La nouvelle version a été installée cute ! Pour découvrir les nouveautés c'est par ici & pour commenter c'est ici
S'intégrer sur un gros forum, le mode d'emploi excited A découvrir par iciii avec toutes les initiatives mises en place !
Le deal à ne pas rater :
Pokémon EV06 : où acheter le Bundle Lot 6 Boosters Mascarade ...
Voir le deal

(hamptons) 'cause you can't come back once you're lying in the broken glass

@ Invité

avatar
   
#
Lun 20 Fév - 21:00
Elle sent bien qu'il y a de l'eau dans le gaz, que rien n'est comme avant. Ses parents qui ne sont quasiment jamais là. Ses parents qui ne sont jamais ensemble. Et elle, elle n'est pas dupe. Elle sent bien que quelque chose cloche. Et ils peuvent bien lui payer tout les vêtements -qu'elle pourrait se coudre soi dit en passant- du monde, ou toutes les chaussures du monde, elle sentait bien que quelque chose clochait et elle avait deviné quoi. Même s'il fallait gratter pour savoir, ele allait le faire, elle était têtue et surtout obstinée, alors elle finirait par apprendre la vérité. Même si la vérité pouvait faire mal à entendre. Lorsqu'elle eut la confirmation de son père qu'il pouvait venir au café, elle ne put s'empêcher de sourire. Et quand sa mère lui confirma à son tour, elle sourit un peu plus et elle poussa la porte du café pour s'installer, commandant un matcha pour elle, continuant de griffonner sur son carnet les prochaines robes qu'elle va coudre. Quand ses parents arrivèrent enfin, ses assumptions lui sautèrent aux yeux. Elle fit une grimace avant de regarder ses parents tour à tour « Vous comptez me dire ce qui ne va pas ou vous comptez me faire croire qu'on vit dans un conte de fées jusqu'à ce que je sois trop vieille pour y croire ? » Son regard alterna entre son père et sa mère, le coeur qui battait bien trop vite dans sa poitrine, parce qu'elle avait peur, peur qu'on lui dise quelque chose qu'elle redoutait, et pourtant, elle savait au plus profond de son coeur que ça risquait de faire mal, mais ne vaut-il mieux pas arracher le pansement d'un seul coup que petit à petit ? Certainement que si.

@ Invité

avatar
   
#
Sam 25 Mar - 11:33
Olivia avait sauté sur l’occasion de partager un café avec sa fille, trop contente de pouvoir passer du temps avec elle dans un endroit feutré et propice aux discussions complices. En arrivant sur les lieux, drapée dans son trench, Liv repéra immédiatement Romy au milieu des clients et se dirigea vers sa table. « Hi sweetheart ! », lança-t-elle joyeusement en défaisant la ceinture de son manteau, qu’elle posa sur le dossier avant de s’asseoir. « How's the city's prettiest girl ? » La chanteuse eut le temps de commander un chocolat chaud et demanda à ce qu'il soit saupoudré d’un topping coloré. Si ce rendez-vous s'annonçait on ne peut mieux, Olivia déchanta très vite en suivant le regard de Romy vers la porte du café qui venait de s’ouvrir. Benjamin. Aussitôt, Liv comprit que sa fille les avait piégés. Elle pinça très fort les lèvres. Il fallait bien que ce moment arrive un jour. Elle salua son ex avec réticence, incapable de jouer l’affabilité.

Il s’installa et Olivia surprit le regard de Romy : ses yeux sévères se posaient tour à tour sur chacun de ses deux parents. Elle semblait en colère et la brune comprit qu’elle avait failli dans sa mission. Elle avait tant voulu protéger son enfant qu’elle l’avait tenue à l’écart, lui causant plus de tort qu’autre chose. Prudemment, elle souffla : « Ecoute ma chérie, c’est compliqué pour nous en ce moment. Je suis désolée que ça t’affecte, on a tout fait pour que tu vives ta vie sans te préoccuper de nos soucis, mais visiblement, on a échoué. » Liv se tut et braqua un regard accusateur sur Benjamin. Ça n’était pas à elle d’expliquer ce qu’il s’était réellement passé, qu’il se débrouille.

@ Invité

avatar
   
#
Dim 26 Mar - 15:29
Cela fait trop longtemps à mon goût que je n'ai pas vu ma fille, alors quand elle me propose de la retrouver dans un café, je ne me fais pas prier pour accepter son invitation. Depuis qu'Olivia a tout découvert, à part Axel, ma vie sociale a prit un coup. Je ne vois plus particulièrement d'amis et au travail, je fais ce que j'ai à faire, la tête baissée. Je sais que les jours me sont comptés avant que les collègues se mettent à parler, surtout que Rose Millstone m'a posé beaucoup de questions étranges hier alors qu'on s'était retrouvés à la machine à café ensemble. Heureusement que j'avais une conférence téléphonique prévenue dix minutes plus tard, sinon, j'aurais du trouver une excuse pour m'éclipser sans paraître suspect. Mais son interrogatoire m'a perturbé, comment peut elle se douter de quelque chose ? Connait-elle Olivia, ou quelqu'un qui connait Olivia sans que je le sache ? Et si c'est le cas, qu'est-ce qu'Olivia a dit ? A t-elle été dans les détails ? Je suis loin d'être prêt pour un coming-out forcé, et pourtant, je sens que je ne vais pas avoir le choix très longtemps.
Ravi à l'idée de passer quelques heures en compagnie de ma fille je pousse la porte du café, et le sourire sur mon visage se relâche alors que je vois Olivia, assise en face de Romy. Un nœud dans mon estomac se tend, alors que je m'approche du barista pour lui commander un double expresso bien serré. Le pas lourd, je m'approche de ma famille, celle que j'ai brisé en douce il y a un moment maintenant. « Ladies. » je les salue avec un sourire blafard, incapable de cacher ma déception face au piège que nous a visiblement tendu notre fille. Celle-ci ne tourne pas autour du pot, et nous lance un pic tout de suite, et je plante mes coudes dans mes cuisses. J'ai l'impression que ma tête va se détacher de mon corps tant elle est lourde. Je sens le regard d'Olivia sur moi alors que je soupire longuement. Puis, je relève doucement la tête, joins mes mains et après un regard échangé avec ma future ex femme, je finis par poser mes yeux sur Romy. « Alright. I guess I owe you an explanation. » Je passe ma langue sur mes lèvres sèches et déglutis, « Ta mère n'a pas échoué. C'est moi le responsable de ce qui nous a mené là où on en est. » C'est bien la première fois que je vais avouer mes torts en étant sobre, mais il est bien trop tôt dans l'après-midi pour que ce soit acceptable de demander au barista un supplément whisky dans mon café. « Qu'est-ce que tu veux savoir ? » je demande à ma fille, parce que ça sera bien plus simple pour moi de répondre à des questions précises que de raconter l'histoire dès le début. Histoire que je n'ai pas encore eu l'occasion de raconter à Olivia non plus, d'ailleurs. Elle sait les grandes lignes, mais c'est tout. Peut-être que comprendre pourra l'aider à tourner la page, à accepter ce qu'il s'est passé.

@ Invité

avatar
   
#
Dim 26 Mar - 15:51
« I'm good, thanks mom. » mentit-elle éhontément à sa mère, prétextant que tout allait bien alors que ça n'allait pas si bien que ça. Ça faisait bien trop mal, au fond. De voir que sa famille s'effritait, que leurs relations s'étiolaient petit à petit. Elle qui avait toujours imaginé avoir une famille soudée, une famille aimante. Elle avait longtemps plaint ses ami.e.s de lycée, qui avaient des parents divorcés. Puis désormais, elle avait l'impression qu'elle allait se retrouver dans ce camp bien plus vite qu'elle ne l'imaginait. Alors elle avait trouvé une parade, loin d'être idiote, elle savait que ses parents auraient trouvé une excuse pour ne pas venir si elle les avait invité tout les deux. Elle avait réfléchi longtemps etl solution était venue à elle simplement. Elle ne devait pas leur dire. Elle savait que ça les décevrait, elle savait que ça leur ferait sûrement du mal. Mais elle voulait comprendre. Elle n'était plus une enfant de cinq ans a qui on caresse le dos en lui disant que tout irait bien. Elle n'était pas sûre que tout irait bien quand son monde aura explosé. Quand son monde ne sera plus rien que de la tristesse et de l'acerbité, tristesse et dégoût. Le sourire de Romy n'était pas faux quand son père arriva et elle aurait presque eu envie de le serrer dans ses bras si elle n'était aps en colère. Si elle n'était pas agacée. Elle écouta sa mère attentivement, et fronça les sourcils face à ses propos, puis se tourna vers son père. Elle n'avait pas imaginé cela comme ça. Pour elle, c'était la force des choses, ils ne s'aimaient simplement plus. Mais visiblement, quelque chose d'autre s'était immiscé dans le mal-être et Romy avait le coeur qui tremblait bien trop. « I beg your pardon ? Mom what is he talking about ? » demanda t-elle à sa mère avant de se tourner vers son père. Elle remercia la serveuse qui lui rapportait son café et elle y plongea un sucre qu'elle regarda fondre avant de relever la tête vers ses parents. Puis elle se rendit compte que ce n'était pas à sa mère qu'elle devait parler mais à son père « Qu'est-ce que je veux savoir ? » répéta t-elle avant de se poser contre le dossier de sa chaise « Tout. Je veux savoir pourquoi Maman a l'air si triste. Je veux savoir pourquoi je ne te vois pas. Pourquoi j'ai l'impression que ma famille baigne dans une hypocrisie latente et surtout pourquoi, pourquoi vous voulez me protéger. Je vous le répète, je n'ai plus cinq ans. Je ne crois plus au père noël, je ne crois plus au conte de fées. » Et elle but une gorgée de café parce que sa gorge était bien trop sèche, le coeur battait bien trop vite et les pensées défilaient trop rapidement à son goût.

@ Invité

avatar
   
#
Mar 28 Mar - 23:23
La présence de Benjamin dans un périmètre aussi proche rendait Olivia nerveuse, elle qui savait d’ordinaire garder son sang-froid. Cela dit, elle fut agréablement surprise par son comportement : il ne fuit pas, ne mentit pas, mais choisit d’assumer. Soulagée de ne pas avoir à expliquer à sa fille une situation dont elle n’était pas responsable, la chanteuse se détendit très légèrement. Ses doigts restèrent cependant crispés  sur sa serviette en papier. S’empêcher d’en faire des confettis pour passer ses nerfs lui demandait un effort de tous les instants. Mom what is he talking about ? La supplication de sa fille manqua de lui briser le cœur. Liv baissa la tête, presque honteuse, alors que jamais de la vie elle n’avait cessé de garder le menton levé. Incapable de répondre, elle secoua la tête de droite à gauche et ne parvint à émettre qu’un « I’m so sorry, baby. » Désolée de quoi, elle-même ne le savait pas vraiment ; désolée de ne pas avoir su garder leur famille unie, désolée de l’avoir maintenue dans l’ignorance, désolée qu’elle soit sur le point d’apprendre tout ça de cette manière.

Hypocrisie latente. L’expression employée par sa fille lui coupa l’appétit. Olivia posa son regard sur son chocolat chaud. La chantilly la dégoûtait tout d’un coup, alors qu’elle en rêvait cinq minutes avant. Quand Benjamin souligna le fait qu’elle n’avait pas fauté, elle eut un léger mouvement d’humeur. Elle rétorqua aussitôt : « Please, don’t. » N’essaye pas de jouer au seigneur, ne fais pas ça, on est tous les deux coupables d’avoir tenu Romy à l’écart. De toute manière, tout ce qu’aurait pu dire Benjamin l’aurait irritée. Pivotant vers celle qu’elle avait du mal à ne plus considérer comme sa petite fille, elle souffla : « Of course you’re not a child anymore, Romy.  We never meant to infantilize you. Your father is right, you deserve to know. » Puis elle se tut, attendant que son (ex-)mari reprenne la parole. Sur ses gardes, elle comptait bien le corriger à la volée s’il avait le culot d’embellir la réalité. Ne croyez pas pour autant qu’Olivia se réjouissait de ce récit : elle avait encore bien du mal à s’en remettre et revivre cette histoire encore et encore la faisait considérablement souffrir.

@ Invité

avatar
   
#
Mer 19 Avr - 10:31
Face à Romy, je m'apprête à avouer sobre des choses que je n'ai jamais dites à voix haute. Mais quelle meilleure personne, qui d'autre mérite plus la vérité que ma fille, à qui j'ai caché beaucoup trop de choses ses derniers temps.
Même si j'ai hâte d'être libéré d'un poids face à elle, je suis terrifié à l'idée de baisser dans son estime. Pourtant, je ne suis pas bête, et je sais bien que c'est inévitable. Quand elle apprendra la vérité, elle sera déçue, peut-être même dégoûtée de moi. Non, je ne pense pas que le fait que j'ai trompé sa mère avec un homme soit un facteur, la seule chose qui la dégoûterait sera probablement le fait que j'ai trompé tout court. Malgré tout, je compte bien être transparent avec ma petite chérie. Retirer le pansement rapidement, ça fait toujours plus mal mais au moins, une fois que c'est fait, la vérité sera enfin rétablie pour les personnes qui le méritent vraiment.
Je sens bien le mépris d'Olivia à côté de moi, mais je ne veux pas en tenir compte. En tenir compte serait baisser la tête, se taire, mais je ne veux pas jouer à la victime. Je n'ai pas envie de mentir ou de jouer la comédie plus que je ne l'ai déjà fais ces dernières années. Alors, une fois qu'elle a terminé de tenter de rassurer notre fille, je me lance, mon nœud dans l'estomac particulièrement serré. « Exactement, saches que chaque décision qui ont été prises n'ont pas été faites dans le but de te faire souffrir. On voulait te protéger parce que... » je soupire, cette histoire est compliquée, beaucoup plus compliquée que ce qu'il ne paraît. « whether you like it or not, you'll always be our little princess. » Je déglutis, et tente de commencer mon récits. « I made a mistake, I never should have acted the way I did. I cheated on your mother, for a while. I thought I had my reasons, I thought it was my best option to... » je secoue la tête, non Benjamin, tu ne te positionne pas en victime. Tu as été une mauvaise personne, tu as fauté, et tu ne peux pas te trouver d'excuse. « I'm not gonna try and find excuses okay, I'm sorry. I really am, this family was all I had, and I should've... » Je me tourne vers Olivia, je tente le tout pour le tout, même si je suis persuadé que je suis à deux doigts de me prendre une claque dans la gueule par ma superbe future ex femme. « I shoud've talked to you. You're a good person, you would've listened. » Puis je repose mon regard sur ma fille, qui a besoin de plus de contexte pour comprendre, ne serait-ce qu'un minimum ce qui a mené à ça. « See, I met someone during one of my business trips. And they changed everything. And I... I didn't know I was... I never knew I was... » Un soupire, je m'agace moi-même, encore incapable de m'exprimer à voix haute sur qui je suis vraiment. « He changed everything Romy. And I didn't know what to do with my new self, with what he made me learn about myself. So I hid it. And I shouldn't have. And I'm sorry. » Je repose mon dos sur le dossier du fauteuil, prêt à recevoir des critiques de chaque côté. Mais au moins, je suis libéré de ce poids qui me pesait sur les épaules. Libéré de ces mensonges que j'ai enfin pu dévoiler.

@ Invité

avatar
   
#
Jeu 29 Juin - 21:50
tw: mention de mots péjoratifs concernant l'homosexualité.
L'ambiance morose autour de la table laisse à Romy un arrière goût d'amertume au fond de la gorge. Envie de tout foutre en l'air, de crier au monde entier qu'elle n'est pas stupide, mais le monde entier actuellement se résume à ses deux parents qui pensent sincèrement qu'elle est assez idiote pour ne rien voir. Pour ne rien sentir. Comme si elle avait encore cinq ans et qu'elle croyait encore aux contes de fées, que le prince charmant existe et qu'elle n'aurait jamais le coeur brisé. Mais elle voit sa mère, son air triste, elle voit son père avec la suffisance qui le caractérisait si bien et qu'elle adorait avant. Elle était fière d'être la fille de son père, de cet homme si important. Mais l'importance n'était que de surface, maintenant Romy donnerait tout pour avoir un semblant de vérité. Quand elle vit sa mère qui baissa la tête, Romy eut un remord et le ton qu'elle employa pour parler à son père n'augurait rien de bon, elle le savait. Alors Romy s'appuya contre le dossier de sa chaise, les yeux rivés sur ce qu'elle aurait pu qualifier de ses deux piliers deux semaines encore auparavant. Sa langue claque à l'évocation de little princess, ça aurait été le cas, ça ne se serait pas passé comme ça. Les larmes lui montèrent aux yeux quand la vérité se matérialisa à ses oreilles. Quand elle entendit la vérité et elle eut la nausée. Une nausée si violente mais qu'elle tenta de contenir pour ne pas lui donner une chance de fuir comme un lâche. Elle boit une gorgée de café qui fait passer la sècheresse de sa gorge et ses mains se posent sur ses cuisses pour cacher ses tremblements, le ciel vient de lui tomber sur la tête et elle aimerait partir, fuir très loin. All he had, like something who doesn't exist anymore. Romy essuya rageusement une larme solitaire qui venait de couler sur sa joue en fixant son père, la mâchoire serrée. Elle était incapable de regarder sa mère. Elle cligne rapidement des yeux, les jointures de ses mains qui blanchissent quand elle l'entend parler, she is not a good person, she feels like the one which is not trustable. Et l'épée de Damocles tombe, Romy regarde son père, l'information qui fait lentement sens dans son esprit. « What do you mean he ? » demande t-elle, d'une voix blanche. « What do you fucking mean ? » répéta t-elle, sans regarder sa mère. « Do you mean that you're ... you're... gay ? bisexual ? » Elle prit une gorgée de son café et elle regarda ses mains tremblantes pour cesser de penser. « What a fucking stupid I was, thinking that my dad, the man I thought I knew the most, would disinherit me if he knew that I was bisexual. I grew up thinking that you were a fucking homophobic asshole just like your mother. » Elle secoua la tête et elle regarda sa mère, les larmes aux yeux « When I told you that I was bisexual, did you know ? Did you know that my dad love to be a cock pump ? » Elle savait que la réponse qu'elle attendait n'allait pas lui plaire, elle savait que ça allait faire mal. Que ça allait blesser. Et Romy n'était pas prête, pour ça, pas prête d'entendre que tout ce qu'elle avait imaginé n'était que des simple chimères prêtes à tout balayer sur son chemin.

@ Contenu sponsorisé

   
#

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet

permissions de ce forum

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum