La nouvelle version a été installée cute ! Pour découvrir les nouveautés c'est par ici & pour commenter c'est ici
S'intégrer sur un gros forum, le mode d'emploi excited A découvrir par iciii avec toutes les initiatives mises en place !
Le Deal du moment : -16%
Aspirateur balai Dyson V15 Detect Absolute (2023)
Voir le deal
669 €

rafelia (suddenly my life doesn't seem such a waste)

@ Invité

avatar
   
#
Ven 19 Aoû - 19:09
C'était dans un état d'esprit relaxé qu'Amy avait retrouvé ses amies, pour une soirée endiablée, ou plutôt une soirée filles comme elle les appréciait le plus. Elle avait réussi à trouver des places pour aller voir Chicago à Broadway, une des rares comédies musicales qu'elle n'avait pas prit le temps d'aller voir, et puis elles avaient décidés de se retrouver dans un bar qu'elle cotôyait depuis peu. Un bar avec des musiques issues de comédies musicales et autant dire, elle se sentait un peu comme chez elle, à défaut d'avoir les musiques dans ses écouteurs tandis qu'elle se rendait au bureau, les musiques étaient diffusées sur des enceintes et la plupart des personnes présentes étaient là pour l'ambiance, la musique et puis les boissons. Autant dire qu'elle était sûre de ne pas tomber sur des gros lourds qui n'avaient comme objectif que de draguer et de repartir avec quelqu'un pour pouvoir satisfaire ses désirs et ses plaisirs. Et honnêtement, Amelia n'était pas là pour ça. Plus là pour ça du moins, peut-être qu'elle avait évolué ou peut-être simplement qu'elle n'avait pas envie de se dire qu'il fallait absolument qu'elle trouve quelqu'un pour être heureuse. Elle était heureuse à l'instant T, avec son travail, sa famille, elle avait fait la paix avec elle-même. Tout comme elle avait fait la paix avec le décès de Violet. Installée à sa table qu'elle pourrait qualifier d'habituelle parce qu'elle se posait toujours ici, elle se laissait porter par la musique et les cocktails, discutant, dansant avec ses amies et puis, les amies se décidèrent à rentrer, mais Amelia n'avait pas envie de rentrer, elle n'avait pas envie de retrouver le calme de son appartement. Elle s'approcha alors du bar, grimpa sur le tabouret et elle commanda un nouveau cocktail, les yeux brillants d'un trop plein d'alcool, mais pas encore assez pour ne plus avoir de conscience, elle regarda ce qu'elle pensait être le propriétaire depuis tout ce temps, et lui souria « hey, it's been a while, everything is good on your side ? »

@ Invité

avatar
   
#
Mar 30 Aoû - 19:19
La soirée bat son plein, touche cela dit petit à petit à sa fin. Il est tard, ou plutôt tôt le lendemain matin, et si Rafael est satisfait de son travail, ce soir, il est à présent temps pour lui de prendre un peu de repos. Sans couper la musique de manière trop brutale, il prend quelques minutes pour forger une petite playlist qu’il laissera tourner un moment, le temps de se rafraîchir un peu, boire un verre, faire un dernier tour du propriétaire, éventuellement tenir la jambe d’Isaac pour changer. C’est une habitude qu’il a prise, qui fonctionne pas si mal, et après tout, c’est lui le patron – enfin l’un d’eux -, alors qui viendra lui faire la morale, finalement ?

Rafael contourne le bar, saluant au passage les collègues – que dis-je, les employé·e·s – qui s’affairent et qu’il n’a pas encore eu le temps de voir depuis leur prise de poste, aussi isolé qu’il est derrière ses platines, et se sert un grand verre d’eau. Accoudé au comptoir, il se perd dans ses pensées, retient un long bâillement aussi qu’il cache du mieux qu’il peut derrière son poing fermé. C’est une voix féminine qui le tire de sa rêverie.

Il cligne des yeux quelques instants avant de comprendre que la voix qui le hèle s’adresse bel et bien à lui. Il se retourne à la hâte pour tomber nez à nez sur une habituée qui, maintenant qu’il y pense, n’avait pas mis les pieds au club depuis… disons, un bail. Son sourire s’élargit et il lui adresse un petit signe de la main. « Oh, hi there! I am… well, quite good, actually. » Ce n’est pas tout à fait vrai, mais aussi sympathique lui soit cette habituée, il ne déborde pas de l’envie de lui exposer ses petits soucis. Et il est de toute manière à peu près certain qu’elle n’a posé la question que par formalité. Rafael vide son verre d’une traite qu’il pose sur le bar et il se penche vers son interlocutrice. Il leur arrive d’échanger des banalités de temps à autres, et ce soir, maintenant qu’il réalise qu’il ne l’a pas vue dans le coin depuis un moment, il est particulièrement content de la revoir. Aussi, c’est avec un sourire en coin qu’il engage la conversation par le premier sujet qui lui vient à l’esprit : « Not that it’s any of my business but you vanished for a while, what happened to you? Found another club that's better than us? » Il éclate de rire, puis s’excuse dans la foulée: « Sorry, sorry, I’m messing with you. And I’m not even funny, really, the worst. » Pour être franc, il ne lui déplairait pas de lui avoir arraché un sourire, même tout maigre, même feint par pitié. Il ne s’en rend pas encore compte, cela dit. Raf n’est pas tout à fait ce qu’on pourrait appeler un séducteur né, de toute manière. C’est donc avec la naïveté d’un collégien qu’il lui adresse un clin d’oeil complice, hausse les épaules, et parle un peu plus fort pour couvrir le bruit de la musique : « But seriously now, I hope you’re okay. Are you on your own? »

@ Invité

avatar
   
#
Dim 4 Sep - 11:56
Retrouver ses habitudes avant que la vie ne reprenne son cours, rapide, effréné, Amy avait mis un point d'honneur à ce que le premier bar dont elle pousserait la porte à son retour de vacances serait celui-ci et elle avait tenu cette promesse silencieuse. Et le bar avait une fois de plus tenu ses promesse parce qu'elle n'avait pas vu le temps passé. Lorsqu'elle aperçut celui qu'elle aimait bien appeler "le contrôleur de la musique" qui s'éloignait de ses platines, elle avait vu en cet instant, une occasion rêvée de lui adresser la parole, la conversation était souvent facile avec lui et elle se sentait toujours écouté et surtout la conversation venait le plus naturellement possible, ce qui n'était pas déplaisant. Au contraire. Si ses amies savaient qu'elle était restée ici pour discuter avec le barman, elles auraient sans doutes fait quelques remarques déplacées et ça l'aurait passablement agacé. Elle sirota son cocktail en regardant le brun et se mit à sourire à sa réflexion, pinçant ses lèvres pour contenir le rire qui manquait de s'échapper de ses lèvres pretty sure, you're the best club in town, like, best broadway themed club I mean. expliqua t-elle en reprenant une gorgée de sa boisson avant de rajouter No, I was in holidays with my siblings, and I just came back. Est-ce qu'elle venait de lui prouver qu'elle était revenue directement après être rentrée de vacances ? Une petite voix lui disait qu'elle allait passer pour quelqu'un qui ne savait pas s'y prendre, quelqu'un qui sortait tout le temps et elle ne voulait pas que ce soit le cas. Elle voulait simplement qu'il pense qu'elle était si bien ici qu'elle avait envie de revenir dès que cela lui était possible. Elle acquiesca en guise de réponse à sa question et haussa les épaules à son tour i'm definitely okay now. I didn't want to go home, my friends were tired or they wanted to go to a nightclub and I was not up to that, so I decided to stay here and chat with u. Un peu trop de franchise dans cette réponse mais au fond, elle n'avait pas envie de mentir ou même d'émettre autre chose que la vérité. If you don't mind, obviously Elle avait envie de lever les yeux au ciel tant elle s'agaçait, elle avait l'impression de n'être qu'une adolescente incapable d'aligner deux mots. Elle était même persuadée que sa soeur serait capable de mieux. Can I buy you a drink ? Or you're not allowed to drink during your service ?

@ Invité

avatar
   
#
Sam 17 Sep - 22:53
Lorsqu’on gère un établissement de ce genre, les notions de temps qui passe sont parfois un peu aléatoires. Et ce n’est qu’en revoyant cette cliente pour la première fois depuis un moment que Rafael réalise que plusieurs jours, peut-être semaines sont passées depuis sa dernière visite. Ne vous méprenez pas, il n’en est pas choqué – il serait bien culotté. Cependant, la revoir est une surprise agréable dont il ne se cache pas le moins du monde. Après tout, elle n’a pas l’air mécontente non plus, et Rafael est aussi honnête que naïf.

Quand elle complimente le club, c’est un sourire franc qui se dessine sur les lèvres du DJ dont les yeux s’écarquillent légèrement par la surprise. A vrai dire, elle pourrait tout à fait être en train de lui frotter les manches pour boire gratuitement, mais premièrement, il n’est pas certain qu’elle soit au courant qu’il co-gère l’établissement. Ensuite, il n’a pas envie de l’imaginer de cette manière. Aussi, il la remercie avec enthousiasme : « That’s very nice, thank you. » Puis, elle lui explique les raisons de son absence et le sourire de Rafael ne s’éteint pas une seconde : « Ooh, that sounds exciting. And a very good reason to not showing up. » Pas qu’elle ait eu besoin de s’expliquer, mais il espère que depuis le début de leur conversation, elle a compris qu’il n’est pas sérieux le moins du monde. Du moins, pas lorsqu’il se cache derrière une fausse vanité ou ce genre de remarques égocentrées. Par contre, quand il s’inquiète de savoir comment elle va, il n’y a rien de plus honnête. Raf lui offre un sourire. Est-ce que discuter avec elle le dérange ? « I do not. Not at all. And it’s really nice to see you. » On ne peut plus honnête, donc. « Well, I could drink, I’d just have to make sure my boss doesn’t see me. » Raf hausse les épaules, secoué d’un léger rire. « Yeah, no, it’s almost closing time, I guess I can treat myself with a beer. Can I get you anything else ? »

Tandis qu’il décapsule sa bière et s’occupe de l’éventuelle commande d’Amelia, il finit par annoncer, l’air innocent, tendant le bras pour désigner les platines : « I’m gonna have to go back there at some point. You know, the last song and all that. Wanna join me ? » Soudain, il réalise. Naïf, peut-être. Crétin, normalement pas tant. Aussi, il se met soudainement à paniquer en comprenant ce que cette simple question pourrait impliquer. « It’s, um, it’s okay if you don’t. Of course. Obviously. It’s just, um, yeah, I know you’re, like, by yourself. And it’s been a while. And I do enjoy your company. » Vraiment, s’il pouvait s’enterrer six pieds sous terre, Raf le ferait. Il se noie dans sa bière pour se rendre un semblant de contenance, puis tente de s’expliquer : « I’m not, I’m not hitting on you, it wouldn’t be very subtle if I was, would it ? But even if I, um, if i was, I mean, yeah, you can say no. » Une tentative très peu efficace, donc. Les joues du DJ se teintent de cramoisi et un rire nerveux le secoue : « And now that I’ve embarrassed myself you can make fun of me, I wouldn’t blame you. »

@ Invité

avatar
   
#
Sam 22 Oct - 17:58

Si on l’entendait, on pourrait peut-être penser qu’elle essaie d’avoir des consommations gratuites, alors qu’elle pensait réellement ce qu’elle disait. Elle trouvait l’endroit réellement sympathique, la musique vraiment géniale et puis surtout, elle n’avait rien à redire du service. Après tout, Amelia était connue pour son franc parler, et pour le fait qu’elle était incapable de garder ce qu’elle pensait en elle, alors elle aurait déjà soit abandonner l’idée de venir ici, soit elle aurait expliquer par a+b aux propriétaires des lieux, qu’il fallait changer quelque chose pour que cela soit mieux. Mais ce n’était pas le cas ici et puis Amelia se rendait bien compte, ou pas, que le barman y était pour quelque chose. Mais elle ne comptait pas mettre la charrue avant les boeufs une fois de plus, la fois de trop. Mais elle ne mentait pas quand elle émettait l’idée qu’elle n’était pas partie pour pouvoir discuter avec lui, après tout elle prenait toujours soin de demander des nouvelles des personnes qui importaient pour elle et quand bien même ils ne se connaissaient pas vraiment, Amelia voulait prendre de ses nouvelles. I don’t want you to get in trouble because of me. Expliqua t-elle avant de rire à son tour à la remarque de Rafael Hm, Impress me ? There’s plenty of cocktail I Haven’t try yet, so pick one randomly for me. prononça t-elle en le regardant, un petit sourire en coin un rien mutin qui trahissait l’amusement dont elle faisait preuve.

Amelia jeta un oeil furtif à son téléphone tandis qu’il s’occupait de sa bière et de sa commande avant de relever la tête quand il lui proposa d’aller aux platines, elle sentit ses joues qui se teintèrent de rouge et humidifia ses lèvres avant d’ouvrir la bouche It would be a-- pleasure et il la coupa, si bien qu’elle se tut et le laissa continuer avant d’avaler une gorgée de sa boisson, et lorsqu’il eut terminé elle déposa sa main sur celle de Rafael It would be a pleasure. Expliqua t-elle en retirant sa main, consciente que c’était peu être un peu trop inapproprié. And I don’t want to make fun of you because this is cute, and I can’t complain. Continua t-elle tout en se levant, son verre à la main, une main qu’elle passa dans ses cheveux pour les discipliner un peu, histoire de ressembler à quelque chose sur scène, elle n’avait pas forcément envie que l’on se joue d’elle et que l’on fasse des remarques sur sa tenue. Lorsqu’elle se retrouva derrière les platines, elle s’installa près de Rafael et l’admira de près, il fallait dire qu’il savait ce qu’il faisait et ça impressionnait Amy, parce qu’elle n’avait jamais entendu personne se plaindre de la qualité de la musique ici et Raf y était sensiblement pour quelque chose. Lorsque tout cela fut fini et qu’il était temps de rentrer, ou plutôt de fermer le nightclub, Amy regarda Raf avec une petite moue Can I help you ? I don’t wanna go back home and to be fair I’m lazy because I have to go back to Staten Island, I’m not tired and I don’t feel like it’s time to go home. Do you wanna come with me to see New York City by night ? Or I can take you home when you’re done with cleaning and stuff ? Except if you think that I’m too pushy, then I’ll find a place to crash and I’ll not bother you in the near future.

@ Invité

avatar
   
#
Jeu 27 Oct - 10:33
« I won’t get in trouble. And even if I did, it wouldn’t be your fault. », rassure Rafael sans quitter son sourire. Il serait bien étonné qu’Isaac lui fasse la morale, il n’est pas le dernier à boire un verre à l’approche de la fermeture (sans même parler d’après). Soudain, la brune lui propose de la surprendre et son visage s’illumine. S’il y a une chose que Raf adore, c’est bien tenter de faire le meilleur choix pour ses client·e·s. Il se penche alors sur le comptoir, l’air malicieux : « Guess I could make that happen. What do you fancy ? Sweet ? Bitter ? »

Alors qu’il réunit toutes les informations nécessaires pour préparer la commande d’Amy et qu’il s’affaire derrière le bar, Raf a soudain une épiphanie. Et si l’idée d’inviter la jeune femme à l’accompagner lui semble géniale à première vue, l’énoncer tout haut ne sonne pas tout à fait aussi bien. Il se confond en explications ridicules, sent le sang lui monter aux joues, finit par s’obliger à se taire en se mordant l’intérieur de la joue. Et alors qu’il retourne à la conception de son cocktail pour ne pas trahir son trouble, un peu trop concentré sur le liquide pour que ça ait l’air honnête, la brune accepte… et le rassure. Incrédule, Rafael relève les yeux : « You’re way too good to me. But I’ll take it. Thank you. » Un rire nerveux le secoue. Encore un peu gêné par son propre comportement (ridicule, tu es ridicule, Castillo), il dépose cependant le verre devant Amelia, se noie dans sa bière, puis demande discrètement : « Should we ? » Il désigne les platines d’un signe de tête puis se met en route. Et si pendant les dix minutes suivantes, il ne peut tout à fait lui adresser la parole, le brun se prend un peu trop régulièrement à regarder dans sa direction, sourire aux lèvres. Tout cela n’est pas très raisonnable, du moins le pense-t-il sans cependant réussir à s’arrêter. Et quand finalement la musique s’arrête et que les derniers clients commencent à rentrer chez eux, Rafael réalise soudain les limites de son petit jeu.

Elle lui propose de le ramener chez lui. A-t-elle quoi que ce soit derrière la tête ? Parce que pas lui, enfin, pas qu’il ne l’apprécie pas, très loin de là. Elle est belle, de surcroît, mais surtout terriblement intéressante et il mentirait s’il tentait de faire croire à quiconque qu’il ne meurt pas d’envie d’en savoir plus sur Amelia. Rentrer chez lui, cependant… Ce n’est pas tout à fait ce qu’il a en tête. Ce n’est jamais ce qu’il a en tête, parce que les gens se font des illusions, parce qu’il ne veut pas de cette ambiguïté, et dans le cas d’Amy, parce qu’il n’a pas la moindre envie de la décevoir. Aussi, il s’engouffre dans une parade où il prétend ne pas avoir entendu cette seconde proposition : « Well, erm, I do – I do have some cleaning up to do first. Any help welcome, but you really don’t have to. » Tentant tant bien que mal de cacher son trouble, il se gratte l’arrière de la nuque, jette un œil derrière lui et inspire longuement à la recherche de contenance. « Right, Imma need 30, tops. Then I’ll be down for that night walk. » That’s better, pense-t-il, et il adresse un léger sourire à la jeune femme : « And you’re not pushy. Let alone bothering me. Promise. » Car il détesterait qu’elle le pense. Il détesterait qu’elle pense quoi que ce soit de négatif de sa personne, et il n’en sait même pas tant à son sujet. « Okay, I’ll be back. », finit-il par annoncer et il s’éclipse pour ranger et fermer le club aussi vite qu’il le peut, une fébrilité qui ne manque pas d’interpeller Isaac.

Quand enfin il peut rejoindre la brune, il s’excuse : « Hi. Sorry, you didn’t wait too long, did you ? » Il avait parlé d’une demi-heure, il n’avait pas dû en être trop loin. Du moins il l’espère – il a perdu la notion du temps. « Where should we go ? »

@ Invité

avatar
   
#
Sam 26 Nov - 15:04


Elle avait toujours, du plus loin qu’elle se souvienne depuis la découverte de cet endroit, adoré venir ici. Parce que quand on la voyait, Amy, on ne pouvait pas deviner qu’elle adorait Broadway, souvent on pensait qu’elle aimait les choses luxueuses, les choses hors de prix et elle s’en amusait régulièrement, mais Amy était quelqu’un des plus normal, qui trouvait son plaisir dans les choses simples de la vie, comme le théâtre, les comédies musicales, ses frères et soeurs mais aussi les voyages, peut—être la seule chose qui impliquait d’avoir un minimum d’argent pour pouvoir se payer le voyage de ses rêves. Mais cet endroit était sûrement celui qu’elle préférait le plus, peut-être que la présence du barman avec qui elle était en train de discuter était l’un des raisons pour laquelle elle appréciait venir, elle ne voulait cependant pas mettre la charrue avant les boeufs et se sentir idiote s’il ne pensait pas la même chose. Elle fit mine de réfléchir avec un sourire à sa question et se contenta d’un « Hmm, something bitter, let’s live dangerously ! » avec un rire pour ponctuer la fin de sa phrase.

Elle n’avait jamais eu l’occasion de passer derrière les platines, se contentant régulièrement d’être l’une des dernières sur la piste de danse, jusqu’à ce que ses pieds lui disent qu’il est grand temps d’arrêter. Alors elle ne prendrait pas le risque de refuser de faire quelque chose qui l’a toujours attiré, même si elle a souvent émit des critiques plutôt négatives envers ls filles qui se trouvaient derrière le dj, aujourd’hui, elle allait être l’une d’elles et elle reverrait peut-être son jugement à la baisse. C’était même quasiment sûr. Parce qu’elle n’était pas une de ses pimbêches qu’elle imaginait. Et puis tout se passa bien trop vite, la fin de soirée, les clients qui s’éclipsent, Amy qui ne savait ni quoi dire, ni quoi faire. Elle était sûre d’une chose, elle ne voulait pas que cette soirée s’arrête là, à la porte du bar. Elle ne voulait pas le quitter si facilement. Alors elle tenta une proposition qu’il ne refusa pas, ou à moitié, elle savait qu’elle avait été trop loin en lui proposant d’aller chez lui. « Okay, I’ll wait for you outside, I’m gonna check on my Friends. » Parce qu’elle avait été celle qui avait refusé de les suivre, celle qui n’avait pas voulu les suivre jusqu’au bout de la nuit, préférant la présence singulière du barman. « I’ll be outside. » Elle attendit qu’il s’éclipse et sortit du bar, appelant son frère pour savoir si tout allait bien à la maison et pour prévenir qu’elle ne rentrerait que demain matin. Ses amies semblent être en bonne compagnie à en juger la photo qu’elle venait de recevoir alors elle rangea son téléphone et s’alluma une cigarette, la cigarette de secours pour les soirées, résultat d’un stress un peu trop présent. Elle tira rapidement dessus et l’écrasa en quelques minutes avant de le voir débarquer. Elle savait pertinemment qu’elle devait arrêter mais c’était celle de secours, celle qu’elle fumait quand elle en avait réellement besoin.

Elle le regarda et secoua vivement la tête « no absolutely not ! I checked on my friends and my siblings and there you are, I didn’t wait at all. » le rassura t-elle avec un sourire. Elle rangea son téléphone dans sa pochette avec laquelle elle jouait pour occuper ses mains et ne pas les malmener. Elle indiqua l’une des rues adjacentes du bar, une rue pas tellement fréquentée, mais éclairée pour qu’il ne s’imagine rien. « Let’s go this way. » Elle commença à marcher en levant le nez pour regarder les lumières de la nuit, tout en restant silencieuse et puis elle se rendit compte que ça pourrait être gênant « So, tell me something about you. » commença Amelia en continuant d’avancer un sourire qui apparaissait sur son visage. « Or let’s play a game, do you wanna do a 2 lies, 1 truth ? » Ça éviterait sûrement les silences gênants, et les questions intrusives qui allaient et venaient dans son esprit. Sûrement. Peut-être. Elle espérait en tout cas.

@ Invité

avatar
   
#
Ven 30 Déc - 16:41
Une petite part de Rafael était soulagée de voir qu’Amelia l’avait vraiment attendu. Il avait conscience de l’heure qu’il était, de la fraîcheur de la nuit, et très honnêtement, quelque chose en lui se refusait de croire que quiconque puisse avoir envie de l’attendre à la sortie du boulot – au beau milieu de la nuit - pour se promener dans les rues de New York. Aussi, lorsqu’il la vit à la sortie de la boîte, il ne put réprimer un sourire. « Brilliant. », annonça-t-il après s’être assuré qu’il n’avait pas été trop long pour elle. Et puisque la sincérité faisait partie intégrante de son vocabulaire (avec toutes les maladresses que cela comportait), il continua dans la foulée : « It’s good to see you, like, outside. Now you know I'm capable of talking calmly, like, without screaming my lungs out. » Un léger rire le secoua tandis qu’il haussait les épaules, un peu désinvolte. Il est vrai qu’ils ne s’étaient jamais parlé qu’en contexte bruyant, si tant est qu’on pouvait dire qu’ils avaient parlé.

Raf fourra ses mains au fond de ses poches et suivit la jeune femme dans la direction qu’elle indiquait. L’air de la nuit lui faisait du bien et il salua en silence sa décision de s’éloigner un peu du grabuge des grands axes. Il faut dire qu’après toute une soirée passée dans un bruit assourdissant, Rafael n’aspirait à rien d’autre qu’à un peu de calme, aussi fan de Broadway fusse-t-il. Il marcha quelques secondes en silence. Il se sentait étrangement à l’aise en la compagnie d’Amelia, si bien qu’il ne se sentait pas le besoin de parler. C’est finalement elle qui brisa la quiétude de l’instant en lui intimant de lui raconter quelque chose. « Alright. », commença-t-il avant de mimer la réflexion (un doigt sur le menton et les yeux au ciel), mais il n’eut pas le temps de trouver une anecdote valant la peine d’être racontée qu’elle lui proposa un jeu. Il rit : « Oh, yeah, why not ? Let me think. » Piètre menteur, il lui fallait trouver des idées, et plutôt vite, histoire de ne pas avoir l’air bête (une tragédie potentielle, s’il en était). Aussi, il se lança : « Okay, yeah, so : I went to Turin in May, for the Eurovision contest. I have a twin brother who lives in California. And I went to school with Lady Gaga. Well, she wasn’t called that at the time, obviously. » Raf rit, virant soudain au cramoisi. Son ton hésitant et le fait qu’il avait balancé la vérité en premier rendaient ses deux mensonges très facilement identifiables. Une chose était sûre, il était incapable de cesser de rire. « Oh dear, I’m such a bad liar, it’s pathetic. I’m sure you know which one’s the truth already. », se fustigea-t-il en douceur, sur le ton de la plaisanterie.

@ Invité

avatar
   
#
Ven 13 Jan - 11:31
Elle ne savait pas vers quoi elle s'en allait Amelia, mais elle était sûre d'une chose, la présence du barman lui faisait du bien et elle n'était pas contre un peu de présence qui ne lui rappelait pas sans cesse son boulot, et qui n'était pas une présence de ses frères et soeurs. Elle les aimait du plus profond de son coeur mais elle avait envie, parfois, d'être en compagnie d'autres personnes, en dehors de son cercle restreint d'amies qui pensait plus à faire la fête qu'autre chose, elle aspirait à du calme désormais Amy et peut-être, elle espérait secrètement, qu'elle trouverait ce calme avec Raf. « Calm is a good thing, at least we can misinterpret each other's word. » Parce qu'avec le bruit ambiant de la boîte de nuit, Amelia avait souvent peur de ne pas comprendre ce qu'il pouvait lui dire et donner un tout autre sens à ses propos. Alors pouvoir le connaître en dehors de ces quatres murs lui faisait réellement plaisir à la brunette.

Le silence ne la gênait pas vraiment, mais elle n'avait pas les codes, elle avait l'impression qu'il allait s'ennuyer avec sa présence si elle ne parlait pas d'ici les quelques minutes qui allaient suivre, alors elle chercha au fond de son esprit quelque chose pour briser la glace sans paraître pour quelqu'un de superficiel, ou quelqu'un qui avait des idées bien arrêtées derrière la tête. Elle ne savait même pas si elle pouvait considérer comme un date, elle était un peu perdue dans ses pensées quand une idée lumineuse lui parvint à l'esprit et elle se demandait si il allait la suivre dans son idée saugrenue. Elle s'arrêta et le regarda avec soulagement quand il accepta de se prêter au jeu. Elle croisa les bras sur sa poitrine et le regarda réfléchir avec un petit sourire amusé mais en rien moqueur sur les lèvres. Elle imprima les informations et s'étonna de ses propos, elle n'avait pas conscience de ce qui pouvait être faux ou vrai, puisque pour elle, il était dans la musique alors il aurait pu être à l'école avec Lady Gaga que ça ne l'étonnait même pas. Elle se trouva un peu bête sur l'instant, parce qu'elle n'avait pas idée de quoi répondre. Elle posa une main sur son bras en riant « Believe it or not, I don't know which one is true. I mean you seem to be an artist, so it would be totally possible that you went to school with Lady Gaga. But I'm gonna go with the twin brother ? » demanda t-elle avec un visage peu assuré. Preuve qu'elle se trouvait un peu nulle pour ce genre de jeu et pour déceler le vrai du faux, mais elle s'obstinait à vouloir jouer à ce jeu. « My turn I guess. So um, I travelled around the world when I was 18, I have 6 dogs at home and um- I am a workaholic and I can't stop thinking about my job which is an date app made by one of my best friend. » Elle était sûre qu'elle allait été totalement grillée, mais elle s'en fichait. Après tout, elle assumait que son boulot passe avant tout. Ou du moins, elle essayait d'assumer mais il fallait se rendre à l'évidence que le peu d'hommes ou de femmes qu'elle avait rencontré dans le but de pouvoir avoir une relation n'étaient pas de cet avis. « So what is your guess ? Don't get scared of me tho, I don't want to scare you. »

@ Contenu sponsorisé

   
#

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet

permissions de ce forum

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum