La nouvelle version a été installée cute ! Pour découvrir les nouveautés c'est par ici & pour commenter c'est ici
S'intégrer sur un gros forum, le mode d'emploi excited A découvrir par iciii avec toutes les initiatives mises en place !
Le Deal du moment :
Réassort du coffret Pokémon 151 ...
Voir le deal

Well, hello there (Olivia)

@ Invité

avatar
   
#
Jeu 20 Jan - 13:42
La nuit tombe tôt, bien trop au goût de Ricardo à qui l’hiver ne réussit pas. Trop frais, trop sombre, trop humide. Bref, trop déprimant. Et la solitude lui réussit encore moins que d’habitude. Oh, Ricardo s’occupe comme il le peut, entre le lycée, les cours de salsa, les concours de danse qu’il rejoint parfois. Mais certains soirs, il n’y a rien de prévu. Rien à faire. Personne pour le rejoindre. Et dans ces moments-là, il improvise. Emmitouflé dans son long manteau, il s’engouffre dans le pub du coin à la recherche d’un peu de chaleur et de réconfort. Il aurait pu aller faire la fête en boîte de nuit, après tout, quarante ans ou pas, ça ne l’avait jamais empêché. Me ce soir, non. Ce soir, il a besoin d’un coin cosy et calme. Genre, le coin de sa cheminée.

Mais le coin de sa cheminée est bien solitaire. Triste, si on n’a personne avec qui le partager.

C’est donc le pub qu’il a choisi. L’ambiance tamisée, la musique de fond, la chaleur humaine et surtout l’éventail de whiskies disponibles. Il finira bien par rencontrer une personne. Ou plusieurs. Il s’installe au bar, désinvolte, au même moment qu’une autre personne. Une femme, belle, seule elle aussi, du moins en apparence. Instantanément, son air renfrogné se transforme en sourire. « Le premier qui attire l’attention du serveur commande pour tous les deux ? », propose-t-il de but en blanc.

Le roi du drama est revenu aux affaires. Comme quoi, finalement, la soirée sera peut-être plus agréable que prévu…

@ Invité

avatar
   
#
Lun 24 Jan - 20:24
Olivia avait besoin de voir du monde. Le jeudi n’était pas pour elle jour de permanence au Planned Parenthood, alors elle n’avait vu aucun visage sympathique depuis la veille. L’hiver l’obligeait à fermer les stores de la maison dès 17h. De fait, à 22h, elle avait commencé à tourner en rond. Bref, Liv voulait changer d’air, stimuler sa fibre sociale. Or quoi de plus animé en soirée qu’un pub ?

Honnêtement, maintenant qu’elle y était, elle avait l’impression de détonner sévèrement. Alors que la plupart des filles ici portaient des robes sous des perfectos de cuir, elle avait sur le dos sa chemise à carreaux qu’elle réservait habituellement à ses dimanche-jardinage. Pas bien glamour, en somme.

Perdue dans ses pensées et sa solitude, mais bercée par la musique et les éclats de voix, elle n'entendit pas tout de suite qu’on l'interpellait. Il y avait littéralement des années qu’on ne l’avait pas abordée dans un bar, alors Olivia ne comprit pas que l’on s’adressait à elle. Avec quelques secondes de latence, elle tourna la tête vers l’homme. « Excusez-moi, je… Songeais à autre chose. » Puis un sourire de défi naquit sur son visage. « Mais c'est d'accord. Et vous n’avez aucune chance de gagner. » La brune ne savait pas bien ce qu’elle faisait, c’était sans doute n’importe quoi de rentrer dans le jeu de ce type. Sauf qu'Olivia en avait plus que marre d’être cette femme raisonnable et, disons-le, terriblement ennuyeuse. Alors si un homme (au demeurant charmant) l’accostait respectueusement, elle ne voyait pas vraiment pourquoi elle le repousserait. Après tout, ça faisait plusieurs jours que sa bague de fiançailles croupissait au fond d’un tiroir.

@ Invité

avatar
   
#
Mar 15 Mar - 13:41
Rico se sent déjà un peu requinqué. Pour un extraverti comme lui, la simple idée de sociabiliser lui suffit déjà à reprendre du poil de la bête. Accoster cette femme charmante qui semble aussi seule que lui ce soir est donc un jeu d’enfant. Et en toute honnêteté, il n’a pas plus d’idée derrière la tête que cela. Enfin, presque : elle est bien évidemment très jolie et il ne serait pas contre apprendre à la connaître – wink wink. Mais ce n’est pas que ça. Ricardo est dragueur certes, mais il est aussi à l’écoute. Et il aime les gens, profondément.

Elle semble troublée, aussi il lui adresse un sourire qui se veut rassurant tout en secouant la tête pour lui faire comprendre que tout va bien. Sourire qui s’élargit lorsqu’elle accepte de relever le défi ridicule qu’il lui lance. « Deal. ». Tout cela l’amuse beaucoup. Rien à voir avec la glauque solitude de son petit pavillon. « Mais donnez-moi au moins l’illusion d’avoir une chance : qu’est-ce que vous buvez ? » En toute honnêteté, ce petit jeu relève surtout plus du hasard qu’autre chose. Mais tout est bon pour attirer l’attention des gens lorsqu’on est seul, et visiblement, cette tactique a très bien fonctionné. Ça l’arrange. Aussi, il se penche vers le bar et lève un doigt, prenant tout cela bien au sérieux.

Dé pair :
Victoire de Rico, ça pourrait le faire marrer mais il se contente de hocher la tête. En tendant son verre à Olivia, il philosophe : « J’ai eu de la chance. A la place de ce barman ce n’est pas vers moi que je me serais tourné. » (#grosloveur)
Dé impair : Victoire d’Olivia, il s’avoue vaincu sans broncher. « Bien joué ! Je n’avais aucune chance. » (#grosloveurbis, déso les pickup lines c’est pas mon fort faudra faire avec Liv, hope his sexy ass will make up for it >)

Secoué d’un rire franc, il lève son verre pour trinquer. « Je ne vous embête pas plus longtemps, vous devez avoir du monde à retrouver. » A vrai dire, il espère qu’il se trompe. Elle avait l’air bien seule devant ce bar, et après tout elle n’a pas passé commande pour plusieurs. Juste pour elle. « Et si pas… Well, je serais ravi de vous tenir compagnie. Ou de vous laisser tranquille, c'est vous qui voyez. »

@ Dr Akopian

Dr Akopian
Messages : 1186
Pseudo : Confidential
Player's pronoun : d
Rythme de rp : Confidential
Multinicks : prénom nom - www
Avatar : Michael Hyatt
Trigger : *
Warning : *
Well, hello there (Olivia) Tumblr_p3mk4iIBfa1v72s2uo1_540
Age : How dare you
Status : Married to another psy #ouch
Orientation : Confidential
Work : Psychiatrist
Home adress : Confidential
Communities : - ici vos communautés !
Summary : Résumé TRES COURT de votre personnage.
   https://99problems.forumactif.com/t235-fearless-child-broken-boy-tell-me-what-it-s-like-to-burnhttps://99problems.forumactif.com/t2692-instagram-jan_estrellahttps://99problems.forumactif.com/t2100-ask-alejandro-estrella#54718
#
Mar 15 Mar - 13:41
Le membre 'Ricardo Diaz' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Cold winter challeng' : 1

@ Invité

avatar
   
#
Mar 19 Avr - 0:45
Pour Olivia, se laisser draguer n’était pas aussi évident que cela devrait l’être. Elle peinait  encore à se détacher du rôle d’épouse qu’elle avait endossé pendant temps d’années – ce même rôle qu’elle méprisait à présent. Alors si elle souriait aimablement à Rico, il n’en restait pas moins au fond de ses yeux une certaine réserve. Mais avec un peu de chance et beaucoup d’alcool, peut-être Olivia réussirait-elle à réduire la distance mentale entre eux (et pourquoi pas la distance physique, tant qu’on y était ; il fallait être honnête, l’aura de cet inconnu était quand même sacrément attirante). « Ce sera une Caïpirinha pour moi, et pour vous ? »

Le sourire de Ricardo était empreint d’une gentillesse qui ne pouvait pas être feinte, du moins d’après Olivia. Enfin… Elle avait quand même cru pendant plus de vingt ans que son mari était l’homme parfait, alors bon, son radar à gentils garçons était sans doute déréglé depuis des lustres. De cette réflexion intérieure, Olivia n’en fit cependant rien paraître. Elle se prêta au jeu avec enthousiasme, mue par la ferme intention de gagner. Olivia n’était pas spécialement compétitrice, mais battre un homme possédait tout de même la meilleure saveur au monde. Elle se pencha légèrement sur le bar et se munit de ses plus beaux yeux de biche – ceux qu’elle n’avait pas ressortis depuis la fac – pour interpeller le barman.

Il faut croire que l’opération séduction fonctionna sur l’employé, puisqu’il se tourna vers elle en premier, ignorant Ricardo avec un panache certain. Olivia commanda pour eux deux, avant de pivoter vers son concurrent. « Je dois vous avouer quelque chose. J’ai triché, je connais le serveur. Vous m’en voulez ? » Et hop, nouveau regard de biche, teinté d’ironie cette fois-ci. À quoi était-elle en train de jouer ? Aucune idée, mais dans l’immédiat, c’était très agréable.

Elle trinqua de bon cœur, amusée. Mais il s’enquit vite de savoir si elle était accompagnée et sa question la renvoya à toute sa solitude. « Oh, et bien, pas vraiment, en fait. C’est vous qui devriez retrouver vos amis. » Elle imaginait difficilement que quelqu’un avec autant d’assurance que Rico puisse se trouver dans sa situation : errer seul, dans un bar, pour fuir un domicile trop vide. Heureusement, il proposa de lui tenir compagnie et c’est précisément le fait qu’il lui laisse la possibilité de refuser qui la poussa à accepter. « C’est d’accord. Je m’appelle Olivia. Olivia Adler. » Elle contint une grimace : drôle de réflexe que de donner son nom de jeune fille.

@ Invité

avatar
   
#
Mar 17 Mai - 19:14
Ricardo n’est pas devin mais on ne peut certainement pas lui reprocher un manque d’empathie. Aussi, il ne pousse pas son petit jeu plus que de raison : il laisse à l’inconnue tout le loisir d’accepter de s’y prêter ou non, offrant son sourire le plus rassurant au passage. Et ça fonctionne, pour le plus grand plaisir du professeur qui se plaignait de sa solitude pas plus tard que dix minutes auparavant. Il passe donc commande, comme demandé : « Une margarita. »

Et s’il déploie tous les efforts du monde pour gagner – l’instinct de compétition est fort chez Rico -, rien ne marche : c’est l’inconnue qui revient, victorieuse, avec leurs deux verres en main. Il gratifie la gagnante d’une petite révérence grotesque, et lorsqu’elle lui annonce la supercherie, il éclate de rire. Comment en vouloir à ce regard de biche ? Impossible pour Rico qui pourrait déjà tomber amoureux – ou si peu. Aussi, il plante ses yeux dans les siens : « Pas le moins du monde. J’ai voulu jouer, j’ai perdu. Et le lot de consolation est plutôt sympa. », il ajoute en désignant son verre à la hâte, conscient du double discours de sa dernière remarque et soucieux de ne pas passer pour un horrible beauf. Rico est beaucoup de choses, mais c’est bien un qualificatif qu’on ne peut lui prêter à moins qu’il ne le surjoue pour la blague.

Il fait mine de regarder autour de lui, puis hausse les épaules : « Il semblerait que je sois seul, moi aussi. » Et quelle aubaine, vraiment, d’apprendre que celle qui se présente comme Olivia n’a personne de plus intéressant que lui à retrouver – pas qu’il se trouve foncièrement intéressant, que du contraire. Ses lèvres trempent dans son cocktail mais il ne la quitte pas des yeux. « Ricardo Diaz. Rico. », il se présente à son tour. Mais le mexicain a remarqué la grimace qui, soudain, vient déformer le visage de son interlocutrice. Aussi, bien trop empathique pour faire semblant de n’avoir rien vu, il demande doucement : « Tout va bien ? » Les sourcils de Rico se froncent de façon presque imperceptible, soudain inquiet. Aurait-il manqué un signe d’Olivia et mis un pied de trop dans la séduction alors qu’elle n’y tient pas particulièrement ? « Dites-moi si je suis allé trop loin, je ne voudrais pas… enfin, ce n’est pas mon but de vous mettre mal à l’aise. » Au contraire, il serait bien incapable de continuer son petit jeu de séduction si quoi que ce soit n’est pas clair. Question de principe et d’importance du consentement.

@ Invité

avatar
   
#
Dim 31 Juil - 0:08
Cet homme est charmant, voilà la remarque que se fit Olivia en tendant à Ricardo sa margarita. Qu’il ait décidé de passer un peu de temps avec elle était flatteur. La dernière fois qu’elle avait plu à quelqu’un remontait à ses années de fac, autant dire que ça ne datait pas d’aujourd’hui. Quel sacré coup de vieux. Cette pensée lui fila le cafard et elle s’empressa de la chasser en se raccrochant au sourire de l’inconnu. Le fait de lui plaire pansait son ego d’épouse humiliée, à plus forte raison parce qu’il ne s’en cachait pas : sa phrase maladroite la comparant vaguement à un lot de consolation en était la preuve. Olivia haussa les sourcils, comme si elle s’apprêtait à l’envoyer sur les roses. Mais, contre toute attente, elle éclata finalement de rire.

Ainsi ce Ricardo, ou plutôt Rico, était seul. La brune ressentit une certaine exaltation à l’annonce de cette nouvelle. D’autant plus qu’il ne la lâchait pas du regard. Son attitude à la fois directe et respectueuse lui convenait, ils avaient vraisemblablement tous les deux passé l’âge de faire semblant. Et soudain, deux mots s’imposèrent dans son cerveau : pourquoi pas. Pourquoi pas jouer le jeu jusqu’au bout ? Qu’est-ce qui l’en empêchait ?

C’est alors que la voix de Rico se fraya un chemin au travers du brouillard de ses pensées – Tout va bien ? La question agit comme une douche froide. Elle cligna plusieurs fois des yeux, perdue. « Oh my god, I’m sorry, I’m so sorry, I… » Liv sentit les larmes se presser contre ses paupières et fournit un gros effort pour les empêcher de couler. Qu’est-ce qui n’allait pas chez elle ? Elle n’était pas prête à fréquenter d’autres hommes, même pour un soir, c’était beaucoup trop tôt. Et voilà qu’elle venait de créer de faux espoirs chez cet homme qui semblait sincèrement doté de bonnes intentions. D’ailleurs, Rico se mit à se répandre en excuses et Liv, paniquée, consciente qu’à cause d’elle la soirée virait à la catastrophe, s’empressa de le rassurer : « Je ne sais pas ce qui m’a pris, mon dieu, non, non, vous n’y êtes pour rien. C’est moi, c’est seulement moi, j’ai… J’ai voulu me prouver quelque chose, mais… Oh, je suis ridicule. »

@ Invité

avatar
   
#
Mer 5 Oct - 19:48
L’air perdu, passablement perturbé d’Olivia inquiète Ricardo qui entame aussitôt une marche arrière des plus rapides. Sans savoir s’il est le responsable de ce soudain malaise, il préfère s’excuser directement, s’expliquer et reculer de plusieurs pas (métaphoriquement, reculer pour de vrai serait bien ennuyeux pour s’entendre parler). Loin de lui l’envie de paraître insistant, insensible, voire les deux à la fois – ça n’a jamais été et ce ne sera jamais sexy, de toute manière, et quand bien même, il ressent avec clarté que l’ambiance n’est plus à la séduction. Bref, Rico retrouve son sérieux et s’inquiète du bien-être de sa nouvelle connaissance.

En l’entendant se confondre en excuses, il penche la tête, les sourcils froncés dans une moue désapprobatrice. Il ne peut pas la laisser parler comme ça. Personne ne devrait se sentir obligé de rendre des comptes à qui que ce soit pour un regard lubrique et une petite blague échangée. Dans les faits, cela dit, le mexicain a conscience que les relations humaines sont plus compliquées que cela, et que bien des hommes se sont un jour senti pousser des ailes en décidant que tout leur était dû.

Aussi, il s’empresse de balayer l’incident d’un geste de la main. « Ne dites pas ça. Vous n’êtes pas ridicule, loin de là. » Rico secoue la tête. « Ecoutez, vous n’avez même pas à vous excuser, vous ne me devez rien. Si vous ne le sentez pas, c’est ok. Il ne s’est rien passé, et quand bien même il se serait passé quoi que ce soit… » Il hausse les épaules et adresse à la brune un sourire rassurant. S’il la connaissait mieux, il se permettrait même de poser sa main sur son bras, mais dans l’état actuel des choses, il ne préfère pas cultiver quelconque ambiguïté – quand bien même il n’ait plus rien derrière la tête, Liv n’en sait rien. Son visage se tord cela dit en une moue inquiète. « Vous êtes toute blanche. Vous voulez prendre l’air ? » Il pointe du pouce la porte du pub. « Ou si vous voulez que je vous laisse, dites-le. Vous décidez. » Après tout, il ne peut obliger une inconnue qui semble bien perturbée par le pourtant court échange qu’ils viennent d’avoir à le suivre à l’extérieur d’un bar. Mais Ricardo aime laisser le choix aux gens qu’il rencontre. Il apprécie également la discussion, et un peu moins la perspective d’une soirée en solitaire. Alors…

@ Invité

avatar
   
#
Ven 11 Nov - 17:49
TW : mention de crise d’angoisse et d’adultère
Olivia apprécia le mouvement de recul (métaphorique) de Ricardo. Car elle commençait à se sentir oppressée, bien que ça ne soit en aucune façon de la faute de ce garçon si respectueux – c’était suffisamment rare pour être souligné. Il avait compris et accepté son “non” sans prendre la mouche. Son intelligence émotionnelle évidente força Liv à revoir son jugement, ce jugement qu’elle avait tendance à avoir depuis la tromperie de Benjamin : tous les hommes ne sont pas des porcs. Beaucoup, dont son futur ex-mari, mais pas tous. Elle recommença à respirer normalement, tandis que Ricardo s’efforçait de la mettre à l’aise. Pour lui signifier qu’elle allait mieux, elle lui adressa un sourire faiblard. « Merci. D’être toujours là en sachant qu’il ne se passera rien. » C’était on ne peut plus clair, désormais.

Olivia découvrit qu’elle avait agrippé le rebord du comptoir et qu’elle l’avait serré très fort. Réalisant qu’elle avait frôlé la crise d’angoisse, elle le relâcha doucement et étira ses doigts endoloris. La proposition de Ricardo – aller prendre un bol d’air frais – s’avéra être exactement ce dont elle avait besoin. Elle secoua vivement la tête : « Je veux bien. Et, heu, je ne me sens pas franchement de rester toute seule, alors si ça ne vous dérange pas… » La brune mordilla sa lèvre inférieure, gênée. Elle était en train de sérieusement gâcher la soirée de ce pauvre homme, mais puisqu’il le proposait…

Elle se faufila à l’extérieur, Rico sur ses talons. Olivia se sentit renaître au contact de la fraîcheur nocturne. Elle fit quelques pas, le froid mordant son cou à peine protégé par le col de son chemisier. Puis elle pivota vers son acolyte d’un soir. « Encore désolée pour ce cinéma que je vous ai fait. » Elle avait retrouvé un peu de sa superbe, c’est donc en relevant fièrement le menton qu’elle affirma : « Je ne vous dois aucune explication, mais vous avez été adorable, alors je vais quand même vous en donner une. » Elle s’appliqua à regarder son interlocuteur dans les yeux, pour lui montrer qu’elle n’avait pas honte de ce qu’elle s’apprêtait à lui confier, ce qui n’était pas tout à fait vrai. Son ego fragilisé de femme trompée était encore loin de la guérison. « J’ai découvert que mon mari, enfin mon ex-mari, n’était pas aussi fiable que ce que je pensais. » Maintenant que sa peau s’était refroidie, Olivia commençait à sérieusement se geler et, tout en poursuivant ses explications, frotta ses bras pour les vivifier. « J’ai voulu prendre ma revanche, et honnêtement vous étiez le candidat idéal, mais il faut croire que cette histoire tristement banale est encore trop fraîche dans mon esprit. »

@ Invité

avatar
   
#
Dim 12 Fév - 10:22
Rico se rassura bien vite : Olivia ne semblait pas en souffrance. Son sourire était faiblard, certes, mais il comprit assez vite qu’il avait réussi à la rassurer sur ses intentions, ce qui était déjà un début. Loin de lui l’envie de passer pour un forceur, ou pire : d’être le responsable d’un malaise empiré par son incapacité à lire entre les lignes. Il ne quitta pas son sourire bienveillant lorsqu’elle le remercia, et pour toute réponse, il secoua la tête et lui proposa de prendre l’air, avec ou sans lui. A vrai dire, Rico avait bien besoin de compagnie ce soir, mais il s’adapterait à la décision de la brune. « Bien sûr. », annonça-t-il donc avec une pointe de soulagement qu’il espéra discrète lorsqu’elle lui demanda de l’accompagner.

Il la suivit jusqu’à l’extérieur et la fraîcheur de la nuit fit du bien au professeur qui n’avait pourtant pas l’impression d’en avoir besoin. Après un silence, Olivia s’excusa à nouveau et il secoua la tête. Elle ne lui devait rien et sûrement pas d’excuses ni d’explications, sur ce point – et probablement bien d’autres – elle avait raison. Il la laissa pourtant s’exprimer. Peut-être avait-elle besoin d’en parler. Aussi, il attendit qu’elle ait terminé, acquiesça et laissa s’écouler quelques secondes de réflexion. Ensuite, il leva les yeux vers la brune et commença : « Je suis désolé de ce qui vous est arrivé. Personne ne mérite ça. » Puis, dans une tentative d’humour destinée à détendre l’atmosphère, il sourit : « Hey, écoutez, je suis flatté que ça vous ait traversé l’esprit. Je reste un homme, simple et niais, il ne me faut pas grand-chose. » Rico écarta les bras dans un geste coupable et s’autorisa un rire doux. Il réalisa au même moment les tremblements d’Olivia qui se frottait les bras avec vigueur. « Vous voulez ma veste, au fait ? », demanda-t-il doucement.

Après avoir reçu la réponse de la jeune femme, le brun décida que c’était le bon moment pour un peu d’empathie. Il revint donc sur la discussion précédente, avec un peu plus de sérieux que la dernière fois qu’il était intervenu. « Bref, si ça peut vous… vous rassurer, ou vous faire sentir moins seule - j’en sais rien, peut-être que ça fera rien -, j’ai été à votre place, et j’ai fait la même chose que vous. » Son regard fuit quelques secondes vers les bâtiments qui se dessinaient face à lui. Il ne s’attendait pas à mentionner Dan aujourd’hui, mais il s’en était remis depuis longtemps, et c’était pour la bonne cause. Il reporta donc son regard sur Olivia et continua : « Pendant un temps, j’ai vraiment pensé que mon ex m’avait volé 16 ans de ma vie que je ne récupèrerais jamais. J’ai mis plusieurs années à faire la paix avec moi-même et à arrêter de sortir de chez moi en espérant que ça lui revienne aux oreilles que je m’étais amusé sans lui. » L’envie de prendre sa revanche avait été forte. A vrai dire, il avait alterné entre des moments de rancune intense et d’autres probablement encore plus malsains où il s’évertuait à raconter à qui voulait l’entendre qu’il n’en avait plus rien à faire lorsque, de toute évidence, tout le monde était passé à autre chose sauf lui. « Anyways. I know how it feels, the betrayal, the hurting, the urge to go out there and feel something nice for once because everything either hurts or feels terribly bland. » Rico adressa une grimace mi-drôle, mi-inquiète à la brune. « Je veux pas vous sortir les phrases bateau, genre ça va passer et le temps fera bien les choses. Mais je vous comprends au moins un peu et encore une fois vous ne me devez rien du tout et surtout pas des excuses, mais si ça peut vous rassurer, tout va bien, et je ne suis pas là parce que j’attends quelque chose en retour. » Beaucoup de mots pour en arriver à cette conclusion bateau, cela dit. Son sourire s’élargit et il offrit malgré tout une porte de sortie à sa comparse d’un soir : « Vous voulez continuer d’en parler ou vous préférez qu’on change de sujet ? »

@ Invité

avatar
   
#
Jeu 23 Mar - 23:39
La gentillesse de Rico fit tomber une à une toutes les barrières d’Olivia. Petit à petit, elle se sentit de plus en plus à l’aise et osa se montrer naturelle. Elle accueillit avec un rire franc la tentative d’humour du brun et, décidant qu’il méritait bien une récompense pour l’avoir ramassée à la petite cuillère avec autant de bienveillance, elle daigna flatter son ego d’homme simple et niais – pour reprendre ses termes. « In other circumstances, you might have been my type. Mais je ne m’inquiète pas vraiment pour vous, il y a plein de gens dans ce bar qui tueraient pour trois minutes en votre compagnie. » Comme la position assise lui était inconfortable, elle s’assit sur la volée de marches de l’immeuble voisin du bar. C’est l’instant que choisit Ricardo pour lui proposer sa veste, la confortant dans l’idée qu’il avait bien mérité ses louanges. De bon cœur, la chanteuse accepta : « Si ça n’est pas trop demander, alors oui ? »

Olivia s'emmitoufla dans le vêtement, rabattant les pans de part et d’autre de son corps. Porter la veste d’un autre homme que Benjamin la perturba un instant, ça n’était pas son odeur, ça n’était pas normal. Mais avant que le cafard la gagne à nouveau, Rico décida de s’ouvrir et elle l’écouta religieusement, ses yeux sombres braqués sur lui. Sa première réaction fut d’arrondir sa bouche de surprise : « Oh ? » Si elle avait dû parier sur la personne la plus susceptible d’avoir subi une déception amoureuse, elle n’aurait pas choisi Rico. « Je suppose qu’on s’en remet, alors. I mean, you look good and attractive, you don't look like you've been through a betrayal. » Elle se mordit aussitôt la lèvre inférieure, consciente de sa maladresse. « Oh my god, is that a dumb thing to say ? Désolée, il est tard, je ne sais plus ce que je dis. » Cependant, le récit de Rico lui donnait de l’espoir : s’il avait retrouvé son mojo, peut-être qu’elle y arriverait aussi, un jour.

L’espace d’un instant, en silence, Liv songea à nouveau aux paroles de l’inconnu qui lui tenait compagnie – quoi qu'après tout ce qu’ils venaient de se raconter, ils n’étaient plus vraiment des inconnus l’un pour l’autre. Elle ressentait chacun des mots qu’il avait prononcés au plus profond de son être. « It sounds familiar. Sometimes I get overdressed to go to the mall, hoping that someone will tell my ex that I look fulfilled. » Elle gloussa, consciente que c’était ridicule mais heureuse de confier ce secret honteux à quelqu’un qui pouvait comprendre. Un profond soupir plus tard, elle ajouta : « And sometimes I feel like I'm so angry I could destroy the world. » Olivia ignorait qui avait mis ce Ricardo sur son chemin, si c’était le destin ou un quelconque Dieu, mais sa prévenance était exactement ce dont elle avait besoin. Alors, quand il la rassura une ultime fois, elle lui offrit un hochement de tête reconnaissant, ponctué d’un : « That’s nice, Rico. Thank you. » Et puisqu’elle se sentait mieux et qu’elle ne voulait pas plus imposer ses problèmes existentiels à ce pauvre homme (ni réveiller chez lui de vieux souvenirs désagréables), elle accepta sa proposition de changer de sujet avec plaisir. « We could talk about something else, like : where did you buy that shirt ? Elle est sublime, je veux absolument la même. »

@ Contenu sponsorisé

   
#

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet

permissions de ce forum

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum