fondre en larmes. "...Je voulais vous remercier pour le shooting...Les photographies sont très jolies bien que je ne pense pas qu'elles seront exploitées à présent." Je fouillais dans mon sac pour sortir une carte, "C'est la boutique où je travaille si vous avez envie d'y passer..." J'ajoutais mon numéro personnel, "Et si vous avez envie qu'on discute simplement vous pouvez toujours m'appeler..." Je souriais légèrement "Ne le dites pas à Dany...Sinon elle va croire que ça confirme ce qu'elle pense."

@ Invité

avatar
   
#
Mer 25 Mai - 11:53
les fleurs rouges tiennent toujours plus de dix jours | with @Love Bryce


Tu appréciais le calme, mais presque étonnamment tu n’aimais pas randonner. Il faut dire que tu es plutôt doué dans l’art de se reposer ! Tu sais mettre ton énergie là où il le faut, au bon moment. Le reste du temps, tu prends plaisir à mettre le pied sur le frein, et faire ce qui te rend heureux. D’ailleurs, tu n’acceptais pas tous les contrats qu’on te proposer ; prendrais-tu du plaisir en photographiant des appartements par exemple ? La réponse est non, mis à part si la maison avait un charme fou, tu te lasserais bien vite de ton métier autrement. Cependant, même si tu acceptais des contrats tél que celui d’aujourd’hui, il t’arrivait fréquemment, d’avoir besoin de te couper de l’instant. En l’occurrence, cette petite « bataille » te mettait à rude épreuve, n’étant pas de nature quelqu’un de conflictuel. Mais, pourquoi s’entêter à vouloir aider cette inconnue ? Tu n’avais pas pitié, et elle ne semblait pas faire partie de ses femmes qui ont besoin d’un homme pour régler leur soucis. Tu ne te comprenais pas bien, mais l’important était l’effort fournit pour abaisser la tension.

Tension, qui n’avait pas l’air de baisser, au vu du retour de là mannequin à tes côtés. Elle est prête à exploser. Son regard indique tout et rien à la fois, comment se comporter face à ce genre de « détresse » ? L’aider ne fera qu’empirer la situation, dont tu savais d’avance,  que vous seriez perdant. Tu t’en fichais, de perdre le shooting. Mais l’effort de ses femmes, comptait beaucoup pour toi, alors tu ne pouvais pas abandonner sous prétexte que, tu n’y tenais pas. Euuh… Non, il est venu, il doit être curieux de se qu’il se passe ici expliques-tu, n’affrontant pas directement le problème majeur. Celle-ci t’explique tant bien que mal, qu’elle ne fera pas partie du projet. Ce qui est très triste, quand on voit ô combien elle s’est démené, allant au delà même de ses convictions. Vous m’en voyez navré… souffle-tu, tu n’arrives pas tellement à y croire en fait. Comment peut-on à se point, abandonner ses modèles, ne respectant aucunement ses limites ? De ce que tu as entendu, c’est le choix de mademoiselle, de quitter le navire. Elle n’a pas forcément tord, ce serait bien inutile de parler avec un muet. Tu saisis la carte aux bouts des tes doigts, laissant le chiot repartir d’où il était arrivé. Elle te rend triste. Là dessus, tu es formel. Ses photographies étaient extraordinaires et ses efforts auraient pu être payants. Tu te relèves alors, vérifiant que personne ne vous regarde. C’est un peu raté, puisque tous les regards sont presque braqués sur vous. Mademoiselle Love, soyez sûr, que je vous appellerais. souffle-tu, rangeant la dite carte de visite avec son numéro personnel annoté, précieusement dans l’une de tes poches. Accompagnez-moi jusque là voiture demandes-tu sans le moindre ordre catégorique, mais tu fais le premier pas, avançant comme une sorte de protection, pour passer face à toutes les modèles prêtent à rire sur le sort de Love. Tu es prêt à la cacher avec ton corps, le temps de rejoindre la voiture. C’est d’ailleurs rapide, puisqu’elle est garée au plus proche du parc. Tu ouvres le coffre, vous m’êtes désormais à l’abri des regards. Je suis désolé que cette expérience fut… désastreuse. tu tires d’un de tes sacs une carte de visite, la plus simple au monde d’ailleurs, pour la lui donner. Ça vaut de même pour vous. Appelez-moi, je termine dans deux petites heures, nous pourrons largement discuter si ça peut.. vous soulager ? tu attrapes ses mains, hochant légèrement la tête. Tu appuies simplement ton encouragement par ce petit geste, qui pourrait être déplacé si ce n’était pas toi, et ta galanterie parfois poussé à bout.


Spoiler:

@ Invité

avatar
   
#
Mer 25 Mai - 13:26
@Shin Yung-jae - Après la conversation que je venais d'avoir avec Dany, j'avais pris la décision de casser mon contrat avec la marque. Je n'avais pas grand choses à perdre car, j'avais un travail fixe et je pouvais parfaitement subvenir à mes besoins sans avoir ce mi-temps en plus. Après avoir récupérer mes affaires, je me dirigeais vers Yung-Jae pour lui indiquer que je n'allais pas rester pour la suite du shooting. Je découvrais un petit chiot à ses pieds et je supposais rapidement que c'était le sien. "Euuh… Non, il est venu, il doit être curieux de se qu’il se passe ici" Je hochais la tête comprenant parfaitement le sous entendu du brun. "Mademoiselle Love, soyez sûr, que je vous appellerais. Accompagnez-moi jusque là voiture." Je regardais autour de nous et je remarquais que tout les yeux étaient posés sur nous, j'hochais la tête tout en suivant Yung-Jae jusqu'à sa voiture. Qu'est-ce que ça pouvait bien faire à présent de ce qu'on pouvait penser sur moi ? Je ne voulais juste pas qu'on pense du mal du brun.

Je m'installais derrière le coffre ouvert de son véhicule soupirant légèrement de soulagement de ne plus être dans la vision des autres. "Je suis désolé que cette expérience fut… désastreuse." Je secouais la tête, "Ne pensez pas ça ! Vous m'avez permise de faire un grand pas en avant...Il y a juste certaines choses qui sont encore trop tôt pour moi..." Je souriais légèrement, "J'estime que le corps est quelque chose de précieux qu'on montre un peu trop facilement de nos jours...je ne dis pas que je suis encore à l'ancienne à dire qu'il faut savoir se couvrir, mais quel intérêt de montrer une jeune femme simplement en culotte de maillot de bain pour le vendre ? Celle capable de montrer les parties plus intime de leur corps sont libre de le faire, mais pour ma part je le réserve à une personne qui aura toute son importance dans ma vie." J'avais certainement un discours très particulier car, les australiens avaient une réputation de facilement se montrer. "Et puis certains évènement de la vie, donne des difficultés pour s'accepter."

"Ça vaut de même pour vous. Appelez-moi, je termine dans deux petites heures, nous pourrons largement discuter si ça peut.. vous soulager ?" Un frisson me parcours alors qu'il attrape mes mains et je le fixe un instant. J'hésite un petit moment avant de finalement ouvrir la bouche à nouveau, "Deux heures ? Et bien ça va me laisser le temps de préparer le repas dans ce cas...Venez avec votre petit chien, je suis sur certaine qu'il sera très heureux de venir courir dans la verdure." Je glissais ma main dans mon sac pour récupérer mon téléphone et envoyer mon adresse à Yung-Jae. "Je vous dis à tout à l'heure dans ce cas !" Je lui souriais avant de lâcher sa main et de filer en direction de mon quartier de résidence, me retournant quelque fois pour le regarder encore un instant.

Spoiler:

@ Invité

avatar
   
#
Mer 25 Mai - 21:37
les fleurs rouges tiennent toujours plus de dix jours | with @Love Bryce


Si cette journée avait bien pu t’apprendre quelque chose, c’était le fait de ne jamais se démonter et affronter les parasites de la vie. Du moins, c’était la leçon que tu en tirait grâce à demoiselle Love. Alors inconsciemment, tu avais commencé à l’aider dans sa démarche, la soutenir. Mais elle ne devait pas avoir vraiment connaissance de ça, puisque tu agissais toujours plus avec la tête que par de réelles actions. Je suis bien d’accord avec vous, chacun dispose de son corps comme il l’entend. Nous avançons différemment, c’est qui nous rend unique. conclus-tu, totalement d’accord avec ce qu’elle te disait. Mais, tu retiens une chose, dont tu ne donneras aucun retour, aucune réponse. Certains événements de la vie semblait beaucoup trop réel, à croire que, ton instinct ne te trompait rarement.

La douce jeunette, semblerait avoir quelques affinités avec toi, tu ne pourrais mentir si tu te sentais inévitablement attiré - amicalement ? - par sa douceur et son tempérament. Elle représentait l’inverse même, de ce que tu étais. C’était sûrement pour ça, que tu avais du mal à la laisser partir. ça ne t’arrivait jamais, mais fallait-il une exception à la règle ? Oui. Tu ne sais par quel miracle, elle te propose de te revoir. Oh. Après le travail. Ce soir elle voulait dire ? Tu ne réagis que mentalement à l’annonce, restant neutre à l’extérieur. Love, t’invitait à manger chez-elle. Tu n’étais pas si maladroit que ça il faut croire. Évidemment, tu savais pertinemment qu’elle t’invitait parce-que tu incarnait cet être totalement pacifiste, qui ne poserait aucun regard pervers sur une femme : et c’était le cas. Tu avais tes convictions. Mais tu espérais qu’un jour, tu puisses ouvrir tes envies et sentiments, à une personne chère. C’est peu courant, mais avec plaisir ! tu te laisses guider, par la demoiselle qui t’informe par sms - quand elle va comprendre que ton téléphone est aussi vieux que toi, ou presque… -  l’adresse de son logement. Staten Island, pourquoi pas. Tu salues la jeune femme, la laissant partir de son côté, tu affiches un petit sourire suite à cela, sans même t’en rendre compte.

- - -

La séance s’est terminée, tu avais en tête qu’une hâte : pouvoir clôturer celle-ci et rentrer chez-toi pour te préparer. Ce que tu avais évidemment fait. Tu étais passé par l’épicier, pour prendre une bouteille de vin - ce sont les coutumes d’ici, non ? - et un petit bouquet de fleurs aux couleurs pastels - coutume de chez qui ça ? -. Kojo en laisse, tu avais pu prendre la route, qui était un peu bouchée à cette heure-ci, mais tu n’avais pas d’horaire précise pour arriver à ta destination. La voiture garée, à quelques pas du bâtiment. Appartement 88. Tu zieutais rapidement l’entrée de l’immeuble, avant de sonner chez la demoiselle dont tu ne connaissais que le prénom : ce qui étais étonnant par ailleurs. Kojo était intrigué, il n’allait pas chez « papy et mamie » et découvrait de nouveaux lieux. Tu joins - un peu plus stressé qu’à toi, habitude - la fameuse porte, dont tu toques deux fois dessus. Kojo toujours aussi intrigué, et pour la première fois de ta vie, tu te demandes si tu es bien habillé ! Quelle est cette sorcellerie ?

@ Invité

avatar
   
#
Mer 25 Mai - 22:12
@Shin Yung-jae - J'avais pas vraiment réfléchis en invitant Yung-Jae et je ne le regrettais pas du tout. Il avait été pour l'heure, la personne la plus sincère et gentil avec moi à New-York. Il fallait être aveugle pour ne pas voir la différence entre l'Australie et les Etats-Unis. Même si, l'Australie était un grand pays les villes étaient à taille plutôt humaine, New-York composait un véritable labyrinthe pour moi, fait de gens pressés qui n'ont nul temps à perdre avec une étrangère à l'accent chantant. Je m'étais plus d'une fois perdu dans le métro en arrivant ici et je m'étais heurté à des murs. Yung-Jae était différent et il avait pris le temps sans me presser ni même jouer les rustres. Il restait maintenant une question de taille, qu'est-ce que j'allais pouvoir cuisiner pour ce soir ? Je n'avais aucune idée de ses habitudes alimentaire. Est-ce qu'il mangeait de tout ? Ou alors il était végétarien ?

Après avoir déambulé un bon moment dans l'épicerie, je m'orientais vers la traditionnelle Meat Pie avec une salade pour le plat et des Lamington au chocolat en dessert. La conception du repas m'avait pris une bonne partie des deux heures et je filais dans la salle de bain pour me préparer et me rendre présentable. Pourquoi j'avais le sentiment étrange que ce n'était pas un simple repas ? J'optais pour un simple jean noir avec un body à manche échancré légèrement dans le dos. J'ajoutais un bijoux de dos avant de revenir dans le salon et de vérifier que tout était parfait. J'allumais un peu la radio pour me détendre et mettre une ambiance musicale dans mon appartement avant de m'asseoir sur le canapé patientant tranquillement.

Deux coups retentirent contre la porte et je me relevais, je vérifiais rapidement mon maquillage dans le miroir. Qu'est-ce qui était entrain de se passer ? Je n'avais jamais agis de cette façon alors pourquoi maintenant ? Je me décidais à tourner la clef dans la serrure et j'ouvrais la porte découvrant Yung-Jae accompagné d'un joli petit Corgi. Je ne pouvais me retenir de m'accroupir pour saluer l'animal, "Hey ! Salut toi ! Un véritable chien de la Reine chez moi, je suis comblé !" Je souriais faisant bien entendu référence à la Reine Elisabeth II qui possédait aussi cette race. Je me relevais tout en invitant le coréen à entrer dans mon appartement. "J'espère que tout vas bien depuis tout à l'heure ?" Demandais-je un peu curieuse de savoir comment s'était terminé le shooting photo. "J'ai complètement oublié de te demander si tu avais un régime alimentaire particulier...Alors j'ai fais une spécialité australienne en espérant que tu ne sois pas végétarien...Mais si, il faut on peut commander !" Je ne voulais nullement le forcer à manger quelque chose qu'il n'avait pas envie.

@ Invité

avatar
   
#
Jeu 26 Mai - 9:26
les fleurs rouges tiennent toujours plus de dix jours | with @Love Bryce


Tu es planté devant cette porte, c’est d’un calme absolu. Ton chien se tient à tes pieds, et seul son halètement résonne dans ce couloir, ce qui donne une dimension étrange. Puis, la délivrance. La porte s’ouvre au moment où la lumière du couloir faiblis, laissant une sensation différente, comme si la lumière éclairait de dos, la silhouette de la demoiselle. Elle s’accroupit forcément en voyant Kojo, qui est comme un fou-furieux. Comment ton chien peut-il à ce point montrer ses sentiments alors que tu es un gars qui garde toutes ses émotions ? Encore un coup de Jessica, qui est ta colocataire, rien que de penser qu’elle pourrait lui faire des cours sur « comment gérer ses émotions avec un maître étoile de mer » dans ton dos, te faisait rire. Mais on est pas là pour penser à ça, tu te concentres sur le présent. Un vrai de vrai, plutôt mister cracra ! souffle-tu en esquissant un sourire satisfait, ton chien fait tellement peu attention à son paraître, si tu ne t’occupais pas de son pelage régulièrement, tu es persuadé qu’il pourrait se créer des dreadlocks - qui est clairement impossible sur des non-fluffys - juste en se frottant dans les herbes hautes. Ne parlons pas de ses fesses, elles sont toujours honteusement sales. En attendant, il a été douché et brossé, Love peut être tranquille sur les gratouilles. Elle t’invite à entrer dans l’appartement, tu la remercies par un hochement de tête, te laissant accueillir par son havre de paix. Tu décroches la laisse de l’animal une fois la porte fermée, qui s’empresse de faire le tour du logement, un véritable inspecteur ce Kojo. Tout va bien ! affirmes-tu rapidement, un sourire léger au lèvres. Ça sent divinement bon, ça m’intrigues ! Ne vous inquiétez pas, je n’ai aucune restriction alimentaire ! tu te permets de regarder autour de toi, les goûts d’aménagements de la jeune femme sont remarquables, vous êtes bien différents, ça se voit que tu es chez une femme.

Vous avez pu décompresser de toute à l’heure ? demandes-tu en posant ton sac dans l’entrée, pour y sortir la bouteille de vin et le fameux bouquet de fleurs, quel comble de lui en offrir un, alors qu’elle travaille dans ce métier. Je vous ai apporté ça, je ne savais pas non plus.. vos goûts ! J’espère que vous aimez le vin ! tu tends les bras pour lui donner les deux présents, un peu timide bizarrement, ce n’était pas ton habitude d’offrir quoi que ce soit à une femme. Vous m’avez dit venir d’Australie, aurais-je le droit à une de vos spécialités ? tu te fais curieux, elle a commencé à t’intriguer depuis le départ, c’est un sentiment qui te perturbe, mais tu es prêt à te laisser guider par vos réactions à tous les deux. Tu as noté que la jeune femme a décidé de te tutoyer, ce qui ne te dérange aucunement, tu aurais même tendance à penser.. que ça te fais plaisir ! Oh, j’oubliais. tu retournes fouiller dans ton sac, pour y sortir une petite clef USB. Je me suis permis, de vous laisser les photographies que.. j’ai pu prendre de vous. de la même manière, tu lui tends la clef, attendant une réaction de sa part, craignant cependant que cela ne soit déplacé.

@ Invité

avatar
   
#
Jeu 26 Mai - 11:07
@Shin Yung-jae - En ouvrant la porte je découvrais, Yung-Jae en compagnie d'un petit corgi. J'avais toujours adoré ce genre de petit chien et je ne pouvais résister à venir le caresser pour lui souhaiter la bienvenue. " Un vrai de vrai, plutôt mister cracra !" Je riais légèrement à cette remarque, "En même temps, c'est surement eux qui ont tout compris à la vie ! Comment il s'appelle ?" Demandais-je avant d'inviter le coréen à entrer dans mon appartement. J'en profitais par la même occasion pour le questionner sur le shooting photo espérant qu'il s'était bien passé après mon départ. "Tout va bien !" Je hochais la tête persuadé que j'aurais surement bientôt des nouvelles de Dany pour me sermonner une nouvelle fois et surtout tenter de me faire changer d'avis sur l'idée de casser mon contrat.

J'interrogeais ensuite le brun sur des potentielles restrictions alimentaire dont je ne m'était même pas inquiété plus tôt. "Ça sent divinement bon, ça m’intrigues ! Ne vous inquiétez pas, je n’ai aucune restriction alimentaire !" Je hochais une nouvelle fois la tête, "Oh ! Tant mieux alors !" J'étais rassurée de savoir qu'il allait pouvoir manger le plat que j'avais préparer et que nous n'ayons pas besoin de commander. "Vous avez pu décompresser de toute à l’heure ?" Je souriais légèrement étrangement contente qu'il me pose la question. Depuis le shooting, il faisait attention à moi et s'était plutôt agréable, "Tu peux me tutoyer...Et oui, heureusement faire la cuisine me permet de me vider la tête et c'est très agréable." Composer le repas pour ce soir m'avait permise de ne plus penser au shooting photo et à Dany qui avait été odieuse avec moi.

"Je vous ai apporté ça, je ne savais pas non plus.. vos goûts ! J’espère que vous aimez le vin !" Je glisse mes doigts autour de la bouteille de vin ainsi que du bouquet, "J'apprécie le bon vin effectivement ! C'est une sorte de tradition en Australie..." Je ris légèrement avant de regarder le bouquet de fleurs, "Tu sais que c'est la première fois qu'on m'en offre un...Les gens pensent que sous prétexte qu'on travail dedans, on a pas besoin d'en recevoir...Merci beaucoup pour cette attention." Je souriais avant de poser la bouteille sur la table de la salle à manger et de fouiller dans un placard pour trouver un vase afin d'y mettre de l'eau et de glisser le bouquet à l'intérieurs. "Les couleurs sont parfaitement accordées à mon appartement !"

"Vous m’avez dit venir d’Australie, aurais-je le droit à une de vos spécialités ?" Je hochais une nouvelle fois la tête, "Effectivement ! Je t'ai fais une spécialité australienne...la Meat Pie ! J'espère que tu aimeras, ce n'est parfois pas au goût de tout le monde mais, avant je te propose qu'on prenne l'apéro." J'attrapais le tire bouchon dans mon tiroir pour ouvrir la bouteille de vin et sortir deux grands verres. "Oh, j’oubliais. Je me suis permis, de vous laisser les photographies que.. j’ai pu prendre de vous." J'attrapais le petit objet, "Merci beaucoup ! Je suppose que Dany désir tout de même une copie...En même temps c'est logique je suis encore sous contrat...Est-ce que tu les as retouchés ?" Je savais parfaitement que certaine fois, il fallait revoir la luminosité et les zones d'ombre.

Je réfléchissais un instant tout en versant le liquide rouge dans les verres, "Enfaite...Je ne veux pas que tu penses que j'ai fais un caprice pour le shooting...En réalité faire des photographies de mannequin est une sorte de thérapie." J'allais poser les verres sur la table basse et je prenais place sur le canapé invitant Yung-Jae à faire de même. "Je me suis faites agresser en Australie par un homme qui est toujours recherché par la police...Alors j'ai un peu de mal maintenant à devoir me découvrir devant un homme que je ne connais pas vraiment...Il m'arrive même d'avoir peur le soir dans la rue." Je haussais les épaules, "Et je ne sais pas du tout pourquoi je te raconte ça maintenant..." Je riais légèrement consciente que j'allais peut-être le mettre mal à l'aise. "Enfin," Je faisais un léger mouvement avec ma main, "C'est du passé maintenant et je te remercie pour ta gentillesse et ta douceur aujourd'hui." Je lui souriais tout en levant mon verre de vin pour trinquer avec lui.

@ Invité

avatar
   
#
Jeu 26 Mai - 17:27
les fleurs rouges tiennent toujours plus de dix jours | with @Love Bryce


Une fois entré dans l’appartement, tu sens que certaines inquiétudes que tu as pu avoir, s’estompent immédiatement. D’ailleurs, tu comprends que si tu peux relâcher, c’est bien parce-que la brunette est sociable et fait des efforts pour te mettre à l’aise. Du moins, tu as l’impression que Love est particulièrement gentille en plus d’être inévitablement attachante, tu ne peux pas dire le contraire. Ahah, vous avez raison sur ce coup-là ! Il s’appelle Kojo !. C’est ton compagnon depuis quelques temps maintenant, tu aurais du mal à imaginer tes journées sans sa présence. Pourtant, un jour, il faudra lui dire au revoir. Et ce sera certainement le jour, le plus difficile. Mais tu ne préfères pas y penser, puis en aussi belle compagnie, tu ne vas pas commencer à te mettre à pleurer. Jusque là, tu avais vouvoyer la demoiselle, par respect, vis à vis du travail. Tu le faisais aussi couramment, n’arrivant pas toujours à te détacher de cette foutue politesse dont tu t’ancrais avec entêtement. Mais là, Love te demande de la tutoyer ; ça t’étonne et pour la première fois depuis longtemps, ça te soulage qu’on te le propose. Malgré son jeune âge - même si au fond, vous avez l’air d’avoir que quelques années d’écart - tu te sentais un peu moins à l’aise de la vouvoyer. Alors tu hoches la tête, tu as compris la demande, et tu es content de savoir qu’elle ne pense pratiquement plus a l’évènement de la journée.

C’est dommage, mais ne dis-on pas que ce sont les cordonniers les plus mal chaussés ? demande-tu en riant, tenant son regard quelques instants, tu as pensé qu’elle le méritait. La façon dont elle s’était faite traiter cette après-midi, t’avais fait de la peine. Tu venais même à imaginer ton enfant, les yeux pleins d’étoiles, faisant un métier qui lui plaisait et… tomber sur ce genre de cheffe ! Ça te donnait des maux de cœurs, tu n’étais pas parent, mais tu étais déjà à l’idée de mettre au monde - pas toi évidemment - un enfant dans cette société. Mais ça ne te retiendrait pourtant pas, le bonheur d’en avoir était bien au delà des difficultés. En toute vérité, nous n’avons pas eu de discussion vis à vis… de tes photos. J’imagine qu’elle me recontactera dans la semaine. tu hausses les épaules, convaincu dans le fond, qu’elle te demandera de les supprimer totalement. Elle a l’air d’être une femme un peu trop fière pour se rendre compte qu’elle a mal agit. Elles sont brutes, mais je peux prendre de mon temps pour corriger les petites imperfections, si tu le souhaites. Tu te rends soudainement compte d’une chose… Tu es, en ce moment-même, entrain de faire pieds et mains pour te faire bien voir par la demoiselle. Une question te traverse à l’esprit : depuis quand, l’as-tu remarqué ? Tu n’y connaissais rien en tes propres sentiments, mais t’es persuadé de ne pas être comme à ton habitude. Et ça, ça te fait rougir sur l’instant ! Puis comme tu as la peau plutôt claire, il est fort possible que cela se voit comme un phare dans un port.

Mais alors que tu te mets en tête des pensées qui pourraient être limites, elle te raconte - plus ou moins - ses traumatismes. Tu te sens bête, au point où répondre t’es devenu insupportable. Comment, un homme a pu s’attaquer à Love ? Tu as le cœur qui se serre, tout en sachant qu’il est toujours en liberté. Tu fais la moue, t’asseyant tout de même à ses côtés. Co-comment.. enfin plutôt… Tu n’arrives pas à formuler tes pensées qui se bousculent, mais tu fais l’effort d’y arriver, tout en étant bienveillant. Si un jour, tu te sens en danger, ou que tes peurs surgissent..; Pense à m’appeler. Je me rendrais disponible ! De toute évidence, tu n’as pas les mots de réconfort, tu ne sais pas faire, tu serais trop maladroit. Mais, tu sais, être un appui fiable, pour aider Love. Je suis heureux, que tu te confies à moi sur ça. Je comprend tes difficultés, même de cette après-midi. J’imagine à quel point… tu dois encore en souffrir. Ton sourire se fait léger, mais t’es yeux sont d’une douceur inégalée. Tu regarde la jeune femme avec compréhension et une pointe, de beaux sentiments affectueux. Tu attrapes le verre qu’elle t’a servit, le levant pour trinquer. A un futur joyeux souffle-tu, en pensant à son histoire, espérant installer ce si joli sourire qu’elle a pu t’offrir dans cette journée. Kojo arrive à tes pieds, tu lui caresses le sommet de la tête, tout en continuant ta discussion avec la brunette. Tu as des passions Love ?

@ Invité

avatar
   
#
Jeu 26 Mai - 21:46
@Shin Yung-jae - J'avais toujours été convaincu que les animaux avaient la particularité de connaître la véritable vie. Celle sans tracas et soucis, bien que certains pouvaient connaître l'adversité dans leur petit règne, ils avaient cet espoir sans limite et faisait toujours en sorte de s'en sortir quoi qu'il arrive. "Ahah, vous avez raison sur ce coup-là ! Il s’appelle Kojo" Je penchais un peu la tête en regardant l'animal, "Qu'est-ce que ça signifie Kojo ?" Demandais-je curieusement, j'étais fasciné par la langue coréenne. J'invitais le jeune homme à entrer dans mon appartement pour qu'il puisse laisser le petit chien découvrir librement les lieux à sa guise. Je le voyais renifler un peu partout pour se faire son opinion.

Je découvrais avec une agréable surprise la bouteille de vin ainsi que le bouquet que Yung-Jae m'offrait. "C’est dommage, mais ne dis-on pas que ce sont les cordonniers les plus mal chaussés ?" Je riais à mon tour, "Il me semble bien que oui !" Je trouvais un vase avant de glisser les fleurs dans l'eau, "Au moins elles sont tombées dans le bon appartement et je serais en mesure de les faire tenir plus longtemps...Pour me souvenir de notre rencontre." J'avais lancé ceci sans vraiment regarder le coréen un peu timidement. Il me remettait ensuite une clef USB où les photographie de mon shooting avait été soigneusement mise dessus. Sans vraiment réfléchir, je lui demandais si elles avaient été retouchées sous les ordres de Dany. "En toute vérité, nous n’avons pas eu de discussion vis à vis… de tes photos. J’imagine qu’elle me recontactera dans la semaine. Elles sont brutes, mais je peux prendre de mon temps pour corriger les petites imperfections, si tu le souhaites." Je secouais la tête tout en regardant le petit objet entre mes mains. "Non...C'est parfait comme ça..."

Je m'installais sur le canapé remarquant le léger hâle rosé qu'avait prises les joues du brun. Est-ce que c'était le fait que je trouve les photographie parfaite ainsi ? Ou avait-il autre chose ? Dans tout les cas, il me semblait normal de lui expliquer les raisons de mon mal être d'aujourd'hui. Je ne voulais pas qu'il pense que j'avais fais ma diva comme la plus part des mannequins l'avaient dis à mon sujet. "Co-comment.. enfin plutôt…Si un jour, tu te sens en danger, ou que tes peurs surgissent.. Pense à m’appeler. Je me rendrais disponible !" Je hochais la tête, comprenant que je l'avais totalement pris au dépourvu. Ce n'était pas mon intention loin de là. "Je suis heureux, que tu te confies à moi sur ça. Je comprend tes difficultés, même de cette après-midi. J’imagine à quel point… tu dois encore en souffrir."

Je réfléchissais un instant, "En réalité, je ne suis plus en souffrance...je veux dire plus comme avant...J'ai suffisamment pourris ma vie avec le passé que maintenant j'aimerais avancer doucement vers le futur. J'ai encore du travail à faire sur moi-même, mais je suis persuadé que je pourrais y arriver..." Je regardais le petit chiot, "Bien que parfois je me dis que ça serait plus simple si, je n'étais pas seule...Mais je m'attache toujours à des hommes qui ne font que fuir..." Je haussais les épaules un peu défaitiste sur mon futur amoureux qui à mon sens composerait un néant. J'attrapais le verre de vin pour le tendre à Yung-Jae et trinquer avec lui. "A un futur joyeux" "Oui ! En espérant qu'il amène ce qu'on souhaite !" Je souriais avant de boire une gorgée de vin qui était vraiment bien choisit.

"Tu as des passions Love ?" Je reposais mon verre, "Bien sur !" Je réfléchissais un instant, "J'aime la cuisine particulièrement quand ça fait plaisir aux autres, la lecture...Je m'enferme parfois un peu trop dans les livres...Surtout ceux à l'eau de rose." Je riais légèrement, "Les films et séries plutôt ceux avec une histoire d'amour, un peu d'action mais pas vraiment ceux d'horreur surtout que je vis seule ! J'aime également la photographie, mais je n'ai pas ton talent ! Et puis mon métier représente ma passion principale." Je souriais, "Et j'aime découvrir de nouvelles activités...Je me dis que la vie est faites de tellement de choses qu'on a surement pas assez d'une vie pour tout apprendre et voir...Et toi Yung-Jae dis moi qui tu es...J'aimerais te connaître." Je le fixais tout en souriant avec sincérité.

@ Invité

avatar
   
#
Jeu 26 Mai - 22:30
les fleurs rouges tiennent toujours plus de dix jours | with @Love Bryce


Si tu avais pu prévoir ce qu’il se passerait en si peu de temps, tu te serais préparé mentalement plus tôt. Tu étais ce genre de garçon, qu’on pouvait qualifier d’éponge à émotions. Alors si une personne était en souffrance, tu partageais la douleur. Si au contraire, la personne en face était joyeuse, tu étais prêt à accomplir Mont et Merveilles par solidarité émotive. Alors, te plonger ce soir dans une ambiance où toutes les émotions ressortent, bah tu as du mal à gérer. Ça te fait réagir maladroitement, mais on te le pardonne généralement avec le temps. J’aimais la prononciation du prénom, mais… ça lui va bien, surtout quand il fait des bons sur le canapé : ça veut dire « lapin » ! tu te grattais le crâne avec embarras, on n’avait jamais vraiment cherché à savoir sa signification. Quand j’ai emmené Kojo à ma mère, elle s’est mise à rire. Elle m’a dit, qu’il était tellement joyeux que « Gippeum » lui irait mieux ! tu souris, repensant à ce beau souvenir. Mais ça sonnait bizarre si je venais à l’appeler au parc. Kojo, passe plus facilement ! explication rationnelle faite, tu laisses enfin le chien repartir vaquer à ses occupations d’inspecteur.

Tu es habitué à boire, plutôt du soju ou de la bière, mais le vin rouge ne te déplaît pas. Mais il a tendance à te rendre un peu plus « joyeux » que le ferait les autres alcools. Tu écoutes avec attention les paroles de la jeune femme, concernant [i]le sujet[/b] de conversation difficile. Elle semble vouloir changer de vision, ce qui n’est pas plus mal, mais peut-on se persuader de ne plus souffrir de quelque chose comme ça ? Tu comprends certainement à l’instant, qu’elle est une femme forte, mais qui pourrait s’effondrer en larmes si l’on creusait un peu plus la situation. Or, tu comprends d’un certain sens, que ses paroles, doivent te stopper dans ta curiosité sur les sentiments qu’elle ressent envers ce mauvais passage. Tu es sage, tu ne dois pas emmener au fond du gouffre des souvenirs, cette jolie et douce jeune femme. Tu as raison, nous sommes maître de nos destins. Les fleurs doivent être une véritable thérapie, enfin.. je suppose ! Tu ne m’as pas montré ce que tu fais !. Le sujet sur l’amour, tu t’en serais bien passé ! S’il y a bien un sujet dont tu ne pourras communiquer totalement, c’est bien celui-ci ! Alors tu penches légèrement la tête, pour faire comprendre que tu as saisis, que tu navré, aaaah, va-elle décrypter ? Je pense… que c’est plutôt une bonne chose. ça te mènera plus rapidement vers ton âme-sœur, n’y crois-tu pas ? Ça, tu y croyais dur comme fer. Tu rêvais un peu, d’une idéale, une muse. Qui comprendrais ton caractère. Pour beaucoup, tu es juste fainéant, or, elles seraient surprise de voir à quel point c’est bon de se reposer sous un arbre avec un filet de soleil passant entre les feuilles. À quel point le chant des oiseaux est beau. Tu es né dans la mauvaise période, mais tu t’en accommodes.

Elle te dévoile enfin, ses plus grands secrets - calmons nous, c’est juste ses passions - ! Tu souris, parce-qu’elle est charmante, généreuse et drôle. Tu penses un tas de choses, inavouables en vérité ! Tu as conscience que dans la vie, c’est bien de partager les points positifs. Mais tu avais tendance à penser, qu’on pourrait te voir comme un pervers : ce que tu es loin d’être. C’est vrai, que ça sent bon ! Je pourrais te valider ça lorsque nous goûteront le plat ! dis-tu très sérieux. Ce sont de belles passions ! Tu as toute mon admiration ! tu aurais très bien pu lui proposer d’apprendre à utiliser un appareil photo, mais au fond, n’espérais-tu pas, rester le photographe de la demoiselle ? Mmmh, à réfléchir ! Oh, non. Pas assez d’une vie comme tu dis, mais nous pouvons très bien faire au maximum, ce qui nous tente ! Après, tu n’es pas du genre à t’intéresser à tout ce qui t’entoures ; tu es vraiment centré sur quelques passions, qui le resteront peut-être à vie. Hé bien… tu réfléchis quelques instants à ce que tu peux lui dire, sachant qu’elle s’est ouverte à toi. Non ? Je suis né dans le sud de la Corée, j’ai étais adopté par ma famille vers mes trois ans. Je suis arrivé dans le pays à mes douze ans. en réfléchissant bien, tu as peur de la faire fuir. Dès que tu parles de ta vie, les gens deviennent différents, mais… Love pourra bien réagir comme elle le voudra, tu es prêt à parler un peu de ton passé. Ma vie est très basique, j’aime voyager. Souvent seul, je trouve mes inspirations dans la diversité ! Puis, j’y trouve aussi, beaucoup de calme et de sérénités dans tous les voyages que j’ai pu faire. alors que tu termines ta phrase, Kojo te passe trop près des jambes et te déstabilise, laissant tomber un peu du liquide rouge, sur ton pantalon beige. Quel bonheur. Tu clignes plusieurs fois des yeux, ça ne monte pas directement au cerveau ; tu as la carte de l’Amérique placé sur tes deux cuisses, comment tu veux réagir calmement ?

Bon, tu arrives à l’être, mais… Zut. tu te lèves, vérifiant que tu n’as surtout pas tâché son canapé : ce n’est pas le cas. Tu viens d’arriver, tu ne vas quand même pas repartir parce-que ton pantalon se transforme en scène de crime !?! Toutes les possibilités passent dans ta tête : tenter d’enlever la tâche à la serviette ? Difficile. Enlever ton pantalon pour le passé à l’eau froide, finissant le cul à l’air ? Impossible. Rester les bras croisés et prier tous les dieux pour que la demoiselle n’y voit que du feu ? Quoi ? Mais t’es bête Yung-Jae ! Tu croises le regard de la jeune femme, puis tu soupires un léger sourire gêné sur les lèvres. Aheum… je suis maladroit, tel maître tel chien. tu ne pouvais pas mieux faire, réfléchir étant devenu impossible : tu viens de griller tous tes neurones en cherchant des solutions absurdes. J’allais te dire que j’aimais bien la natation, faut croire que « l’eau » est venue plus vite à moi que le contraire. voilà, tu es gêné, tu dis n’importe quoi. Par pitié, un trou de souris !!!

@ Invité

avatar
   
#
Sam 28 Mai - 15:54
@Shin Yung-jae - Curieusement, je questionnais le coréen sur la signification du prénom de son petit chien. "J’aimais la prononciation du prénom, mais… ça lui va bien, surtout quand il fait des bons sur le canapé : ça veut dire « lapin » !" Je souriais légèrement en apprenant la signification de ce mot et je trouvais qu'il allait parfaitement à ce petit corgi. C'était original et la prononciation était très jolie à l'oreille. " Kojo à ma mère, elle s’est mise à rire. Elle m’a dit, qu’il était tellement joyeux que « Gippeum » lui irait mieux ! Mais ça sonnait bizarre si je venais à l’appeler au parc. Kojo, passe plus facilement !" Je gardais mon sourire avant d'interroger une nouvelle fois, "Et que signifie ce mot que ta maman voulait ?" Je riais légèrement, "Désolé, je ne suis pas très douée en coréen bien que je trouve cette langue très belle et poétique !"

On s'installait tout les deux après que Yung-Jae mets offert une bouteille de vin ainsi qu'un bouquet de fleurs. C'était bien la première fois qu'on m'en offrait un étant donné mon travail. Je servais les verres de vin avant d'expliquer au jeune homme les raisons de mon malaise pendant la séance photo. Je ne voulais pas le mettre mal à l'aise ou qu'il prenne peur, mais je ne voulais pas non plus qu'il pense que je jouais ma diva. Car, j'étais persuadée que les autres modèles n'avaient pas tardé à lui parler de moi négativement. "Tu as raison, nous sommes maître de nos destins. Les fleurs doivent être une véritable thérapie, enfin.. je suppose ! Tu ne m’as pas montré ce que tu fais !" Je hochais doucement le tête, "Le mieux serait que tu passe à la boutique...Je pourrais te montrer et te donner ta première leçon d'art floral !" Je souriais en lui lançant un clin d'oeil. Je ne savais toujours pas pourquoi j'avais parlé d'amour et surtout des hommes que j'avais pu croisés qui finissaient toujours par disparaître. Pourtant, j'avais envie de connaître l'amour avec un grand A et de pouvoir vivre une véritable histoire d'amour. "Je pense… que c’est plutôt une bonne chose. ça te mènera plus rapidement vers ton âme-sœur, n’y crois-tu pas ?" Je haussais les épaules, "Tu crois qu'on a tous une âme-soeur dans cette vie ? Peut-être qu'il faut attendre une autre pour la trouver ?" Je riais un peu nerveusement, "Désolé, je crois un peu à la ré-incarnation et j'imagine qu'on a tous vécu d'autres vies avant celle-ci." C'était peut-être stupide et je préférais plonger mes lèvres dans mon verre.

Yung-Jae me demanda ensuite si j'avais des passions et je lui détaillais toutes les passions qui composait pour l'heure ma vie. Bien entendu j'étais jamais à l'abri d'en rajouter au fur et à mesure, il avait tellement à découvrir dans ce monde. "C’est vrai, que ça sent bon ! Je pourrais te valider ça lorsque nous goûteront le plat ! Ce sont de belles passions ! Tu as toute mon admiration !" Je continuais de sourire connaissant déjà deux passions du jeune homme, la photographie et les animaux. Je le questionnais ensuite sur qui il était, j'avais envie d'en apprendre plus et de savoir un peu d'où il venait exactement. "Hé bien…Je suis né dans le sud de la Corée, j’ai étais adopté par ma famille vers mes trois ans. Je suis arrivé dans le pays à mes douze ans." Il était donc aux Etats-Unis depuis bien longtemps, je me sentais soudainement bête d'avoir demandé pendant le shooting si, c'était le travail qui l'avait conduit ici. "Ma vie est très basique, j’aime voyager. Souvent seul, je trouve mes inspirations dans la diversité ! Puis, j’y trouve aussi, beaucoup de calme et de sérénités dans tous les voyages que j’ai pu faire."

Je penchais un peu la tête, "Où as-tu eu l'occasion de voyager dis moi ?" J'étais curieuse de comprendre où on pouvait trouver le calme et la sérénité dont il parlait, moi qui avait bien besoin de souffler un peu. Il n'a pas le temps de me répondre que le petit corgi vient se faufiler entre nous faisant tomber le liquide rougeâtre sur le tissu beige du pantalon du coréen. "Aheum… je suis maladroit, tel maître tel chien." Je riais légèrement avant de poser mon verre sur la table pour me lever à mon tour. "J’allais te dire que j’aimais bien la natation, faut croire que « l’eau » est venue plus vite à moi que le contraire." Je riais un peu, "Ne t'inquiète pas ! Je connais une technique...A force de boire du vin rouge, j'ai bien dû trouver une solution pour éponger les gouttes." Je riais une nouvelle fois, "Remet toi sur le canapé, j'arrive !" Je filais en cuisine et j'attrapais mon paquet de farine.

La plus part des gens pensaient que le sel était la meilleure solution mais en réalité, il avait la capacité de fixer la teinture. Je revenais dans le salon et alors que je m'avançais vers le brun, le corgi qui semblait d'humeur joueuse, fila dans mes pieds. Je levais la jambe pour l'éviter, mais perdis maladroitement l'équilibre. Le paquet de farine s'écrasa au sol et mon corps quant à lui se retrouva contre celui de Yung-jae. Je relevais la tête croisant alors le regard du coréen...

@ Invité

avatar
   
#
Sam 28 Mai - 22:02
les fleurs rouges tiennent toujours plus de dix jours | with @Love Bryce


Joie, annonçais-tu à la question de la jeune femme. Mais ça pourrait dire délice ou bien plaisir, ce qui le catégorise complétment !. Tu as ce petit réflexe de l’observer tandis qu’il s’occupe comme il peut sous vos pieds, vous êtes un peu pareils, un rien ne vous occupe. En même temps, que ce soit en Australie ou bien ici, c’est rare de devoir parler le coréen ! Ne t’en inquiètes pas. Conclus-tu, même si tu as cru comprendre qu’elle avait déjà rencontré un homme provenant du même pays que toi. Mais de là à apprendre la langue, ça restait occasionnel. Ta propre mère parlait tellement de langue, que peut importe la femme que tu lui ramènerait, elle se plierait en quatre pour que ta dulcinée n’ai pas à se sentir gênée de devoir parler une langue qu’elle ne connaît pas. Quant à toi, tu étais pareil. Dès ton plus jeune âge, ta famille t’avait demandé d’apprendre plusieurs langues. Avant de venir aux États Unis, vos ne parliez plus qu’anglais à la maison. C’était toujours très radicale dans la famille Shin. Mais tu étais très content, en vérité, de pouvoir d’épanouir auprès de tout le monde.

Les fleurs, le sujet revient très rapidement, puisque tu remets sur le tapis les belles vivantes aux couleurs chatoyantes. Tu as envie, de prouver - pour une fois - que tu es prêt à t’investir. Quand est-ce que je pourrais passer ? Lundi après la fermeture ? Tu affiches un petit sourire ravi, tu as déjà hâte d’en apprendre plus sur son métier, tu peux même déjà t’imaginer la regarder dans un coin, invisible à ses yeux, faire son métier. Tu l’imagines très mignonne, terriblement sociable, à discuter avec sa clientèle du beau temps. Oui, elle risque de te fasciner plus que tu ne le pensais jusque là. Sort de tes pensées Yung-Jae, on est déjà sur un autre sujet. Tu penches la tête sur le côté, c’est étrange comme réaction venant de la part d’une jeune femme. Tu aurais déjà épuisé ton quota d’âme sœur dans cette vie ? Demandes-tu, les yeux plantés sur son visage fin, attendant une quelconque réaction. Mais qu’elle te parle de réincarnation, te détends. Tu fuis alors son regard, riant avec légèreté. Love, j’espère sincèrement que nous avons plusieurs vie, je me dis que nos problèmes d’aujourd’hui, sont une continuité de celles d’avant. Tu souffles un instant, parlant un peu moins fort. Ce pourquoi, il faut que je règle cette question sentimentale. Presque inaudible, comme si tu avais soudainement honte d’en parler. Après tout, tu n’étais pas obligé de tout lui dire, vous n’êtes que des connaissances hasardeuses. Mais quand même, quel hasard !

Une bonne partie de l’Europe, évidemment l’Asie, quelques îles perdues… Tu aimes le voyage comme tu aimes respirer, mais ça fait bien longtemps que tu n’avais pas pensé à reprendre la route. J’aimerai bien repartir, pour quelques mois. Peut-être l’Argentine et ses alentours. Tu es pensif face à la question, est-ce que ce ne serait pas trop compliqué d’emmener Kojo ? Tu ne te verrais cependant pas t’en séparer, même si ta mère serait ravie de le garder. Quel dilemme. Tu as voyagé également Love ? Tu serais bien content, d’apprendre que la jeune femme a pu découvrir les mêmes pays que toi, même si c’est qu’une partie. Vous avez finalement tellement de sujets à discuter, même si tu te fais souvent muet, tu sais que tu vas bien t’entendre avec la jeune femme ! Avant même qu’elle ne puisse répondre, tu te renverses le verre sur les cuisses, et vous connaissez la suite. Tu te sens affreusement gêné, elle se déplace dans la cuisine, t’assurant connaître la technique ultime pour faire partir les vilaines grosses tâches. Ah, d’accord, je t’attends alors. Tu sermonnes doucement l’animal, qui plaque ses oreilles en arrière inquiet de son sort. Tu lui caresses le sommet de la tête quand même, tu n’es pas un bourreau. L’animal se relève et part, comme s’il cherchait à rejoindre la jeune femme ; tu te rends compte de la possible collision, tu n’as pas le temps de réagir que tu vois déjà qu’elle est à deux doigts de tomber. Tu tends le bras, pensant sérieusement qu’elle allait finir à terre ! Mais c’est finalement sur toi qu’elle fini ! Ouf ! Un vrai soulagement, tu vas pour parler, mais le silence s’installe lorsque tu remarques que vous vous fixez. Arf. Tu savais très bien, que ton esprit était pas si gentleman que ça, puisque qu’a cet instant, la seul chose qui traverse ton esprit, ce sont ses… lèvres. Putain, Yung-Jae, tu n’as pas passé trente deux ans célibataire, à être plus que correcte avec les femmes, pour craquer ce soir ! Mais.. mais ! Tu as tes mains autour de ses bras, tant tu as eu peur qu’elle ne tombe à terre, vos regards sont plantés l’un dans l’autre, et l’inattendu. Tu vas chercher délicatement ses lèvres, desserrant ses mains lorsque tes lèvres atteignent les siennes. Pourquoi tu fais ça ! Penses-tu, alors que c’est déjà fait. Tu reprends tes esprits, quittant ton étreinte, elle semble choqué. Est-ce mauvais pour toi ? Ah… Euh… Dé-désolé ! Tu es con Yung-Jae, elle va t’en coller une ! Tu es bien pire que tous les autres en agissant de la sorte… Mais, tu ne peut pas te mentir, si tu as agis.. c’est bien parce-qu’elle t’a plu dès l’instant où tu as posé regard sur son visage terrifié, à l’idée de se découvrir face à un inconnu. Ton palpitant est à mille à l’heure, et l’idée même de devoir partir et ne jamais la revoir à cause de tes conneries, t’effraie bien plus que la mort, en cet instant.

@ Invité

avatar
   
#
Dim 29 Mai - 11:20
@Shin Yung-jae - J'avais questionné Yung-Jae sur ce nouveau mot dont j'ignorais tout et je le laissais m'expliquer la signification qui en réalité en avait plusieurs. J'aimais le coréen, je trouvais que c'était une très belle langue et si, j'avais eu le courage peut-être que j'aurais pris le temps d'en apprendre plus. "En même temps, que ce soit en Australie ou bien ici, c’est rare de devoir parler le coréen ! Ne t’en inquiètes pas." Je hochais la tête tout en souriant, il était vrai qu'en Australie je n'avais pas beaucoup entendu parlé coréen, alors qu'il avait pas mal de famille issu de la Corée du sud.

La conversation s'orienta ensuite sur les fleurs et je proposais naturellement au brun de passer à la boutique pour voir mes créations et ainsi lui donner un cour sur la façon de faire les bouquets. "Quand est-ce que je pourrais passer ? Lundi après la fermeture ?" Je réfléchissais un instant, "Oh oui ! C'est une très bonne idée surtout qu'il aura certainement des commandes pour le mardi et je profite souvent de la fermeture pour les faire dans le calme. En plus de ça, ma gérante n'est pas là le lundi...Comme ça, elle ne pourra rien dire." Je riais légèrement, on ne pouvait pas dire que ma patronne était une tortionnaire, bien au contraire, elle aurait surement vu d'un bon oeil la présence de Yung-Jae.

"Tu aurais déjà épuisé ton quota d’âme sœur dans cette vie ?" Mon quota d'âme-soeur dans cette vie ? Je réfléchissais un instant, "C'est surtout de savoir si, j'ai le droit d'en avoir une dans cette vie ! Je commence à en douter et il m'arrive souvent de croire que c'est une punition par rapport à une autre vie." Je souriais légèrement, j'étais surement stupide de penser ça ou même de croire que nous avions plusieurs vies. Mais j'aimais croire que nos âmes avaient déjà voyagées et qu'elles s'enrichissaient des différentes expériences. "Love, j’espère sincèrement que nous avons plusieurs vie, je me dis que nos problèmes d’aujourd’hui, sont une continuité de celles d’avant." Je souriais ravis d'entendre qu'il pensait également que nous avions une multitude de vie avant.

Cette fois la conversation s'orienta sur les passions et je questionnais le coréen sur les voyages qu'il avait déjà pu effectuer. "Une bonne partie de l’Europe, évidemment l’Asie, quelques îles perdues…J’aimerai bien repartir, pour quelques mois. Peut-être l’Argentine et ses alentours." L'Argentine s'était pas si loin que ça quand on y pense, mais ça devait tellement être dépaysant. Je secouais la tête à sa question "Non, je n'ai pas eu l'occasion de voyager...J'ai juste participer une fois à une émission de télé-réalité en Australie. On devait traverser le pays d'Est en Ouest le plus rapidement possible...Autant dire que je n'ai pas gagné." Je riais légèrement, "J'aurais aimé, cependant pouvoir partir au Japon lors de la floraison des Sakura...Mais pour l'heure, j'en ai pas eu l'occasion." Je haussais les épaules légèrement.

Soudainement, Kojo fut pris d'un coup de folie et renversa le verre de vin de Yung-Jae qui semblait être totalement désemparé face à la situation. Je le rassurais en me levant, lui promettant de connaitre le remède parfait pour ce genre de situation. Je partais dans la cuisine pour récupérer mon paquet de farine et je revenais dans le salon. Alors que je pensais pouvoir retourner tranquillement vers le brun, le petit corgi se faufila entre mes pieds et me fit perdre l'équilibre. Le paquet de farine tomba lourdement sur le sol tandis que mon corps bascula sur le canapé et sur le corps du coréen. Je relevais la tête et mon regard croisa le sien. C'est alors que ses lèvres venaient se poser sur les miennes, je gardais les yeux ouvert surprise par cet acte. Mon cœur battait la chamade et le rouge commençait à monter sur mes joues. Est-ce que j'avais manqué des signes ? Est-ce que je lui plaisais ? Un tas de questions se bousculaient dans mon esprit. "Ah… Euh… Dé-désolé !" Je sors de mes pensées tandis que j'ai l'impression que mon cœur va sortir de ma cage thoracique. J'avais toujours du mal à imaginer que je puisse plaire à quelqu'un même en connaissant mon passé.

Je secouais doucement la tête en me redressant, "Euh..." La sonnerie de mon four se mit à sonner indiquant que la meat pie était cuite. "Je reviens..." Je souriais un peu avant de filer dans la cuisine pour éteindre le four avant de revenir subitement dans le salon et sans réfléchir, je revenais coller mes lèvres contre les siennes dans un baiser bien plus langoureux que celui qu'il m'avait donné.

@ Invité

avatar
   
#
Dim 29 Mai - 15:33
les fleurs rouges tiennent toujours plus de dix jours | with @Love Bryce


Voilà qui était conclut, tu savais par avance que lundi soir tu devrais rejoindre la demoiselle directement à la boutique où elle travaille, pour qu’elle puisse te dévoiler quelques petits secrets sur les plantes ! Tu étais ravie à l’idée d’en apprendre plus, en charmante compagnie, c’était bien sûr le gros plus de cet événement. Parfait, tu as raison de te protéger ! Tu avais cette chance d’être ton propre patron, et de pouvoir envoyer chier s’il le fallait des contrats trop contraignants, puis le fait que tu ai toujours économiser un maximum te laissait la possibilité même d’être en adéquation avec cette fameuse liberté. L’avantage cependant d’être employé, était la sûreté et une tranquillité : une fois le boulot quitté, tu n’as pas à t’occuper des factures ou de répondre à des mails à la maison.

Tu as participé à une émission ? demandes-tu, comme s’il te fallait une preuve ! Love devait si bien rendre à l’écran. Où trouver les extraits ? demandes-tu malicieux avant d’ajouter pour rire C’est pour un ami, évidemment ! Ben voyons, c’était une bien grande curiosité venant de ta part, même si elle n’avait pas gagné, c’était tentant de la voir jouer le jeu. Oh, les sakura.. tu réfléchis à cette période de l’année où les fleurs tombent, le paysage semble soudainement féerique. C’est intéressant de les voir une fois dans sa vie ! Et de goûter pleins de petites gourmandises avec les jolis pétales. Dans ta tête, tu te demandes si ce ne serait pas intéressant de lui proposer - plus tard - qu’elle t’accompagne dans le pays, tu y vas toujours régulièrement pour aller voir notamment tes amis d’enfances et tes grands-parents qui n’ont pas voulu venir dans ce pays « de fou » comme ils le disent si bien. Badaboum, comment en êtes vous arrivés là ? Est-tu devenu fou au point d’embrasser cette jeune femme sans consentement ni même aucun signal comme quoi elle serait d’accord avec cet échange ? Tu te figes, elle semble choquée. D’ailleurs, elle recule et part dans la cuisine. Putain, Yung-Jae… tu cherches une solution, comment partir de l’appartement sans que ça paraisse trop suspect ? Tu ne peux pas embrasser Love parce-qu’elle semble te plairas, zut !? tu paniques, de nouveau. Tu entends ses pas revenir dans le salon, tu clignes des yeux, ayant cette crainte de te prendre une baffe - dont tu mérites, tu es conscient de ton erreur -. Tu vas d’ailleurs pour t’excuser, pour éviter l’impensable. Mais, alors que tu pensais sincèrement qu’elle deviendrait colérique, tu es bien plus surpris de voir, qu’elle revient à toi pour te rendre ton baiser. D’abord la surprise, tu as les yeux grands ouverts tandis qu’elle est déjà contre toi, puis tu fermes les yeux pour profiter de ce retour inattendu. Tu glisses tendrement ta main dans le dos de la jeune femme, rendant une dernière fois l’étreinte sucrée. Tu la fixes alors, avant de rire timidement, gêné de la situation. Tu ne savais pas quoi lui dire, le silence ne te déplaisait pas, tu n’étais tout bonnement pas habitué de vivre ce genre de moment.

Tu-tu… tu ne sais plus réfléchir correctement, oui. … sens divinement bon. Tes joues se mettent à devenir légèrement rouges, laissant apparaître un tout autre côté de ta personnalité, dont personne ne connaît, est-ce réellement un privilège ou une tare ? Tu n’en sais rien, mais étant adepte du moment présent, tu aurais désormais plutôt envie que l’instant s’arrête, que rien ne change.

@ Invité

avatar
   
#
Dim 29 Mai - 17:53
@Shin Yung-jae - "Tu as participé à une émission ?" Je hochais la tête en souriant, je n'étais pas spécialement fière d'avoir participer à cette émission qui m'avait tout de même laissé un goût amer. J'avais eu le sentiment que les gagnants étaient établis bien avant le début de la course. "Où trouver les extraits ?" Je réfléchissais un instant "C’est pour un ami, évidemment !" Je riais légèrement, "Je dois l'avoir quelque part sur mon ordinateur...Peut-être que je pourrais la montrer à ton ami une prochaine fois ?! Ou lui mettre sur un disque dur externe qu'il puisse la regarder tranquillement." Je souriais tandis que la conversation s'orientée alors vers le fait que je rêvais toujours de me rendre au Japon pour voir les sakura.

"Oh, les sakura.. C’est intéressant de les voir une fois dans sa vie ! Et de goûter pleins de petites gourmandises avec les jolis pétales." Je hochais la tête, "Avec des Yakitori et des mochis ! Peut-être même des sushis et maki..." Je me stoppait alors que j'étais entrain de me donner faim et que Kojo avait décidé de faire tourner les choses. Sans crier garde, je me retrouvais en quelques minutes avec les lèvres de Yung-Jae contre les miennes sans réellement comprendre pourquoi et à partir de quand ça avait pris ce genre de tournant. Sa bouche quitte la mienne et je l'entends s'excuser rapidement, la sonnerie de mon four fini de nous séparer et je m'éclipse dans la cuisine.

Tout un tas de pensées se met alors à affluer et j'ai l'impression que mon coeur va venir exploser ma cage thoracique. Qu'est-ce qui vient de se produire exactement sur le canapé ? J'éteins le four et je sors la meat pie que je pose sur le plan de travail. J'hésite un instant, est-ce que je dois faire comme-ci il ne s'était rien passé ? Ou alors peut-être qu'on pouvait en parler ? J'étais réellement entrain de me poser un millier de question et pour une fois, je laissais mon instinct prendre le dessus. Il était temps que mon cerveau arrête de réfléchir et que mon coeur prenne la décision. Je revenais donc dans le salon les mains vide et sans prévenir le coréen, je venais poser à mon tour mes lèvres contre les siennes dans un échange plus pressé et langoureux.

On ne se connaissait pas vraiment et pourtant quelque chose m'avait attiré chez lui depuis que j'avais mis les pieds devant de son appareil photo. Est-ce que s'était ce qu'on pouvait appeler le coup de foudre ? Je souris tandis que notre baiser se termine et que je l'entends rire doucement. Le silence s'installe légèrement entre nous, "Tu-tu…sens divinement bon." Je garde mon sourire remarquant le rouge qui montait à ses joues. "...Merci...J'avais remarqué ton parfum lors du shooting...Je le trouve très agréable et relaxant..." Je marquais une petite pause avant d'ajouter, "...Je...Je ne suis pas très douée pour tout ça...On prend notre temps ? A moins que ça ne signifie rien..." Je ne savais plus vraiment quoi penser, est-ce qu'il avait envie de quelque chose de sérieux ou pas du tout ?Peut-être que j'étais entrain de m'emballer comme souvent et que ce baiser ne voulait rien dire du tout.

@ Contenu sponsorisé

   
#

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet

permissions de ce forum

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum