La nouvelle version a été installée cute ! Pour découvrir les nouveautés c'est par ici & pour commenter c'est ici
S'intégrer sur un gros forum, le mode d'emploi excited A découvrir par iciii avec toutes les initiatives mises en place !
-36%
Le deal à ne pas rater :
Karcher SC2 Upright Easyfix – Balai Nettoyeur Vapeur 1600 w
89.99 € 139.99 €
Voir le deal

(lemony) i know there's something in the wake of your smile

@ Invité

avatar
   
#
Mer 23 Nov - 17:49
Voilà plus de dix ans qu’Ezra enseigne à l’école primaire et à peu près autant d’années qu’il place l’éducation musicale, et la musique tout court, à vrai dire, au centre de sa pédagogie. Une technique loin de faire l’unanimité et qui ne ravit pas toujours toutes les paires de parents de ses petits élèves, mais qui finit toujours par porter ses fruits, d’une façon ou d’une autre. Depuis plusieurs années à présent, depuis qu’il s’occupe d’enfants en passe d’entrer au collège à vrai dire, il se permet un véritable projet étendu sur plusieurs semaines, voire sur une année entière lorsqu’il le sent particulièrement bien. Bref, Ezra vit ses deux passions en même temps depuis un moment déjà et il doit bien dire que quitte à lui manger la majeure partie de son temps libre, il aime autant que ça soit pour cette raison.

Depuis son déménagement aux Etats-Unis cependant, il a perdu tous ses contacts, évidemment. Les intervenant·e·s qu’il appelait généralement à la rescousse sont bien sûr tous·tes resté·e·s à Londres et Ezra avait passé la majeure partie de ses vacances à se demander comment gérer son projet musical de l’année tout en étant seul. Bref, le brun s’était résigné depuis longtemps : jusqu’à ce qu’il se fasse un nouveau réseau sur ce nouveau continent, il lui faudrait revoir ses ambitions à la baisse et se contenter de sortir la guitare de temps à autres.

C’était sans compter sur son nouvel ami Wes (que dis-je, ami, son frère jumeau d’une autre mère, visiblement), qui lui-même l’avait invité à passer une soirée à l’Overkill, où il avait fait la connaissance de Lemony, et tout s’était alors enchaîné. Non contente d’avoir trouvé en Wes – je le rappelle pour les deux du fond qui n’ont rien suivi, le nouveau mec de son ex, donc, aussi incroyable cela puisse paraître – un comparse précieux, Ezra avait trouvé grâce à lui de nouvelles perspectives plus vite que l’éclair. La première en ligne, donc, cette fameuse Lemony, incroyable jeune femme s’il en est, à qui le brun n’avait pas fait l’affront de feindre ne pas l’avoir reconnue. Après avoir échangé toute une soirée, Ezra avait fini par lui exposer son idée et lui demander son aide, qu’elle avait de suite acceptée.

Ceci explique donc pourquoi, un soir après dix-sept heures, Lemony Wodsworth se retrouve en sa compagnie, au milieu de sa salle de classe, à ranger du matériel après avoir passé une après-midi en compagnie de vingt-sept enfants de dix ans surexcités. Pour dire vrai, Ezra est un peu impressionné par la jeune femme, qu’il trouve incroyablement cool, peut-être autant que ses élèves, d’ailleurs. Tant et si bien qu’en dehors de ce projet qu’ils ont mené à bien ensemble, Ezra ne trouve pas le moindre sujet de conversation qu’il estime digne d’intérêt pour Lemony. Maintenant que l’échéance est passée, il n’a donc plus aucune raison de garder le contact avec la brune, une perspective qui l’ennuie plus qu’il n’ose se l’avouer. Depuis dix minutes, il cherche donc une parade, quelque chose, n’importe quoi. Il l’inviterait à boire un verre s’il n’avait pas peur de se comporter comme un crétin inintéressant, ou pire : que son geste ne porte à confusion. Oh, ne nous leurrons pas : il apprécie la chanteuse, il l’apprécie même beaucoup, mais il n’est prêt à rien. Ne veut rien. N’a même pas l’impression que ce sujet soit sur la table pour lui à l’instant T. Bref, tout ceci n’aidant pas son cas, il continue de ranger en silence, jusqu’à ce qu’en désespoir de cause, il se lance : « Hey, merci encore, au fait. Ils ont adoré, et moi aussi. » Il lève les yeux, et tout en regardant un point entre le front de Lemony et le mur derrière elle, il continue. « Honnêtement, je ne vais pas dire qu’on remet ça quand tu veux, parce que je ne veux pas t’imposer les questions indiscrètes de vingt-sept petits morpions bruyants une seconde fois, mais… on remet ça quand tu veux. »

@ Invité

avatar
   
#
Ven 25 Nov - 0:43
Cette soirée là avait été particulièrement agréable. Quelques vannes de Wes, qui comme à l’accoutumée lui arrachaient un rire ou un jeté d’yeux au plafond signifiant une fausse lassitude taquine envers son ami. Et puis… Ezra. Pour être honnête, lorsque Wesley lui avait proposé de rencontrer son ami, Lemony avait longuement hésité. Elle aimait sortir, voir du monde, la chaleur humaine, mais paradoxalement, elle avait du mal avec les nouvelles rencontres. C’était toujours pour elle une sorte d’épreuve. D’abord, parce qu’elle ne savait jamais quoi dire pour engager une conversation. Elle tournait autour du pot, souvent, bafouillait, bien loin de l’image qu’elle pouvait donner en interviews ou sur scène : quand il s’agissait de sa vie médiatique, Lemony portait un masque, s’inventant une personnalité qui, si elle protégeait celle qu’elle était réellement, était surtout libératrice. Elle lui permettait d’enfin crier ce qu’elle avait sur le coeur, parfois même sans qu’elle en ait conscience. Dire sans détour les choses qu’elle avait souvent tant de mal à verbaliser.

Pour une raison mystérieuse, elle avait fini par accepter la proposition de Wesley, après un débat interne on ne pouvait plus sérieux. Au moment t, elle s’était retrouvée un peu en avance, comme à son habitude, à siroter une bière au bar… La suite, vous la connaissez : Wes’ et Ezra avaient débarqué. Pas franchement à l’aise, Lemony avait pourtant fait en sorte d’essayer de rendre le moment agréable… Ce qui fut facilité par l’instit’ qui, a aucun moment ne fit semblant de ne pas la reconnaître. Pas que Lemony soit égocentrée, c’était même le contraire, si elle pouvait ne pas être sous le feu des projecteurs, elle sautait sur l’occasion. Paradoxal ? Non, pas vraiment, simplement, il y avait un moment pour tout. Et elle détestait ceux qui, l’air de rien, tentaient de s’approcher d’elle pour… la fame. Dire qu’ils avaient croisé le chemin de celle qu’on entendait gueuler dans son micro Jeez, thanks but no thanks. elle avait autre chose à faire de sa vie que de servir de faire valoir. La chanteuse avait beau avoir apprécié la franchise du jeune homme, elle d’abord émis un doute. Pas qu’il ait l’air menaçant, en fait, il ne l’était d’aucune manière, il était même plutôt sympathique. Mais c’était plus fort que la jeune femme : lorsqu’elle faisait une nouvelle rencontre, elle restait sur ses gardes. Observait. Prenait des notes… Comme tout un chacun, pourrait-on dire. Mais chez Lemony, cette façon de faire était une façon de se défendre, face à l’adversité potentielle…

A la retrouver là, dans cette classe, un soir après les cours, on aurait donc pu en conclure – et à raison, qu’elle avait apprécié la soirée en compagnie de Wes et Ezra qui lui avait fait part du projet musical qu’il essayait de monter pour sa classe contre vents et marrées. . Mais seul, on n’allait jamais très loin ; c’étaient ses parents, qui lui avaient dit. Alors c’était de bon coeur que la jeune femme avait proposé de lui donner un coup de main, au moins une fois, juste pour voir ce que ça donnerait. Et en réalité, l’expérience avait été à la hauteur de ses espérances. En fait, c’était même mieux que tout ce qu’elle avait pu imaginer. C’est donc une Lemony enjouée qui, une fois les enfants sortis, rangeait tranquillement ses affaires en fredonnant sans vraiment s’en rendre compte. Ezra était là, lui aussi – en même temps assez logique lorsqu’on sait qu’il s’agissait de sa classe. Elle n’avait pas vraiment envie de partir, aurait voulu prolonger le moment : après tout, chez elle, à part son chien, personne ne l’attendait. Rangeant sa guitare dans son fourreau, elle cherchait une raison d’engager la discussion mais dieu merci, Ezra le fit pour elle. Elle lui adressa un sourire sincère « Je crois que c’est moi, qui dois te remercier. Honnêtement… j’aurais jamais cru que ça me plairait autant ! Et puis… ils sont cools, ces gosses. Mélise a vraiment du potentiel ! Et… comment il s’appelait, celui avec du chewing-gum dans les cheveux, déjà ? J’devrais pas le dire, mais… j’crois que j’ai trouvé mon chouchou, ce gamin est un génie ! Tu dois pas t’ennuyer, avec lui ! » elle se mit à rire en repensant aux divers intermèdes douteux mais pourtant naturels, peut-être même nécessaires, lorsqu’il s’agissant d’enfants. Et elle releva les yeux, comme soulagée par la proposition masquée du brun « rah, j’suis déçue, j’attendais que cette proposition ! » elle marqua une courte pause, puis réalisa à quel point sa réponse pouvait ressembler à un sarcasme « sorry, I… I wasn’t trying to be sarcastic, I swear. » elle attrapa son sac à main, qu’elle glissa sur son épaule, en bandoulière « It’d be real fun. » elle hésita un court instant, et n’ayant aucune envie d’en rester là, elle lança : « on pourrait peut-être aller boire un verre pour en parler ? Enfin… j’veux pas t’imposer mes questions indiscrètes mais… » elle haussa les épaules et le regarda, amusée, sortant une cigarette de son paquet, histoire de s’occuper les mains, geste qui trahissait sa nervosité : elle n’était définitivement pas si à l’aise, dans la vie de tous les jours...

@ Invité

avatar
   
#
Jeu 19 Jan - 22:34
Ezra n’avait aucune envie de s’enticher de qui que ce soit. Il avait suffisamment donné avec Charlotte, dont il semblait qu’un océan avait été le seul élément capable de le raisonner, et ainsi le forcer à entamer un processus de reconstruction efficace. Aussi, c’est avec un soin tout particulier qu’il ignora tous les indices qu’il connaissait pourtant par cœur. Pour avoir été l’un de ces hommes naïfs qui tombaient amoureux comme on décide de se nourrir ou de changer de vêtements, il aurait pourtant dû le réaliser. La facilité déconcertante avec laquelle il lui avait proposé de monter ce projet, la peur de l’ennuyer à mourir, ces picotements dans son bas ventre à chaque fois que Lemony ouvrait la bouche et ce sourire idiot qu’il sentait pointer sur son visage quand il croisait son regard. Tout cela relevait du cas d’école : Ezra en pinçait pour la musicienne face à lui, et si d’habitude il aurait sauté dans le vide à pieds joints pour embrasser le sentiment grisant d’un béguin naissant, en bonne fleur bleue qu’il était, il s’évertuait aujourd’hui à balayer d’un revers de la main la possibilité même qu’il puisse ne serait-ce que la trouver mignonne.

Car cet Ezra-là, celui qui s’émerveillait d’un sourire échangé, était trop blessé pour ressentir l’envie de se montrer à la lumière du jour à nouveau.

A la place, son subconscient décida d’ignorer les évidences, quand bien même il cherchait malgré tout à relancer à tout prix un sujet de conversation susceptible de la garder dans son champ de vision un peu plus longtemps. Dans sa maladresse légendaire, il réussit cet exploit malgré tout, et il lui rendit son sourire en écoutant son débriefing de la journée. « Ah, Jake ! », commença-t-il lorsqu’elle mentionna un élève en particulier. « Oui, il est attachant, ce gosse. Au quotidien, je ne te cache pas qu’il peut se montrer fatiguant, mais c’est un artiste dans l’âme. T’as vu, d’ailleurs, il était complètement absorbé tout à l’heure, c’est rare qu’il se tienne tranquille plus de cinq minutes. » Une fois lancé sur le sujet, Ezra pouvait se montrer inarrêtable. Il était si passionné par son boulot qu’il était capable d’en parler pendant des heures, racontant inlassablement les dernières prouesses de ses élèves à son colocataire ou à ses amis – ou à qui voulait bien l’écouter, vraiment – en rentrant chez lui le soir. Conscient de ce travers, il se refreina donc, privilégiant une proposition déguisée à la place.

« No, no, it’s okay. », tenta-t-il de rassurer la jeune femme alors qu’elle s’emmêlait les pinceaux. Si quelqu’un était capable de comprendre la gêne qu’entraînait généralement l’impulsivité et les paroles lancées avant de réfléchir, c’était bien lui. Aussi, il lui adressa un sourire doux et l’imita en jetant son sac, en bandoulière, dans son dos. Maintenant qu’elle le proposait, l’idée de boire un verre était séduisante. Bien plus que si l’idée était venue de lui, allez savoir pourquoi (encore une parade de son cerveau blessé, probablement). Aussi, il jeta un œil distrait à sa montre. Il était encore tôt. Aussi, il hocha la tête : « Well… J’y vois pas d’objection, en ce qui me concerne ? Tout est prêt pour demain, et c’est pas comme si qui que ce soit m’attendait à la maison. » Il y avait bien son colocataire, mais il ne lui en voudrait pas, auquel cas ce serait bien étrange. Cette tentative d’humour cependant le glaça aussitôt après qu’il ait fermé la bouche. Livide, il se rattrapa du mieux qu’il le put : « Yeah, sorry, that was awkward. Anyway, if you still wanna spend some time with this weirdo (il se pointa du doigt, dessinant de petits cercles autour de son visage, et ponctua son geste d’une grimace ridicule), I suggest we go now before it’s too crowded ? What do you say ? »

@ Invité

avatar
   
#
Ven 27 Jan - 17:20
Prise dans la discussion, Lemony avait encore du mal à s’extirper de l’énergie de la journée. Dans sa tête comme au cinéma se jouaient et rejouaient encore les scènes de la journée. De sa rencontre avec les enfants, encore timides jusqu’à maintenant. Rien qu’a y penser, elle ne pouvait s’empêcher d’avoir ce sourire béa sur le visage. Cette journée avait tout d’un jour normal mais pourtant… elle s’était sentie utile, avait appris des trucs à des enfants on ne pouvait plus attachants. Fierté : jamais elle ne s’en serait sentie capable. Déjà gamine, lorsqu’on lui demandait ce qu’elle voudrait faire plus tard, elle répondait : « tout sauf prof ! » il avait suffi d’un atelier proposé par Ezra pour que, potentiellement, cette vision de la vie puisse être effacée : d’un non catégorique, on passait presque à un pourquoi pas ; comme quoi la vie était faite d’évolutions… Cette pensée fit sourire la musicienne qui posa de nouveau son regard sur Ezra, plissant ses yeux, amusée « oui, j’ai vu que quand j’suis arrivée, il avait du mal à se poser. Mais j’ai été impressionnée de sa capacité de concentration sur l’atelier alors que moi même… j’ai eu un coup de mou à un moment. » avoua-t-elle en riant à moitié avant de reprendre « je me demande comment tu fais pour arriver à gérer autant de petits en même temps… j’imagine même pas la fatigue. T’as pas les oreilles qui bourdonnent, en fin de journée ? » Elle lui lança un clin d’oeil, ravie qu’il accepte sa proposition et se mit à rire « non, ça l’était pas. And [i] yes, I’d still love to spend some time with you. Et puis… personne m’attend non plus, by the way. Alors ... » elle réprima un rire avant de hocher la tête, ouvrant la porte « I say yes. Il y a un endroit que tu préfères ? », demanda-t-elle en cherchant des adresses sur son téléphone. Elle en avait quelques unes, mais son carnet restait tout de même relativement vide ; il n’y avait pas longtemps, qu’elle s’autorisait les sorties dont elle avait véritablement envie. En général, elle passait ses soirées chez elle, à jouer de la guitare ou lovée dans son canapé, scotchée à une série à suspens. Et ça l’agaçait. Elle n’avait jamais aimé rester chez elle et pourtant, elle avait prit le pli de la vie qu’on lui avait imposé. Erk. Plutôt crever. Il était grand temps qu’elle se fasse violence, et cette sortie avec Ezra lui semblait être un premier pas définitivement sympathique. Elle prenait peu à peu conscience de sa liberté.

@ Invité

avatar
   
#
Jeu 20 Avr - 18:19
C’était la première fois depuis des années qu’Ezra s’entourait différemment pour lancer son projet musical de l’année avec ses élèves. Il s’était peut-être un peu trop confortablement enterré dans ses petites habitudes, rendant son travail moins palpitant qu’il n’aurait pu l’être. Il avait beau s’adapter à son public, s’entourer des mêmes personnes n’aidait pas à se renouveler. Finalement, avoir déménagé de l’autre côté de l’Atlantique avait ses bénéfices même dans son travail classique. Car ce le travail qu’il avait abattu avec Lemony aujourd’hui n’avait rien à voir avec ce qu’il avait l’habitude de faire, et tout d’un coup, l’inconnu lui semblait moins effrayant. « Mais oui, c’était si intense, il s’est hyper bien débrouillé. », sourit-il en concluant la parenthèse Jake. Toujours enclin à parler de son travail cependant, il haussa les épaules à la question de Lemony : « Ehm, si, si, je suis pas mal content de retrouver le calme le soir, je vais pas te mentir. » Machinalement, Ezra s’étira. « Mais on s’habitue. Et puis, ça vaut le coup. Quand on aime ça, en tout cas, si t’aimes pas ça, ça peut très vite devenir ton enfer personnel. »

Mais puisqu’il ne souhaitait pas bassiner sa pauvre invitée du jour avec ses histoires de boulot, il s’engouffra dans la première brèche afin de détourner la conversation de ses petites habitudes de prof nerd. Il s’emmêla les pinceaux, cependant, et commença par paniquer avant de constater avec un soulagement à peine dissimulé qu’il n’était pas le seul individu maladroit dans la pièce. Une chance. Il enterra du mieux qu’il put la petite pointe d’adrénaline qui emballa son cœur lorsque la chanteuse ne le trouva pas ringard (ou du moins, cacha bien son jeu). Pas le temps pour ces conneries, il avait vu ce que ça avait donné la dernière fois. Non, ils iraient boire un verre en tout bien tout honneur, et ces petits papillons n’avaient rien à voir avec le sourire de Lemony et tout à voir avec sa solitude actuelle. Gigi le tuerait si elle était témoin de cette scène, mais écoutez, Gigi n’était pas là, et elle n’avait pas besoin de savoir. « Okay, great, great. », il souffla en baissant les yeux vers ses chaussures. Quelles jolies chaussures. « Well, on est pas loin de l’Overkill, en vrai. Sinon, y’a l’Outpost pas très loin non plus, on va parfois là-bas le vendredi soir, c’est un peu plus collègues-friendly. » Il ricana en imaginant ses collègues les plus puritains en face à face avec Eryn et ses playlists. « En vrai, tout me va, ça dépend la vibe que tu veux donner à ta soirée. Plutôt brutal death ou open mic de comédiens potentiellement très drôles mais potentiellement très gênants aussi ? »

@ Invité

avatar
   
#
Dim 21 Mai - 14:41
Pas peu fière d’avoir mené cet atelier à bien, tu te surprenais, à ton tour, dans une classe. Le plus beau métier du monde ? En fait, tu t’étais toujours dit que dans les classes, il y avait plus de galères que de bonheur : les profs, tu les avais toujours vus comme des guerrier, dévoués à leur métier d’une force qui t’échappait. Et ça forçait le respect. Mais Ezra avait réussi, si ce n’était à te convaincre, à te donner l’envie, ne fut-ce que quelques instants, de transmettre, au moins sur ta passion : l’idée de réitérer avec ses élèves ne t’angoissait plus autant que la première : le tout était d’entrer dans le bain. D’un signe de tête, tu t’étais contentée de confirmer avant de conclure « j’imagine. Un peu comme tous les métiers où l’on travaille avec un public spécifique, finalement. Le tout est de ne pas laisser nos émotions prendre le pas sur nous, j’imagine. » il était là, le problème. Toi, t’en aurais été incapable, tu le savais. Trop occupée à vouloir sauver la veuve, l’orphelin et tellement plus encore, impossible d’imaginer que tu pourrais laisser des enfants sur le bord de la route. Pourtant, on ne peut pas sauver tout le monde, hm ? T’avais encore un peu de mal avec ce concept. Enfin. T’étais un peu trop deep pour la discussion, alors tu n’avais pas été plus loin, fronçant les sourcils pour te reconcentrer un instant, réfléchissant à ses propositions « je dois admettre… qu’une soirée comédie combinée à un jeu de « avales un shot à chaque bide » aurait pu me tenter. Mais… c’est pas très sympa pour les humoristes, et puis… j’ai bien peur qu’on ne finisse saouls très rapidement, alors… pourquoi pas finir sur une note musicale ? » t’étais pas sûre du brutal death, mais tout t’irait. Et puis, l’Overkill, c’était le bar où Wes vous avait invité la première fois que vous vous étiez rencontrés, et t’avais beaucoup apprécié la vibe des lieux. Tu pouffais de rire « ahah. A croire que ça va devenir notre QG, hm ? » et ça n’aurait pas été un mal : Les friends avaient le Centrall Perk, Ted, Lily, Marshall, Robin et Barney le MacLaren’s, alors pourquoi pas vous ? Lui adressant un sourire malicieux, tu lui emboitais le pas, prenant la direction du bar sans te faire prier. « tu veux peut-être poser tes affaires avant qu’on y aille ? »

@ Invité

avatar
   
#
Mar 6 Juin - 23:47
« C’est ce qu’ils nous apprennent à l’école, ouais. » Ezra offrit un sourire doux à sa partenaire de la journée. Tout le monde les prévenait dès le début de leurs études : il fallait se blinder. Monter un mur de briques entre soi et ses élèves, ne pas laisser leurs histoires nous atteindre, pour se préserver et préserver sa posture d’autorité. En gros. Ezra n’avait jamais vraiment adhéré à l’idée, probablement parce qu’il vivait dans une bulle utopiste où il se sentait capable de tout voir, tout prendre en charge, tout régler, et jusqu’à présent, il avait réussi à ne se dégoûter de rien sinon de l’administration qui lui dictait sa conduite. Il avait toujours trouvé le système éducatif britannique déplorable, les américains ne semblaient pas bien mieux – sinon pires -, et là où il avait passé des années d’études à s’entendre dire qu’il lui fallait se protéger de ses propres émotions, il avait surtout compris que les adultes constituaient le gros du problème.

Il aurait pu y passer des heures, à épiloguer sur l’une de ses passions avec Lemony. Dès que quelqu’un ouvrait dans la brèche, l’autorisant à disserter sur ce qui le tenait à cœur, Ezra s’y engouffrait jusqu’à n’en plus pouvoir. Et d’habitude, il n’en faisait pas grand cas : ses interlocuteurs adhéraient ou non, entraient dans le débat ou non, peu lui importait, puisque de toute manière, il ne s’autorisait vraiment à être lui-même qu’avec ceux qui le connaissaient déjà suffisamment pour changer le sujet sans le vexer. Lemony avait quelque chose de différent, du moins à ses yeux, et il reconnaissait les premiers signes d’une attirance qu’il ne souhaitait absolument pas creuser quand bien même il ne réussissait pas à se réfréner. Et après tout, quel mal y avait-il à lui proposer un verre, c’est d’ailleurs ce qu’il allait faire, tiens. Au culot. En ignorant tous les signaux d’alarme de son esprit qui le prévenaient : tu vas encore te faire avoir, Northman, c’est toujours comme ça que ça commence, puis tu t’imagines marié et entouré de marmots et c’est trop tard pour reculer.

Tant pis. Tant pis, parce qu’elle avait accepté, et que maintenant, ils discutaient de la suite de la soirée. « Ouh la, je travaille demain, évitons les jeux à boire t’as raison. » Il rit, un peu gêné. Il leva le bras pour se gratter l’arrière de la tête et il sentit sa chemise se soulever. Merde. Il s’empressa de tirer dessus en faisant machine arrière, avant de se lancer dans une séance d’overthinking endiablée. A la place, il acquiesça à la remarque de Lemony. « J’avoue, mais c’est un bar cool. Et il est à deux pas de chez moi, alors tu vois, ça m’arrange un peu. » Sous-entendu : je peux rester un peu plus tard que prévu et quand même profiter d’un quota décent d’heures de sommeil, ce qui n’était pas négligeable. Il s’arrêta avant de prononcer ces mots, cependant. Défi numéro un : ne pas passer pour un ado-adulte à l’hygiène de vie d’un grand-père. Numéro deux : éviter d’être un gros relou. Mission partiellement accomplie, j’imagine.

« Ecoute ouais, si ça te dérange pas de faire le détour ? J’habite vraiment pas loin je t’assure, c’est à dix minutes à pieds. » A ces mots, Ezra commençait déjà à marcher, slalomant dans les couloirs de son établissement. Lorsqu’ils se retrouvèrent dans la rue tous les deux, Ezra tenta le small talk, avec plus ou moins de succès : « T’écris des trucs en ce moment ? » Il vira au pivoine et alors qu’il aurait pu s’arrêter là comme n’importe quel personnage normal, il se justifia : « Pas que je veux des exclus, c’est pas ce que je dis, c’est pas, genre, intéressé. Pas comme ça en tout cas, enfin tu vois ? Je suis juste curieux. » Holy shit, shut the fuck up Northman.

@ Contenu sponsorisé

   
#

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet

permissions de ce forum

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum