La nouvelle version a été installée cute ! Pour découvrir les nouveautés c'est par ici & pour commenter c'est ici
S'intégrer sur un gros forum, le mode d'emploi excited A découvrir par iciii avec toutes les initiatives mises en place !
Le deal à ne pas rater :
ETB Pokémon Fable Nébuleuse : où acheter le coffret dresseur ...
Voir le deal

Long, long day /Jade&Angelica\

@ Invité

avatar
   
#
Jeu 11 Fév - 4:03
20 janvier 2021

Aujourd’hui, j’avais le seul contrat que je n’avais pas réussis à annuler ou à déplacer à plus tard. Je ne faisais jamais ce genre de choses, habituellement parce que j’ai l’habitude de tenir mes engagements. Je n’ai qu’une parole comme on dit. Cependant, ces temps-ci, c’est une période d’exception. Mon meilleur ami a eu un grave accident de voiture le 1er janvier et il se trouve dans le coma depuis ce jour. J’ai de la difficulté à quitter son chevet pour m’occuper de mon fils alors j’ai encore moins envie de quitter le chevet de mon meilleur ami pour aller travailler, encore moins lorsque c’est une pub où je dois jouer la fille heureuse alors que je n’ai qu’une envie : celle de pleurer. Mais, l’équipe qui s’occupe de cette pub avait déjà réservé une partie de Central Park pour cette journée-là et tout était prêt. Il n’était pas question de changer quoi que ce soit si prêt de la date du tournage alors j’ai abdiqué et je leur ai confirmé que j’allais être présente. Après tout, j’aurais pu être actrice alors je peux bien faire semblant une journée d’être heureuse. Ce n’est pas comme tourner une ou deux vidéos par semaine pour ma chaîne YouTube que j’avais totalement délaissé depuis le début de l’année en dehors d’une courte vidéo où j’expliquais la situation à mes abandonnés. En tout cas, j’avais organisé ma journée en conséquence. Teddy était chez son oncle depuis la veille jusqu’à demain et Edge allait être à l’appartement pour s’assurer que Dgee s’hydrate et se nourrisse pendant la journée. Je pouvais donc aller faire ce contrat l’esprit presque tranquille puisqu’il ne le saura pas tant et aussi longtemps que Karl est dans le coma et, donc, qu’on ne sache pas les conséquences que cet accident va avoir engendrer.

La journée est bien entamée déjà tout comme le tournage et shooting. La température est de notre côté puisqu’il fait juste assez chaud pour que nous n’ayons pas trop froid, mais pas trop chaud avec nos manteau. Contrairement à d’habitude, je reste plutôt de mon côté, seule, lorsque je n’ai pas besoin d’être devant la caméra. J’ai même mon nez dans mon téléphone pratiquement tout le long de mes pauses dans l’espoir ou la crainte que Edge m’ait écrit pendant que je posais. Je sais qu’en d’autres circonstances, j’aurais grave kiffé ma journée. En plus, j’adore la marque Make up forever. Qui ne l’aimes pas en fait ? Et je trouve ça original de faire le contenu des publicités de la nouvelle collection avec nos légers manteaux. C’est rare non que les tournages de ce genre se fasse dehors l’hiver ? En tout cas, j’adore le concept. Mais je n’arrive pas à l’apprécier à cause des circonstances. Je ne pourrais même pas nommer deux filles qui se trouvent avec moi tellement je suis sur le mode automatique depuis le début de la journée. Heureusement que la journée de boulot touche à sa fin, je commence réellement à être fatigué de faire semblant devant la caméra.

@Jade Monroe

@ Invité

avatar
   
#
Sam 6 Mar - 21:17

long, long day.-- @Angelica Flores & @Jade Monroe

C’est une belle journée,
de celles faites pour briller,
de celles qui lui rappellent pourquoi elle fait ce métier.

Depuis le matin, aux aurores, Jade se trouve à Central Park, sur le lieu de tournage pour ce partenariat de renom. Prévu depuis des semaines, c’est enfin le jour attendu, celui dont elle avait tant besoin. Avec l’esclandre qui a éclaté depuis que sa relation avec Hassan a été dévoilée, elle s’est tant focalisée sur tout ce qu’elle se doit d’affronter, qu’elle avait presque oublié. Oublié comme elle aime ce qu’elle fait. Oublié tout le positif qu’il peut lui apporter. Toute la journée, elle s’est évertuée, finalement, à s’en rappeler. Se remémorer les instants de complicité, entre deux séances photos, les rires au milieu d’une séquence maquillage, ou juste le fait de s’amuser, à poser, à rencontrer, à partager. Trois influenceuses seulement sont mises en lumière, mais cela représente plus d’une centaine d’employés pour la journée. Au fil des heures, la princesse se lie d’amitié, avec les uns et les autres, avec l’une de ses partenaires surtout. Mais moins avec la deuxième. Angelica, elle la connaît, depuis un petit moment désormais. Elle n’a pas entendu que du bien sur celle connue, d’après les mauvaises langues, que grâce à son groupe. Un a priori que la femme d’affaires a sûrement beaucoup trop écouté, elle qui sait pourtant comme les rumeurs peuvent être faussées. Mais elle s’est tant évertuée à partir de zéro, sans l’appui de quiconque, même pas de ses parents, qu’elle a été heurtée par ces on-dits. Seulement la jeune femme vit, depuis quelques semaines déjà, un drame bien difficile. Bien loin des ennuis qui ont pu arriver à la jolie Turque. Jade, comme tout le monde dans le milieu, sait que le meilleur ami d’Angelica se trouve être dans le coma. Une épreuve douloureuse, laborieuse, pour ses proches qui ignorent quand, enfin, il se réveillera. Ni même, en vérité, s’il se réveillera. Alors, si elle se plaît à jouer le jeu avec la deuxième influenceuse, la brune se doute comme ce doit être compliqué à gérer, pour celle qui, depuis le début de la journée, n’a cessé de s’isoler. Après une nouvelle pause, entre deux shootings, elle décide de partir la retrouver. Elle ne sait pas comment elle va être accueillie mais… elle ne peut décemment pas la laisser seule à la dérive. Approchant à pas feutrés, la poupée arrive à la hauteur de sa co-vedette, un petit sourire timide sur le coin des lèvres. – Hé, salut toi. dit-elle, davantage pour lui signifier sa présence, que pour la saluer véritablement. Après tout, même avec Angelica à demi-absente, elles ont passé une bonne partie de la journée ensemble. – C’est un sacré shooting hein. elle essaie, Jade, elle essaie, même si elle n’a jamais été la meilleure personne pour pousser les autres à se livrer. Sensible, plus qu’elle n’en a l’air, elle ne sait pas pour autant toujours s’y prendre avec les gens. Elle décide, en fin de compte, de rentrer rapidement dans le vif du sujet. – Comment tu te sens ? Elle voudrait lui dire qu’elle la trouve courageuse. Pas seulement professionnelle, mais vraiment exemplaire. Elle est ici, à cette séance photos, alors qu’elle voudrait sûrement être au chevet de ce proche. Elle voudrait lui dire, Jade, mais elle n’est pas encore suffisamment à l’aise. Alors elle se contente d’être là, comme elle le peut, avec la douceur qui paraît si étonnante chez celle que l’on qualifie si facilement d’altesse.


(c) calaveras.

@ Invité

avatar
   
#
Dim 4 Avr - 22:41
J’avais tellement hâte à ce shooting. J’étais même tellement excitée lorsqu’on m’a proposé d’être l’une des trois influenceuses pour cette pub. J’avais cassé les oreilles à Dgee, Karl et Tony tellement j’en parlais puisque j’étais tellement contente. Et malgré tout ça, je n’arrive pas à apprécier ma journée. Je n’arrive pas à profiter pleinement de cette occasion que j’attendais depuis longtemps. Tout ça simplement parce que je suis trop inquiète pour Karl. J’ai toujours peur de voir une mauvaise nouvelle sur mon téléphone pendant mes pauses. Je m’inquiète de comment va mon fils pendant que je suis ici. Je ne l’ai pas laissé seul vraiment depuis qu’il était de retour à la maison. Les premiers jours après l’accident de Karl, il était chez son oncle puisque c’était plus simple comme ça. Après l’école à recommencer, donc j’étais à l’hôpital que lorsque Teddy était à l’école. Alfred allait le chercher à l’école pour le ramener à l’hôpital, comme ça il pouvait voir son père un peu, puis on rentrait à la maison pour la routine du soir et le dodo. Routine qui s’est arrêté lorsque Karl a pu être transféré à l’appartement. J’ai fait tout mon possible pour être encore plus présente pour lui parce que je le savais qu’il trouvait ça très dur de voir son père allongé comme ça. Il comprenait bien que ce n’était pas normal puisqu’il sait que son père ne dort jamais autant, même si ne comprenait pas tout de la situation. Alors l’avoir laissé à la maison, même si Edge était là, m’inquiétait vraiment. Je me sentais même comme une mauvaise mère. Je devrais être là pour mon fils et pas venir poser devant la caméra. Mais un contrat est un contrat… C’était déjà dur d’être simplement ici alors profiter de la journée, de l’occasion, encore plus. Et pour ça aussi je m’en voulais. J’étais toujours super heureuse dans ce genre de situation alors je m’en voulais terriblement d’être aussi morose et effacée. Ça ne doit pas être agréable pour les deux autres filles de travailler avec moi. Je voudrais tellement faire plus, mais c’est beaucoup trop dur. Déjà juste de faire semblant devant la caméra pour ne pas gâcher le shooting, ça me demande beaucoup alors pendant les pauses… c’est trop.

Et voilà que je passe une pause de plus le nez dans mon téléphone. J’en pouvais plus de ce silence radio alors j’ai écrit à Edge pour m’assurer que tout allait bien. Et maintenant j’attends une réponse. J’espère que ça ne sera pas long parce que j’ai plus de patience maintenant alors que j’en avais une grande avant l’accident de Karl. La fatigue, le stress et l’inquiétude doivent jouer pour beaucoup aussi. Je sursaute presque lorsque j’entends quelqu’un me saluer. Je me tourne vers cette dites personne et voit Jade. Son petit sourire timide est loin d’être le genre de sourire que je m’attendais à voir sur ses lèvres pour être honnête. Surtout avec tout ce que j’ai entendu sur elle ou que j’ai lu dans les magazines. Les médias la décrivent comme étant froide et insensible, pourtant c’est loin d’être l’image que j’ai présentement d’elle. Je lui fais un petit sourire à mon tour en soufflant un petit salut tout en serrant mon téléphone dans ma poche. Un léger et petit rire franchi mes lèvres à ses paroles suivantes alors que je hoche toute aussi doucement la tête.

- En effet. Mais, c’est cool, ça sort de l’ordinaire. C’est rafraîchissant.

C’est surement la plus longue prise de parole que j’ai fait depuis que je suis arrivée. Et je me surprends même. Puis, finalement, le fait que Jade décide de rentrer dans le vif du sujet me surprend. C’était bien la dernière personne que je croyais qui allait me demander comment j’allais. Surtout que c’était la seule qui a pris le temps de me le demander et avoir l’air réellement intéresser par la réponse, par une vraie réponse. Comme quoi, il ne faut pas s’arrêter sur ce que les autres disent. Tout le monde peut être surprenant. Je lui fais donc un petit sourire triste n’ayant plus la force de faire semblant.

- Aussi bien qu’on peut l’être dans ce genre de situation. Je suis désolée si j’ai noirci votre journée, j’ai essayé d’annuler ma participation, mais ils n’ont pas voulu…

Je voudrais tellement en dire plus, mais je ne sais pas jusqu’à quel point je peux me livrer à Jade. Peut-être que c’était qu’une question de politesse après tout. Puis, je ne connais pas réellement Jade alors est-ce que je peux me confier à elle ? Je ne sais pas non plus. Mais… je ne sais pas encore combien de temps je pourrais tenir sans réellement craquer. Je reste fort pour Teddy et pour Dgee, qui s’est effondrée depuis le premier jour. Je ne peux pas m’écrouler moi non plus. Qui tiendra le fort sinon ?

@ Invité

avatar
   
#
Jeu 22 Avr - 21:11

long, long day.-- @Angelica Flores & @Jade Monroe


C’est loin d’être un métier facile. Loin des apparences, des jolies paillettes qu’ils offrent au public, le métier d’influenceur est un métier de rigueur. Ils doivent être parfaits, tout le temps, en toutes circonstances. C’est ce qu’elle s’est toujours évertuée à faire, Jade. C’est pour cette raison qu’elle a vécu si mal les rumeurs sur elle et Hassan. Ce n’est pas tant l’idée que le public pense qu’ils forment un couple qui l’a dérangée. C’est de se dire que son image pourrait être chamboulée, déstabilisée juste par une rumeur erronée. Que cette vision d’elle, qu’elle prend tant de soin à maintenir au beau fixe pour ses admirateurs, puisse être entachée, juste pour quelque chose qui concerne sa vie privée. C’est l’un des inconvénients de ce métier. On peut passer tout une existence à construire un château de cartes, une à une, avec la plus grande prévoyance du monde, le château peut s’effondrer au moindre écart. C’est ce qui l’a tant déroutée, tous ces derniers jours qui ont passé. C’est pour cette raison que, retrouver ce qu’elle aime dans sa profession, lui fait un bien fou. Elle se souvient, comme elle aime, jouer les modèles, rencontrer de nouvelles personnes, échanger, partager. Elle retrouve un nouveau souffle dans cette journée, se remémore pourquoi c’est bien la peine de continuer. Cela lui fait du bien, oui, un bien immense. Mais ce n’est hélas pas le cas pour tout le monde.

Pas le cas, hélas, pour Angelica.

Depuis le début de la journée, l’influenceuse se tient à l’écart de tous les employés. Chaque séance terminée, le dernier cliché aussitôt énoncé, elle s’éloigne d’eux aussitôt. L’héritière Monroe comprend, trop bien, son besoin de rester seule dans de telles circonstances. Elle doit avoir déjà bien des difficultés à sourire pour chaque photographie où elle est contrainte de poser. Mais, justement, peut-être qu’elle pourrait profiter de ce jour qui lui est consacré, pour s’évader. Mettre de côté, juste quelques heures, tous ses problèmes. Ce ne serait ni égoïste, ni incompréhensible. Juste une réaction humaine pour une personne tourmentée qui a besoin de se raccrocher à quelque chose qu’elle aime. C’est dans cette optique que la poupée orientale s’approche d’elle, interrompant non sans crainte, cette solitude peut-être nécessaire. Elle est quelque peu rassurée, mais pas si étonnée, quand sa collègue de travail ne cherche pas à la rejeter. Elle a pu voir, au cours de la journée, qu’elle est une personne sincèrement gentille. Peut-être même bien plus douce qu’elle ne l’est, la caractérielle et perfectionniste Jade. Elle l’accueille même avec un léger rire, avant de confirmer ses dires. Ouverte à la discussion, alors, elle apaise ses appréhensions. – Oui, c’est vrai. Ça fait du bien, un vent de fraîcheur. qu’elle ajoute avec un tendre sourire. Elle ne veut pas se montrer maladroite. Encore moins parler de ses soucis de réputation qui ne sont rien à côté d’un proche dans le coma. Mais elle aimerait bien lui faire comprendre, en réalité, qu’elle devrait prendre plus de plaisir à se lâcher. Qu’elle devrait tenter de se libérer. Jade n’est personne pour lui intimer comment elle doit se comporter. Elles ne se connaissent pas assez, elles sont même loin d’être proches en réalité.

C’est juste qu’elle est peinée,
attristée de la voir dans un état aussi esseulé.

Un peu hésitante quant à l’attitude à adopter, l’auto-entrepreneuse décide finalement de faire ce qu’elle a toujours fait. Bien plus directe qu’elle n’y paraît, elle fait preuve de sincérité pour la questionner. Tout comme Angelica qui, à sa surprise, se confie tout de suite à elle sans chercher à nier, la difficulté de cette journée. C’est peut-être ce qu’elle aurait fait, Jade, par méfiance ou surtout par peur de se laisser submerger par la souffrance. Mais elle est contente de voir la jeune femme encline à discuter. À se liver, surtout, parce qu’elle se dit qu’une conversation pourrait l’apaiser. – Oh, tu n’as vraiment pas à t’excuser… au contraire. Je sais comme c’est compliqué de… devoir faire comme si tout allait bien, alors que ce n’est pas le cas. qu’elle confie en baissant un instant les opales. Une petite inspiration qu’elle prend, juste avant d’ajouter. – Mais c’est peut-être une bonne chose pour toi d’être là… ? Peut-être que ça peut être bénéfique pour toi de te changer les idées, juste le temps d’une journée ? Question à peine formulée, pour celle qu’elle ne veut surtout pas brusquer. Plus douce, moins abrupte, que ce qu’on dit d’elle, Jade, elle veut lui apporter son soutien.

Même si elles sont loin de se connaître à merveille,
elle tente d’être là pour elle.

(c) calaveras.

@ Invité

avatar
   
#
Jeu 13 Mai - 3:11
C’est une vraie torture cette journée. J’aurais envie d’en profiter un max. Après tout, j’attends ce shooting depuis tellement longtemps et j’aime faire ça. Habituellement, je poste pleins de story sur Instagram pour mes abonnés. Je fais même un petit vlog pour montrer les dessous du shooting et ces vidéos sont très appréciées de mes abonnées. Mais là… Je n’en ai vraiment pas fois. C’est trop dur d’être joyeux alors que Karl est toujours dans le coma. Que Dgee ne parle plus depuis le premier jour. Que Teddy semble si inquiet de voir son père endormi avec toutes ces machines autour de lui. Et moi qui n’a qu’une envie, craquer. Pleurer toutes les larmes que je retiens depuis le premier jour. J’ai envie de lâcher prise au moins un petit cinq minutes. Mais, non, je ne peux pas parce que personne ne sera là pour me rattraper moi. Qui sera là pour me serrer contre lui pendant que je craque ? Personne. Il y aurait Shawn, mais il travaille tellement et je n’ai pas envie de gâcher encore plus nos quelques moments ensembles. Zeke, mon jumeau ? Ça me ferait trop bizarre, surtout après tout ce qu’on a traversé. On n’a pas retrouvé notre relation d’avant. Alors, il n’y aura personne. Parce que oui, je connais beaucoup de monde, mais tous mes amis proches, mes vrais amis, ma famille est aussi au fond du gouffre que moi. Alors, je dois tenir pour que tout ne s’écroule pas, mais c’est dur. Très dur par moment.

Donc, oui, je suis ici pour honorer mon contrat. Du moins, je suis ici physiquement. Mon esprit, lui, se promène entre ici et la maison. Je crois que je n’aurais jamais mis autant en pratique ce que j’ai appris pendant les quelques années où j’essayais de percer comme actrice aujourd’hui que lorsque je passais casting par-dessus casting. Peut-être que lorsque je suis devant la caméra, mais c’est l’important aujourd’hui. Alors qu’elle ne fut pas ma surprise en voyant que Jade est venue vers moi. Jamais je n’aurais pu penser qu’elle allait venir me voir avec ce que j’avais lu dans les magazines. Bien sûr, je suis très bien placée pour savoir qu’on ne doit pas se fier à ce qui est écrit dans ces derniers ni dans aucun médias. Ils vendent leur dire comme la vérité alors qu’ils la manipulent pour lui faire dire ce qu’ils veulent. Et pourtant, comme n’importe qui, je pense la connaître grâce à ce qui est écrit sur elle et je m’en veux.

- C’est souvent comme ça avec cette marque, c’est pour ça que j’adore travailler avec eux.

Je lui confie un petit sourire sur les lèvres légèrement triste parce que, oui, j’adore travailler avec cette marque, toute l’équipe est géniale. Pourtant, aujourd’hui, je n’arrive pas à apprécier totalement ma journée. C’est trop dur de ne pas se sentir coupable.

Je n’ai pas envie ni l’énergie de nier la difficulté que cette journée engendre. À quoi bon de toute façon nier alors que depuis le début de la journée je m’isole ? Ce n’est pas difficile de savoir que c’est dur pour moi aujourd’hui, surtout pour quelqu’un qui me connait et qui sait comment je suis en temps normal. Alors lorsque Jade m’affirme que je n’ai pas à m’excuser pour aujourd’hui, je lui fais un petit sourire rempli de reconnaissance en lui soufflant un petit merci pour sa bienveillance. Sourire que je perds rapidement lorsqu’elle me dit que c’est peut-être une bonne chose pour moi d’être là. Je fronce même les sourcils ne comprenant pas en quoi ça peut être une bonne chose. Et finalement, je soupire en passant une main dans mes cheveux.

- C’est ce que Edge m’a conseillé de faire ce matin, mais je n’y arrive pas… C’est truc de d’être ici, de profiter, de rire alors que mon meilleur ami est dans le coma et qu’on ne sait même pas s’il va se réveiller et s’il le fait, quel conséquence il va avoir. Et ma meilleure amie qui ne fait que pleurer depuis l’accident. Et mon fils qui ne comprend pas pourquoi son papa dort autant alors qu’il doit prendre des médicaments pour dormir d’habitude. Comment je peux m’amuser aujourd’hui alors que c’est un si gros bordel ma vie ?

Dis-je les larmes aux yeux. Je n’avais pas prévu en dire autant, me livrer autant, c’est sorti tout seul, mais déjà, je me sens un peu mieux d’avoir mit des mots sur ma culpabilité. Et ce même si des larmes font toujours briller mes yeux, menaçant de tomber d’un instant à l’autre.

@ Invité

avatar
   
#
Lun 31 Mai - 12:37

long, long day.-- @Angelica Flores & @Jade Monroe

Il y a des bruits qui courent,
des rumeurs qui circulent,
depuis toujours,
sur les personnes connues,
que ce soit pour quelques semaines,
ou pour les stars éternelles,
aussi, des filles comme elle,
des filles comme elles.

Jade, elle a entendu beaucoup de choses sur la belle brune qui se tient à ses côtés. Elle a vu son image froissée, par des idioties qu’elle n’a jamais voulu écouter, mais qu’elle n’a tout de même pas oubliées. Elle n’est pas du genre à se mêler de ce qui fait la vie des autres mais, au fond d’elle, elle ne peut prétendre qu’elle ne s’est jamais laissée influencer. Le comble pour une influenceuse qui connaît son métier, qui sait aussi, comme tout est souvent décuplé. Là, tout de suite, face à sa collègue de travail, elle a totalement oublié toutes ces rumeurs sans fondement, car il n’y a que la détresse dans les prunelles assombries qui captent son attention. Et même si elle s’en souvenait, même si vraiment cela lui importait. Elle ne peut que constater le professionnalisme d’Angelica qui, malgré tout ce qui lui arrive, a répondu présente pour ce contrat. C’est loin de ce qu’a entendu l’héritière, loin de ces idées d’une célébrité qui connaît le succès par hasard ou par chance. Non, Angelica, elle doit sa présence à sa persévérance. Au fait qu’elle sache, aussi, comment s’y prendre. Malgré le manque d’entrain manifeste, elle fait ce pourquoi elle est venue avec une aisance naturelle, avec cette virtuosité professionnelle. À ses paroles, la belle Turque affiche un léger sourire sur ses lèvres. – Je ne peux pas te contredire là-dessus. Pourtant, si elle assure adorer travailler avec cette marque, Jade voit bien que le cœur n’y est pas. Elle ne sait pas, juste, si c’est l’envie qui lui manque ou si elle se refuse de prendre du bon temps, à cause d’une culpabilité quelconque. Alors, se rapprochant doucement de sa collègue, elle tente ce pas vers elle. Avec ce souhait de lui rappeler qu’elle a le droit de s’amuser, de profiter ; ne serait-ce que le temps d’une journée. Ce n’est pas dans les habitudes de la femme d’affaires d’oser s’immiscer dans la vie privée des autres. Elle a trop besoin qu’on respecte la sienne pour ne pas en faire autant. Seulement, elle le sent bien, Angelica a des choses en elle qu’elle paraît garder depuis longtemps. Des sentiments, des souffrances, qu’elle tait au monde qui l’entoure.
Peut-être pour éviter les inquiétudes,
peut-être juste par habitude.
Quand on fait le métier qu’elles partagent, où afficher sa prétendue vie devient un gagne-pain, il est important de se préserver des êtres humains. Important de se protéger soi-même. Alors elle n’est pas certaine de voir son interlocutrice lui confesser tout ce qu’elle peut éprouver ; presque surprise, en vérité, d’avoir su la pousser à se dévoiler. Mais ce n’est peut-être pas une bonne chose, se dit Jade, quand elle voit ses prunelles s’embuer soudain, comme si elle était prête à éclater en sanglots. Elle s’en veut, Jade, parce qu’elle ne veut pas la pousser à craquer. Mais peut-être qu’elle a besoin de céder, peut-être que cela lui ferait du bien de se laisser respirer. – Oh, excuse-moi… je suis maladroite. Je ne voulais pas… je ne voulais pas te faire la leçon. qu’elle s’excuse, tout de suite, en finissant par se rapprocher d’elle pour s’asseoir à ses côtés. Les opales posées sur Angelica, elle prend une profonde inspiration, comme hésitante, avant de reprendre. – On fait un métier magnifique mais… parfois, c’est horrible. Vérité énoncée, jusqu’alors inavouée. Elle se surprend elle-même à se livrer, avec une telle facilité. Se forcer à sourire, prétendre que tout est parfait quand rien ne va dans sa vie. Continuer de sourire, toujours, même face au pire. – Tu as le droit de craquer, toi aussi. Tu as le droit de réagir comme toi, tu en as besoin… tu le sais ? question qui paraît futile, serait peut-être inutile pour autrui.
Mais pas pour les filles comme elle.
Pas pour les filles comme elles.


(c) calaveras.

@ Invité

avatar
   
#
Ven 2 Juil - 4:00
J’espère sincèrement que les employés de cette marque vont comprendre mon attitude et qu’ils voudront à nouveau que je travaille pour eux pour une prochaine compagne. Sinon je serais réellement triste d’avoir perdu cette chance de travailler avec cette marque géniale. C’est vrai qu’ils n’ont pas voulu me remplacer, mais c’était à la dernière minute, donc je comprends très bien. C’est un peu pour ça que je fais réellement de mon mieux devant les caméras et avec les employés, même si je m’isole contrairement à d’habitude. Selon moi, ça devrait être correct, même si j’ai toujours ce petit doute qui persiste dans le fond de ma tête. Je souris à Jade lorsqu’elle confirme mes dire. C’est l’une des raisons pour laquelle j’aime cette marque. Elle a l’habitude de sortir des chantiers battus et je trouve ça vraiment génial. En plus qu’elle soit crualty free, végan et tout un autre tas de caractéristiques vraiment trop bien pour notre époque. Mais, évidemment, aujourd’hui, mon cœur n’y est pas vraiment. Même si je fais tous les efforts dont je suis capable, ce n’est pas assez pour que je me retrouve au même niveau que je suis habituellement. Trop de chose se bouscule dans ma tête. Trop de larmes qui veulent s’échapper. Et pas assez de sourire qui veulent se montrer.

Malgré le fait que Jade et moi n’étions pas proche, j’étais contente de la voir venir vers moi, de faire ce pas vers moi. Même si elle me disait que c’est peut-être une bonne chose pour moi d’être là, que ça pourrait être bénéfique pour moi, donc que je devrais profiter de la journée parce que, si la situation était inversée, j’aurais très bien pu dire quelque chose du genre moi aussi. Alors même si je crois que, oui, je mérite de profiter de cette journée, je n’y arrive pas. C’est trop dur et j’ai de plus en plus de difficulté à me retenir de craquer. Et le fait que je me confis si bien à Jade et aussi rapidement le prouve très bien. J’ai besoin de me sentir épauler, soutenu. Shawn y arrive, mais en même temps pas. Je ne sais pas ce qu’il y a. Est-ce qu’il a peur de prendre trop de place ? Ce sent-il mal à l’aise face à mon mal être avec ce qui se passe avec Karl ? Ou est-ce moi qui me garde une certaine réserve face à lui? Je ne sais pas, mais il y a bien quelque chose. En temps normal, c’est vers Karl que je me tourne pour me sentir soutenu, mais il est dans le coma… Je m’en veux presque de m’être laisser aller au point que des larmes me sont montés aux yeux lorsque Jade s’excuse. Mais, elle s’assoit à mes côtés alors ça ne doit pas être si mal non ?

- Un magnifique métier en effet. On a l’impression d’être tellement entourer qu’on tombe de haut lorsqu’un drame survient puisque nos abandonnés ne sont pas nos proches. Mes deux piliers dans ma vie se trouve être dans le même bateau que moi, mais je suis la seule à pouvoir le conduire alors je ne peux pas quitter mon poste… C’est… épuisant par moment…

Je pose ma main sur la sienne en lui faisant un petit sourire.

- Mais, tu n’as pas à t’excuser pour ça. Tu ne m’as pas fait la leçon. Je suis juste à fleur de peau dernièrement.

Et un petit rire ironique et triste franchit mes lèvres. À fleur de peau, c’est peu dire en fait.

- Mais si je craque, qui restera debout pour mon fils ? Son père est dans le coma et sa tante ne quitte pas son chevet en pleurant. Il ne lui reste que moi pour lui donner espoir que tout va s’arranger.

J’hausse les épaules parce que, pour moi, c’est la seule option. Teddy a besoin de voir que tout ne s’écroule pas autour de lui. Il a 5 ans, il a besoin d’être rassuré.

@ Invité

avatar
   
#
Ven 23 Juil - 0:01

long, long day.-- @Angelica Flores & @Jade Monroe

C’est déroutant,
bouleversant,
de retrouver une âme similaire à la sienne en souffrance,
comme un reflet d’elle-même dans ses pires tourments.

Parce que tout paraît toujours si parfait,
si idyllique dans ce monde où elle est née,
comme dans celui où elle a choisi d’évoluer,
tout paraît si parfait,
que, parfois, on omet,
que c’est d’être humains qu’on est entourés.

Jade la première, cache si bien son mal-être. Et elle n’est pas la seule. Ils font tous ainsi, dans ce milieu. Ils n’ont pas d’autre choix, pas d’autre possibilité qui leur est offerte. Comme si, dès l’instant où ils ont signé pour cette vie, ils avaient renoncé à tout ce qu’il y a de négatif. Ne montrer toujours que le positif. Sourire. Sourire toujours, même face au pire. C’est difficile, insoutenable parfois. Mais ce sont eux-mêmes les responsables. Eux, qui s’en imposent autant. À cause des journalistes, à cause de leur image auprès du public. Sur eux, c’est vrai, ils n’ont guère d’emprise. Mais ils peuvent choisir, de bien s’entourer, avec les gens du métier ; pour mieux se comprendre et s’épauler ; pour s’écouter ; pour créer quelque chose de solide quelque part dans cet immense château de cartes. Mais ils ne le font pas. Il n’y a que méfiance et concurrence, quand ce n’est pas coups bas et médisances. Jade, aussi, a fait cette erreur-là. Elle s’en rend compte, face à Angelica. Elle se rend compte qu’ils ne devraient rien faire d’autre que s’entraider. C’est ce qu’elle a envie de faire quand elle la voit si désarmée. Si peu habituée à déceler les autres en peine, l’héritière entourée de bien des barrières, elle est encore plus émue face à cette scène. Face à ces confidences aussi touchantes que douloureuses à entendre. Elle comprend parfaitement tout ce que veut dire la belle brune car c’est précisément ce qu’elle a éprouvé, chaque fois qu’une mauvaise nouvelle l’a submergée.

Seule, même avec des millions d’abonnés.

– Je suis vraiment désolée pour toi, Angelica… je n’imagine même pas comme ça doit être difficile… qu’elle confesse, sa main contre la sienne, elle la serre ; juste pour lui montrer son soutien. Sa présence, en cet instant. Et même après, chaque fois qu’elle la voudrait, pour cette journée, pour toutes celles qui vont arriver. – Je comprends que tu ne veuilles pas craquer pour ton fils, pour ceux qui ont besoin de toi… je ferais comme toi, à ta place. avoue-t-elle en réalisant que, peut-être, elles sont similaires, bien plus qu’elle ne le croyait naguère. Et elle se sent encore plus stupide, Jade, d’avoir pu écouter les on-dit. Soulagée également, d’avoir fait ce pas envers elle, pour enfin la connaître. La connaître véritablement. – Mais tu peux le faire avec d’autres personnes, avec tes amis… et… même avec moi aussi. elle ajoute enfin, presque un peu timidement, un sourire embarrassé sur les lèvres. Sa réserve habituelle la pousse à retenir l’envie, le besoin même, qui la submerge. Mais, au fond d’elle, l’auto-entrepreneuse sent bien qu’Angelica en a encore plus besoin. Besoin de parler, besoin de se livrer. Besoin, aussi, de craquer. C’est quelque chose qu’elles se sont tant interdits, alors qu’elles en ont le droit elles aussi. – J’ai conscience qu’on ne se connaît pas bien toutes les deux mais… on évolue dans le même monde. Je sais ce que c’est, de devoir toujours être forte. Intouchable. Ou, au moins, le faire croire… on s’impose une telle chose, on croit que ça nous protège mais… on se retrouve seul aux pires moments, et plus rien n’est là pour nous en protéger. Alors elle veut qu’elle comprenne, elle veut qu’elle ne doute pas de pouvoir se reposer sur elle.
Juste, elle veut lui tendre la main, Jade.

Pour rattraper toutes les fois où elle ne l’a pas fait,
pour devenir un peu cette amie qu’elle n’a pas été.

(c) calaveras.

@ Invité

avatar
   
#
Jeu 26 Aoû - 16:43
Les paroles de Jade me font réfléchir. Est-ce que je m’empêche de craquer parce que le monde des réseaux sociaux, de l’image public m’a appris à simplement sourire ? Que mon court passage à L.A. avec cet ex toxique qui ne voulait que me voir sourire en dehors de la maison m’a appris à paraître heureuse face aux autres ? Ou est-ce simplement le fait que je suis comme ça ? Que je suis comme ça, à toujours veiller sur les autres en m’oubliant ? Ou est-ce un mélange de tout ça ? Après une courte et rapidement réflexion, je dirais que c’est un mélange de tout ça. Je suis comme ça de base, mais le monde dans lequel j’ai décidé d’entrer en créant ma chaîne YouTube a amplifié ce trait de caractère.

- Tu peux m’appeler Angie.

Lui dis-je avec un petit sourire. Son soutien, ses paroles et sa présence à mes côtés lui donnent ce droit selon moi. Elle qui me semblait si froide et snob me semble, maintenant, bien plus humaine et compatissante. Je crois même qu’on pourrait bien s’entendre si c’est vraiment comme ça qu’elle ait en réalité. Je la préfère bien plus comme ça de toute façon. Ça lui va mieux. Et savoir qu’elle ferait comme moi si elle était à ma place, ça me rassure puisque ça me dit que je ne suis au moins pas la seule à réagir de la sorte dans ce genre de situation. Je dois donc réagir, d’une certaine façon, « normalement ». Nous nous ressemblions, donc, plus que ce qu’elle donnait comme image. Comme simple réponse, je lui fis un petit sourire pincé. Quoi répondre de plus de toute façon ? Elle comprend mes décisions, je n’ai rien à dire de plus. Un soupire m’échappe lorsqu’elle me dit que je peux le faire avec d’autres personnes, comme mes amis, mais ce qui me fit le plus réagir fut lorsqu’elle me dit que je pouvais avec elle aussi. Je relève donc un regard surpris vers elle avant de sourire doucement touchée par ses paroles.

- Les personnes réellement proche de moi vive avec la même peur que moi vis-à-vis de l’avenir de Karl et… mon copain travaille beaucoup et je veux pas lui infliger ma peine et mes peurs face à ce qui arrive à Karl, ce serait trop… délicat… Merci pour ta proposition, ça me touche vraiment beaucoup… mais… je ne veux pas t’embêter avec ça… Tu dois avoir pleins d’autre chose auxquelles t’occuper…

Je me sentais mal de refuser en quelque chose son offre, sa proposition. Après tout, on se parle que depuis quelques minutes et… je ne veux pas lui infliger ça.

- Mais je ne dirais pas non à un café un jour ou l’autre pour discuter de tout et de rien prochainement…

Je rajoute avec un petit sourire timide. Après tout, elle a fait le premier pas, à moi de faire le second. Et voilà les paroles qui me réchauffent le cœur. Elle comprend dans quelle réalité je suis puisqu’elle est dans la même. Karl, Dgee, Tony ou Edge sont aussi des personnalités connus, mais ce n’est pas pareil puisqu’ils sont des rockstars. Les dramas font parti de leur image et c’est de la pub pour eux. Pour nous, « influenceuses », toute négativité a de grande chance de venir briser notre statut et nous faire tomber. Nos abonnés nous veulent heureuse, enjouée puisque nous vendons du divertissement. Pas comme la musique l’est. Quelques fois, c’est ce que le groupe ne comprend pas, mais je les aime fort tout de même.

- Merci de me comprendre… Et… ça ne reste qu’à nous de faire en sorte qu’on se connaisse mieux… Savoir qu’il y a quelqu’un dans notre entourage proche qui peut nous comprendre réellement, ça fait toujours du bien.

Dis-je en lui serrant la main légèrement à mon tour, un petit sourire sur mes lèvres.

@ Invité

avatar
   
#
Jeu 9 Sep - 11:01

long, long day.-- @Angelica Flores & @Jade Monroe

C’est fou, comme quelques minutes suffisent, à se sentir liée, à une âme jusqu’alors méconnue. C’est fou, comme quelques minutes suffisent, quelques instants privilégiés, loin des préjugés, loin de tout ce qui a pu les séparer.  Elle a la sensation qu’une barrière a été abolie, Jade, comme une étape de franchie. Plus rivales du tout, pas encore amies, mais assez en confiance pour se confier sur des états d’âmes. Un tendre sourire qu’elle esquisse, quand l’influenceuse l’informe qu’elle peut l’appeler Angie. Un petit détail qui pourrait être anodin, mais qui en dit bien assez, sur cette nouvelle complicité. Un hochement de tête de la part de la femme d’affaires, elle écoute avec attention les confidences échappées, plus ou moins avec facilité. Elle sait que ce ne doit pas être simple de parler, se livrer, encore moins à elle qu’elle n’avait encore jamais vue comme une alliée. Pour elle aussi, à la même place, ce serait compliqué. Jade, on lui a appris à se méfier, à craindre la moindre personne qui peut entrer dans son existence dorée. À préférer la solitude plutôt que la solidarité, l’indépendance plutôt que toute possibilité d’une trahison. Mais elle se rend compte, devant les propos d’Angelica, que ce n’est pas la bonne solution. Que c’est ainsi que les maux prennent l’ascendant, que les souffrances nous rongent. – Tu ne m’embêtes pas, vraiment… mais je comprends. qu’elle accepte sans insister ; elle ne veut surtout pas la voir se braquer. Elle a besoin d’être épaulée, pas de se sentir contrainte de se confesser, besoin d’une alliée, nullement de quelqu’un qui la forcerait. – Et ce serait avec plaisir pour le café. Tu n’auras qu’à me donner tes disponibilités. L’auto-entrepreneuse a un emploi du temps bien chargé, comme son interlocutrice peut-elle supposer, mais ses soirées sont assez libres pour qu’elle puisse en profiter. Un peu hésitante, l’héritière finit par jouer à son tour au jeu des confidences. Elle laisse tomber ses protections habituelles, pour admettre comme, derrière les façades parfaites, tout est tellement plus complexe. Petit sourire frêle face à son acolyte, elle n’est pas si surprise, de l’entendre confirmer ses dires. Elle se rend compte qu’elle l’a jugée trop vite. Et, peut-être, elle fera plus attention la fois prochaine. En attendant, elle est heureuse de faire sa connaissance, véritablement. – C’est vrai, ça ne tient qu’à nous… je ne sais pas pourquoi on s’impose une distance pareille. Qu’on fasse attention, auprès du public, je suppose que c’est légitime mais… entre nous… c’est un milieu suffisamment difficile, on devrait profiter de ne pas être seul à vivre ce qu’on vit pour se soutenir. pleine de philosophie, Jade, si loin de ses habitudes pourtant, elle doit bien l’admettre face à la jolie brune. – Enfin, je dis tout cela mais je suis la première à mettre toutes ces barrières… et elle le sait, la princesse, elle en paraît souvent hautaine. Glaciale, face au commun des mortels. Mais la Turque est pourtant bien plus douce, bien plus accessible qu’elle n’en a l’air. Et elle regrette, au fond, de ne pas savoir le montrer à ses pairs. Il aura fallu qu’elle voit Angie, au bord de l’abîme, pour se risquer à devenir son amie. Sa main qu’elle serre dans la sienne, elle affiche un doux sourire sur ses lèvres. – Mais je suis contente d’être venue te voir et de… te connaître un peu mieux déjà. elle se promet de ne plus la juger, ne plus croire tout ce qu’elle a pu écouter. À culpabiliser, même, de l’avoir déjà fait, alors qu’elles ont bien plus en commun qu’elle ne le soupçonnait, suffisamment pour créer une belle, une véritable amitié.

(c) calaveras.

@ Invité

avatar
   
#
Ven 5 Nov - 16:42
Je ne pensais jamais, un jour, pouvoir me rapprocher de Jade. Elle semble si froide et distante que je pensais que c’était quelque chose d’impossible. Après tout, c’est l’impression qu’elle projette. En plus, ce n’est pas le genre de personne vers qui j’ai tendance à me tourner. Je préfère les personnes chaleureuse, joyeuse et qui se laisse approcher. Donc, oui, je suis très surprise de voir que Jade n’est pas comme l’image qu’elle donne. Après tout, c’est la seule qui a pris la peine et le temps de venir me voir et elle prend le temps de m’écouter pour vrai. Elle essaie même de m’aider. C’est donc tout naturellement que je lui dis qu’elle peut m’appeler par mon surnom. Et je suis bien contente de voir que ça lui fait plaisir, parce que ça lui fait plaisir non ?

Comment on en est venu à ce qu’elle me propose son écoute et son aide et même à se voir alors qu’on était très loin d’être de potentielle amie ? Pas que ça me dérange. Loin de là. Je suis toujours contente de pouvoir créer une nouvelle amitié, même si c’est une chose rare à cause du monde dans lequel je vis. Après tout, suivre The RIP en tournée pour leurs réseaux, ce n’est pas toujours pratique pour se faire des amis et les garder. Par contre, je peux dire que j’ai plein de connaissances à travers le pays. Ça oui! Je crois même que si j’ai besoin, je pourrai les appeler si je suis en ville genre si j’ai besoin d’un toit pour une nuit ou que ma voiture est en peine. Mais ce n’est pas le genre d’ami, de connaissances qu’on appelle à deux heures du matins parce qu’on ne va pas bien. Ce genre d’amis, je n’ai que le groupe et, particulièrement, Dgee, Karl et Tony. En fait, c’est même plus que des amis, c’est ma famille. Alors, oui, j’ai très peu d’amis sur qui je peux compter quand tout va mal et j’en ai la preuve maintenant. Tout le groupe est dans le même état que moi. Et même que Dgee a pu complètement craquer, moi je ne m’en suis pas donnée la chance. Il fallait quelqu’un pour soutenir Dgee, puis je me dois d’être là pour Teddy. Bref, tout ça pour dire que ça me fait du bien de baisser quelques barrières maintenant avec Jade. Aussi surprenant que ça puisse être. Je lui fais un petit sourire timide lorsqu’elle affirme que je ne l’embête pas. Comment je peux ne pas l’embêter alors que je suis là à pleurer à ses côtés lors de notre première vraie conversation ? Et pourtant, ça me touche. Beaucoup même. Elle n’est vraiment pas comme elle le montre chaque jour.

- Rajoutes ton numéro dans mon téléphone et on pourra s’écrire pour planifier ça.

Lui dis-je avec un petit sourire alors que je lui tends mon téléphone dans le but qu’elle se rajoute comme contact. J’espère qu’on va pouvoir trouver du temps libre en même temps parce que j’aimerais vraiment apprendre à mieux la connaître. Je veux dire connaître la vraie Jade, pas celle qu’elle montre au reste du monde. Et si elle voudrait, on pourrait faire une vidéo ensemble, éventuellement, pour continuer ma série « entrevue avec une célébrité ». Après tout, Jade est une auto-entrepreneuse, ça pourrait faire une chouette vidéo. Mais, ça, c’est vraiment pour plus tard. Lorsque Karl va aller mieux.

À ses paroles, je ne peux qu’acquiescer. Elle a raison. Auprès du public, oui faut faire attention. Chaque faiblesse peut revenir contre nous, mais entre nous, ça ne devrait pas avoir lieu. Quoi que… il y en a parmi nous qui veulent voir certaines tomber pour prendre sa place. Donc, même entre nous faut faire gaffe, mais on ne devrait pas être autant sur nos gardes. Surtout pas quand on peut se serrer les coudes.

- Alors faisons nous une promesse. Chaque fois qu’on remarque qu’on est en train de s’entourer de barrières, on appelle l’autre pour qu’au moins, on soit deux derrières ces barrières. Ça marche ?

Dis-je en lui tendant le petit doigt, comme je le faisais avec mon jumeau à chaque promesse qu’on se faisait. Bien vite, je remarque cette habitude et mon cœur se serre. Mon frère me manque, notre complicité me manque… Je laisse pratiquement aussitôt ma main tomber en secouant la tête pour éloigner ses pensées tristes de ma tête.

- Désolé, c’est une habitude que j’ai avec mon jumeau depuis qu’on est petit pour nos promesses…

Je lui fais un petit sourire triste avant de détourner le regard. Je suis réellement à fleur de peau faut croire. Ce sont ses paroles qui me redonnent un vrai sourire, même s’il est timide. Je relève donc la tête vers elle, une bulle de joie explosant dans mon cœur.

- Je suis très contente que tu sois venue me voir aussi et d’avoir appris à te connaitre un peu mieux.

Dis-je sincèrement avant de voir l’équipe nous faire signe pour qu’on revienne travailler.

- Il est déjà l’heure de retourner bosser.

Je souffle avec un petit sourire crispé. Qu’est-ce que j’ai hâte que la journée finisse, même si Jade y a mis un peu de joie.

@ Contenu sponsorisé

   
#

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet

permissions de ce forum

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum