La nouvelle version a été installée cute ! Pour découvrir les nouveautés c'est par ici & pour commenter c'est ici
S'intégrer sur un gros forum, le mode d'emploi excited A découvrir par iciii avec toutes les initiatives mises en place !
Le Deal du moment :
ETB Pokémon Fable Nébuleuse : où ...
Voir le deal

from broken hearts to broken legs, there's just a small change (lizian)

@ Invité

avatar
   
#
Lun 25 Juil - 14:35
tw - colère, violence, deuil.

Assise sur mon lit, le regard dans le vide, je soupire fortement. Cela fait une bonne dizaine de minutes que je réponds à coup de “mhmh” “oui” et “non”. Mon père n’en démord pas, il veut que je remonte en voiture pour la Grand Prix de Hongrie qui se déroulera ce week-end. Il ne comprend pas que je n’ai pas envie de remonter dans cette putain de bagnole blanche et rouge. Non, il ne comprend pas que l’accident de Silverstone m’a légèrement traumatisé et que j’ai encore besoin de temps pour. Il ne comprend pas que la mort de mon meilleur ami m’a détruit plus que ce que je n’aurais jamais pu imaginer. Il ne comprend pas. Ou ne veut pas comprendre, je ne sais pas trop. Et quand je l’entends dire que si j’ai peur de monter dans la voiture, c’est que je ne mérite pas d’y être, mon sang ne fait qu’un tour dans mon corps. T’es sérieux là ? Que je souffle sèchement. J’ai pas peur de remonter dans ta shitbox de bagnole, j’ai pas envie ! Je ne lui laisse pas le temps d’ouvrir la bouche parce que je sais que ça va partir en cacahuète et ce n’est absolument pas ce dont j’ai envie avec mon père. Laisse moi faire le deuil de mon meilleur ami avant de devoir faire celui de ma carrière parce que mon père n’est qu’un pauvre con. Si ce sont des coups financiers que tu t’inquiètes, ne me paies pas avant que je remette les pieds dans la voiture à SPA ! Ça sort d’un coup mais je le pense vraiment. Avec l’argent que j’ai de côté, placé et Adrian, on s’en sortira sans soucis aucun. T’es vraiment qu’un pauvre con papa, vraiment. La voix qui tremble, les yeux qui se remplissent de larmes je lance un dernier Vas te faire foutre. avant de raccrocher et de lancer le cellulaire droit devant moi, dans le miroir présent sur l’armoire. Je ne m’en inquiète même pas. Tout ce qu’il se passe, c’est un cri de frustration qui sort de ma bouche et quand je me lève du lit pour aller vers la cuisine, je te vois dans l’entrée. Merde. Je sursaute et souffle Hey. T’es là depuis longtemps ? Pas très stable la fiancée hein ? Désolée mon amour mais je ne peux plus. J’ai besoin d’exploser et de me retrouver avant de commettre l’irréparable. « Non je viens d'arriver. » Je le regarde et lui adresse un léger sourire, me dirigeant vers lui. Moi qui ait toujours le pas assuré, je traîne les pieds. Ce n’est pas que je n’ai pas envie d’être dans ses bras mais c’est le poids de tout ce qu’il se passe depuis quelques semaines. Le décès de Jaden, mon accident, la pression de mon père. Je n’en peux plus. « Comment ça va ? » Je le regarde, jouant de mon pouce sur mon alliance et souffle Ça va et toi ? Ce n’est pas vraiment un mensonge, ça va maintenant qu’il est là mais bon, ce n’est pas non plus la réalité. Dans ses bras, j’enfouis mon visage dans sa nuque et hume doucement l’odeur de son parfum. « Tu as encore fait un cauchemar. » Je soupire et souffle Si seulement c’était un cauchemar… Je grogne presque en fait. Mon visage se lève et mes yeux rencontrent les siens. Manque de bol, c’est ma réalité. J’embrasse ses lèvres, me détache complètement de lui et prends le sac de course pour me diriger vers le frigo. J’ai besoin de m’occuper les mains. Mon père me prend la tête pour que je remonte dans la voiture au plus vite. Mais je ne me sens pas de le faire. Pas par peur mais bien parce que j’ai encore trop mal au cœur, à l’âme. Je ne suis pas moi-même et ça m'effraie, pas autre chose. La voiture lancée à 300 km par heure ? Easy peasy lemon squeezy. Le reste ? Un peu moins… « Babe. » Je tourne le corps pour le regarder et l’écouter. Je sais qu’il va me dire ce que je veux entendre. Je sais que lui et moi sommes sur la même longueur d’onde mais que faire quand ce n’est pas suffisant, quand ce n’est pas ce qu’on attend de moi ? « Tu n'as pas à retourner dans ta voiture si tu n'en a pas envie. Tu n'as rien à lui donner, je sais que tu vas me dire que c'est de l'argent, que c'est ton patron, mais il devrait voir que tu n'as pas la tête à ça, la tête à concourir. » Mes yeux plantés dans les siens, j’écoute tout cela tout en croisant mes doigts avec les siens. « Il ne peut pas égoïstement vouloir que tu reviennes sur le circuit alors que tu ne vas pas bien. Alors que tu n'as pas la tête à ça. Je n'ai pas envie de te perdre, je n'ai pas envie de- » Je regarde Adrian et sens les larmes monter dans mes yeux. Je sais que l’accident de Silverstone l’a touché, lui a fait du mal. Il a du me croire morte ou pire, paraplégique. Parce que pour moi, ce serait pire de perdre l’usage de mes jambes que de perdre ma vie. « Il ne peut pas t'imposer d'y retourner et je me battrais pour qu'il ne le fasse pas. » Je soupire doucement et penche la tête en avant, posant mon front sur son torse. Il peut me l’imposer… J’ai des contrats et plus je reste loin, plus ça risque d’être difficile de remonter dans la monoplace. Même si bon, les vacances sont toujours agréables. La pause me fait toujours du bien et je ne la regrette jamais. Ça me manque de ne pas monter dans la voiture. Mais je me fais pas confiance pour le moment. Je suis pas bien mentalement, moralement. Je suis pas prête à retourner seule dans le paddock, dans le media pen, dans tout ça. Loin de lui, je ne m’y vois pas pour le moment. Et puis, dans le bordel médiatique où on va me demander comment je me sens, si j’ai peur de remonter, si j’ai peur de reprendre des grilles de pleins fouets… Je ne suis pas prête, c’est une évidence. C’est tout l’autour qui me terrorise. Et si j’évite les medias et tout, je vais avoir des pénalités financières tous les jours. Ce qui n’est pas envisageable non plus. Est-ce difficile de comprendre que je veux être prête à 100% avant de repartir là-dedans ? Visiblement oui.


( ... to be continued par ici from broken hearts to broken legs, there's just a small change (lizian) 3974363061 )

@ Invité

avatar
   
#
Sam 6 Aoû - 9:52
« Dawkins, tu es en week-end alors si je vois ton cul encore ici dans cinq minutes, je te le botte pour que tu rentres chez toi. » Adrian leva les yeux au ciel, un rire léger qui s'échappa de ses lèvres alors qu'il ferma la porte de son bureau à clé et qu'il récupéra son trousseau pour les mettre dans la poche arrière de son jean « J'y vais, c'est bon. » se dédouana t-il en levant les mains au ciel et en s'échappant, saluant les trois équipiers présents derrière le comptoir « passe le bonjour à Liz de ma part ! » Son directeur avait apprécié le geste qu'elle avait fait en lui offrant des places pour le grand prix du Canada l'an dernier alors il n'avait eu de cesse de demander des nouvelles d'Elizabeth à Adrian et le Dawkins était persuadé que tout cela n'était qu'un stratagème pour avoir de nouvelles places, mais ce ne serait pas demain la veille. Pour l'instant, Adrian prenait soin de sa fiancée et il espérait secrètement qu'elle ne remette pas les pieds dans la voiture incessamment sous peu, mais il se gardait bien ses remarques pour lui. Il envoya un message à Liz pour lui dire qu'il était sur le chemin du retour, s'arrêta pour acheter deux-trois courses et il se rendit direction chez lui. Lorsqu'il ouvrit la porte, il pouvait entendre la voix de Liz qui semblait en colère, un fracas dans le mur puis un cri. Il fronça les sourcils mais ne se résigna pas à faire un pas. Lorsqu'elle apparut dans son champs de vision, il lui offrit un sourire et déposa son sac de course sur la tablette de l'entrée « Non je viens d'arriver. » lui répondit-il avant de s'avancer pour la prendre dans ses bras et embrasser le sommet de sa tête. « Comment ça va ? » osa t-il demander alors que c'était une question subsidiaire depuis quelques jours Ça va et toi ? La réponse était presque trop fausse, la réponse sonnait comme une réponse qu'elle n'avait pas envie de donner, mais il secoua la tête de bas en haut pour dire que lui aussi, il allait bien mais il s'inquiétait surtout pour elle. Mais il n'en fit rien, resta silencieux et la serra dans ses bras, comme pour la protéger de tout ce qui la tourmentait.« Tu as encore fait un cauchemar. » Il n'avait cependant pas eu à coeur de la réveiller, pas eu à coeur de la voir, voir la détresse dans son regard, et cette sensation de stress qui le prend quand elle voit la tristesse dans son regard. Si seulement c’était un cauchemar… Il planta son regard dans le sien, tentant de sonder ce qu'elle pensait, mais rien. Le vide, le néant et il se sentait mal. Mal de ene rien pouvoir faire, mal de ne rien pouvoir dire pour l'apaiser un tant soit peu.Manque de bol, c’est ma réalité. Il souffla quand elle s'éloigna, passant une main sur son front et il déglutit en la suivant jusque dans la cuisine, donnant un snack à Buzz qui n'avait de cesse de tourner autour de lui depuis qu'il était rentré. Mon père me prend la tête pour que je remonte dans la voiture au plus vite. Il serra la mâchoire, bien qu'il adorait son beau-père, il avait l'impression qu'il ne comprenait pas la détresse de sa fille. Et il ne voulait pas la perdre, il ne voulait pas qu'elle craque et il imaginait toujours le pire dans des situations pareilles. Il avait déjà perdu sa mère, son père, il n'avait pas envie de la perdre elle. « Babe. » commença t-il en attrapant ses mains et déposant ce qu'elle tenait dans les mains sur le plan de travail « Tu n'as pas à retourner dans ta voiture si tu n'en a pas envie. Tu n'as rien à lui donner, je sais que tu vas me dire que c'est de l'argent, que c'est ton patron, mais il devrait voir que tu n'as pas la tête à ça, la tête à concourir. » Il tenta de modérer son ton, mais il était un peu trop sec « Il ne peut pas égoïstement vouloir que tu reviennes sur le circuit alors que tu ne vas pas bien. Alors que tu n'as pas la tête à ça. Je n'ai pas envie de te perdre, je n'ai pas envie de- » Il secoua négativement la tête en soufflant « Il ne peut pas t'imposer d'y retourner et je me battrais pour qu'il ne le fasse pas. » Il la gardait tout contre elle, ses bras qui entouraient ses épaules et il ne pouvait s'empêcher de caresser son dos lentement, frénétiquement, comme d'un geste absent. Il peut me l’imposer… J’ai des contrats et plus je reste loin, plus ça risque d’être difficile de remonter dans la monoplace. Adrian serra la mâchoire et inspira avant de s'humidifier les lèvres. Il ne fallait pas qu'il soit désagréable mais dieu sait qu'il avait envie de le faire. Ça me manque de ne pas monter dans la voiture. Mais je me fais pas confiance pour le moment. Je suis pas bien mentalement, moralement. Je suis pas prête à retourner seule dans le paddock, dans le media pen, dans tout ça. Et si j’évite les medias et tout, je vais avoir des pénalités financières tous les jours. Il secoua la tête, la gardant contre lui. « J'en ai rien à foutre des pénalités financières, tu peux te permettre de te retaper, de te refaire une santé morale et physique avant d'y retourner. Ils seraient bien capables de faire les charognards et de critiquer, et ça je ne le supporterais pas. » Il serait capable de casser la gueule un à un aux journalistes s'ils agissaient de la sorte « Je t'aime et je ne veux pas que tu te fustiges pour quelque chose dont tu n'es pas responsable. » Elle n'y est pour rien si elle a perdu son meilleur ami, elle n'y est pour rien, si elle a eu ce accident de voiture. « J'ai pas envie de te perdre parce que tu n'étais pas prête et que tu as cru que tu l'étais Liz, j'ai pas envie de revivre le moment où j'ai cru que j'allais devoir t'enterrer. J'ai déjà enterré ma mère, je ne veux pas enterrer la femme qui compte le plus pour moi. Ma femme.  

[uc]

@ Invité

avatar
   
#
Dim 23 Oct - 16:10
( first part of this story from broken hearts to broken legs, there's just a small change (lizian) 3974363061 )

tw - deuil, colère.

« J'en ai rien à foutre des pénalités financières, tu peux te permettre de te retaper, de te refaire une santé morale et physique avant d'y retourner. Ils seraient bien capables de faire les charognards et de critiquer, et ça je ne le supporterais pas. » Je lève légèrement les yeux vers Adrian et lui adresse un sourire. J’aimerais que tout le monde pense comme lui, que les gens pensent à moi avant de penser à ce que ça peut donner pour l’écurie. Parce que là, mon père a un discours de PDG, de businessman et non pas du père d’une femme qui met sa vie en jeu tous les week-ends et qui lui a gentiment dit qu’elle n’était pas capable de remonter en voiture. « Je t'aime et je ne veux pas que tu te fustiges pour quelque chose dont tu n'es pas responsable. » Plus facile à dire qu’à faire. Toute ma vie, on m’a fait comprendre que tous les sacrifices qui ont été fait l’ont été pour moi et maintenant, je dois rendre la pareille. « J'ai pas envie de te perdre parce que tu n'étais pas prête et que tu as cru que tu l'étais Liz, j'ai pas envie de revivre le moment où j'ai cru que j'allais devoir t'enterrer. J'ai déjà enterré ma mère, je ne veux pas enterrer la femme qui compte le plus pour moi. Ma femme. » Mes lèvres tremblent légèrement et je souffle Je te promets que j’irai sous mes conditions. Parce que c’est le minimum de ce que je lui dois. J’embrasse ses lèvres et reste quelques secondes très proches de lui. Je veux pas te faire vivre ça à nouveau. Alors même si ça concerne ma carrière, je ne suis plus toute seule et on prendra les décisions ensemble. Je lui promets et l’imposerais à mon père. Je sais qu’Adrian me soutiendra et ne fera rien contre moi. Je t’aime. Que je souffle doucement avant d’ajouter Merci de remettre du sens dans ma tête. Parce que je suis perdue. Le deuil est plus difficile que prévu, je galère et je déteste cela. Jaden n’est plus là pour me raisonner mais je sais que je peux compter sur Adrian. Il sera là pour me soutenir, pour me défendre mais aussi me donner son avis. C’est important aussi, quand on y pense. C'est à ça que ça sert un partenaire non ? Il n’a pas tort, loin de là même. Ça m’effraie de temps en temps mais ça me rassure pendant bien d’autres moments. Je ne suis plus seule. est-ce que... est-ce tu voudras qu'on aille sur sa tombe ? Mon coeur se serre à cette éventualité. Je n’arrive toujours pas à m’y faire. Pour être honnête, je n’ai pas mis les pieds sur la tombe de mon meilleur ami depuis son décès. Je n’y arrive tout simplement pas. Je n’ai pas perdu grand monde dans mon entourage et cette première mort m’arrache les entrailles. Alors j’ai peur de la manière dont je pourrais réagir, de celle que je n’aurai pas aussi, par la même occasion. Je sais que c'est difficile, mais il le faut. Pour toi, pour que tu acceptes, je serais là. Je vais au cimetière pour ma mère dimanche matin. Je pourrais t'accompagner. Je souffle doucement et pose mon front contre son épaule pendant quelques secondes. Je veux bien oui. Je ne le dis pas à contre coeur parce qu’il n’y a qu’avec lui que j’ai envie d’y aller, mais le son de ma voix est bas. J’ai du mal à accepter tout cela, beaucoup de mal. J’y suis encore jamais allée, j’y arrive pas. Il est plein de vie Jaden, il n'est pas sous une pierre… Le déni ne sert à rien mais c’est plus facile comme ça. Tu crois qu’il m’en voudrait de n’y être jamais allée ? Que je finis par formuler, levant les yeux vers mon fiancé. C’est l’heure de la discussion difficile et à coeur ouvert chez les Haas-Dawkins. « Non, il ne t'en veut pas. J'en suis persuadé. Il comprend, je suis sûr que de là où il est, il comprend et il voit. » La culpabilité est forte mais je sais que je peux compter sur Adrian pour avoir les bons mots. Un décès, qu’on s’y attende ou non, est un moment que personne ne veut vivre et encore moins seul. Je sais que la mère d’Adrian est décédé il y a quelques temps maintenant et que tout ce que je traverse aujourd’hui - et depuis quelques jours - il l’a déjà vécu. Ça ne va pas me rendre la tâche facile mais peut-être moins difficile. Mes yeux dans les siens, je l’écoute. Jaden ne m’en veut pas. Je le sais mais la culpabilité, putain, elle est bien ancrée. Je me laisse guider jusqu’au canapé et glisse ma main dans la sien. Je le regarde et l’écoute. « Quand ma mère est morte, j'ai mis des semaines avant de me rendre compte qu'elle était partie, que je ne la reverrais plus. Je me réveillais en pleine nuit avec les bruits sourds des machines, le bruit régulier de la machine qui annonçait que c'était terminé au fond de mon crâne. J'ai mis des semaines avant d'arrêter d'aller à l'hôpital, dans l'espoir qu'elle soit encore là, que les médecins me disent que c'était une erreur, qu'elle était encore bien là. Le choc a été violent quand je m'en suis définitivement rendu compte, j'ai bu encore et encore, j'ai usé de mes poings pour passer ma colère sur des types, sur des murs. J'ai eu envie de crever un nombre incalculable de fois. Mais maintenant j'ai trouvé la paix et je sais que tu la trouveras aussi, je serais là pour toi. Je serais là pour t'aider. » C’est difficile à entendre, surtout qu’il était seul avec sa soeur à l’époque. Je le regarde et l’embrasse tendrement. T’es plus fort que ce que t’aurais pu penser à n’importe quel moment de ta vie. Je me blottis rapidement dans ses bras et dis C’est dure de s’adapter… Mais on doit vivre notre vie avec honneur, pour ceux qui ne peuvent pas la vivre. Je soupire doucement et dis Tu crois qu’on peut y aller là ? Histoire que ce soit fait mais aussi que je passe ce stade.


@ Invité

avatar
   
#
Dim 6 Nov - 18:53
tw: deuil

Je te promets que j’irai sous mes conditions.  Et il s'y tiendrait, il serait là, dans l'ombre comme une ombre qui plane sur le circuit pour être sûr qu'elle n'était ni contrainte, ni forcée à prendre place dans son cockpit pour faire mousser les téléspectateurs et faire du bénéfice. Il n'accepterait pas que sa femme soit comme un bout de viande sur lequel on ramasse quelques centaines, voir quelques milliers de dollars. Je veux pas te faire vivre ça à nouveau. Alors même si ça concerne ma carrière, je ne suis plus toute seule et on prendra les décisions ensemble. Il lui offrit un sourire, ses mains glissant subrepticement le long de ses hanches pour qu'elle vienne se coller à lui. Je t’aime. Il colla doucement son front contre celui de Liz avant de lui répondre dans un murmure Je t'aime aussi. Et c'est pour ça qu'il est comme ça, qu'il s'inquiète, qu'il est invivable, parce qu'il l'aime. Il l'aime plus qu'il n'avait pensé aimer un jour, il l'aime comme au premier jour et sûrement plus encore, leur séparation qui n'a eu que pour conséquences de renforcer ce lien qui les unissait et qui les unirait. Merci de remettre du sens dans ma tête. Il ferma les yeux et déposa doucement son menton sur le sommet de sa tête, la serrant contre lui C'est à ça que ça sert un partenaire non ? demanda t-il, un vague sourire triste qui se dressait sur ses lèvres est-ce que... est-ce tu voudras qu'on aille sur sa tombe ? C'est une étape qu'il lui fallait franchir pour faire le deuil, il en avait mit du temps le Dawkins avant d'aller sur celle de sa mère, il en avait mit du temps avant d'accepter, il était passé par les différentes étapes dont on entend que trop parler déni, colère, marchandage, dépression, acceptation. Il avait passé sa colère en cognant tout ce qu'il pouvait cogner, le déni c'était matérialisé sur le fait qu'il partait encore de chez lui à la même heure que quand il allait visiter sa mère à l'hôpital pour la nourrir. Et les autres étapes avaient été encore plus compliquées, mais il avait réussi à ne pas flancher, ou du moins, il pensait. Je sais que c'est difficile, mais il le faut. Pour toi, pour que tu acceptes, je serais là. Je vais au cimetière pour ma mère dimanche matin. Je pourrais t'accompagner. Il avait eu du mal à franchir la porte du cimetière après l'enterrement de sa mère le barista, alors qu'il s'était attendu à la mort, qu'il l'avait attendu comme on attend un courrier recommandé qui contient une amende, sans impatience, maintenant qu'il avait réussi, il s'appliquait à y aller régulièrement, conscient du fait que sa mère devait sûrement le voir d'en haut et qu'il voulait aussi qu'elle voit quelque chose de beau. Je veux bien oui. Il lui sourit et la prend doucement dans ses bras, pour apaiser sa douleur, son menton qu'il pose au sommet de sa tête, les yeux clos. J’y suis encore jamais allée, j’y arrive pas. Il est plein de vie Jaden, il n'est pas sous une pierre… Son coeur se serra un peu et il tenta de souffler discrètement, il avait eu exactement la même réaction à la mort de sa mère, faisant inconsciemment le chemin jusque l'hôpital pendant encore des semaines avant qu'il ne se rende compte qu'elle n'était plus là et qu'il n'était qu'une sombre merde qui n'était pas capable de se remettre. Après ça, tout le monde connaît l'histoire, il finissait dans un caniveau ivre mort, ou à se battre pour faire sortir cette tristesse qui ne le quittait pas, quitte à finir en cellule de dégrisement. Tu crois qu’ils m’en voudrait de n’y être jamais allée ? Il saisit doucement son visage en coupe entre ses mains et plongea son regard céruléen dans celui de Liz « Non, il ne t'en veut pas. J'en suis persuadé. Il comprend, je suis sûr que de là où il est, il comprend et il voit. » Il l'attira vers le canapé et l'installa doucement avant de la prendre dans ses bras. « Quand ma mère est morte, j'ai mis des semaines avant de me rendre compte qu'elle était partie, que je ne la reverrais plus. Je me réveillais en pleine nuit avec les bruits sourds des machines, le bruit régulier de la machine qui annonçait que c'était terminé au fond de mon crâne. J'ai mis des semaines avant d'arrêter d'aller à l'hôpital, dans l'espoir qu'elle soit encore là, que les médecins me disent que c'était une erreur, qu'elle était encore bien là. Le choc a été violent quand je m'en suis définitivement rendu compte, j'ai bu encore et encore, j'ai usé de mes poings pour passer ma colère sur des types, sur des murs. J'ai eu envie de crever un nombre incalculable de fois. Mais maintenant j'ai trouvé la paix et je sais que tu la trouveras aussi, je serais là pour toi. Je serais là pour t'aider. »

(uc)

@ Contenu sponsorisé

   
#

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet

permissions de ce forum

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum